Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

24/02/21 : Charente-Maritime : selon un arrêté ministériel du 19/02 publié au Journal Officiel du 24/02, les communes reconnues en état de catastrophe naturelle en inondations et coulées de boue du 3 février 2021 au 9 février 2021 sont Crazannes et Le Mung.

23/02/21 : La ministre, Frédérique Vidal, en déplacement à Poitiers ce 23 février, a annoncé, devant une cinquantaine d'étudiants, la gratuité des protections périodiques dès la rentrée prochaine. 1 500 distributeurs devraient être installés sur les campus.

23/02/21 : Laurence Harribey, sénatrice de la Gironde, a été nommée par le Président du Sénat pour représenter la Chambre haute au conseil d'administration de l'Agence Nationale du Sport.

23/02/21 : L’ancien maire de Bayonne, Jean Grenet, est décédé ce mardi 23 février, à l'âge de 81 ans. Celui qui a également exercé les mandats d'élu départemental, régional et de député, a dirigé la ville, à la suite de son père Henri Grenet, de 1995 à 2014.

23/02/21 : La ministre Frédérique Vidal est à Poitiers ce 23 février pour rencontrer l'Association Fédérative des Étudiants de Poitiers. Début février, elle avait reçu 72 courriers d'étudiants poitevins qui l'interpelaient sur leurs difficultés au quotidien

19/02/21 : COVID 19 - Depuis 2 semaines, les indicateurs de surveillance du Sars-CoV-2 affichent une baisse significative dans tous les départements de Nouvelle-Aquitaine. Le taux d'incidence est de 113,3/100 000 et le taux de positivité à 4,2%.

19/02/21 : COVID 19 - Les dernières données sur l’évolution des nouveaux variants montrent une diffusion généralisée du variant anglais dans tous les départements de la région. Les variants sud-africain et brésilien sont aussi présents mais dans une moindre mesure

19/02/21 : COVID 19 - Le nombre de nouvelles hospitalisations est en baisse avec près d’une centaine d’hospitalisations et une vingtaine d’admissions en réanimation en moins par rapport à la semaine dernière. Néanmoins, l'activité hospitalière liée au COVID-19.

18/02/21 : A Libourne, le conseiller municipal d'opposition Charles Pouvreau a annoncé sa démission. Dans un communiqué, l'ancien élu raconte avoir fait face à des « menaces et insultes » répétées et choisit donc de se mettre en retrait de la politique libournaise.

17/02/21 : Charente-Maritime : ce jeudi, une intervention dans le cadre des travaux de réparation du pont de la Laisse, situé sur la RD9 à Charron entraînera une fermeture à la circulation entre la RD137 en Vendée et la RN11 en Charente-Maritime, de 9h à 16h.

15/02/21 : La Rochelle : Lutte ouvrière organise une journée à la rencontre mercredi 17 février, de 10h30 à 12h30 puis de 16h à 18h sur le vieux port (cours des Dames) où une structure sera montée, ainsi que dans les rues piétonnes du centre-ville.

13/02/21 : Charente-Maritime: La préfecture signale des plaques de glace localisées notamment au droit des îlots. La circulation est délicate du côté de Mirambeau, Lorignac, Montendre, Archiac (D699), Jonzac (D28) et Pérignac (D732). Le salage est en cours.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 25/02/21 | Une nouvelle gamme de produits bio et sans sucres dans le Pays Basque

    Lire

    A Bardos (64), Elikatxo produit, transforme et commercialise des jus de fruits et des soupes. Afin d’élargir sa gamme de produits bio et sans sucres, l’entreprise doit créer une ligne de production automatisée. Pour aider la société dans cet investissement, la Région Nouvelle-Aquitaine a alloué une subvention de 30 270 euros lors de sa dernière commission permanente.

  • 25/02/21 | Mimizan va accueillir un tiers-lieu

    Lire

    Mimizan, territoire assez isolé en dehors de l’été, a décidé de créer un tiers-lieu, au travers de l’association « Lily dans les étoiles », pour permettre aux habitants de se rencontrer, d’échanger, de travailler mais aussi pour favoriser le lien social. Cette association, constituée d’une quarantaine de professionnels locaux issus de secteurs divers, souhaite avec ce tiers-lieu créer un pont entre le dynamisme économique de la saison estivale et l’activité des résidents à l’année. La Région Nouvelle-Aquitaine soutient ce projet à hauteur de 60 000 euros.

  • 25/02/21 | Dordogne : Rubi Cuir forme tous ses salariés

    Lire

    A Boulazac, Rubi Cuir fabrique des pièces de maroquinerie pour le secteur du luxe. Afin d’acculturer les salariés à ces savoir-faire particuliers, l’entreprise a mis en place un parcours de formation interne afin de professionnaliser rapidement les nouveaux salariés. Les enjeux de développement de l’entreprise portent aussi vers une professionnalisation des formateurs. Pour les aider à cela, la Région Nouvelle-Aquitaine a alloué à l’entreprise une aide de 67 708 euros.

  • 24/02/21 | A Canéjan, Hervé Thermique parie sur le numérique

    Lire

    Lors de sa dernière commission permanente, la Région Nouvelle-Aquitaine a décidé de soutenir la transformation numérique de la société Hervé Thermique, basée à Canéjan en Gironde. L’entreprise, répartie sur 60 sites en France, a décidé de poursuivre sa stratégie de croissance en améliorant son offre en matière de maintenance. Pour ce faire, elle compte développer un outil numérique innovant autour de la maintenance du bâtiment.

  • 24/02/21 | Cybersécurité: Escape Technologies innove à Biarritz

    Lire

    Créée en septembre 2020, Escape Technologies, basée à Biarritz, se positionne sur le marché de la gestion des vulnérabilités et de l’audit cyber. Elle souhaite aujourd’hui innover et développer le prototype de sa solution de cybersécurité visant la génération des règles de sécurité automatisées et basées sur l’intelligence artificielle pour le cloud. La Région Nouvelle-Aquitaine a décidé de soutenir ce projet à hauteur de 75 000 euros.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Baga lance ses boissons au CBD à Bordeaux

17/09/2020 | La start-up bordelaise Baga, accompagnée par Unitec, veut lancer la commercialisation de sa gamme de boissons d’ici le début du mois d’octobre.

Gaspard Duval et Antoine Grenier, fondateurs de Baga

Quand le chanvre vient aider au bien-être. Il ne s’agit pas ici de THC, molécule psychotrope du cannabis mais du CBD – cannabidiol – molécule psychoactive et légale en France bien que très encadrée. La start-up bordelaise Baga lance sa gamme de boissons au CBD, destinées à la relaxation et au bien-être. La marque, qui a récolté environ 9 000 euros après une campagne de financement participatif, compte séduire les boutiques spécialisées ainsi que le marché des cafés-hôtels-restaurants de la métropole bordelaise avant, pourquoi pas, d’aller conquérir la France et le monde. Rencontre avec Antoine Grenier et Gaspard Duval, fondateurs des Boissons Audacieuses de Gaspard et Antoine (Baga).

« De manière générale, les bordelais sont très soucieux de leur bien-être ». Par ces mots, Gaspard Duval résume la percée du cannabidiol (CBD) à Bordeaux, au travers de la floraison d’établissements spécialisées dans les produits au CBD. Cette molécule, à l’instar du THC compose le cannabis. A la différence du THC, le cannabidiol n’est pas psychotrope, donc légal en France. Gaspard Duval et Antoine Grenier se sont lancé dans l’entrepreneuriat en créant les « Breuvages Audacieux de Gaspard et Antoine » (Baga), une gamme de boissons au CBD avec des vertus relaxantes et adaptées à un rythme de vie centré sur le bien-être.

Une volonté de démocratiser le cannabidiol

« En stage de fin de master d’entrepreneuriat et de management de projets, nous avons découvert le CBD, et nous nous sommes dit qu’il y avait quelque chose à faire », affirme Antoine Grenier. En effet, son associé Gaspard est atteint d’une maladie auto-immune, la pelade universelle, une maladie inflammatoire qui à terme provoque la chute des cheveux. Son traitement ayant des effets secondaires violents, il cherchait une alternative au cannabis thérapeutique « en retard en France », commente Gaspard Duval. Le CBD apparaît donc comme une solution adaptée. « J’ai testé des huiles au CBD, qui arrivaient à calmer les effets secondaires de mon traitement, mais c’est très cher et pas particulièrement agréable à boire », reconnaît l’entrepreneur.

La volonté des deux jeunes hommes, à travers Baga, est de démocratiser le CBD. Ils ont ainsi eu l’idée de créer leur boisson glacée aux arômes de fruits et cannabidiol. Pour le moment, leur gamme est composée de trois saveurs : pomme-kiwi-camomille, pêche-verveine et framboise mélisse. « Nous avons fait le choix d’associer des fruits à des fleurs servant pour les tisanes, raconte Antoine Grenier. Pour ce qui est du CBD, nous avons travaillé la formulation avec le centre de ressources technologiques Agir à Pessac pour élaborer le process de mélange avec la boisson ». En effet, le cannabidiol se dissout dans les corps gras et non dans l’eau. Baga et Agir ont ainsi enfermé le CBD dans des micro-capsules présentes dans la boisson, « afin de pouvoir garder le goût des fruits, mêlés avec les effets du CBD », précise Gaspard Duval.

Une boisson « bien-être » commercialisée à partir d’octobre

Les fondateurs de Baga s’en défendent : leur boisson n’est pas thérapeutique. « Ce n’est pas un remède miracle qui fera repousser les cheveux. Le dosage faible en CBD fait que Baga est destiné au bien être quotidien », ajoute Gaspard Duval. Les effets relaxants de la boisson apparaissent plus ou moins tard d’un consommateur à l’autre d’après les deux hommes. « Nos premiers testeurs étaient notre cercle proche, éclaire Antoine Grenier. Il en a découlé que ceux habitués à consommer des produits au CBD recevaient immédiatement les effets. Nous sommes arrivés à un dosage de 20mg de cannabidiol pour 33cl parce qu’il faut en consommer sur plusieurs jours pour en ressentir les effets ».

Bouteilles BagaBaga vise avant tout un développement Bordelais, avant de s'attaquer à la France en 2021. ©Dana Bardawil

Baga, qui vient de récolter environ 9 000 euros grâce à une campagne de financement participatif, compte lancer la commercialisation de sa boisson en octobre. « Nous avons ciblé deux canaux de distributions : les magasins spécialisés et les cafés, hôtels et restaurants, précise Gaspard Duval. Le marché du CBD est encore très confidentiel, Baga est la seule marque de boissons au CBD fabriquées en France ». Avec une bouteille à quatre euros cinquante les trente-trois centilitres, les entrepreneurs entendent se déployer rapidement sur la métropole Bordelaise et le Bassin d'Arcachon avant de s’attaquer à la France puis à d’autres pays Européens comme le Royaume-Uni, la Suisse ou l’Italie.

« Il faut développer la filière chanvre française »

En France, le marché du cannabidiol est estimé à 300 millions d’euros et pourrait représenter 18,5 milliards d’euros d’ici 2022 dans le monde (Brightfield Group, analystes de l’industrie du cannabis). Les fondateurs de Baga sont engagés auprès du Syndicat Professionnel du Chanvre, « déjà pour éviter les amalgames entre THC et CBD, le premier est psychotrope et le second psychoactif », affirme Gaspard Duval. L’autre raison de l’engagement des deux hommes pour cette filière, qui rassemblent les acteurs du chanvre bien-être (comme Baga), du cannabis thérapeutique et du chanvre textile est simple. « La France est le premier producteur industriel de chanvre en Europe, premier consommateur de cannabis en Europe et c’est aussi le pays le plus restrictif en matière de réglementation du CBD. Il y a un travail de lobbying à faire pour développer la filière chanvre française », martèle l’entrepreneur. Les fondateurs de Baga sont également engagés au niveau régional et militent pour y dynamiser la filière chanvre, à l’image de la Creuse qui veut diversifier ses cultures, notamment avec du cannabis thérapeutique.

Yoan Denéchau
Par Yoan Denéchau

Crédit Photo : DR

Partager sur Facebook
Vu par vous
7444
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !