Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

04/12/20 : Après 20 années de Présidence de la Chambre régionale d'agriculture Aquitaine puis Nouvelle-Aquitaine, Dominique Graciet confirme qu'il démissionnera de son mandat le 7 décembre prochain.

04/12/20 : Bordeaux-L'Observatoire girondin des libertés publiques organise ce vendredi 4 décembre 18h, Place de la Victoire, un rassemblement contre la loi "Sécurité Globale". Dans ce cadre, la mobilisation du 28 novembre avaient déjà réuni 20 000 personnes+ d'info

03/12/20 : Ce 3 décembre, les communes de Bordeaux et Le Tourne ont été reconnues en état de catastrophe naturelle pour inondations et coulées de boue pour la période du 9 au 11 mai 2020.

03/12/20 : Valéry Giscard d'Estaing est mort ce 2 décembre à 94 ans. Son élection en 1974 a été considérée comme un tournant dans le cours de la société française avec l'abaissement à 18 ans de l'âge de la majorité et le soutien à la loi sur l'IVG de Simone Veil

24/11/20 : Âgé de 90 ans, André Luberriaga, ancien maire d'Ascain, au Pays basque, s’est éteint lundi, une semaine après son épouse Martta. Conseiller général d’Ustaritz de 1976 à 1988, l'UDF André Luberriaga, avait dirigé la commune de 1977 à 2001.

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 04/12/20 | Une unité de méthanisation à Saugnacq-et-Muret

    Lire

    La société BFM Biométhane a été créée par trois entreprises agricoles pour porter une unité de méthanisation à Saugnacq-et-Muret dans les Landes. Dans le cadre du projet, plutôt que d'être détruites avant l'implantation de la culture principale, les cultures intermédiaires seront valorisées grâce à la méthanisation à des fins énergétiques. Le projet permettra d'éviter l'émission de 4600 tonnes équivalent CO2. Pour la construction de cette unité de méthanisation, la Région vient d’allouer une subvention de 700 000 euros.

  • 04/12/20 | La Flow Vélo poursuit son développement sur Grand Cognac

    Lire

    La Flow Vélo, qui relie l’Ile d’Aix à Thiviers longe le fleuve Charente et termine son tracé au coeur du Parc Naturel Régional du Périgord-Limousin. Un plan global d’aménagement a été élaboré pour mettre en œuvre le tracé définitif en garantissant la qualité et la sécurisation du parcours. C’est dans ce contexte que l’agglomération de Grand Cognac prend en charge la réalisation d’un linéaire de 35km au travers 3 phases de travaux. La 3ème phase, correspondant à l’aménagement entre Jarnac et Angeac bénéficie d’une aide régionale de 316 000 euros.

  • 04/12/20 | Restauration des zones humides en Corrèze

    Lire

    Dans le cadre de l'appel à projets « restauration des zones humides de têtes de bassin versant », la communauté de communes Ventadour-Egletons-Monédières en Corrèze, propose d'accentuer son action avec la reconquête pastorale de zones humides dégradées du bassin versant du ruisseau d'Egletons, ainsi que la restauration des fonctions hydrologiques et du potentiel d'autoépuration de la zone humide du Maumont. La Région vient d’attribuer une aide de 61 000 euros à la Communauté de Communes pour les travaux d’investissement.

  • 03/12/20 | Exelus poursuit sa quête de l'innovation

    Lire

    La société bordelaise Exelus, spécialisée dans la télé-médecine, lance un programme afin que la start-up soit LA référence dans ce domaine pour les professionnels de santé. Ce qui fait qu’elle se démarque? Son offre complète et évolutive ainsi que son avance en matière d’innovation. Un programme qui mobilisera 13 salariés jusqu’en mars 2022. Exelus reçoit le soutien du Conseil régional avec une aide à hauteur de 400 000€. Pour information, la start-up commercialise depuis 2016 la plateforme de télé-médecine Nomadeec, leader sur le marché français.

  • 03/12/20 | Le projet « Dock de légumes » va voir le jour

    Lire

    Lors de la dernière commission permanente de la Région Nouvelle-Aquitaine, celle-ci vient d’attribuer une aide de 55 842 euros au projet « Dock de légumes » porté par la Communauté d’Agglomération de Grand Angoulême. Cette action vise à préfigurer les équipements et services collectifs nécessaires pour sécuriser et développer les productions maraîchères biologiques et locales. Plusieurs études ont déjà été menées afin de réaliser l’état des lieux de l’écosystème agricole et alimentaire territorial notamment.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Bee Cycle, l'autre "vélorution"

06/08/2020 | L'entreprise Bee Cycle, née à Bordeaux, propose aux employés d'entreprises de louer des vélos électriques. Une pratique favorisée et boostée par le contexte pandémique.

Bee Cycle

Le vélo électrique personnel de fonction à la location. C'est ce que propose depuis quelques mois la société bordelaise Bee Cycle dans plusieurs agglomérations de France, à destination des entreprises et de leurs collaborateurs. Cette économie, encore naissante, pourrait être fortement boostée dans les mois et années à venir et les premiers axes politiques qui se dessinent au niveau national. Le fondateur de la start-up, Jean-Christophe Melaye, revient avec nous sur les nouveaux enjeux de cette pratique en plein boom "post covid" et nous dit pourquoi les problèmes se transforment souvent en opportunités.

On pourrait lui donner de multiples noms en fonction des interprétations, mais le "boost post-covid" de l'utilisation du vélo est réel. Selon le réseau de collectivités Vélos et Territoires, entre le 11 et le 31 mai, autrement dit durant la première phase de déconfinement, l'utilisation du vélo a bondi de 87% par rapport à la moyenne constatée entre le 1er janvier et le 17 mars et même de +156% le week-end. Dans un quatrième bulletin, plus récent (il date du 15 juillet), la réalité s'est un peu lissée mais la hausse de la pratique est toujours là : +32% de passages à vélo sur les 182 compteurs analysés dans toute la France, +35% en urbain, soit +4% par rapport à 2019, quand le périurbain et le rural sont plutôt à la peine (-12 et -14%) malgré une forte augmentation au moment de l'arrivée des congés d'été (+55% en une semaine en zone rurale). Les utilisateurs de vélos sont donc de plus en plus nombreux, et pas seulement du côté des particuliers. Dans les entreprises aussi, la pratique se démocratise. 

"M. Location"

C'est là qu'entre en scène Jean-Christophe Melaye. Il pourrait facilement avoir gagné son surnom de M. Location, tant cet entrepreneur de 49 ans, bordelais depuis une dizaine d'années, a su se forger un domaine de prédilection. Il a en effet passé une grande partie de sa carrière professionnelle dans des sociétés disposant de services de location (Société Générale, Canon, ECS). La dernière, H&A, dont il a été directeur général adjoint, est une entreprise spécialisée dans la location de barriques de vin qui réalisait en 2018 plus de 250 millions de Chiffre d'Affaires dans une dimension internationale. Depuis mai 2019, il est à la tête d'une jeune start-up dont le modèle est encore naissant. Bee Cycle (c'est son nom) propose à des salariés d'entreprises, quelle que soit leur taille, de louer des vélos électriques. La société ne traite pas avec chaque collaborateur, elle conventionne avec les sociétés en question.

L'idée est venue, comme souvent, d'une première expérience prometteuse. "Il y a cinq ans, Richard Ardiller, le fondateur d'H&A, circulait beaucoup à vélo. On a eu l'idée de proposer cinq vélos électriques à disposition des collaborateurs de l'entreprise. Ce choix a eu un impact très intéressant. On a vu toute la difficulté de gérer même cinq vélos, parce qu'on n'avait pas mis de règles. Entre ceux qui ne réservaient pas, qui avaient un problème technique sans le signaler, qui ne rechargeaient pas les batteries… on a bien vu qu'il y avait des règles à mettre en place. Mais les vélos étaient très utilisés. Certains sont venus nous voir au moment des augmentations de salaires pour négocier un vélo à la place. J'ai compris qu'il y avait une offre à faire autour de ça".

Retour en selle

Alors, début 2019, Jean-Christophe, amateur de déplacements en petite reine (il fait environ 5000 kilomètres par an en vélo) à l'allure sportive, s'est lancé dans le grand bain. La location, encore une fois, mais de vélos électriques en B2B. "La location est un phénomène générationnel. Il y a de nouveaux usages, on ne veut plus être propriétaires. Le marché du vélo va beaucoup évoluer dans les années à venir, on va créer une offre d'occasion derrière. Les gens auront besoin d'un vélo toujours au top, en bon état, connecté parce que ce sera la norme. Le marché mondial est en train d'exploser, ça va beaucoup innover". La Chine, plus grand producteur de bicyclettes dans le monde, 4000 vélos sont assemblés chaque jour sur les lignes de production, les commandes doublent et les ventes vers la France ont été "multipliées par six". En France, le syndicat Union sport et cycle, enregistrait une hausse de 114% pour les trois dernière semaines de mai.

Bref, après le confinement, les gens remontent en selle. Et Bee Cycle, visiblement, a saisi l'importance de cette opportunité pour se développer un peu partout en France, où ses quelques concurrents, tous en mode start-ups comme elle, font de même. "D'abord, il y a une peur de reprendre les transports en commun, mais pas uniquement : il y a aussi un certain goût pour l'individualisation. Les villes s'adaptent et aménagent des kilomètres de pistes cyclables, parce qu'il faut que les gens se sentent en sécurité pour prendre leur vélo. Les centres-villes sont de plus en plus embouteillés, l'air de plus en plus pollué et les entreprises ont de plus en plus de problèmes de parkings pour leurs collaborateurs. Nous, on n'est pas là pour vendre des vélos mais un service", confie Jean-Christophe. En l'occurrence, il s'agit d'un "packaging", modulable en fonction des attentes des entreprises et de leurs employés. La location de base dure 36 mois et coûte environ 70 euros par mois (60 euros plus 10 euros d'assurance, "loyer" dont l'employé paie entre 25 et 30%). Au bout de ce délai de trois ans, trois options se présentent : l'option d'achat (à 10% de la valeur du vélo neuf), l'arrêt du contrat ou le renouvellement du vélo avec reprise de l'ancien en occasion (80% de la valeur à la revente).

Une dernière "incitation" à l'objectif évident : avoir des vélos rendus toujours en bon état et "fidéliser" la clientèle d'entreprise, toujours plus demandeuse d'adaptabilité et de solutions de mobilités alternatives, d'autant plus lorsqu'elles sont en environnement urbain. "En gros, on a adapté le modèle de la voiture de fonction au vélo à assistance électrique. La seule différence, c'est qu'il n'y a pas d'argus de vélo, je ne sais pas combien vaudra un vélo dans trois ans donc je ne peux pas calculer un loyer". Pour Bee Cycle comme pour d'autres, "l'effet covid" est "très clair. Ça a d'abord arrêté notre activité pendant deux mois. J'étais dans la phase d'accélération commerciale, la société avait six mois. On a connu un stop total avec pas mal d'inquiétude sur les quelques gros clients que j'avais en vue, tout a été remis à plus tard. En gros, j'ai perdu un an. Mais au moment du déconfinement, on a gagné trois ans tellement la demande est forte. C'est le jour et la nuit. On était sur du long terme avant : le bien-être du collaborateur, l'environnement, la RSE. Aujourd'hui, les entreprises se demandent surtout comment faire revenir leurs collaborateurs de manière sécurisée au bureau, autrement dit du très court terme".

Boost politique

L'entreprise, implantée au sein du Village du Crédit Agricole, en plein centre de Bordeaux, a déjà contractualisé avec une quinzaine d'entreprises, dont quelques-unes à Bordeaux. "On signe beaucoup de PME parce que ça va plus vite mais on discute avec des grands groupes parce que le sujet est là. On a fait beaucoup de devis en juin, les signatures commencent à arriver malgré des problèmes de délais dans la livraison des vélos. On va voir si on ne peut pas s'appuyer sur des magasins en plus de constructeurs ou distributeurs pour les raccourcir. Bordeaux a été long à démarrer, j'ai eu plus de clients sur Nantes au début. Aujourd'hui, mon portefeuille est assez bordelais". Treefrog Therapeutics, Primobox ou le Clos d'Émile (chambre d'hôtes) font notamment partie de la liste locale. "Pour les grosses sociétés, j'ai déjà des oui de principe. Avec elles, il faut pouvoir avoir de la récurrence. L'effet boule de neige est assez important".

La dernière piste (pas cyclable, celle-ci) qui indique que les voyants sont au vert pour Jean-Christophe est, plus que jamais, politique. Le 15 juillet dernier, le nouveau Premier ministre, Jean Castex, promettait dans son discours de politique générale devant l'Assemblée Nationale, un plan vélo "très ambitieux". Si l'on se réfère aux objectifs affichés en 2018 par le plan "Vélo et mobilité actives", la volonté reste de tripler la part modale du vélo dans les déplacements du quotidien d'ici 2024 (de 3 à 9%). En mai, le gouvernement a annoncé un triplement de l'enveloppe nationale dédiée au développement du vélo, passant de 20 à 60 millions d'euros et annoncé le "Coup de pouce vélo". Du côté de Bee Cycle, on l'assure, "l'année se terminera en positif. J'ai un salarié. Pour l'instant, on essaie de limiter les charges au maximum. On travaille avec Edicop (association) qui nous aide à réfléchir et à structurer nos offres pour remettre en question notre modèle et notre stratégie. Pour le moment, la levée de fonds n'est pas nécessaire, on va attendre de voir une autre phase d'accélération. Le boost covid n'est pas durable, l'orientation vers le vélo l'est. On va continuer à augmenter la part modale du vélo dans les années qui viennent. Ça correspond à un mode de vie. On ne peut pas répondre à tout le monde mais il va falloir trouver des solutions. Je discute avec beaucoup de sociétés qui ont des voitures de fonction, une partie de la nouvelle génération n'en veut plus. Ils veulent des indemnités de déplacements, multiplier leurs modes de transports".

Perspectives

S'il avoue "s'être posé la question des particuliers", il avoue des complications dans l'offre de base. Il faut gérer et faire une étude de risques à la personne, ce n'est pas la même organisation. "Je fais une analyse de risques sur l'entreprise, qui bénéficie d'incitations fiscales et récupère quasiment 50% de son loyer en économies d'impôts. Un particulier n'a pas ça donc c'est moins intéressant. On s'adresse à des entreprises parce qu'elle a tout intérêt à le faire. Certaines ne veulent pas pour des questions de pratique, mais on offre un service alternatif". Le côté non-coercitif des Plans de Déplacements des Entreprises, pourtant obligatoire depuis le 1er janvier 2018, a accouché récemment d'un "Forfait mobilité durable", dans le principe plus incitatif (même si sa mise en place reste facultative), jusqu'à 400 euros par an et par salarié.

Là-dessus aussi, Bee Cycle a visiblement un coup à jouer. "Je crois que le forfait mobilités va mieux fonctionner que le PDE, qui n'a pas vraiment marché parce que l'obligation de faire un plan de mobilités, c'était juste un constat de la situation des employés par rapport aux transports. Ils ne sont pas obligés de proposer des solutions, donc ils n'en proposent pas. Les indemnités kilométrique vélo (2016) étaient trop compliquées : il fallait faire déclaration tous les mois et ça présentait des distorsions entre collaborateurs. On voit qu'une vraie politique vélo est en train de se mettre en place. Si la volonté est là, ça peut se faire". Plus localement, les choix du nouveau maire écologiste de Bordeaux veulent clairement se désorienter du "tout voiture". "Il a été un peu loin tout de suite en disant qu'il voulait interdire la voiture en centre-ville, mais ça va dans mon sens", ironise Jean-Christophe Melaye. Car si l'idée est là, le marché reste encore à construire. "On va clôturer notre premier exercice le 30 septembre. L'objectif pour 2021, c'est d'arriver à 1000 vélos, donc en gros deux millions d'euros de chiffre d'affaires. Ce n'est pas très ambitieux. En 2018, on a vendu 338 000 vélos à assistance électrique en France. L'augmentation va sûrement être de plus de 20% cette année. Si les grosses sociétés commencent à s'y mettre et jouent le jeu, 1000 vélos, ça peut être une société". Dans le jargon, même s'il est très spécifique, c'est ce qu'on appelle un boulevard. Ou une autoroute pour vélos ! 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
8168
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 6 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !
La nouvelle équipe dirigeante du BNIC, de g. à d. : Raphaël Delpech, directeur ; Florent Morillon, représentant la Négoce ; Christophe Véral, président ; Alexandre Gabriel, vice-président ; Anthony Brun, représentant la Viticulture. Economie | 04/12/2020

La filière Cognac vise 300 millions de bouteilles vendues en 2035

Les travées du salon virtuel de la Semaine Digitale du Cheval Economie | 03/12/2020

Semaine Digitale du Cheval : la filière équine pose ses valises sur nos écrans

Nathalie Laporte, présidente de la Chambre des Métiers et de l'Artisanat Interdépartementale Economie | 30/11/2020

Un jeu pour relancer les artisans périgourdins et girondins !

Le préfet de la Dordogne, Frédéric Perissat, attentif lors de sa visite aux technologies de l'usine SOCAT à Terrasson, filiale de Delmon Group Economie | 21/11/2020

La SOCAT, une entreprise tournée vers l'avenir lauréate de France Relance

Laurent Oudot, Alain Rousset et Éléna Poincet dans les bureaux de Tehtris Economie | 19/11/2020

Cybersécurité : Tehtris une PME française dans la cour des grands

La coopération agricole assure qu'il n'y aura pas de pénurie et appelle à consommer français - image d'illustration Economie | 05/11/2020

Re-confinement: la Coopération agricole en appelle à la solidarité des consommateurs, de la grande distribution et de l'Etat

manif des commerçants Bayonne Economie | 05/11/2020

Commerçants et restaurateurs ouvrent...leur amertume et leur angoisse à Bayonne

confinement acte 2 : l'agglomération de Pau réactie ses mesures de soutien aux entreprises et aux commerces Economie | 03/11/2020

L'agglo de Pau réactive ses mesures de soutien aux commerces et aux entreprises

Arnaud Montebourg, Emmanuel Grenier et Arnaud Leroy Economie | 30/10/2020

World Impact Summit : « La transition écologique n’est pas une punition » selon Arnaud Leroy (ADEME)

L'équipe du service RH de l'entreprise éphémère Créativ'Béarn à Mourenx Economie | 23/10/2020

Créativ'Béarn : "Un pour tous et tous pour un" sur la recherche d'emploi

Le site Saft de Poitiers a inauguré un nouveau bâtiment de production d'électrolyte ce 7 octobre 2020 Economie | 22/10/2020

Saft fait de Poitiers une capitale mondiale de l’électrolyte

Le hangar de la Maison du tri de Bordeaux, située dans les locaux de l'Atelier D'éco Solidaire Economie | 21/10/2020

Les Maisons du tri : de nouveaux lieux de collecte pour recycler ses meubles

Les nouvelles suites du Club Med de La Palmyre, sorties de terre l'hiver dernier Economie | 19/10/2020

Club Med Atlantique, un si cher projet inauguré en grande pompe

Forum de l'aéronautique Anglet Economie | 19/10/2020

Aéro & Industrie s'exposent à Anglet pour redonner le moral à l'aéronautique

Neuf abattoirs dont celui de Thiviers est partenaire du projet Economie | 16/10/2020

En Nouvelle-Aquitaine, la filière cuir s'engage pour des peaux de qualité