Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/02/18 | Salon de l'Agriculture : trois personnalités régionales médaillées

    Lire

    Lors du salon de l'agriculture du 24 février au 4 mars, la Région Nouvelle-Aquitaine va récompenser 3 personnalités régionales promouvant le territoire : la viticultrice landaise Corinne Lacoste-Bayens, présidente de Qualité Landes ; l'éleveur deux-sévrien François Bonnet, président de la Fédération Régionale des Syndicats Caprins de Charentes-Poitou-Vendée ; Anne Alassane, chef du restaurant du Pôle de Lanaud (86), siège d'organismes intervenant dans la sélection de la race bovine limousine.

  • 23/02/18 | Les mesures de limitation de vitesse sont levées

    Lire

    Selon les données d’Atmo Nouvelle-Aquitaine transmises ce jour, l’épisode de pollution atmosphérique en Gironde est terminé. Le préfet de Gironde vient donc de lever les mesures de limitation de vitesse sur les routes et autoroutes du département qui ont été mises en place hier par arrêté préfectoral.

  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Bassin de Lacq : des projets tous azimuts - #2

05/05/2013 | Le groupe japonais Toray investit dans le coeur industriel du Béarn. Il n'est pas le seul.

La plateforme industrielle de Pardies - photo aqui.fr

« Ici, les habitants aiment l'industrie. Ils n'ont pas non plus de complexes vis à vis des installations classées Seveso 2. Ils y sont habitués depuis longtemps» confient les élus du bassin de Lacq. Cette particularité couplée à un savoir-faire technologique cultivé depuis les années 60, constitue l'un des atouts de ce territoire au moment où celui-ci entame sa reconversion. Mais elle n'est pas le seul argument avancé pour faire venir de nouvelles entreprises sur ce territoire. Car bien des efforts sont déployés pour fournir aux nouveaux venus un environnement dans lequel ils se sentiront à l'aise.

Des « utilités » pour les entreprisesLe groupement d'intérêt public Chemparc , dont la vocation est d'accueillir des unités industrielles de chimie fine et de spécialité, sur veille ainsi à ce que ces dernières ne manquent de rien. « De nombreuses matières premières sont stockées sur place ou livrées par pipe-line : soufre liquide ou solide, chlore, ammoniac, méthanol. Tous produits avals à la thiochimie (chimie du soufre) », explique-t-il.Des services mutualisés à moindre coût », comme la fourniture de vapeur et d'électricité viennent s'y ajouter. Ces prestations étant assurées par la Société béarnaise de gestion industrielle (SOBEGI) chargée des plateformes de Lacq et de Mourenx.

C'est dans cet esprit qu'a été lancé le projet « Cluster chimie Lacq 2030 ». Cet investissement de 154 millions d'euros financé par la Sobegi en partenariat avec Arkema, Total , et les collectivités territoriales, permettra d'extraire à un débit réduit les résidus de gaz naturel encore présents dans le gisement, puis de les utiliser pour permettre à Sobegi de produire de la vapeur utilisée par les hôtes des plateformes industrielles, et de l'hydrogène sulfuré aux unités thiochimie d'Arkema.

Toray : un choix de bon augureCet environnement bienveillant n'a pas été étranger à la décision du groupe japonais Toray d'implanter à Lacq une unité de production de polyacrylonitrile (PAN). Autrement dit la matière première nécessaire à la fabrication de la fibre de carbone, très utilisée dans l'aéronautique notamment. L' entreprise devrait employer à terme 80 personnes. Elle a nécessité un investissement de 130 millions d'euros, dont une part (4 millions) est apportée par la Communauté de communes de Lacq.

Plusieurs autres projets complètent cette implantation déterminante pour l'avenir du bassin. Le groupe Minafin, qui est spécialisé dans la production de molécules pour l'industrie pharmaceutique, envisage par exemple de développer en Béarn une activité de thiochimie. De même, Mourenx accueillera une nouvelle unité du groupe Novasep qui permettra à ce dernier de fabriquer un produit pharmaceutique.

Alors qu'une nouvelle zone d'activités, Eurolacq 2, est en train d'être aménagée à Artix, Labastide-Cézéracq et Labastide-Monréjau à destination d'entreprises plutôt issues du secteur tertiaire, l'accent est par ailleurs mis sur les pépinières d'entreprises. A Lacq, l'une d'elles a été baptisée Chemstart'up. Elle est destinée à accueillir de jeunes sociétés issues du milieu de la chimie . Et de leur offrir la possibilité d'utiliser les équipements du Groupement de recherches de Lacq où travaillent les équipes de chercheurs d'Arkema et de Total. Le bassin a pris l'habitude de jouer groupé.


Par

Crédit Photo : aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
1111
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !