Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

30/10/20 : Suite au nouvel attentat perpétré ce matin à Nice, la Ville de Périgueux annonce que ses agents et élus observeront une minute de silence ce jour à 17 h, dans le respect des mesures sanitaires

30/10/20 : Ambassade et vitrine de la région à Paris, la Maison de la Nouvelle-Aquitaine ferme ses portes aujourd'hui le temps du confinement. Elle assure néanmoins un drive de produits régionaux pour les parisiens le mercredi 4 novembre, sur réservation.

29/10/20 : Suite aux annonces faites par Emmanuel Macron, le World Impact Summit, organisé à Bordeaux, maintient sa première journée ce jeudi 29 octobre, avec un protocole sanitaire renforcé. Du fait du confinement, la journée de vendredi est annulée.

28/10/20 : Le Festival international du Film d’Histoire de Pessac annonce l'annulation de sa 31ème édition aux dates initialement prévues du 16 au 23 novembre. Des réflexions sont en cours sur les modalités de valorisation des films sélectionnés en compétition.

28/10/20 : Le département des Landes est placé en état de vigilance jaune "Vagues Submersion" pour l’ensemble des communes du littoral du 28 octobre 13h00 au 29 octobre 18h00, entre forte houle, vagues puissantes, érosion dunaire et submersions locales...

28/10/20 : "Priorité à la protection sanitaire". Alors que le Festival Novaq devait s'ouvrir demain à la Rochelle, la Région Nouvelle-Aquitaine, organisatrice de cet évènement dédié à l'innovation, annonce son annulation. Un nouveau format est en réflexion.

26/10/20 : Dominique Bussereau président du département de Charente-Maritime et de l'ADF vient d'annoncer que le Congrès des Départements de France qui devait avoir lieu lieu les 5 et 6 novembre à La Rochelle est ajourné compte tenu de la situation sanitaire

24/10/20 : En raison du couvre-feu, la maire de Biarritz, Maïder Arosteguy a décidé d'instituer un stationnement de la ville gratuit en surface dès 18 heures, afin d'inciter les clients des restaurants de venir plus tôt dans ces établissements de la ville.

22/10/20 : Ce 22 octobre Jean Castex a annoncé 38 nouveaux départements et une collectivité d’Outre-mer la Polynésie soumis au couvre-feu de 21h à 6h dès demain soir. En Nouvelle-Aquitaine, Haute-Vienne et Pyrénées-Atlantiques sont concernés.

22/10/20 : Le Pôle Expérimental Métiers d’Art du Périgord-Limousin organise un marché des métiers d’art en plein air, sur la Place Alfred Agard à Nontron, le samedi 24 octobre de 10h à 18h, en remplacement du Salon de la Rue des métiers d'art, qui est annulé.

22/10/20 : La Rochelle : Michel Carmona, adjoint au maire depuis 2014, est décédé dimanche. Ses obsèques auront lieu vendredi à 15h30 au crématorium de Mireuil.

22/10/20 : Charente-Maritime : en plus d'une obligation de porter le masque dans 52 commune du département, le préfet de Charente-Maritime a pris un arrêté interdisant les buvettes et certaines restaurations dans les établissements sportifs.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 30/10/20 | Confinement: l'Aéroport de Bordeaux s'adapte

    Lire

    L'Aéroport de Bordeaux réenclenche les mesures adaptées de son plan de continuité de service, qui lui permet d'assurer ses missions prioritaires dans le maintien des conditions sanitaires renforcées. La desserte aérienne programmée jusqu'à la fin de ce week-end est à ce jour inchangée. A compter du 2 novembre, le traitement des vols sera opéré intégralement dans le Hall A. Seront maintenus le service de navette entre le parc P4 et l'aérogare, la Navette 30'Direct entre la gare Saint-Jean et l'Aéroport, le bus Liane 1 qui relie le centre de Bordeaux, les locations de véhicules, un service minimum de commerces autorisés.

  • 30/10/20 | LISEA s'engage avec l'Office Français de la Biodiversité

    Lire

    Le 29 octobre, lors du World Impact Summit à Bordeaux, le concessionnaire de la LGV Sud Europe Atlantique a conforté son engagement pour la préservation de la biodiversité. L'Office Français de la Biodiversité porte le programme "Act4Nature France", qui rassemble 80 entreprises pour enrayer l'érosion de la biodiversité. En rejoignant ce programme, LISEA s'engage à créer, restaurer et gérer des sites naturels favorables aux espèces protégées à proximité de la LGV. Selon Hervé le Caignec, Président de LISEA, "c'est une action supplémentaire qui montre notre engagement pour la protection des territoires traversés par la ligne".

  • 30/10/20 | Un tiers-lieu hybride dans les Deux-Sèvres

    Lire

    La Colporteuse à Argentonnay dans les Deux-Sèvres est depuis 13 ans un lieu d’expérimentation du vivre ensemble et de la citoyenneté. Elle a décidé de développer de nouveaux services avec la mise en place d’un espace de coworking afin de répondre aux nouvelles formes de travail. La Région Nouvelle-Aquitaine s’associe à ce projet et apporte une aide de 60 000 euros afin de permettre le développement de ce lieu.

  • 30/10/20 | La Région soutient le laboratoire départemental de recherche de la Dordogne

    Lire

    La Région a attribué 24 545 euros au Laboratoire Départemental d'Analyse et de Recherche de la Dordogne (Coulounieix-Chamiers) pour des investissements en matériels. La collectivité a souhaité initier un réseau sentinelle de suivi de stations d'épuration en zones touristique pour anticiper une reprise de l'épidémie en période estivale. Le Laboratoire de la Dordogne a souhaité intégrer la démarche et a sollicité la Région pour l'achat d'une ultracentrifugeuse et d'un congélateur permettant le stockage des échantillons avant analyses.

  • 30/10/20 | La manufacture d’Artoria se dote d’équipements numériques

    Lire

    Grâce au soutien de la Région Nouvelle-Aquitaine, à hauteur de 55 255 euros, la manufacture d’Artoria fabriquant des contenants et flaconnages en porcelaine en Haute-Vienne, va lancer une plateforme multilingue pour accroître sa visibilité à l’international. Cela va aussi lui permettre de capitaliser sur son savoir-faire en créant une marque de produits spéciaux « made in Limoges » en direction du grand public.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Bordeaux Unitec renforce son action régionale

20/01/2018 | Lors d'un traditionnel exercice de voeux pour l'année 2018, Didier Roux et Stéphane Rochon ont esquissé les grands chantiers de la technopole Unitec pour 2018.

Unitec 2018

Passer à la vitesse supérieure. C'est l'ambition que semblaient partager les dirigeants d'Unitec, Didier Roux (nommé en juin dernier) et Stéphane Rochon au moment d'évoquer les grands chantiers attendant la technopole pour l'année 2018. Après avoir fusionné avec Aquitaine Europe Communication et être devenus propriétaires de l'ancienne pépinière de la ville de Pessac, Unitec est, de l'aveu même de son nouveau directeur, "en train de passer une étape importante" dans son développement : au printemps prochain, elle dévoilera les cinq lauréats d'un nouvel accélérateur de start-ups régional. Détails.

Une mue visible

Au moment de faire les comptes, Unitec, la technopole hébergée au sein du Centre Condorcet de Pessac, ne rougit pas vraiment. En 2017, elle a accompagné 114 start-ups et plus de 430 depuis sa création. Elle est aujourd'hui répartie au sein de 17 sites d'hébergement (trois sites labellisés Unitec et 14 partenaires) et les jeunes entreprises qu'elle a accompagnées ont réalisé, l'année dernière, une levée de fonds cumulée de 9,3 millions d'euros. Numérique, Sciences de la vie et sciences/technologies de l'ingénieur sont toujours les trois filières dans lesquelles elle est spécialisée, et l'accompagnement, comme le précisait ce vendredi Stéphane Rochon, reste toujours son moteur principal. "On reste dessus, on le développe". Après avoir fusionné avec AEC et "avalé" la pépinière de Pessac, le responsable l'assure : "Les fusions renforcent nos capacités d'accompagnement. 2017 a été une année de structuration".

Le budget d'Unitec, avoisinant toujours le million d'euros annuel, est donc là pour raffermir le socle. Mais 2018 alors ? Unitec va mettre en place un nouvel outil pour faire un "état des lieux sur le positionnement d'un brevet dans un ensemble. Cela va permettre de comprendre si une entreprise se différencie sur un milieu déjà identifié ou si elle est un peu isolée". Elle va aussi mettre en place un pass d'accueil parisien via un partenariat avec Station F, campus de 34 000 mètres carrés situés à la Halle Freyssinet et créé en juin 2017 par Xavier Niel, le patron de Free. Pour les jeunes entreprises locales, c'est la promesse de cinq jours d'accès à un poste de travail (24h/24 et sept jours sur sept) et aux services fournis par l'incubateur pour onze euros par jour (soit 500 euros par an au lieu de 900 pour le loyer habituel). Mais la délocalisation fonctionne dans les deux sens : via l'obtention du label "French Tech Visa", Unitec espère miser aussi sur "la venue de start-ups étrangères. Bordeaux est aujourd'hui attractive pour les start-upers, il faut jouer cette carte de l'accueil des entreprises étrangères", résume Didier Roux. La dernière carte, la plus concrète, c'est au niveau régional qu'il faut l'observer.

Le pied sur l'accélérateur

Dans le courant de l'été, la région Nouvelle Aquitaine a lancé un Appel à Manifestation d'Intéret visant à identifier un "opérateur" dans la mise en place d'un parcours d'accélération pour les "start-ups à fort potentiel". Objectif : en accompagner entre dix et quinze par an, les aider à financer leur croissance et accélérer leur déploiement sur les marchés (nationaux et internationaux). Le fait que la région drague les jeunes pousses n'est pas une nouveauté : projet de création d'un fonds régional d'investissement (on parle de 200 millions d'euros dont une part abondée par la Banque européenne d'investissement), une aide chiffrée à 9,6 millions d'euros en octobre 2017 et une volonté du président de région, Alain Rousset, de pousser vers le haut la phase d'accélération de ces entreprises souvent bloquées au premier stade de développement n'en sont que les trois plus évidents exemples. Depuis cet été, l'accélérateur en question, baptisé "parcours d'excellence pour les start-ups à fort potentiel", a avancé de manière un peu plus concrète.

Perrine Laqueche, "conseillère en création d'entreprises innovantes", pilote le projet depuis fin novembre, date à laquelle Unitec a été choisi comme principal opérateur. À la tête d'une équipe de trois personnes depuis, elle nous avoue être en pleine "prospection" avec la sélection (sept candidats maximum), effectuée à la fin du mois de mars prochain par un cabinet indépendant parisien. Financé à 80% par la région (les 20% restants représentant un autofinancement demandé aux entreprises aidées dans leur phase d'accélération à hauteur de 800 euros par mois) l'une de ses particularités est d'être, à la différence de beaucoup d'opérateurs privés qui proposent des solutions simiaires, dans un schéma ne permettant pas de se rémunérer en prenant une part du capital des entreprises lauréates. Deuxième originalité : les entreprises restent "là où elles sont basées" selon Perrine Laqueche. "L'enjeu, c'est d'aider les entreprises à développer leur croissance en évitant la délocalisation". Plus concrètement, cette "aide" se présente sous deux formes : d'un côté, des journées de travail collectif (une par mois) "pour créer une communauté d'entrepreneurs", de l'autre trois jours par mois minimum de collaboration entre l'entreprise et le dispositif (ateliers de travail avec des experts autour des questions de management, des levées de fonds ou encore de l'internationalisation).

La Région et Unitec ne se posent pas vraiment de limites au secteurs recherchés, si ce n'est bien sûr une possibilité de privilégier ceux sur lesquels le territoire a un fort potentiel comme la photonique, l'aéronautique ou la santé. Les profils recherchés, contrairement aux secteurs, sont plus spécifiques. "Elles doivent avoir un fort potentiel, de grandes ambitions. Économiquement, elles doivent déjà avoir éprouvé une phase de commercialisation et effectué une preuve de marché fort qui a validé leur modèle économique. L'objectif final, c'est de faire grandir une équipe composée de 10 à 12 personnes vers 30, 40 voire 50 personnes". Sans concurrence avec les accélérateurs, ce nouvel outil viendrait donc renforcer le maillage de services déjà présentés par Unitec (aide à la recherche de financements, mise en réseau avec des partenaires, conseils stratégiques...) à destination des entreprises installées en Nouvelle Aquitaine ou souhaitant s'y implanter. L'appel à candidature, lui, démarre en début de semaine prochaine et une première pré-sélection s'effectuera courant février, avant un accueil de la première promotion fixée au début du mois d'avril.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
12630
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 32 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !