Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Véronique Chabreyrou et Jacques Ranoux, candidats de gauche, soutenus par la majorité sortante, sont en tête avec 37,80 %, devant le binôme RN Pascale Léger et Serge Muller à 23,80 %.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Sur le canton de la vallée de la Dordogne, Germinal Peiro (PS) le président du conseil départemental sortant est réélu avec 64,96 % dès le premier tour. Il est associé à Patricia Lafon-Gauthier.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : le binôme socialiste composé de Marie-Lise Marsat et Serge Mérillou est réélu sur le canton de la Lalinde.

20/06/21 : Régionales en Dordogne : Sur le canton de Saint-Astier, Alain Rousset (PS) est en tête avec 30,39 % des voix devant la candidate RN Edwige à 23 %. L'écologiste Nicolas Thierry est en 3e position à 10,51 %.

20/06/21 : En Dordogne, l'abstention estimée pour les élections départementales et régionales en Dordogne est de 66,2%. C'est la participation la plus faible de toutes élections confondues dans le département.

20/06/21 : En Haute-Vienne, le taux de participation à 17h était de 28,54% en forte baisse par rapport à 2015 où on avait enregistré 52,36 % de votants à la même heure.

20/06/21 : Dans les Pyrénées-Atlantiques, après un taux de participation à midi s'élevant à 14,5%, ce même taux s'affichait à 31,37 % pour le double scrutin des élections régionales et départementales du 20 juin 2021.

20/06/21 : A 17h, le taux de participation aux élections régionales et départementales s'élève à 25,68%. En 2015, il était de 45,09% pour les régionales et 44,78% pour les départementales, soit une baisse de près de vingt points.

20/06/21 : Dans la Vienne, la baisse de la participation aux élections régionales et départementales se confirme. À 17h, le taux était de 26,07% contre 43,77% pour les départementales en 2015 et 44,87% pour les régionales en 2015.

20/06/21 : En Dordogne, le taux de participation au premier tour des élections départementales et régionales estimé à 17 h est de 33,78 %, en baisse par rapport aux scrutins de 2015.

20/06/21 : Dans la Vienne, le taux de participation aux élections départementales et régionales de 2021 a atteint 10,99% à midi. Il est en baisse par rapport aux scrutins de 2015 : les taux étaient de 15,43% pour les départementales et 16,53% pour les régional

Arte Flamenco
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/06/21 | A La Rochelle, le 2e tour se jouera avec les anciens candidats aux municipales

    Lire

    La Rochelle 1, le binôme falorniste/PS Christophe Bertaud et Marylise Fleuret-Pagnoux passe au 2e tour avec 28,83% des voix devant les écologistes (20,87%). A La Rochelle 2, ce sont les fountainistes Dominique Guégo et Marie Nedellec qui sont en tête avec 32% des voix contre 24,13% pour la liste LR. Sur La Rochelle 3, le duo EELV Marion Pichot - Jean-Marc Soubeste, ex candidat aux municipales se distingue parmi les 7 listes en lice avec 28,19% des voix.

  • 21/06/21 | Départementales : le RN en recul en Charente-Maritime

    Lire

    En 2015, le RN était au 2e tour dans 12 cantons sur les 19 que compte la Charente-Maritime. Le scénario ne se renouvellera pas en 2021, car il est en net recul. Sauf sur le canton de La Tremblade, où la déléguée départementale du RN Séverine Werbrouck se retrouve au coude à coude, avec 31,54% des voix, avec le binôme arrivé en tête, Fabienne Labarrière et Jean Prou (32,18%).

  • 21/06/21 | Départementales en Charente : le président sortant en tête pour le 2e tour

    Lire

    L'ancien président du Département et sénateur, François Bonneau est en tête avec Marie-Henriette Beaugendre, maire de Saint-Saturnin, dans le Val-de-Nouère avec 58,60% des voix. Au deuxième tour ils affronteront Michel Germaneau maire de Linars et Isabelle Moufflet maire de Vindelle (41,40%).

  • 21/06/21 | Elections départementales : coup dur pour Lionel Quillet sur l'île de Ré

    Lire

    Parti favori, le premier vice-président du Département, également président de la Cdc de l'île d'Oléron, Lionel Quillet (LR) se retrouve au 2e tour avec un écart de 435 voix face au maire de Rivedoux Patrice Raffarin et sa colistière, en tête avec 43,50%. Un résultat qui surprend mais n'inquiète pas le président sortant du Département Dominique Bussereau, qui compte sur la bonne position des candidats de droite à Montguillon, Saintes ou encore Saujon pour atteindre 40 élus de droite au 2e tour.

  • 18/06/21 | Tapisserie Manufacture Pinton de Felletin... à Hong Kong !

    Lire

    Spécialisée dans le tissage des tapis, tapisseries et moquettes, la manufacture Pinton dans la Creuse est l’une des entreprises les plus importantes du secteur de la tapisserie d’Aubusson. Afin de se développer, notamment vers l’international elle va construire un nouveau bâtiment moderne et écologique à Felletin et elle va moderniser ses équipements afin d’améliorer sa productivité, sa qualité et sa réactivité. Pour consolider sa présence à l’international elle va également ouvrir une filiale à Hong Kong.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Bordeaux : quand les juridictions financières militent pour l'efficience des services publics

28/01/2019 | L'audience solennelle de la Chambre régionale des comptes, qui s'est tenue ce vendredi, a été l'occasion de revenir sur l'"exception française" des dépenses publiques...

Chambre Régionale Comptes

Ce vendredi 25 janvier s'est déroulée l'audience solennelle de la Chambre régionale des comptes de Nouvelle-Aquitaine. En plein débat national autour duquel tourne notamment la question de la fiscalité des collectivités territoriales, la CRC a invité le premier président de la Cour des Comptes, Didier Migaud, défini par les Echos comme "le poil à gratter de la République", à s'exprimer sur la conjoncture locale et nationale. Autant dire que ce dernier, sans vraiment prendre part politiquement, a largement su jouer son rôle dès qu'il s'est agi de parler de l'efficacité des finances publiques...

Disparités territoriales

C'est ce vendredi qui s'est déroulée la séance solennelle de la chambre régionale des comptes de Nouvelle-Aquitaine, qui a présenté en septembre dernier un rapport régional annuel consacré à la situation financière et à la gestion des collectivités locales. On y découvrait "un coup d'arrêt à la progression de la dépense locale" provoquée par la baisse de la dotation globale de fonctionnement. "Même si 2017 a été marquée par une moindre maîtrise de leurs dépenses, les collectivités ont dégagé une capacité de financement, confirmant l'amélioration globale de leur situation financière", a notamment écrit la CRC. Elle avait également noté des disparités; notamment une épargne nette en 2017 (16,9 milliards d'euros) loin de celle de 2011 (21,1 milliards d'euros), et des besoins de financements qui, s'ils ont globalement reculé dans les régions, sont en augmentation sur les départements et les communes (+23%). Enfin, la CRC avait analysé de grandes disparités, avec des ensembles intercommunaux de grande taille (métropoles) qui bénéficiaient de plus de capacité de mutualisation que les petites collectivités (7% d'épargne brute pour les communes de 1 à 5000 habitants, 34% pour les ensembles de plus de 100 000 habitants).

De l'efficience des finances publiques

Lors de l'audience solennelle de ce vendredi, l'invité principal était Didier Migaud, premier président de la Cour des Comptes, qui ne s'est pas vraiment fait remarquer par l'indulgence de son discours à l'égard de l'efficacité des services publics. Après l'annonce des mesures gouvernementales en réaction au mouvement des gilets jaunes, le responsable, s'il botte en touche dès qu'il s'agit de donner un avis sur les orientations politiques, réchauffe quand même son discours. "Dans le dernier texte financier, un certain nombre de choses n'ont pas été prises en considération- puisqu'elles sont intervenues après le vote de la loi de finance- comme par exemple le pourcentage de déficit des comptes publics (3,2% du produit intérieur brut pour l'année 2019) qui peut susciter quelques interrogations ou incertitudes. Cette année est un peu particulière", a ainsi continué Didier Migaud : "quelques mesures temporaires pèsent sur le déficit public, notamment la transformation du CICE en réductions de cotisations. Cela représente environ 0,9 points de PIB donc ça peut fausser un peu le regard que l'on porte. On constate un redressement lent de nos finances publiques et une interrogation sur l'efficacité et l'efficience de la finance publique".

"On a un niveau de dépenses publiques très élevé dans notre pays si on le compare à celui d'autres pays. Nous n'avons pas une action et des résultats en proportion. Quand il s'agit de dépenser, on est sur le podium, mais on en est loin lorsqu'il faut mesurer l'efficience. Il faut passer plus de temps à l'appréciation des résultats, alors qu'on en passe aujourd'hui beaucoup sur les intentions. Il ne s'agit pas simplement de définir des moyens pour arriver à des objectifs. Le fait que la commission des finances commence à s'intéresser à l'exécution des dépenses, c'est encourageant". Pour le responsable, d'ailleurs, les attentes des gilets jaunes, parfois perdues entre le souhait de moins payer d'impôts tout en bénéficiant de plus de services publics, sont une raison de plus pour "tout le monde" de se mettre au travail. Des propos qui tombent très à-propos en plein débat national, dont la fiscalité est un des principaux sujets. "Il existe des doublons, des effets d'aubaine au niveau de certaines mesures. On invite aussi les gestionnaires publics à revisiter les niches fiscales. Le fait de les pérenniser sans jamais les remettre en cause, ça multiplie ces effets d'aubaine. Il y a un travail à faire sur les recettes mais aussi les dépenses publiques", termine notamment Didier Migaud.

PPP et marges de manoeuvre

De son côté, le président de la CRC de Nouvelle-Aquitaine, Jean-François Monteils, a pointé du doigt une décentralisation limitée. "Un certain nombre d'éléments montrent que l'autonomie financière des collectivités territoriales ou d'autres sujets de ce type sont conçus dans notre pays de manière assez restrictive. Les nouveaux dispositifs existants, comme par exemple la contractualisation nationale avec les collectivités, mériteront d'être expertisés, les juridicitions financières s'y emploieront". Ces dernières n'ont d'ailleurs pas manqué de le faire tout au long de l'année dernière, en épinglant notamment l'opération Biarritz Océan, un contrat passé en partenariat public privé (PPP), modèle jugé "irréaliste générant de lourdes pertes financières". Ce type de contrat, aujourd'hui de plus en plus remis en cause (exemple récent à Marseille), n'a pas vraiment l'air d'enthousiasmer les magistrats de la CDC, Didier Migaud en tête. "Le plus souvent, les résultats ne sont pas au rendez-vous. Quand on engage un PPP, il faut avoir fait une étude d'impact sérieuse permettant de l'évaluer. On peut comprendre qu'une collectivité, dans ses arbitrages, puisse faire appel à ce type de procédure mais il faut que cela représente un véritable gain". Jean-François Monteils, lui, est moins catégorique. "Localement, on a des exemples très mauvais comme Biarritz mais aussi des bons : le stade de Bordeaux a plutôt été négocié très nettement à l'avantage de la collectivité, tellement bien d'ailleurs qu'aujourd'hui la société porteuse est en difficulté. On observe localement deux types de dérives : une collectivité qui n'a pas les moyens techniques pour négocier et suivre cet outil (la plus fréquente) et le fait que le PPP puisse être une tentation très forte parce que c'est le moyen de négocier un énorme investissement avec une mobilisation financière pas très importante initialement. La conjonction des deux a donné des catastrophes mais a aussi donné de bons résultats".

Les observations et recommandations émises par la chambre en 2018 ont également souligné d'autres situations compliquées, comme la commune d'Angoulême à "la situation financière toujours précaire et aux marges de manoeuvre limitées pour faire face à la baisse des ressources", celle de Brive dont a été souligné le "poids des dépenses d'investissement et l'endettement" ou, plus commentée, l'observation sur Bordeaux effectuée en janvier dernier. Le rapport annuel souligne aussi de grandes difficultés pour deux intercommunalités : Creuse Grand Sud et la communauté d'agglomération de Limoges (devenue récemment communauté urbaine). Enfin, on peut souligner dernièrement les irrégularités concernant la rémunération de plusieurs cadres en Poitou-Charentes et en Aquitaine. "Il faut que personne ne se sente à l'abri total d'un contrôle possible" a émis Didier Migaud, alors qu'une réforme des juridictions financières, entamée dès 2008, envisageait déjà la disparition de la Chambre Régionale des Comptes. Le discours prononcé ce vendredi a fait office, sinon de signal d'alerte, du moins d'une sérieuse lettre d'intention. "Les juridictions financières auront des propositions précises à formuler dans le cadre du Comité Action publique 2022. Une évolution du régime de responsabilité des gestionnaires publics ne doit conduire ni à la confusion des rôles, ni à la dilution des responsabilités. Il serait, à l'heure d'exigences citoyennes toujours plus fortes en matière de probité, particulièrement incompréhensible que la réforme de ce régime aboutisse à une forme d'irresponsabilité générale". Cette incitation à avoir l'oeil sur les réformes structurelles plutôt que sur celle des juridictions financières, c'est ce qu'on appelle dans le jargon "prêcher pour sa paroisse". En substance, pourtant, le message est plus limpide : ne pas relâcher l'effort...

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
3966
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !