Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/02/18 | Salon de l'Agriculture : trois personnalités régionales médaillées

    Lire

    Lors du salon de l'agriculture du 24 février au 4 mars, la Région Nouvelle-Aquitaine va récompenser 3 personnalités régionales promouvant le territoire : la viticultrice landaise Corinne Lacoste-Bayens, présidente de Qualité Landes ; l'éleveur deux-sévrien François Bonnet, président de la Fédération Régionale des Syndicats Caprins de Charentes-Poitou-Vendée ; Anne Alassane, chef du restaurant du Pôle de Lanaud (86), siège d'organismes intervenant dans la sélection de la race bovine limousine.

  • 23/02/18 | Les mesures de limitation de vitesse sont levées

    Lire

    Selon les données d’Atmo Nouvelle-Aquitaine transmises ce jour, l’épisode de pollution atmosphérique en Gironde est terminé. Le préfet de Gironde vient donc de lever les mesures de limitation de vitesse sur les routes et autoroutes du département qui ont été mises en place hier par arrêté préfectoral.

  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Bilan électrique 2014 : l'Aquitaine première région photovoltaïque de France

10/04/2015 | La région Aquitaine devient en 2014 celle qui accueille le parc photovoltaïque le plus important de France, devant les régions Paca et Midi-Pyrénées

La part de photovoltaïque en Aquitaine a progressé de 45% par rapport à 2013

Même s'il ne plaira pas forcément aux militants de Greenpeace qui veulent une sortie du nucléaire, le bilan électrique 2014 de la région Aquitaine, dressé par RTE (Réseau de Transport d'Electricité, lien direct entre les fournisseurs et les consommateurs) est plutôt positif. En plus d'une baisse relative de la consommation d'électricité de 4,6% par rapport à 2013, c'est surtout la percée de l'énergie photovoltaïque. La filière renouvelable, qui couvre 15,1% de la consommation de la région, profite donc de cette légère embellie.

22 243 gigawatt-heure. Cela ne vous dit peut être rien comme ça, mais ce chiffre désigne la consommation d'électricité en Aquitaine en 2014. Elle était de 23 321 GWh en 2013, soit une baisse effective de 4,6%, contre -0,4% pour la consommation annuelle française. Une baisse qu'explique Jean-Claude Reitan, délégué RTE (Réseau de Transport d'Electricité) : "C'est essentiellement dû au facteur climat, puisque ces deux derniers hivers ont été particulièrement doux", souligne-t-il. Cependant, selon des données graphiques présentées par le responsable, la consommation aurait tout de même augmenté de 7,2% entre 2008 et 2014, contre +2,9% en national, augmentation essentiellement dûe à la croissance démographique de la région. La consommation du secteur industriel, elle, est restée stable par rapport à 2013. En région, la consommation des PME/PMI, particuliers et professionnels a enregistré une baisse de 4,8%. "La moyenne annuelle couvre 1,2 fois la consommation de la région", souligne le délégué. 

Photovoltaïque : des progrès notablesQuand on s'intéresse à la production par filière (et c'est là que le bas blesse pour les amateurs d'écologie), on constate que le nucléaire représente toujours 85% de la production d'électricité en Aquitaine, contre 76,9% au niveau national. La production d'électricité d'origine thermique, renouvelable et solaire connaît une hausse de 16,7%, et atteint ainsi 6% de la production régionale. Mieux, selon les données de RTE, l'Aquitaine est en 2014 la région qui accueille le parc photovoltaïque le plus important de France (770 MW) devant la région Provences-Alpes Côte d'Azur (766 MW) et Midi-Pyrénées (575 MW). Ce qui a pour conséquence directe une augmentation de la production d'électricité d'origine solaire (+45%). Cette hausse est compensée par une chute de la production hydraulique (-9,8%) et thermique fossile (-30%). Si, comme indiqué, l'Aquitaine devient le premier parc photovoltaïque de France, le chantier de Cestas, finalisé en octobre prochain (qui deviendra le plus grand parc photovoltaïque d'Europe) devrait poursuivre la marche. Autre fait notable, la région possède le second parc en matière de bioénergies (154 MW) mais tout de même largement derrière l'Ile-de-France (326 MW). 

Des investissements nombreuxRTE, qui a investi 110 millions d'euros en 2014, essentiellement destinées à installer et consolider les lignes souterraines dans les Landes et en Gironde, se montre confiant. "Si on se fie à la force des intempéries des tempêtes de 1999, alors nous sommes prêts à y faire face. Si on est face à une tempête plus forte, on compte bien assurer la remise en place du réseau en cinq jours. En tout, c'est 60 000 volts qui ont été sécurisés en 2014, on l'a évidemment fait dans l'ordre des priorités". En tout, c'est environ 80 millions d'euros qui ont été utilisés pour l'adaptation du réseau électrique d'Aquitaine en 2014, contre environ 100 millions par an habituellement. On peut imaginer que les chantiers de Cestas et les lignes sous-marines qui relieront Bilbao au nord de Bordeaux à l'horizon 2020 y sont pour beaucoup dans cette petite baisse des investissement pour renforcer les infrastructures déjà existantes. 

Le gros point faible de la région reste évidemment le réseau éolien : il représente 3,1% de la production par filières en France, et n'apparaît même pas dans les graphiques aquitains. "Des projets sont en court, notamment sur le Médoc. Mais pour investir, on se base sur du tangible. Il est clair que la région à des ambitions concernant l'éolien, mais si des centaines de projets sont proposés, très peu voient le jour au final". Quand à savoir si la grande région risque de bouleverser les plans de RTE, là aussi, Jean-Claude Reitan reste mesuré : "il faudra peut-être s'adapter pour couvrir Poitou-Charentes. Le constat que l'on fait, c'est que ça commence à devenir un grand territoire, mais il ne devrait pas pour autant y avoir de grand bouleversement dans l'expansion et la couverture du réseau". Quand aux détracteurs du nucléaire, sa remise en cause ne semble pas être une priorité pour les installateurs : "C'est compliqué de jouer avec ça. Nous sommes vigilants. Mais si des décisions se concrétisent, c'est bien évident qu'on les intègrera dans notre modèle", confie le porte-parole.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : photo libre.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
1515
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !