Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

26/01/21 : La Rochelle: la compagnie aérienne britannique Jet2 va ouvrir une nouvelle ligne entre Birmingham et La Rochelle l’été 2022. Les 2 lignes actuelles avec Leeds-Bradford et Manchester seront desservies du 29/05 au 18/09 et du 3/07 au 18/09 - 1 vol/samedi.

22/01/21 : Charente-Maritime : Cédric Tranquard, 44 ans, a été élu ce matin président de la Chambre d'agriculture départementale. Il succède à Luc Servant, élu en décembre à la présidence de la Chambre régionale.

22/01/21 : La Rochelle : le Centre de vaccination de l’Espace Encan sera ouvert à partir du 25 janvier. Les vaccinations seront assurées par les professionnels de santé du lundi au vendredi, sur RDV, pour les résidents du territoire âgés de 75 ans ou plus.

21/01/21 : Charente-Maritime : Rémi Justinien, adjoint au maire de Tonnay-Charente, succède à Cyril Chappet, adjoint à Saint-Jean d'Angély, comme premier secrétaire fédéral du PS en Charente-Maritime, à l'issue d'un conseil fédéral mardi.

18/01/21 : Au 16 janvier, 34 689 vaccinations ont été réalisées en Nouvelle-Aquitaine, la plaçant parmi les régions ayant le plus vacciné. L’objectif national de 1 million de vaccinations à fin janvier, se traduit par un objectif régional de 100 000 vaccinations.

06/01/21 : 823kg de jouets et de livres ont été collectés par la Communauté d’Agglo de Pau et ses partenaires grâce à l’opération "Le père Noël fait de la récup’"! Elle se poursuit jusqu'au 17 janvier dans les déchetteries et points de dépôts.+ d'info

28/12/20 : Le 22 décembre, les communes de Tocane-Saint-Apre et Bergerac en Dordogne ont été reconnues en état de catastrophe naturelle pour inondations et coulées de boues en septembre 2020.

28/12/20 : Suite aux inondations et coulées de boues survenues dans les Landes en octobre dernier, les communes de Mimbaste, Bélus et Rivière-Saas-et-Gourby ont été reconnues le 22 décembre en état de catastrophe naturelle.

23/12/20 : Le préfet de la Charente-Maritime a validé la sortie de la communauté d'agglomération de La Rochelle du syndicat départemental Eau 17, à compter du 1er janvier 2021.

23/12/20 : 60 000 € ont été votés lors de la dernière commission permanente du Département des Deux-Sèvres en faveur de la recherche scientifique et l'innovation. Cette somme sera attribuée sous formes de bourses doctorales

23/12/20 : Le Conseil communal des jeunes de Poitiers a organisé mi-décembre, une collecte de produits de puériculture dans les collèges. Plus de 150 produits (couches, lait, produits d’hygiène…) ont ainsi été remis au restos du Coeur et au Secours Populaire

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 26/01/21 | Landes : 1 M€ pour réparer les dégâts des intempéries de 2020

    Lire

    Ce 25 janvier, le Conseil départemental des Landes réuni en séance plénière extraordinaire a voté une enveloppe d'1 M€ suite aux 4 épisodes de pluie et de crues connues en 2020, et particulièrement ravageuses sur le réseau et ouvrages d'art routiers. 500 000 € sont dédiés à la remise en état du réseau départemental et 500 000 € iront en soutien des collectivités locales dans leurs propres chantiers de réhabilitation. L'enveloppe globale pourra être revue à la hausse selon les besoins.

  • 26/01/21 | Tribord arrive à La Rochelle

    Lire

    Tribord, la marque de nautisme de Décathlon, a dernièrement quitté son siège de Hendaye pour s'installer à La Rochelle. L'équipe est en train d'emménager dans les locaux de l'ancienne Société des régates rochelaises, au niveau de la capitainerie du port des Minimes. Le site devrait être opérationnel en avril, pour une ouverture au public cet été. Ce laboratoire de recherche et de développement, le "Sailing Lab", aura vocation à développer de nouveaux produits du nautisme. 5 emplois seront créés.

  • 26/01/21 | Transition énergétique: la Région pactise avec les entreprises

    Lire

    Le Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine a conclu début janvier un contrat de partenariat "Compétitivité énergétique" avec l'entreprise Placoplatre, à Cherves-Richemont (Charente). Il s’agit du dixième de ce type. La volonté de la Région est de faire baisser de 30% sa consommation électrique sur l’ensemble du territoire néo-aquitain, dont 20% de celle-ci est représenté par le secteur de l’industrie. Avec ce dixième contrat, le Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine atteint une économie d'énergie totale de plus de 500 GWh, ce qui correspond à la rénovation de 100 000 logements.

  • 26/01/21 | La voiture, moyen de transport préféré des Néo-Aquitains

    Lire

    Une récente étude de l'INSEE Nouvelle-Aquitaine montre que les Neo-Aquitains ont bien du mal à se séparer de leur voiture, même pour effectuer des déplacements courts. Sur 700 000 personnes habitant à moins de 5kms de leur travail, 72% prennent la voiture, contre 60% nationalement. Pour ceux qui habitent à plus de 5kms de leur travail, 16% s’y rendent en transports en commun et 11% en vélo. Les transports en communs sont davantage utilisés dans les zones fortement urbanisées. Là où le recours au vélo est aussi en hausse. Les résultats de l’enquête ici

  • 25/01/21 | Vienne: une visite guidée digitale de l'Abbaye de Saint-Savin !

    Lire

    L'abbaye de Saint-Savin (86) propose une visite virtuelle en partenariat avec la société Conférentia spécialisée dans l’organisation d’événements digitaux. Totalement gratuite, cette visite inédite se déroule ce lundi 25 janvier entre 18h30 et 20h et sera animée par 2 guides-conférenciers de l’abbaye. Le temps de cette visite atypique, le visiteur sera transporté de son salon jusqu’au au cœur du Moyen Âge, entre petite et grande histoire de France, à la découverte de l’abbaye et de lieux traditionnellement interdits d’accès ! Infos et inscription : www.conferentia.fr (onglet conférence gratuite)

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Bâtiment : le fort ravalement de façade d'Aquibat

28/02/2018 | Le salon des professionnels du BTP tient sa septième édition du 14 au 16 mars et en profite pour proposer de nouveaux rendez-vous et une programmation étoffée.

Aquibat 2018

Ça construit dur en Nouvelle Aquitaine. Début février, dans son bilan économique 2017, l'antenne régionale de la Banque de France confirmait la dynamique de ce secteur représenté par 950 entreprises cumulant 6,12 millions d'euros et employant 42100 salariés et dont la productivité a progressé de +5,3% en 2017. Alors même que les perspectives devraient confirmer la tendance (+3,2% de hausse prévisionnelle pour 2018 et +1,8% pour l'effectif dont +2,9% pour les travaux publics), le climat actuel paraît être une aubaine dont la prochaine édition du salon Aquibat, prévue du 14 au 16 mars au Parc des Expositions de Bordeaux, compte bien profiter.

Nouveaux matériaux

Globalement, les dernières données fournies par la CCI de Bordeaux et de la Gironde confirment, même au niveau départemental, cette embellie du secteur. Dans une note publiée ce mardi, on découvre qu'au niveau de l'opinion du baromètre de l'économie girondine aussi, on fait un peu moins la tête : +33 points d'opinion positive pour le Chiffre d'affaires, +17 points pour la trésorerie et un taux d'investissement des industriels du secteurs de 49% fin 2017, soit davantage que dans le secteur de l'industrie (+46%), ce qui corrobore les tendances déjà relevées. "C'est évident qu'un salon professionnel est le reflet de sa filière, on bénéficie de cette embellie économique", confirmait ce mardi Delphine Demade, directrice de la nouvelle mouture fraîchement née du salon Aquibat qui convoquera lors de sa prochaine édition (du 14 au 16 mars prochain, donc) quelques 350 exposants régionaux, nationaux et même internationaux (9% des entreprises invitées sont étrangères) spécialisées dans le secteur du BTP. "C'est plus un salon d'espoir que de reprise, les gens y croient", ajoutait de son côté Bernard Aldebert, journaliste indépendant spécialiste du secteur et rattaché au développement du contenu de cette biennale qui souhaite clairement devenir une case incontournable pour les professionnels.  

Racheté fin 2016 par le CEB (Congrès et Expositions de Bordeaux), Aquibat se donne visiblement les moyens de ses nouvelles ambitions : sans nous préciser les chiffres exacts, les organisateurs confirment que l'équipe dédiée aux exposants à été multipliée par deux et celle des visiteurs par trois pour un évènement représentant un Chiffre d'affaires d'environ 1,4 millions d'euros. En neuf mois, le salon a voulu faire peau neuve. Il compte déjà dans ses rangs 350 exposants (contre 300 lors de la dernière édition) et espère attirer 15 000 visiteurs professionnels pendant ces trois jours, dont le programme s'est etoffé avec la reprise. "Nous avons voulu retrouver du contenu à la fois en termes de métiers et de business pour renouveler les exposants et visiteurs d'un salon autrefois peu entretenu. L'objectif, c'était avant tout de stopper sa décroissance", confiait Delphine Demade. Pour cela, CEB s'est adjoint les services d'un nouveau "comité technique", composé du gratin de la filière BTP, qui évidemment feront leur propre show pendant les trois jours du salon : l'ADEME, l'AQC (Agence Qualité Construction), CAPEB Gironde, l'Ordre des Architectes ou encore la Fédération Française du Bâtiment Nouvelle Aquitaine, une quinzaine de professionnels en tout. Aquibat se restructure sur les modèles déjà éprouvés du portefeuille d'évènements déjà acquis par CEB : cinq pôles (gros oeuvre, second oeuvre, gros matériel, équipements techniques et nouvelles énergies, services et partenaires) pour autant de thématiques (innovation, opportunités de marché, numérique, matériaux, énergie). Autour de ces cinq pôles, ces derniers ont elaboré un programme qui se veut plus accessible et ouvert aux propositions : l'édition 2018 assure un taux de 40% de "nouveaux exposants", essentiellement des marques (75%) et des distributeurs (25%). 

Opération séduction

Histoire de les attirer, la programmation, elle aussi, s'est offert un petit coup de boost supplémentaire. Démonstrations de machines en situation dans un "Techno Show" mais aussi, et c'est moins évident, un centre d'essais de véhicules utilitaires où les constructeurs joueront des coudes (Volkswagen y compris...). L'une des plus grosses nouveautés sera sans doute ce "village de l'innovation" porté par le CREAd (Construction Ressources Environnement Aménagement et Habitat durables) qui servira de vitrine aux nouvelles pratiques du secteur (qu'on a connu plus timide...). On pourra y retrouver des entreprises comme IQSPOT, découvrir un pôle "immersion et réalité virtuelle", un autre consacré à la robotique et aux drônes, un volet énergie (photovoltaïque, thermique...) : autant de secteurs innovants et facile à vendre qui devraient bien s'accomoder avec les thématiques des conférences et rencontres organisées par les différents partenaires (qualité de l'air et matériaux biosourcés pour AQC, perspectives du bois et de la construction pour FCBA, suivi de chantier et robotisation pour la FFB Nouvelle Aquitaine...). Surtout, Aquibat veut faire comprendre qu'il est aussi un salon où l'on peut faire du business et se servir de ses muscles en plus de les montrer. Le salon offre ainsi l'opportunité pour les professionnels d'organiser des rendez-vous sur place via le site internet de l'évènement, histoire d'être sûrs de trouver une place dans l'Espace Affaires du Hall 1 du Parc des Expositions. Pitchs et tables rondes s'ajouteront ainsi aux rencontres individuelles et aux démonstrations d'acteurs aussi bien privés que publics. 

Ça aussi, c'est nouveau : pour la première fois cette année, Bordeaux Métropole est à la fois invité et intervenant. Elle devrait trouver là quelques nouvelles épaules sur qui poser sa récente "charte du bien construire" face aux défis de l'attractivité de l'agglomération. Car si cette charte existe bien, l'intérêt de la métropole est évidemment de convaincre le plus de professionnels possibles de la signer afin de rentrer dans le giron du label. Une opération séduction affichée donc, et poliment décrite par les organisateurs comme une "valorisation particulière". Pour Bernard Aldebert, l'évènement sert à l'institution publique de "chambre d'échos" idéale pour mobiliser autour de sa charte qu'il considère, d'un oeil extérieur, comme un "premier pas intelligent. On ne peut pas imposer à un secteur des mesures trop brutales. Le rôle du label n'est pas forcément de faire peur, mais les résultats peuvent-être intéressants dès lors que son retrait est rendu public". Les enjeux sont évidemment primordiaux pour une agglomération qui fait face, comme d'autres, à l'étalement urbain. "Il y a une dichotomie dans ce secteur aux procédés anciens et séculaires, voire primitifs, et le développement extraordinaire de nouvelles procédures" (de construction). On ne peut pas continuer comme on a fait pendant trente ans, on ne pourra pas avoir un réseau de tram qui couvre toute la métropole. Si on densifie les zones périphériques, on pourra rendre rentables des équipements qui ne le sont pas forcément aujourd'hui".

Quant au paradoxe récemment souligné par une instructive étude sur le prix du foncier bordelais (à savoir la frilosité un peu plus manifeste pour la rive droite), elle n'est selon lui due qu'au fait "qu'il existe encore du foncier sur la rive gauche. Quand elle sera saturée, ils iront sur la rive droite. C'est profondément injuste, car on peut constater sur ce territoire toute une série d'expériences de construction très intéressantes en matière d'architecture et d'urbanisme. Une amie qui travaille dans l'architecture et spécialiste du secteur m'a récemment avoué vouloir investir dans des projets à Bordeaux mais dans des secteurs comme les Chartrons. C'est une vision assez bornée...". Aquibat prépare donc une mouture 2018 partagée entre un contexte économique du BTP plutôt favorable et une pression logique dans l'agglomération pour construire et densifier davantage. Et le salon ne compte pas s'arrêter sur sa lancée : sa directrice a déjà fait part de plusieurs thématiques (comme la formation, ou l'emploi du secteur, notamment féminin) qui n'ont pas pu être exploitées cette année, faute de temps. Ce vent économique, visiblement fédérateur, ne concerne pas uniquement Aquibat : les 25 et 26 mars, le Parc des Expositions a déjà programmé la onzième édition du Salon de la Maison Neuve, confronté à des perspectives moins réjouissantes (le recadrage du Prêt à Taux Zéro n'y est sans doute pas étranger...). Le pari s'annonce donc intéressant à relever, d'autant qu'avec 9000 nouveaux logements par an en moyenne sur le secteur de la métropole, côté innovation, il y a de quoi faire...

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : Aquibat

Partager sur Facebook
Vu par vous
15668
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 29 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !