18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Economie | BASE rayonne sur le panneau solaire photovoltaïque cogénération

26/06/2015 | A Canéjan, l'entreprise BASE, révolutionne tranquillement mais sûrement la technologie et les applications des panneaux photovoltaïques. Innovation et transition énergétique au rdv

Sébastien Ackermann, (2ème à droite) entouré d'une partie de l'équipe de BASE

Sébastien Ackermann est parti d'un constat simple : exceptées les marées, que l'on doit à la lune, le soleil est la base de toutes les énergies. Et de ce constat, un étonnement : « je trouvais insensé qu'on n'arrive pas à rentabiliser cette énergie gratuite ! ». Féru de solaire et d'énergie, l'ingénieur en électronique, spécialisé dans l'évacuation de chaleur des semis-conducteurs, a développé une technologie de panneaux solaires hybrides produisant électricité ET chauffage. Une solution qui fait le bonheur des particuliers, et des professionnels et parmi eux, plus particulièrement encore, des agriculteurs et des industriels du sciage, pour lesquels chauffage rime avec séchage, et désormais aussi économie... Focus sur une entreprise à la belle dynamique qui rayonne de projets, d'envies et d'idées.

C'est inscrit dans son nom, l'entreprise de Sébastien Ackermann, BASE, s'appuie une idée « de base » pour la production de ses panneaux solaires pas comme les autres : utiliser la partie thermique des panneaux photovoltaïques. « Un panneau solaire photovoltaïque classique convertit l'énergie solaire en électricité. Mais quand il fait ça, il chauffe très fort, or quand il chauffe très fort, il produit moins d'électricité. C'est un cercle vicieux en quelque sorte », explique en quelques mots le chef d'entreprise.
A l'époque où il décide de se lancer dans l'aventure entrepreneuriale, « beaucoup d'entreprises investissaient énormément d'argent pour tenter de gagner quelques dixièmes de pourcent de rendements photovoltaïques », se rappelle-t-il. Or, « le simple fait d'évacuer la chaleur faisait gagner 10, 15, 20% de rendements... » En 2009, il décide alors de créer BASE pour développer des solutions permettant d'évacuer cette chaleur des panneaux photovoltaïques et ainsi proposer des produits plus performants. Et c'est à Pessac, au sein de la Technopole Bordeaux Unitec, que l'entreprise a vu le jour.

Panneau solaire hybride 100% françaisDès 2010, les premiers essais et prototypes fonctionnent bien, même mieux que prévu. « Nous dégagions tellement de chaleur, qu'on a choisi d'avancer sur le concept de « panneau solaire hybride », produisant à la fois de l'électricité et de la chaleur. » De là est né Cogen'Air, le panneau solaire pour la cogénération conçu, breveté, industrialisé et commercialisé par BASE depuis 2013. A total, 1 M€ d'investissement en R&D pour concevoir le produit.
La face avant capte le rayonnement et produit de l'électricité, la face arrière équipée d'un échangeur d'air et d'une caisse permet la production et la récupération de la chaleur. Le tout avec du matériel 100% français, le panneau photovoltaïque, avant montage en Cogen'Air vient d'une des dernières usines françaises située à Saint-Etienne, explique Sébastien Ackermann.

Au regard de sa spécificité «hybride », Cogen'AIR, est valorisé sur trois applications principales. La première la plus classique est celle de l'habitat, privé ou collectif pour la production simultanée d'électricité et de chauffage. Avec une production, par panneau, de 250 W d'électricité et 750W de chaleur, Cogén'Air couvre entre 50 et 75% du besoin énergétique d'une maison d'environ 100m2. Donc, au total, « une rentabilité de l'installation, hors, aide d'Etat et tarif de rachat, comprise en 7 et 9 ans » évalue le responsable. Et, petit bonus, les panneaux ont la possibilité de fonctionner en réversible la nuit et de faire de la climatisation pour les chaudes nuits d'été. « Actuellement, nous avons une trentaine d'installations qui tournent, avec au total un millier de panneaux installés sur le territoire ».

Quatre panneaux ''Cogen'Air'' présentés sur le site de l'entreprise BASE à Canéjan


Le savoir-faire du séchage solaireLe second grand marché auquel s'attaque Cogen'Air c'est celui du séchage agro-industriel. « Chaque année, en France, il est dépensé l'équivalent de 9 réacteurs nucléaires pour sécher les produits, c'est colossal ». Une manne que BASE compte bien faire sienne. « Notre ambition est de remplacer partout où c'est possible, les énergies fossiles par du solaire », c'est dit. Mais puisqu'il faut un début, ce sont pour l'heure deux marchés principaux qui sont visés : l'agriculture, principalement l'élevage pour le séchage du fourrage qui va alimenter les animaux, et le marché du sciage bois.
Dans le premier cas, sécher artificiellement le fourrage, permet de lui conserver une meilleure qualité: plus de protéines, plus de matière grasse, et donc pour l'éleveur moins besoin de complément alimentaire. Si l'argument des économies et de l'autonomie alimentaire des animaux est convainquant, il l'est d'autant plus pour les agriculteurs bio, qui veulent être indépendants pour pouvoir garantir que leur lait ou viande est 100% bio et ne contient pas de produits qui ne respecterait pas le label, explique Sébastien Ackerman avant de poursuivre : «l'installation de séchoirs artificiels connaît une grosse dynamique en France et notre technologie est la plus économique et écologique pour sécher ce fourrage à moindre coûts », et surtout elle est la seule à maîtriser le savoir-faire du séchage solaire... La rentabilité est entre 3 et 5 ans, assure-t-il. BASE compte « entre 80 à 100 projets de séchage de fourrage dans les tuyaux, dans toute la France, mais principalement sur la moitié ouest ».

Quant au marché du séchage du bois, « on construit des centrales de séchage, soit pour produire du combustible pour les chaudières et les poêles (avec les co-produits issus du sciage notamment), soit pour le séchage du bois d'oeuvre (planche ou bois construction). Là, les rentabilités sont encore plus courtes, puisque comprises entre 2 et 4 ans. Sur ce volet, nous avons une trentaine de projets dans les tuyaux et sur l'ensemble des projets de séchage (y compris quelques projets autour du recyclage des déchets, de la méthanisation) ça représente à peu près 150 projets pour un chiffre d'affaires potentiel, d'environ 20 M€ sur les 2-3 ans à venir. Nous avons une dizaine de nouveaux projets chaque mois, c'est énorme. » En effet, la dynamique de croissance est belle, avec un chiffre d'affaire de 200 000€ en 2014, le CA 2015 devrait être autour des 2,5M€...

Levée de fonds et programme d'investissement de 3M€Une croissance qu'il s'agit désormais d'accompagner. « On a énormément de demandes, et pour les satisfaire on a besoin de recruter des gens et de "staffer" l'équipe, (qui compte actuellement 17 personnes, ndlr). Pour ça, on a déjà commencé à investir, d'abord dans une unité d'assemblage sur site, qui nous permet de livrer à peu près 500 panneaux par mois, et dans le recrutement de forces commerciales. » Des investissements que l'entrepreneur souhaite poursuivre et qui justifient une levée de fonds en cours sur un programme d'investissements de 3 M€. Un M€ manque encre à l'appel, si des investisseurs sont déjà sur les rangs, d'autres pistes sont encore à confirmer. « En outre on est très soutenu par la Région Aquitaine et par BPI France, ainsi que le groupe Michelin qui soutient les entreprises industrielles en croissance. ADI est aussi à nos côtés pour la recherche d'investisseurs. » précise-t-il.

Outre sa technologie, ses projets et sa philosophie d'entreprise, BASE, qui a également une activité de vente sur internet de matériel solaire et de cabinet d'étude spécialisé sur les questions énergétiques, s'est vue récompensée à plusieurs reprises pour son projet Cogen'Air : entrepreneur de l'année pour La Tribune, plusieurs fois lauréat de l'ADEME, ou encore récemment, désigné éco-entreprise de l'année 2015 sur le volet énergie renouvelables par le Ministère des Finances, BASE a largement gagné ses galons d'entreprise, non seulement innovante, sérieuse et crédible. Et pour démontrer encore un peu plus son dynamisme, elle participe en ce moment même au concours « My positive impact », créée par la Fondation Nicolas Hulot, où les citoyens sont appelés à voter pour les projets ou entreprises qui développent des solutions pour contrer le dérèglement climatique. A la clé une grosse campagne de communication pour les cinq premiers lauréats. A huit jours de la fin du concours (le 6 juillet), BASE arrive en 2nd position. A vos votes, si vous considérez que le projet mérite une première marche du podium !

www.base-innovation.com

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
2604
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !