18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Economie | Bordeaux French Tech: le temps de l'action

12/02/2015 | Officiellement labellisée en novembre dernier, Bordeaux French Tech prend corps ce 12 février et annonce les premières lignes de son plan d'action.

Julien Parrou, Virginie Calmels (Bordeaux Métropole), Agnès Grangé (La Poste), Emmanuelle Ajonc (Région), Christophe Charle

Après le temps de la mobilisation, puis l'attente et le suspense est venu en novembre celui de la fierté de la réussite : Bordeaux a obtenu le label French Tech, sésame national de la reconnaissance d'un écosystème du numérique fort et dynamique sur la métropole. Il s'agit désormais de concrétiser les choses et démontrer de la bonne utilisation de cette labellisation. Pour ce faire, un plan d'action tendant à créer plus de valeur encore à la dynamique numérique de la métropole a été défini. Plan d'action présenté ce 28 janvier au Directeur de la Mission French Tech, et dévoilé ce 12 février, aux acteurs bordelais en même temps que la composition de la structure qui le pilotera.

Avant de rendre officielles les actions qui vont être mises en place dans le cadre du label Bordeaux French Tech, les acteurs, entrepreneurs et collectivités locales, qui ont oeuvré « dans une union sacrée » à son obtention, ont donc dû passer une première audition à Paris, le 28 janvier dernier face à David Monteau, Directeur de la Mission French Tech. Un « test » réussi semble-t-il haut la main par l'équipe bordelaise, « David Monteau était satisfait. On a été les bons élèves de la classe », confie Virginie Calmels, Adjointe au Maire de Bordeaux.

Au nombre des bons points du plan d'action présenté par Bordeaux French Tech, celui de sa gouvernance, qui «met le pouvoir d'action entre les mains des entrepreneurs ». Plus particulièrement cinq d'entre eux sont en première ligne : Julien Parrou (PDG du groupe Concoursmania), Mathieu Llorens (DG de AT Internet), François Goube (PDG de Cogniteev) et Jérôme Le Feuvre  (DG de News Republic) et enfin Christophe Charles, (fondateur de C-discount et PDG fondateur de MyDesign) à qui échoit la Présidence de cette structure. Une belle vitrine des talents bordelais, à côté desquels seront également présents Agnès Grangé, Directrice Régionale de la Poste qui a coordonnée la candidature, Virginie Calmels, Alain Rousset, Président de la Région et Pierre Goguet, Président de a CCI.

En complément de cette structure, une équipe de deux ou trois personnes sera mise en place au sein de Bordeaux métropole, en collaboration avec la CCI. Dirigée par Thomas Baudin, lui-même entrepreneur, elle aura pour mission de faire vivre au quotidien le label à Bordeaux. Au global, un choix de gouvernance qui ne laisse pas les collectivités seules aux manettes, apparaissant ainsi comme « vraiment spécifique à Bordeaux », souligne Thomas Baudin.

Une base de données des start-up de la métropoleSur le plan d'action en lui-même présenté ce jeudi soir à environ un millier d'acteurs du numérique réunis à la CCI, il s'appliquera dans un premier temps en la réalisation d'une base de données des start-up numériques métropolitaines. Alimentée en informations de manière volontaire par les entreprises, elle permettra ainsi une meilleure connaissance de l'écosystème bordelais référençant, pour chaque entreprises, les emplois directs et indirects, le chiffre d'affaire, le rythme de croissance, la part à l'international, mais aussi des données qui resteront confidentielles telles que les levées de fonds. Une base de données riche et fournie qui se posera comme un des leviers de l'action de Bordeaux French Tech.
L'équipe du label compte en effet par ce biais «créer un annuaire des start-up, un agenda de rendez-vous, ou encore mener des actions de visibilité tel qu'un « top 10 » des entreprises en croissance de Bordeaux ; le genre de classement qui intéresse beaucoup les investisseurs » note Thomas Baudin, avant d'ajouter que « de nombreux outils simples et peu couteux pourront être mis en place à court terme grâce à cette base de données pour multiplier la dynamique de l'écosystème.»
« Peu coûteux » car le budget de Bordeaux French est petit, et « n'a vocation qu'à rétribuer l'équipe dédiée à l'animation du Label et de son réseau, » indique Virginie Calmels. C'est bien par le réseau de ces membres, et avec la bonne réputation et visibilité du label que celui-ci a vocation a accéléré la dynamique de l'écosystème bordelais. D'autant, ajoute Thomas Baudin, que «le Label ne vient pas se dupliquer aux dispositifs déjà existants, qui ont d'ailleurs contribué à obtenir la labellisation. Ils bénéficieront eux aussi de ce label ce qui permettra d'entrer encore plus dans la dynamique globale et la philosophie de partage qui est derrière»

Contribuer à la mise en place d'accélérateurs privésSur les actions à moyen et long termes, elles seront établies en phase avec les 5 axes définis au niveau national que sont "la lisibilité": qui fait quoi dans l'écosystème ; "les marchés": comment faciliter l'accès des strat-up aux marchés des collectivités et des grands comptes ; "les talents": attirer et former les talents qui manquent aux start-up ; "le rayonnement international" et enfin "l'accélération": contribuer à la mise en place d'accélérateurs privés, ces structures qui ont vocation, sur un temps très courts, à apporter un soutien technique, opérationnel et financier (par le biais de recherche d'investisseurs) des projets à forts potentiels.
L'Etat a par ailleurs promis une enveloppe de 200M€ au niveau national pour accompagner le développement de ces accélérateurs. Mais si pour l'heure, planent encore beaucoup d'incertitudes sur les montants et modalités de distribution de ce fonds aux 9 métropoles labellisées, les quatre accélérateurs prévus au dossier de Bordeaux French Tech « n'attendent pas après l'argent public», indique Virgine Calmels.
Parmi ceux-là, Julien Parrou cite en exemple l'accélérateur Héméra dans lequel il est impliqué via l'association Bordeaux entrepreneur. A l'issue d'une levée de fond de 5M€ cet accélérateur opérationnel dès le mois de juin, pourrait ainsi accompagner une dizaine de sociétés par an sur un programme de 4 ans.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
16647
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !