Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

  • 20/02/18 | Logement : la flambée bordelaise confirmée

    Lire

    Le nouveau baromètre des prix moyens de l'immobilier dans les villes de plus de 100 000 habitants est riche en enseignements. On y apprend, sans grande surprise, que Bordeaux figure dans le top 3 des dix villes les plus chères de France : 266 124 euros en moyenne (juste derrière Lyon et ses 279 524 euros), soit une hausse de 13,2%. En comparaison, la ville de Toulouse se situe loin derrière en douzième position (175 609 euros). Enfin, le baromètre d'LPI-Se Loger affirme que le prix moyen d'un logement dépasse les 200 000 euros dans sept villes (sur 34) de plus de 100 000 habitants.

  • 19/02/18 | Benoît Simian, député LREM du Médoc défend les petites lignes

    Lire

    Le député du Médoc qui a participé aux travaux du Conseil d’orientation des infrastructures soutient "l'ambition forte du gouvernement pour le service public ferroviaire". "Au sujet des « petites lignes », cela "relève d’une autre démarche et de discussions avec les régions qui sont les premières concernées. Le Gouvernement respectera ses engagements pris dans les CPER pour la rénovation des petites lignes et mènera ces discussions dans le cadre de la préparation des schémas régionaux d’aménagement qui doivent être élaborés d’ici 2019. Supprimer nos petites lignes serait asphyxier nos territoires."

  • 19/02/18 | Angoulême : le trésor réouvert au public

    Lire

    Le trésor de la cathédrale Saint-Pierre d’Angoulême, protégée au titre des Monuments historiques, fermé depuis novembre suite à des actes de vandalisme, rouvre au public ce mardi 20 février. De gros travaux y ont été réalisés afin de restaurer les lieux et sécuriser le site. Le ministère de la Culture a confié la scénographie du trésor de la cathédrale à l’artiste plasticien Jean-Michel Othoniel. Pour découvrir les plus de 200 objets et sculptures liturgiques datant pour la plupart du XIXe siècle, les visites sont assurées sur réservation du mardi au dimanche par les guides de l’association Via Patrimoine.

  • 16/02/18 | Crédit Agricole d'Aquitaine: des assemblées new look

    Lire

    Le Crédit Agricole d'Aquitaine innove à l'occasion de ces assemblées de caisses locales qui se tiennent cette année du 20 février au 23 mars. A Dax le 24 février, Marmande le 3 mars, Aire sur l'Adour le 10 mars les sociétaires pourront rencontrer des associations locales, des intervenants sur le thème de l'emploi et du digital. En outre, avec le souci de "connecter les jeunes aux valeurs du sociétariat" le Crédit Agricole d'Aquitaine lance une "web-série" "Chaque voix compte" interprétée part 8 jeunes recrutés via un casting Facebook : à découvrir sur @caavalefaire

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Bayonne développe aussi son image touristique

08/02/2015 | Après avoir inauguré il y a 4 jours, un futur hôtel 4 étoiles, le maire Jean-René Etchegaray a posé la première pierre d'un Office de tourisme agrandi et plus accueillant à la porte du centre-ville

Offioce de tourisme de Bayonne

A l'heure où les acteurs de la vie économique et du tourisme se penchent sur le futur nom de l'aéroport de Bayonne-Anglet-Biarritz, la municipalité de Bayonne, peaufine son image touristique en posant la première pierre des travaux de rénovation et d’extension de son office de tourisme situé place des Basque, en cœur de ville. Avec l'ambition, pour la cité dont les fortification ont été dessinées par Vauban, de confirmer sa place de destination de tourisme de premier plan et de viser l'excellence. L'objectif affiché de ces travaux est un classement en catégorie A à l'horizon 2016

Il y avait beaucoup d'élus en cet après-midi d'hiver autour du maire Jean-René Etchegaray, de l'adjoint au tourime et à la communication, Sylvie Durrruty, du président de l'Office de tourisme Henri Lauqué, du directeur, Serge Cazaban qui l'intégra  en 1996 alors qu'à l'époque il entamait son poste de demi-d'ouverture à l'Aviron Bayonnais, mais aussi d'Yves Ugalde et Philippe Neys, respectivement adjoints à la culture et aux travaux. Etait également présents la représentante du Conseil général Marie-Christine Aragon qui devrait attribuer une enveloppe de 200 000 euros pour l'opération et évidemment l'architecte Aldric Gayet. "Notre ville est engagée dans une dynamique touristique importante et il était important que l'Office de tourisme, son vaisseau amiral soit à la hauteur de nos ambitions. " rappelait Henri Lauqué qui en fut le jeune directeur en 1976 et se retrouve aujourd'hui président.

La récente obtention du label Ville d'Art et d'Histoire, mais aussi les projets d'implantatoin de deux hôtels 4 étoiles ont renforcé, comme allait le rappeler Jean-René Etchegaray,  la volonté de la ville de développer un Office de tourisme qui reçoit 180 000 visiteurs par an. Cet aménagement d'envergure vise le classement du futur établissement en Office de catégorie A  mais aussi qu'il obtienne le label Tourisme et handicap. L'ardoise s'élève à 1 250 000 euros dont 1 050 000 euros à la charge de la ville.

Deux solutions se présentaient, la destruction et le déménagement alors qu'il se trouve dans un endroit certe un peu décentré du coeur de ville historique, mais bien placé en désserte de transport ; à proximité de la gare routière et sur le passage des lignes principales du réseau de bus et à proximité des commerces du centre-ville. Choix a donc été pris d'ajouter un nouveau pavillon d'accueil, "Ouvert sur la ville", au bâtiment existant.
La première tranche des travaux, dont la première pierre a été posée ce vendredi après-midi, interessera l'extension de l'existant et l'Office continuera de fonctionner pendant les travaux. "Une difficulté certes mais indispensable, souligna Marc Wittenberg, car le chantier s'effectuera sur un site occupé necessitant une opération à tiroir. Des déménagements provisoires dans un bâtiment modulaire ont été installés sur la place des Basque."

Le triple objectif du cabinet d'architecesC'est le cabinet Roger-Gayet qui a été retenu parmi de très nombreux candidats, Aldric Gayet, un de ces arhcitectes, a rappelé les trois objectifs de l'édifice: mettre en valeur l'office dans son environnement urbain et paysager. Son orientation et ses accès actuels ne sont pas clairement identifiables depuis l'espace public il faut en améliorer la visibilité dans la perspective d'un espace paysager, actuellement parking, situé entre les allées Paulmy et la place où il et situé. Deuxième objectif: améliorer les conditions d'accueil du public et de travail du personnel par la création d'une surface supplémentaire avec un auvent d'entrée suffisament grand pour accueillir les groupes de visiteurs. Enfin, il s'agit d'éviter de dénaturer l'espace existant qui a une architecture identitaire forte. Il a été donc décidé de le conserver et c'est dans "l'existant" qu'officiera le personnel.

Bayonne tient à inscrire son empreinte dans la politique volontariste touristique qui semble donner des ailes au Pays basque.

Félix Dufour
Par Félix Dufour

Crédit Photo : F.

Partager sur Facebook
Vu par vous
1758
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
bayonne est gasconne!!!!!! | 08/02/2015

Bayonne effectue un magnifique marketing sur sa pseudo personnalité basque. Bayonne historiquement est une VILLE GASCONNE , les basques y ont pénétré par migration fin XIX debut XX. Jamais Bayonne n'a fait partie des 7 vallées basques. Par contre elle a accueilli une académie gasconne, sa culture est gasconne. Depuis Bayonne a surfé par intérêt sur la vague basque afin de se vendre (fêtes, corridas, drapeau basque flottant au vent, musée basque ah!ah!ah!). L'image basque de Bayonne est un formidable atout commercial, mais c'est un emballage touristique et publicitaire, pas plus, pas moins. Je suis assez étonné que les vrais basques ne dénoncent pas cette imposture géographico historique

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !