Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

28/10/20 : Le Festival international du Film d’Histoire de Pessac annonce l'annulation de sa 31ème édition aux dates initialement prévues du 16 au 23 novembre. Des réflexions sont en cours sur les modalités de valorisation des films sélectionnés en compétition.

28/10/20 : Le département des Landes est placé en état de vigilance jaune "Vagues Submersion" pour l’ensemble des communes du littoral du 28 octobre 13h00 au 29 octobre 18h00, entre forte houle, vagues puissantes, érosion dunaire et submersions locales...

28/10/20 : "Priorité à la protection sanitaire". Alors que le Festival Novaq devait s'ouvrir demain à la Rochelle, la Région Nouvelle-Aquitaine, organisatrice de cet évènement dédié à l'innovation, annonce son annulation. Un nouveau format est en réflexion.

26/10/20 : Dominique Bussereau président du département de Charente-Maritime et de l'ADF vient d'annoncer que le Congrès des Départements de France qui devait avoir lieu lieu les 5 et 6 novembre à La Rochelle est ajourné compte tenu de la situation sanitaire

24/10/20 : En raison du couvre-feu, la maire de Biarritz, Maïder Arosteguy a décidé d'instituer un stationnement de la ville gratuit en surface dès 18 heures, afin d'inciter les clients des restaurants de venir plus tôt dans ces établissements de la ville.

22/10/20 : Ce 22 octobre Jean Castex a annoncé 38 nouveaux départements et une collectivité d’Outre-mer la Polynésie soumis au couvre-feu de 21h à 6h dès demain soir. En Nouvelle-Aquitaine, Haute-Vienne et Pyrénées-Atlantiques sont concernés.

22/10/20 : Le Pôle Expérimental Métiers d’Art du Périgord-Limousin organise un marché des métiers d’art en plein air, sur la Place Alfred Agard à Nontron, le samedi 24 octobre de 10h à 18h, en remplacement du Salon de la Rue des métiers d'art, qui est annulé.

22/10/20 : La Rochelle : Michel Carmona, adjoint au maire depuis 2014, est décédé dimanche. Ses obsèques auront lieu vendredi à 15h30 au crématorium de Mireuil.

22/10/20 : Charente-Maritime : en plus d'une obligation de porter le masque dans 52 commune du département, le préfet de Charente-Maritime a pris un arrêté interdisant les buvettes et certaines restaurations dans les établissements sportifs.

21/10/20 : Le Conseil scientifique Covid 19 a dans un communiqué rendu public l'avis favorable donné au gouvernement le 19 octobre pour la prorogation du régime transitoire de l'urgence sanitaire jusqu'au 16 février et son prolongement jusqu'au 1° avril 2021.

20/10/20 : Municipales :A Saint Astier, en Dordogne, l'élection municipale, remportée par la maire sortante Elisabeth Marty (DVD) avec 17 voix d’avance, a été annulée ce mardi 20 octobre par le tribunal administratif de Bordeaux.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 28/10/20 | TBM: la fausse gratuité du tram

    Lire

    Surprise d'un certain nombre d'usagers du tram à Bordeaux qui, accédant aux rames, ont découvert ce 28 octobre, collés sur les valideurs, des stickers reprenant un visuel de TBM annonçant la gratuité des transports. Dans un communiqué Kéolis Bordeaux Métropole rappelle « que la validation reste obligatoire dans tout le réseau TBM »  et précise que « les contrôleurs face aux voyageurs sans titre de transport n'ont pas verbalisé, privilégiant le dialogue et expliquant qu'il s'agissait d'une information frauduleuse suite à une action revendiquée par le collectif « extinction rébellion » Keolis Bordeaux Métropole va porter plainte auprès de la Police.

  • 28/10/20 | Intempéries de mai : 14 communes en état de catastrophe naturelle

    Lire

    Dans un arrêté paru au Journal Officiel du 24 octobre, l'état de catastrophe naturelle a été reconnu dans 14 communes girondines suite aux violents épisodes de pluie survenus du 9 au 11 mai. En effet, des inondations et coulées de boues ont eu lieu dans les communes de Cadaujac, Romagne, Saint-Aubin de Branne, Saint Médard d'Eyrans, Gradignan, Targon, Ludon-Médoc, Le Pout, La Sauve, Coirac, Lanton, Saucats et Le Turan. Les sinistrés ont jusqu'au 3 novembre pour se rapprocher de leur compagnie d'assurance.

  • 28/10/20 | Charente-Maritime : Isabelle Blesson installée au conseil départemental

    Lire

    A l'occasion de l'ouverture de sa session d'automne, ce 26 octobre, le conseil départemental de la Charente-Maritime a introduit une nouvelle élue dans son assemblée : Isabelle Blesson. Jusqu'alors suppléante de la conseillère départementale Brigitte Favereau, cette pharmacienne basée à Saintes remplacera l'élue jusqu'aux prochaines élections départementales. Brigitte Favreau est décédée le 22 septembre dernier des suites d'une longue maladie.

  • 28/10/20 | 482 400 € pour l'ouverture d'une 1° année de Parcours d'Accès Spécifique Santé à Périgueux

    Lire

    La Région apportera 482 400 euros pour la première année de Parcours d'Accès Spécifique Santé (PASS) à Périgueux. Pour l'année universitaire 2020-21, les besoins sont les suivants : deux grandes salles permettant la diffusion des cours magistraux aux étudiants, des travaux de câblage pour les réseaux informatiques et deux salles immersives de manière à assurer l'ensemble des enseignements et tutorat délocalisés. La première promotion de 30 étudiants a fait sa rentrée en septembre.

  • 28/10/20 | Pour une meilleure connaissance des abeilles en Corrèze

    Lire

    Dans le cadre de l’appel à projets « Nature et transitions », l’association CPIE de la Corrèze souhaite s’engager dans un projet d’amélioration des connaissances sur les abeilles sauvages et souhaite mobiliser les acteurs locaux pour faire émerger des solutions concrètes de gestion des milieux en faveur de la pollinisation. Ce projet, nourrit de la richesse des compétences en matière d’animation territoriale, de création d’outils pédagogiques ou d’expertise scientifique bénéficie d’une aide de 18 135 euros de la Région Nouvelle-Aquitaine.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Bordeaux : un 11 mai "test" pour les commerçants

11/05/2020 | Rue Sainte-Catherine, ce lundi, de nombreux commerces ont réouvert leurs portes. Mais avec des consignes strictes : masques obligatoires, distanciation et nombre de clients limités à l'intérieur du magasin.

déconfinement Bordeaux

Ce lundi 11 mai marquait, à Bordeaux comme ailleurs, le premier jour du déconfinement national dans un contexte d'épidémie de Covid-19 ayant fait, au 10 mai dernier, 26 380 victimes. Au niveau de la rue Sainte-Catherine, l'un des principaux axes commerçants du centre-ville de Bordeaux, les boutiques commençaient à revoir apparaître leurs premiers clients. Si toutes n'étaient pas encore ouvertes, la plupart avait déjà mis en place des protocoles : masques obligatoires, nombre de clients limités... Masques sur le nez et micro en main, on a testé l'ambiance de ce nouveau premier jour.

Un lundi matin pluvieux presque comme les autres. Voilà à quoi ressemblait ce matin le premier jour du déconfinement dans le centre-ville de Bordeaux. À l'intérieur du tramway, pas encore grand-monde en fin de matinée (environ 500 voyageurs entre 6h et 8h ce matin à la station Stalingrad selon TBM), des autocollants pour un siège sur deux.

déconfinement Bordeaux

Signaleurs et signalés

En déambulant dans une des artères commerciales les plus fréquentées de la ville, la rue Sainte-Catherine, on constate que tous les commerces ne sont pas encore ouverts. Certains ont mis à disposition du gel hydroalcoolique à l'entrée, d'autres limitent le nombre de personnes à l'intérieur de la boutique. Il faut dire que la zone d'accès est règlementée : non seulement le port du masque y est notifié comme obligatoire (par un panneau à l'entrée de la rue), pour l'instant jusqu'au 24 juillet, mais la zone comporte aussi une signalisation au sol, avec un sens de circulation et une zone d'attente devant les magasins. Ce lundi, le maire de Bordeaux a précisé qu'une "brigade de signaleurs" (une quinzaine) circulait pour inciter les gens à mettre leur masque. "Cette brigade va faire le tour des commerces pour détecter les éventuels trous dans la raquette et être attentif aux souhaits des commerçants. C'est aussi une manière pour nous de faire un tour d'horizon et de donner un peu de confiance à ceux qui hésiteraient à continuer", a affirmé ce lundi le président de la Chambre de Commerce et d'Industrie de Bordeaux et de la Gironde, Patrick Seguin. 

La prévention d'abord

Le dispositif, selon le maire de Bordeaux, est pour l'instant "plus préventif que punitif". "Nous espérons avoir entre 70 et 75 distributeurs de gel hydroalcoolique répartis sur les lieux de grand passage dans la ville, mais on ne sait pas encore quand", a souligné Nicolas Florian, qui ajoute également "ne pas avoir, pour l'instant, constaté d'effet de masse. Il y a eu une augmentation de la circulation mais le flux reste bas par rapport à une journée normale. Je m'attends à un vrai pic de fréquentation ce week-end, mais les commerces vont réouvrir au fil de l'eau". Pour le Body Shop de la rue de la Porte Dijeaux, juste en face des Galeries Lafayette (aux portes parées d'un panneau pour indiquer un sens de circulation et d'entrée), les portes sont déjà ouvertes et les consignes sont déjà là. "On a du venir jeudi dernier pour tout ranger, mettre en place le marquage au sol, nettoyer la boutique et mettre du gel désinfectant à disposition des clients à l'entrée. Maintenant, on les attend, pour l'instant la rue est vide". Devant les caisses, des croix faites avec du gaffer pour faire en sorte de respecter les distances. À l'intérieur du magasin, les paniers font l'objet d'une vigilance particulière ("ils sont isolés et désinfecté une fois que le client l'a utilisé), tous les testeurs de produits cosmétiques ont été jetés à la poubelle. "Les clients nous indiquent ce qu'ils veulent, on prend les produits nous-même. Les Galeries ont mis une affiche pour le port du masque obligatoire, on a un peu copié, c'est plus sécurisé pour nous. Les clients sortent de l'autre côté du magasin, pour éviter de se croiser". À la Fnac, on a mis en place un barriérage pour indiquer le sens de circulation. Devant chez Zara, c'est la foule. Globalement, l'attente est grande pour les commerçants, après huit semaines de confinement. Chacun a reçu, de l'aveu du maire de Bordeaux, une "fiche détaillée sur le dispositif de sécurité sanitaire à appliquer pour les employés comme pour les consommateurs, par rapport au nombre de mètres carrés du commerce". 

Aides et incertitudes

Pour la CCI, évidemment, les prochains jours vont être cruciaux. "C'est un premier jour d'espoir, on espère surtout que les acheteurs seront au rendez-vous parce qu'avec toutes ces contraintes, les commerçants risquent de baisser les bras. De notre côté, on va les accompagner au plus près pour essayer de leur redonner de la confiance. Dans les appels que l'on reçoit tous les jours (environ 1000 appels par jour sur la hotline), la plus grande difficulté des entrepreneurs, c'est le moral. Depuis le 15 mars, on a constitué près de 3000 dossiers d'accompagnement renforcé d'entreprises, plus de 65% d'entre elles ont trouvé une solution par rapport aux aides mises en place", a souligné le responsable de la chambre consulaire. C'est d'ailleurs ce lundi 11 mai qu'est officiellement lancé le site et le dépôt des dossiers du Fonds de soutien aux entreprises, d'un montant total de 15,7 millions d'euros. Cette aide de 1500 euros pour les entreprises industrielles, artisanales, de service ou agricole de 1 à 5 salariés est abondée par un "bonus emploi" de 1000 euros fourni par la métropole. Pour la CALI (Communauté d'Agglomération du Libournais), le même dispositif (d'un montant d'un million d'euros) sera ouvert dès le 13 mai. Selon une enquête effectuée par la CCI, "62% des entreprises interrogées estiment que les aides leur permettront de poursuivre ou redémarrer leur activité". La trésorerie (36%), la dégradation de l’économie (35%), les difficultés à payer les charges (33%) et la logistique ou difficultés d’approvisionnement (19%) sont citées comme les principales difficultés rencontrées par les entreprises. 36% d'entre elles ont demandé un appui pour du financement ou de l'accompagnement.  

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
4770
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 30 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !