Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/10/18 : Malgré les grèves qui ont affecté son trafic cette année,l'aéroport de Biarritz-Pays basque franchit, dès ce week-end des vacances de la Toussaint, le cap du million de passagers.

19/10/18 : Un salon gratuit sur la maladie de Crohn, la rectocolite hémorragique, la Polyarthrite et les rhumatismes inflammatoires chroniques est organisé samedi 20 octobre, à la maison des associations de Mérignac.Au menu: conférences, stands d'info, ateliers+ d'info

19/10/18 : Le Festival Garorock et Olympia production, filiale de Vivendi, ont annoncé ce 18 octobre la conclusion d'un accord d'acquisition du premier par le second. La finalisation de cette acquisition devrait intervenir d’ici la fin de l’année.

18/10/18 : En 2018, le Festival Musicalarue organisé à Luxey (40) a accueilli 49 110 personnes. Combien seront-elles pour l'édition des 30 ans ? Les dates viennent d'être dévoilées : le rendez-vous est donné les 15, 16 et 17 août 2019 !

16/10/18 : Des opposants au projet du contournement de Beynac ont bloqué ce mardi à Vézac, les véhicules qui participaient à une visite de presse du chantier organisée par le Département. Sur décision de la préfecture, les gendarmes ont délogé les manifestants.

16/10/18 : Christelle Dubos, secrétaire de la commission des affaires économiques de l'Assemblée Nationale et députée girondine, a été nommée ce mardi secrétaire d'Etat auprès de la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn.

16/10/18 : Remaniement - Christophe Castaner : ministre de l'Intérieur ; Marc Fesneau (MoDem) : secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement ; Franck Riester (Ex-LR) : ministre de la Culture ; Didier Guillaume (ex-PS) : ministre de l'Agriculture

16/10/18 : Remaniement suite - Jacqueline Gourault (MoDem) : ministre de la Cohésion des Territoires et des Collectivités Locales ; Marlène Schiappa : secrétaire d'Etat à l'Egalité Femmes-Hommes et à la lutte contre les discrimination

16/10/18 : Le 17 octobre à 11h15, un coaching des demandeurs d'emploi est organisé à la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de Poitiers en vue de les accompagner avant le Forum emploi qui aura lieu le lendemain.

16/10/18 : Le Conseil municipal de Biarritz a voté par 20 voix pour, face à 15 contre, le projet de gestion du Palais proposé par le maire Michel Veunac à l'issue d'une réunion très tendue. Une conseillère municipale, Virginie Lannevère a démissionné

15/10/18 : A l'occasion de ses 25 ans, l’Université de La Rochelle propose une exposition sur l'histoire de l’établissement, « Histoire d’avenirs, chronique d’une université en mouvement », exposée du 16 octobre au 30 décembre au Cloître des Dames Blanches.

15/10/18 : Charente-Maritime : Pole emploi et le Département 17 organisent un forum des emplois saisonniers hivernaux, le 16 octobre DE 9h à 16h30 à la Maison de la Charente-Maritime, 85 boulevard de la République à La Rochelle. Entrée libre.

15/10/18 : Yves Foulon, maire d'Arcachon, a été élu ce week-end en tant que nouveau président du parti LR en Gironde. Il succède à Alain Juppé dans un scrutin dans lequel il était le seul candidat avec 100% des voix et 55,73% de participation.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 19/10/18 | Une proposition de loi pour le revenu de base

    Lire

    La conseil départemental de Gironde et 17 autres départements ont choisi le 17 octobre, journée mondiale du refus de la misère, pour déposer une proposition de loi d'expérimentation du revenu de base. Deux modèles ont été retenus : un premier scénario avec une fusion du RSA et de la Prime d'activité (550 euros minimum) et un deuxième où se rajoutent les APL (740 euros minimum). L'expérimentation durerait trois ans sur un échantillon de 60 000 personnes. Les groupes socialistes de l'Assemblée Nationale et du Sénat insèreront la proposition dans leur niche parlementaire les 17 janvier et 6 mars prochain.

  • 19/10/18 | Nouvelle visite pour COM&VISIT

    Lire

    Bienvenueencoulisses.com propose une 8ème visite dont la 1ère aura lieu le 20 octobre de 9h à 10h30. Au cours de cette balade d’1h30 redécouvrez le quartier Ginko, son histoire et son évolution afin de mieux comprendre le contexte de sa création, le parti-pris de l’aménageur, des architectes et paysagistes. Durant les vacances, plus de 10 visites sont organisées pour découvrir ou redécouvrir le patrimoine économique de Bordeaux et de mieux comprendre le développement du territoire. Réservations obligatoires

  • 19/10/18 | Un berger au parc des Coteaux

    Lire

    Si vous êtes berger (ou bergère), sachez que le Grand Projet de Ville Rive Droite cherche des candidats pour gérer un troupeau de 80 moutons et chèvres pour concourir à un vaste plan de gestion écologique du parc des Coteaux soixante hectares. Les potentiels candidats pour ce contrat de 24 mois ont jusqu'au 21 novembre pour se manifester. A noter qu'une visite du parc partira du Rocher de Palmer le 7 novembre prochain à 14 heures. Le ou la candidate présélectionné(e) fin novembre débutera sa mission en janvier 2019.

  • 19/10/18 | Rochefort : une application pour visiter le patrimoine local

    Lire

    A l'occasion des Journée nationales de l’Architecture (du 19 au 21 octobre), Rochefort lance une nouvelle application de visites (libres ou guidées) de la ville et de son Arsenal : Visite Patrimoine. Téléchargeable sur tous les smartphones, elle entraîne le visiteurs à travers 18 lieux emblématiques de la ville, présentés au moyen d’anecdotes, d’indications historiques et pratiques. Visite patrimoine est né d’une collaboration entre les musées de la région et l'université de La Rochelle.

  • 19/10/18 | Laurent Nuñez en visite à Hendaye ce vendredi

    Lire

    Laurent Nuñez, secrétaire d’État auprès du ministre de l'Intérieur, ancien sous préfet de Bayonne revient au pays et effectuera ce vendredi 19 octobre une visite à Hendaye qui débutera par une visite du Centre de rétention administrative (CRA) d'Hendaye, pour une présentation des missions de la police aux frontières. Elle se poursuivra par celle du Centre de coopération policière et douanière d'Hendaye, accompagnée d’une présentation de ses missions et activités. Elle se terminera au péage frontalier de Biriatou.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Bâtiment : le fort ravalement de façade d'Aquibat

28/02/2018 | Le salon des professionnels du BTP tient sa septième édition du 14 au 16 mars et en profite pour proposer de nouveaux rendez-vous et une programmation étoffée.

Aquibat 2018

Ça construit dur en Nouvelle Aquitaine. Début février, dans son bilan économique 2017, l'antenne régionale de la Banque de France confirmait la dynamique de ce secteur représenté par 950 entreprises cumulant 6,12 millions d'euros et employant 42100 salariés et dont la productivité a progressé de +5,3% en 2017. Alors même que les perspectives devraient confirmer la tendance (+3,2% de hausse prévisionnelle pour 2018 et +1,8% pour l'effectif dont +2,9% pour les travaux publics), le climat actuel paraît être une aubaine dont la prochaine édition du salon Aquibat, prévue du 14 au 16 mars au Parc des Expositions de Bordeaux, compte bien profiter.

Nouveaux matériaux

Globalement, les dernières données fournies par la CCI de Bordeaux et de la Gironde confirment, même au niveau départemental, cette embellie du secteur. Dans une note publiée ce mardi, on découvre qu'au niveau de l'opinion du baromètre de l'économie girondine aussi, on fait un peu moins la tête : +33 points d'opinion positive pour le Chiffre d'affaires, +17 points pour la trésorerie et un taux d'investissement des industriels du secteurs de 49% fin 2017, soit davantage que dans le secteur de l'industrie (+46%), ce qui corrobore les tendances déjà relevées. "C'est évident qu'un salon professionnel est le reflet de sa filière, on bénéficie de cette embellie économique", confirmait ce mardi Delphine Demade, directrice de la nouvelle mouture fraîchement née du salon Aquibat qui convoquera lors de sa prochaine édition (du 14 au 16 mars prochain, donc) quelques 350 exposants régionaux, nationaux et même internationaux (9% des entreprises invitées sont étrangères) spécialisées dans le secteur du BTP. "C'est plus un salon d'espoir que de reprise, les gens y croient", ajoutait de son côté Bernard Aldebert, journaliste indépendant spécialiste du secteur et rattaché au développement du contenu de cette biennale qui souhaite clairement devenir une case incontournable pour les professionnels.  

Racheté fin 2016 par le CEB (Congrès et Expositions de Bordeaux), Aquibat se donne visiblement les moyens de ses nouvelles ambitions : sans nous préciser les chiffres exacts, les organisateurs confirment que l'équipe dédiée aux exposants à été multipliée par deux et celle des visiteurs par trois pour un évènement représentant un Chiffre d'affaires d'environ 1,4 millions d'euros. En neuf mois, le salon a voulu faire peau neuve. Il compte déjà dans ses rangs 350 exposants (contre 300 lors de la dernière édition) et espère attirer 15 000 visiteurs professionnels pendant ces trois jours, dont le programme s'est etoffé avec la reprise. "Nous avons voulu retrouver du contenu à la fois en termes de métiers et de business pour renouveler les exposants et visiteurs d'un salon autrefois peu entretenu. L'objectif, c'était avant tout de stopper sa décroissance", confiait Delphine Demade. Pour cela, CEB s'est adjoint les services d'un nouveau "comité technique", composé du gratin de la filière BTP, qui évidemment feront leur propre show pendant les trois jours du salon : l'ADEME, l'AQC (Agence Qualité Construction), CAPEB Gironde, l'Ordre des Architectes ou encore la Fédération Française du Bâtiment Nouvelle Aquitaine, une quinzaine de professionnels en tout. Aquibat se restructure sur les modèles déjà éprouvés du portefeuille d'évènements déjà acquis par CEB : cinq pôles (gros oeuvre, second oeuvre, gros matériel, équipements techniques et nouvelles énergies, services et partenaires) pour autant de thématiques (innovation, opportunités de marché, numérique, matériaux, énergie). Autour de ces cinq pôles, ces derniers ont elaboré un programme qui se veut plus accessible et ouvert aux propositions : l'édition 2018 assure un taux de 40% de "nouveaux exposants", essentiellement des marques (75%) et des distributeurs (25%). 

Opération séduction

Histoire de les attirer, la programmation, elle aussi, s'est offert un petit coup de boost supplémentaire. Démonstrations de machines en situation dans un "Techno Show" mais aussi, et c'est moins évident, un centre d'essais de véhicules utilitaires où les constructeurs joueront des coudes (Volkswagen y compris...). L'une des plus grosses nouveautés sera sans doute ce "village de l'innovation" porté par le CREAd (Construction Ressources Environnement Aménagement et Habitat durables) qui servira de vitrine aux nouvelles pratiques du secteur (qu'on a connu plus timide...). On pourra y retrouver des entreprises comme IQSPOT, découvrir un pôle "immersion et réalité virtuelle", un autre consacré à la robotique et aux drônes, un volet énergie (photovoltaïque, thermique...) : autant de secteurs innovants et facile à vendre qui devraient bien s'accomoder avec les thématiques des conférences et rencontres organisées par les différents partenaires (qualité de l'air et matériaux biosourcés pour AQC, perspectives du bois et de la construction pour FCBA, suivi de chantier et robotisation pour la FFB Nouvelle Aquitaine...). Surtout, Aquibat veut faire comprendre qu'il est aussi un salon où l'on peut faire du business et se servir de ses muscles en plus de les montrer. Le salon offre ainsi l'opportunité pour les professionnels d'organiser des rendez-vous sur place via le site internet de l'évènement, histoire d'être sûrs de trouver une place dans l'Espace Affaires du Hall 1 du Parc des Expositions. Pitchs et tables rondes s'ajouteront ainsi aux rencontres individuelles et aux démonstrations d'acteurs aussi bien privés que publics. 

Ça aussi, c'est nouveau : pour la première fois cette année, Bordeaux Métropole est à la fois invité et intervenant. Elle devrait trouver là quelques nouvelles épaules sur qui poser sa récente "charte du bien construire" face aux défis de l'attractivité de l'agglomération. Car si cette charte existe bien, l'intérêt de la métropole est évidemment de convaincre le plus de professionnels possibles de la signer afin de rentrer dans le giron du label. Une opération séduction affichée donc, et poliment décrite par les organisateurs comme une "valorisation particulière". Pour Bernard Aldebert, l'évènement sert à l'institution publique de "chambre d'échos" idéale pour mobiliser autour de sa charte qu'il considère, d'un oeil extérieur, comme un "premier pas intelligent. On ne peut pas imposer à un secteur des mesures trop brutales. Le rôle du label n'est pas forcément de faire peur, mais les résultats peuvent-être intéressants dès lors que son retrait est rendu public". Les enjeux sont évidemment primordiaux pour une agglomération qui fait face, comme d'autres, à l'étalement urbain. "Il y a une dichotomie dans ce secteur aux procédés anciens et séculaires, voire primitifs, et le développement extraordinaire de nouvelles procédures" (de construction). On ne peut pas continuer comme on a fait pendant trente ans, on ne pourra pas avoir un réseau de tram qui couvre toute la métropole. Si on densifie les zones périphériques, on pourra rendre rentables des équipements qui ne le sont pas forcément aujourd'hui".

Quant au paradoxe récemment souligné par une instructive étude sur le prix du foncier bordelais (à savoir la frilosité un peu plus manifeste pour la rive droite), elle n'est selon lui due qu'au fait "qu'il existe encore du foncier sur la rive gauche. Quand elle sera saturée, ils iront sur la rive droite. C'est profondément injuste, car on peut constater sur ce territoire toute une série d'expériences de construction très intéressantes en matière d'architecture et d'urbanisme. Une amie qui travaille dans l'architecture et spécialiste du secteur m'a récemment avoué vouloir investir dans des projets à Bordeaux mais dans des secteurs comme les Chartrons. C'est une vision assez bornée...". Aquibat prépare donc une mouture 2018 partagée entre un contexte économique du BTP plutôt favorable et une pression logique dans l'agglomération pour construire et densifier davantage. Et le salon ne compte pas s'arrêter sur sa lancée : sa directrice a déjà fait part de plusieurs thématiques (comme la formation, ou l'emploi du secteur, notamment féminin) qui n'ont pas pu être exploitées cette année, faute de temps. Ce vent économique, visiblement fédérateur, ne concerne pas uniquement Aquibat : les 25 et 26 mars, le Parc des Expositions a déjà programmé la onzième édition du Salon de la Maison Neuve, confronté à des perspectives moins réjouissantes (le recadrage du Prêt à Taux Zéro n'y est sans doute pas étranger...). Le pari s'annonce donc intéressant à relever, d'autant qu'avec 9000 nouveaux logements par an en moyenne sur le secteur de la métropole, côté innovation, il y a de quoi faire...

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : Aquibat

Partager sur Facebook
Vu par vous
14141
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !