Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

13/04/21 : 264 196 311,23 euros c'est le montant des subventions votées ce 12 avril lors de la dernière commission permanente du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine. 244 délibérations ont été votées par des élus régionaux sous la présidence d'Alain Rousset.

12/04/21 : Philippe Dubourg, Maire d'Illats depuis 1977, est décédé le 11 avril dernier. Plusieurs élus locaux, dont Christophe Duprat, Maire de Saint-Aubin du Médoc, saluent la mémoire d'un « élu de terrain attaché à son territoire ».

02/04/21 : Autour de la Journée de sensibilisation à l’autisme le 2 avril des villes illuminent leurs monuments en bleu: un symbole pour rappeler la nécessité de simplifier et améliorer le quotidien des personnes autistes. A Bordeaux ce sera la porte de Bourgogne.

01/04/21 : Le 9 avril prochain, la cité scolaire Alcide Dusolier de Nontron deviendra la 1ère cité scolaire 100% bio de France.

31/03/21 : Régionales- Signe de l'alliance entre GénérationS et EELV, Benoit Hamon sera à Bordeaux le 1er avril en soutien à Nicolas Thierry, tête de liste EELV de « Nos terroirs, notre avenir ». Sa numéro 2 en Gironde est Anne-Laure Bedu candidate GénérationS

24/03/21 : Charente-Maritime : Véronique SCHAAF, sous-préfète de Villeneuve-sur-Lot, est nommée sous-préfète de Saintes. Elle devrait prendre ses fonctions le 19 avril 2021. Elle succède à Adeline BARD, arrivée dans l’arrondissement de Saintes en juillet 2018.

19/03/21 : La Banque alimentaire Béarn-Soule organise, samedi 20 mars 2021, une collecte alimentaire exceptionnelle, mobilisant près de 400 jeunes bénévoles, dans 14 magasins de Pau.

18/03/21 : Charentes : L'Union Générale des Viticulteurs pour l'AOC Cognac (UGVC) vient de se doter d'un nouveau directeur général, Xavier RAFFENNE. Il était précédemment directeur de la Maison des Vins de Gaillac.

16/03/21 : La Rochelle : le festival de fiction télé se déroulera du 14 au 19 septembre, annonce aujourd'hui les organisateurs dans un communiqué. Une journée de plus sera dédiée à la création. Les candidatures pour les œuvres sont ouvertes.

04/03/21 : La Ville de Bayonne a réuni les représentants des professionnels et les partenaires de la fameuse Foire au Jambon pour envisager la suite à donner à cet événement de la semaine pascale. Il prennent date pour cet événement entre les 7 et 10 octobre

02/03/21 : Le 90e Congrès des Départements de France qui devait se tenir à La Rochelle en novembre dernier, puis les 29 et 30 avril prochain, est de nouveau reporté, selon un communiqué du Département de Charente-Maritime du jour.

26/02/21 : Faute de salon de l'agriculture cette année, la confédération paysanne organise du 27 février au 7 mars des fermes ouvertes pour faire découvrir l'agriculture paysanne.Liste des agriculteurs sur www.confederationpaysanne.fr/mobilisations.php?id=11079

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 15/04/21 | Saintes : La musique baroque se réinvente

    Lire

    A Saintes depuis 2015 l’Abbaye aux Dames propose « Musicaventure », un programme de parcours de visite. Ce parcours ne s’adresse pas qu’aux amateurs de musique baroque mais à tous les publics avec un voyage sonore 3D, des siestes sonores et un manège qui fait appel au toucher, à l’ouïe et à la vue. L’Abbaye souhaite désormais y intégrer une « Aventure urbaine et musicale ». L’idée est, sous la forme de course aux trésors, de mettre en valeur le territoire de Saintes.

  • 15/04/21 | Une meunerie bio et sans gluten à Thuré (86)

    Lire

    A Thuré, dans la Vienne, François Michaud produit des céréales en circuit court tout en pratiquant l’agroforesterie. Pour valoriser les céréales produites sur la ferme en farines ou semoules, il va construire une meunerie. Afin de répondre aux demandes de farines sans gluten, il prévoit également d’acquérir deux moulins et qui lui permettront d’assurer la vente en circuit-court auprès de boulangers et particuliers.

  • 14/04/21 | L’église de Notre-Dame de Soudan va être restaurée

    Lire

    Erigée au XIIe siècle, l’église de Notre-Dame de Soudan dans les Deux-Sèvres souffre de multiples désordres comme des zones d’instabilité structurelles en raison de nombreuses modifications architecturales ou d’une humidité trop importante qui ont détérioré les maçonneries intérieures et extérieures. Afin d’évacuer cette humidité, une tranchée de ventilation va être creusée permettant ainsi la restauration des maçonneries et des peintures murales.

  • 14/04/21 | Un jeu vidéo développé dans les Landes

    Lire

    La société Itchy à Saint-Etienne d’Orthe dans les Landes, s’est spécialisée dans la création de jeux vidéos en 2018 avec son projet « World of furry ». Ce projet permet d’offrir un jeu familial et bienveillant basé sur les animaux imaginaires possédant des caractéristiques humaines. Il sera gratuit à télécharger et la monétisation se fera sous forme d’achats d’objets premium et avec un système d’abonnement.

  • 14/04/21 | 618 000 euros pour les travaux d’urgence sur la ligne Niort-Saintes

    Lire

    Lors de sa dernière séance plénière du 12 avril, la Région vient d'accorder 618 000 euros pour les travaux d’urgence sur la ligne Niort-Saintes. Ce chantier « de maintien de la performance » est indispensables pour pérenniser les circulations des TER et empêcher la dégradation supplémentaire des performances (vitesse, capacité et exploitation). S'en suivront des travaux de régénération étalés jusqu’en 2028. Huit autres lignes sont bénéficierons de ces chantiers d'urgence en 2022.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Bâtiment : le fort ravalement de façade d'Aquibat

28/02/2018 | Le salon des professionnels du BTP tient sa septième édition du 14 au 16 mars et en profite pour proposer de nouveaux rendez-vous et une programmation étoffée.

Aquibat 2018

Ça construit dur en Nouvelle Aquitaine. Début février, dans son bilan économique 2017, l'antenne régionale de la Banque de France confirmait la dynamique de ce secteur représenté par 950 entreprises cumulant 6,12 millions d'euros et employant 42100 salariés et dont la productivité a progressé de +5,3% en 2017. Alors même que les perspectives devraient confirmer la tendance (+3,2% de hausse prévisionnelle pour 2018 et +1,8% pour l'effectif dont +2,9% pour les travaux publics), le climat actuel paraît être une aubaine dont la prochaine édition du salon Aquibat, prévue du 14 au 16 mars au Parc des Expositions de Bordeaux, compte bien profiter.

Nouveaux matériaux

Globalement, les dernières données fournies par la CCI de Bordeaux et de la Gironde confirment, même au niveau départemental, cette embellie du secteur. Dans une note publiée ce mardi, on découvre qu'au niveau de l'opinion du baromètre de l'économie girondine aussi, on fait un peu moins la tête : +33 points d'opinion positive pour le Chiffre d'affaires, +17 points pour la trésorerie et un taux d'investissement des industriels du secteurs de 49% fin 2017, soit davantage que dans le secteur de l'industrie (+46%), ce qui corrobore les tendances déjà relevées. "C'est évident qu'un salon professionnel est le reflet de sa filière, on bénéficie de cette embellie économique", confirmait ce mardi Delphine Demade, directrice de la nouvelle mouture fraîchement née du salon Aquibat qui convoquera lors de sa prochaine édition (du 14 au 16 mars prochain, donc) quelques 350 exposants régionaux, nationaux et même internationaux (9% des entreprises invitées sont étrangères) spécialisées dans le secteur du BTP. "C'est plus un salon d'espoir que de reprise, les gens y croient", ajoutait de son côté Bernard Aldebert, journaliste indépendant spécialiste du secteur et rattaché au développement du contenu de cette biennale qui souhaite clairement devenir une case incontournable pour les professionnels.  

Racheté fin 2016 par le CEB (Congrès et Expositions de Bordeaux), Aquibat se donne visiblement les moyens de ses nouvelles ambitions : sans nous préciser les chiffres exacts, les organisateurs confirment que l'équipe dédiée aux exposants à été multipliée par deux et celle des visiteurs par trois pour un évènement représentant un Chiffre d'affaires d'environ 1,4 millions d'euros. En neuf mois, le salon a voulu faire peau neuve. Il compte déjà dans ses rangs 350 exposants (contre 300 lors de la dernière édition) et espère attirer 15 000 visiteurs professionnels pendant ces trois jours, dont le programme s'est etoffé avec la reprise. "Nous avons voulu retrouver du contenu à la fois en termes de métiers et de business pour renouveler les exposants et visiteurs d'un salon autrefois peu entretenu. L'objectif, c'était avant tout de stopper sa décroissance", confiait Delphine Demade. Pour cela, CEB s'est adjoint les services d'un nouveau "comité technique", composé du gratin de la filière BTP, qui évidemment feront leur propre show pendant les trois jours du salon : l'ADEME, l'AQC (Agence Qualité Construction), CAPEB Gironde, l'Ordre des Architectes ou encore la Fédération Française du Bâtiment Nouvelle Aquitaine, une quinzaine de professionnels en tout. Aquibat se restructure sur les modèles déjà éprouvés du portefeuille d'évènements déjà acquis par CEB : cinq pôles (gros oeuvre, second oeuvre, gros matériel, équipements techniques et nouvelles énergies, services et partenaires) pour autant de thématiques (innovation, opportunités de marché, numérique, matériaux, énergie). Autour de ces cinq pôles, ces derniers ont elaboré un programme qui se veut plus accessible et ouvert aux propositions : l'édition 2018 assure un taux de 40% de "nouveaux exposants", essentiellement des marques (75%) et des distributeurs (25%). 

Opération séduction

Histoire de les attirer, la programmation, elle aussi, s'est offert un petit coup de boost supplémentaire. Démonstrations de machines en situation dans un "Techno Show" mais aussi, et c'est moins évident, un centre d'essais de véhicules utilitaires où les constructeurs joueront des coudes (Volkswagen y compris...). L'une des plus grosses nouveautés sera sans doute ce "village de l'innovation" porté par le CREAd (Construction Ressources Environnement Aménagement et Habitat durables) qui servira de vitrine aux nouvelles pratiques du secteur (qu'on a connu plus timide...). On pourra y retrouver des entreprises comme IQSPOT, découvrir un pôle "immersion et réalité virtuelle", un autre consacré à la robotique et aux drônes, un volet énergie (photovoltaïque, thermique...) : autant de secteurs innovants et facile à vendre qui devraient bien s'accomoder avec les thématiques des conférences et rencontres organisées par les différents partenaires (qualité de l'air et matériaux biosourcés pour AQC, perspectives du bois et de la construction pour FCBA, suivi de chantier et robotisation pour la FFB Nouvelle Aquitaine...). Surtout, Aquibat veut faire comprendre qu'il est aussi un salon où l'on peut faire du business et se servir de ses muscles en plus de les montrer. Le salon offre ainsi l'opportunité pour les professionnels d'organiser des rendez-vous sur place via le site internet de l'évènement, histoire d'être sûrs de trouver une place dans l'Espace Affaires du Hall 1 du Parc des Expositions. Pitchs et tables rondes s'ajouteront ainsi aux rencontres individuelles et aux démonstrations d'acteurs aussi bien privés que publics. 

Ça aussi, c'est nouveau : pour la première fois cette année, Bordeaux Métropole est à la fois invité et intervenant. Elle devrait trouver là quelques nouvelles épaules sur qui poser sa récente "charte du bien construire" face aux défis de l'attractivité de l'agglomération. Car si cette charte existe bien, l'intérêt de la métropole est évidemment de convaincre le plus de professionnels possibles de la signer afin de rentrer dans le giron du label. Une opération séduction affichée donc, et poliment décrite par les organisateurs comme une "valorisation particulière". Pour Bernard Aldebert, l'évènement sert à l'institution publique de "chambre d'échos" idéale pour mobiliser autour de sa charte qu'il considère, d'un oeil extérieur, comme un "premier pas intelligent. On ne peut pas imposer à un secteur des mesures trop brutales. Le rôle du label n'est pas forcément de faire peur, mais les résultats peuvent-être intéressants dès lors que son retrait est rendu public". Les enjeux sont évidemment primordiaux pour une agglomération qui fait face, comme d'autres, à l'étalement urbain. "Il y a une dichotomie dans ce secteur aux procédés anciens et séculaires, voire primitifs, et le développement extraordinaire de nouvelles procédures" (de construction). On ne peut pas continuer comme on a fait pendant trente ans, on ne pourra pas avoir un réseau de tram qui couvre toute la métropole. Si on densifie les zones périphériques, on pourra rendre rentables des équipements qui ne le sont pas forcément aujourd'hui".

Quant au paradoxe récemment souligné par une instructive étude sur le prix du foncier bordelais (à savoir la frilosité un peu plus manifeste pour la rive droite), elle n'est selon lui due qu'au fait "qu'il existe encore du foncier sur la rive gauche. Quand elle sera saturée, ils iront sur la rive droite. C'est profondément injuste, car on peut constater sur ce territoire toute une série d'expériences de construction très intéressantes en matière d'architecture et d'urbanisme. Une amie qui travaille dans l'architecture et spécialiste du secteur m'a récemment avoué vouloir investir dans des projets à Bordeaux mais dans des secteurs comme les Chartrons. C'est une vision assez bornée...". Aquibat prépare donc une mouture 2018 partagée entre un contexte économique du BTP plutôt favorable et une pression logique dans l'agglomération pour construire et densifier davantage. Et le salon ne compte pas s'arrêter sur sa lancée : sa directrice a déjà fait part de plusieurs thématiques (comme la formation, ou l'emploi du secteur, notamment féminin) qui n'ont pas pu être exploitées cette année, faute de temps. Ce vent économique, visiblement fédérateur, ne concerne pas uniquement Aquibat : les 25 et 26 mars, le Parc des Expositions a déjà programmé la onzième édition du Salon de la Maison Neuve, confronté à des perspectives moins réjouissantes (le recadrage du Prêt à Taux Zéro n'y est sans doute pas étranger...). Le pari s'annonce donc intéressant à relever, d'autant qu'avec 9000 nouveaux logements par an en moyenne sur le secteur de la métropole, côté innovation, il y a de quoi faire...

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : Aquibat

Partager sur Facebook
Vu par vous
15788
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 17 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !