aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

05/02/16 : A630: en raison des travaux de mise à 2X3 voies la rocade intérieure sera fermée à la circulation entre l’échangeur 12 (Beutre) et l’échangeur 9 (Magudas), lundi 8 et mardi 9 février 2016 de 21h00 à 6h00.

02/02/16 : Plusieurs dizaines d'agriculteurs dénonçant les difficultés de la profession ont entassé pneus, et enflammé des balles de paille, ce matin devant une villa préfectorale de Pau. Les manifestants se sont aussi rendus devant l'hypermarché Leclerc

01/02/16 : Après la mobilisation des services de l'Etat et des collectivités, soulagement et maintien de la vigilance sur le littoral landais après la réussite de l'opération de remorquage du cargo panaméen qui pourrait relier le port de Bilbao mercredi.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 05/02/16 | En Dordogne, les conseillers départementaux adoptent le budget sans l'oppostion

    Lire

    Ce matin, les élus du département de la Dordogne ont adopté un budget en diminution. Les élus de l'opposition on voté contre, tout en faisant des propositions d'économies sur le personnel, l'insertion et les subventions aux associations. Le budget primitif 2016 s'élèvera à 503.211.657 €, en baisse (-1,5%) par rapport au budget primitif 2015. Comme annoncé, lors du débat budgétaire, la fiscalité augmentera sur le foncier bâti sur 2016 et 2017, cela représentera 4,3 M€ de recettes supplémentaires.

  • 05/02/16 | Gironde: Pierre Garmendia est décédé

    Lire

    C'est une figure de la vie politique girondine, et singulièrement de la rive droite, qui s'est éteinte ce 5 févier à l'âge de 91 ans. Pierre Garmendia d'abord élu à Cenon en 1965, puis conseiller général et régional tout en étant à 4 reprises député de la 4e circonscription de la Gironde et Maire de Floirac de 1995 à 2001. Hommage d'Alain Rousset: Il a partagé la transition entre André Labarrère et Philippe Madrelle au service de l'Aquitaine; Il a accompagné affectueusement mon parcours, y compris dans les phases difficiles. Il représente l'intégration d'une famille basque espagnole fuyant la dictature venue s'épanouir en Gironde."

  • 03/02/16 | La fin annoncée du centre culturel de Ribérac

    Lire

    A travers un communiqué, l'association qui gère le centre culturel de Ribérac (24) a annoncé sa dissolution. « Nos discussions avec la mairie s'arrêtent là », annonce-t-elle, affirmant qu'il va être procédé au licenciement économique des trois salariés. Un conflit oppose la municipalité et la structure : en cause une baisse notable des subventions municipales, de 75 000 euros maximum contre 123 500 l'an passé. Un rassemblement de soutien est prévu le 6 février, à 10h30, place du Général-de-Gaulle.

  • 02/02/16 | Bus "Macron": Dangereux concurrents pour les TER

    Lire

    La région ALPC réagit à la création de nouvelles dessertes, la loi Macron ayant libéralisé le transport des voyageurs par autocar, au risque de porter atteinte à l'équilibre économique de certaines lignes Ter. En tant qu'Autorité organisatrice de transport, la Région a saisi l'ARAFER (Autorité de régulation des activités ferroviaires et routières) pour 4 liaisons: Limoges-Brive-la-Gaillarde (société Flixbus) : demande de limitation; Niort-Poitiers (sté Flixbus): demande d'interdiction; Brive-la-Gaillarde Périgueux (sté « Courriers Rhodaniens ») : demande d'interdiction; Mont-de-Marsan-Pau (sté Starshipper) : demande de limitation

  • 02/02/16 | Filière palmipèdes : EELV s'explique

    Lire

    Les élus EELV de la Région qui n'ont pas voté la motion de soutien à la filière s'en expliquent dans un communiqué: "nous avions souhaité trouver un texte qui puisse s'accorder avec toutes les tendances politiques du conseil régional. Un mot ajouté par tactique politicienne du groupe LR aura suffi à le rendre impossible. L'argument avancé à droite de l' auto-gavage des oiseaux migrateurs est une réalité, mais le gavage n'est en aucun cas naturel. Notre proposition a été de remplacer "naturel" par "traditionnel" ce qui nous aurait permis de voter la motion. Les groupes de droite ont estimé nécessaire de bloquer la volonté de consensus, en s'y opposant"

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Economie | Béatex, le dernier fabricant français de bérets basques repris par un groupe toulousain

30/05/2012 | Ce mardi 29 mai, le tribunal de commerce de Pau a désigné le groupe Cargo-Promodis, spécialisé notamment dans l'équipement des armées, comme repreneur de Béatex.

Le célèbre béret basque

Longtemps, les salariés de Béatex, dernière fabrique de bérets français, implantée à Oloron-Sainte-Marie dans les Pyrénées-Atlantiques se sont inquiétés quant à leur avenir. Si le béret est revenu à la mode ces dernières années, leur société était au creux de la vague. Elle a été placée en redressement judiciaire en janvier, par le tribunal de commerce de Pau, qui s'était auto-saisi quelques mois plus tôt. Un fait rare, qui en dit long sur l'attachement des basques à cette entreprise. Aujourd'hui, c'est un nouveau chapitre qui s'ouvre avec le repreneur Cargo-Promodis, basé à Toulouse.

Il y avait trois candidats, dont deux clients, pour racheter Béatex : la holding Gouaix, dont le siège est à Neuilly-sur-Seine, dans les Hauts-de-Seine - deux entreprises des Pyrénées-Atlantiques, Blancq-Olibet à Baudreix et la Manufacture pyrénéenne à Jurançon, spécialisée dans la fabrication de tissus - et le groupe Cargo-Promodis. C'est ce dernier que le tribunal de commerce de Pau a choisi aujourd'hui. Le meilleur choix  pour les salariés si l'on en croit  Jean René Riard, délégué du personnel. "C'est un soulagement car socialement c'était la meilleure proposition avec la reprise de 30 salariés sur 44", a-t-il déclaré.

500 000 euros injectés dans l'entreprise
Autre annonce rassurante, le repreneur s'est engagé à injecter immédiatement 500.000 euros dans l'entreprise, puis 750.000 euros à partir de 2014. Le groupe Cargo-Promodis, connaît bien le secteur. Il est spécialisé dans les équipements pour l'armée française, la gendarmerie et les pompiers. Espérons que cette fois, les salariés vont retrouvé un peu de sérénité. C'est en tout cas un savoir-faire bien ancré dans notre territoire qui est préservé. La fabrication des bérets basques à Oloron-Sainte-Marie a commencé en 1840. Jusqu'à 400 salariés ont travaillé dans cette usine.

Nicolas César
Par Nicolas César

Crédit Photo : titliline

Partager sur Facebook
Vu par vous
126
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 8 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !