Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 16/06/18 | Bilan des intempéries en Dordogne

    Lire

    477 interventions ont été réalisées dans le cadre des orages des 10 et 11 juin dernier en Dordogne. Les entreprises touchées par les intempéries ont la possibilité de faire appel à une indemnisation au titre de l’activité partielle. La chambre d’agriculture a demandé à ce que soit mis en œuvre un dégrèvement au titre de la taxe sur le foncier non bâti (TFNB) pour les exploitations touchées. 10 communes ont déposé en préfecture une reconnaissance de Catastrophe Naturelle.

  • 15/06/18 | Le dossier Ford s'invite au Conseil de Métropole

    Lire

    Dans une motion votée ce 15 juin, le Conseil de Bordeaux Métropole "déplore, avec la plus grande force, la décision du groupe Ford de lancer une procédure d’information-consultation préalable à un plan de sauvegarde de l’emploi à Ford Aquitaine Industries." Une décision "incompréhensible" et "prématurée" au regard de la mission confiée par Ford au cabinet Géris, "voilà à peine 2 mois, de rechercher des repreneurs potentiels" et des "discussions en cours entre le groupe Ford et un industriel qui a visité le site le 30 mai". Les élus appellent "l'Etat à maintenir la plus grande vigilance pour que Ford assume ses responsabilités".

  • 15/06/18 | Landes : Suivi des intempéries

    Lire

    Suites aux intempéries dans les Landes, une réunion se tient ce vendredi 15 juin après-midi, sur à l'étude de la réparation des dommages au titre des catastrophes naturelles, en présence du Préfet, des collectivités sinistrées et du Président du département. Ce dernier a par ailleurs indiqué ce jour que le Département, solidaire des agriculteurs et collectivités sinistrés, crée un fonds de solidarité territoriale qui sera mobilisé en particulier sur les voiries communales et intercommunales, en complément de l'Etat. Des crédits supplémentaires seront aussi inscrits pour la réparation des dégâts sur la voirie départementale.

  • 15/06/18 | Pyrénées-Atlantiques: suivi des intempéries

    Lire

    Le 1er comité de suivi après les intempéries dans les Pyrénées-Atlantiques s'est tenu ce vendredi. La préfecture dénombre cinquante communes ayant déposé des dossiers de demandes d'indemnisations au titre des catastrophes naturelles. Les 1ères commissions chargées d'examiner ces requêtes se réuniront le 19 juin. Parmi les dégâts, l'effondrement de la D918 rejoignant Gourette, sur 50 m de long et jusqu'à 8 mètres sous la route, sur lequel outre les déplacements quotidiens, devait passer le Tour de France le 27 juillet pour l'arrivée à Laruns. Un chiffrage des travaux est attendu avant toute décision de modification de l'étape.

  • 15/06/18 | Lancement du 1er concours « Campus numérique 47 »

    Lire

    Le Campus Numérique 47 organise la première édition du « Concours Campus Numérique 47 », du vendredi 22 juin au dimanche 24 juin à Agen, sur son site du 156 avenue Jean Jaurès. C’est un concours de création de Start Up numériques qui doit permettre d’installer en Lot-et-Garonne les pépites de demain.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Bruits de la rue à Bordeaux : comment les médias peuvent-ils parler de la précarité ?

25/02/2012 |

Dominique Gerbaud, président de Reporters sans frontières

Jeudi 23 février, à 18h à l'Université Bordeaux IV, l'association des Bruits de la Rue a organisé une rencontre fort enrichissante sur le thème : « La précarité vue par les médias », qui a "captivé" près de 400 personnes. Bon nombre de bénévoles, de militants du monde social regrettent régulièrement qu'un certain nombre de médias ne traitent le problème des sans logis que lors de drames en période hivernale et sous l'angle du sensationnalisme. Pourquoi ? Comment y remédier ? Dominique Gerbaud, président de Reporters sans frontières, ancien rédacteur en chef du quotidien La Croix, nous répond, sans langue de bois.

Aqui! : Pourquoi les médias parlent-ils si mal de la précarité ?

Dominique Gerbaud : Les journalistes la comprennent mal, car la précarité ne vient pas à nous. Les précaires se cachent et il faut savoir aller les chercher. Cela exige du savoir-faire pour obtenir des confidences. Cela demande du temps, alors que, les journalistes ont de moins en moins de temps, car les médias vivent une profonde crise économique et ne se donnent plus forcément les moyens d'enquêter. Ils ont souvent une heure pour interviewer trois personnes au RSA. Autre raison, les médias parlent parfois de la précarité, parce qu'ils ne peuvent par obligation. L'hiver, en période de grand froid, c'est un marronier. Troisième raison, le journaliste adore opposer les gens et ça ne marche pas avec la précarité. Tout ceci engendre une méfiance des précaires à l'égard des journalistes.

@! : Les journalistes sont-ils formés pour aborder ces questions délicates ?

D.G : Non. Il n'y a malheureusement pas de cours sur la précarité à l'Université. Il faut avoir une sensibilité en tant qu'individu aux "petites choses", aller en profondeur. J'ai un ami professeur qui recrute des jeunes en école de journalisme. Il me dit qu'il repère très facilement le militant des Restos du coeur. Pour éviter le formatage des journalistes, même s'il a moins d'expérience, il le choisira, en se disant qu'il sera plus attentif aux gens qui composent notre société.

@! : Quelles solutions préconisez-vous pour réconcilier les médias et précaires ?

D.G : Les journalistes doivent donner la parole aux personnes en situation de précarité, valoriser leurs attentes, pas seulement leur faire raconter leur misère. Il faut assurer un suivi de ces questions là. Y revenir est de la responsabilité du journaliste en tant qu'acteur de la société. Dans notre métier, deux qualités sont indispensables : être curieux et aimer les gens, le monde dans lequel on vit. Nous sommes des assistants du citoyen. Le journaliste est là pour créer des liens et non pas désespérer de l'actualité. La responsabilité du journaliste est de réveiller les citoyens, de valoriser les initiatives, d'éclairer le monde.

                                                                                                         Interview : Nicolas César

Crédit photo : NC

Partager sur Facebook
Vu par vous
832
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !