Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

27/03/20 : Confinement prolongé jusqu'au 15 avril annonce Edouard Philippe: "Avec l'accord du président de la République, j'annonce aujourd'hui le renouvellement de la période de confinement pour deux semaines supplémentaires à compter de mardi prochain"

27/03/20 : En raison de l’accueil prévu ce week-end de 6 patients des hôpitaux du Grand Est au service de réanimation du Centre Hospitalier de Bayonne, le niveau 1 du plan blanc système de santé pour répondre aux situations sanitaires exceptionnelles a été déclenché

26/03/20 : Charente-Maritime : A Rochefort, le marché reste ouvert les mardi et samedi (fermeture les jeudis), avec les conditions de sécurité sanitaire renforcées et un nombre maximum de personnes : 100 avenue De Gaulle et 40 sous la Halle.

26/03/20 : Michel Hidalgo qui fut pendant neuf ans l'entraîneur de l'équipe de France de football des Platini, Giresse et Tigana vainqueurs du championnat d'Europe de 1984 et un familier de la Gironde est décédé à l'âge de 87 ans

26/03/20 : Covid-19. Compte-tenu des incertitudes liées au confinement sanitaire, les organisateurs de Forexpo ont décidé de reporter la 26ème édition du salon européen de la sylviculture et de l'exploitation forestière au 16, 17 et 18 juin 2021 à Mimizan (40).

26/03/20 : E.Macron annonce une prime exceptionnelle pour les soignants. La crise passée "un plan massif d'investissement pour l'hôpital". Une opération Résilience de l'armée lancée en soutien aux populations et aux services publics en métropole et en Outre-mer

25/03/20 : La Rochelle : suite à une dérogation préfectorale, le Marché central se tiendra le mercredi et le samedi matin, dans la halle intérieure (pas de marché extérieur). Idem pour le marché de La Pallice le dimanche matin.

25/03/20 : Dès aujourd'hui 7 psychologues de la Ville de St-Médard-en-Jalles (33) proposent des permanences téléphoniques gratuites aux familles fragilisées ou en difficulté psychologique face au confinement. Du lundi au vendredi de 13h à 18h: 06 32 59 53 82

25/03/20 : En Nouvelle-Aquitaine, plus de 170 entreprises ont fait une promesse de dons qui devrait permettre de redistribuer plus de 300 000 masques. Pour autant, l'appel au don de masques lancé par l'ARS se poursuit.+ d'info

25/03/20 : Poitiers : Le maire demande la mise en place d'un couvre-feu sanitaire à la Préfecture de la Vienne pour renforcer les mesures prises contre le COVID- 19.

24/03/20 : Le conseil scientifique qui conseille l'exécutif préconisant six semaines de confinement celui-ci pourrait donc durer encore quatre semaines

24/03/20 : Charente-Maritime : les travaux liés aux changements de câbles se poursuivent sur l'île de Ré. La circulation sera mise en alternat mercredi matin et jeudi soir pour une opération de bétonnage et une installation du matériel pour la suite du chantier

24/03/20 : COVID-19 : L’épidémie poursuit sa progression dans notre région avec 65 nouveaux cas confirmés le 23 mars, ce qui porte le total à 656 cas confirmés recensés par l'ARS. 149 personnes sont hospitalisées dont 41 en réanimation et 13 décès.

24/03/20 : Agriculture : la FNSEA a appelé ce matin aux bonnes volontés pour aider les agriculteurs qui peinent à recruter de la main d'oeuvre en cette période de confinement. Une plateforme pour s'inscrire a été créée: desbraspourtonassiette.wizi.farm/

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 28/03/20 | Gironde: hébergement d'urgence renforcé

    Lire

    Renforcement de l'hébergement d'urgence par l'Etat et les collectivités en particulier dans la perspective d'un retour du froid : 44 places ouvertes pour répondre aux besoins de personnes en grande difficulté signalées par le 115: 40 à Bordeaux et 4 à Libourne après 60 places ouvertes il y a une semaine dans l'auberge de jeunesse de Bordeaux ce qui porte à 104 le nombre de places ouvertes depuis la crise sanitaire; 1857 places d'hébergement d'urgence ainsi ouvertes en Gironde; 2 centres spécialisés de 72 places ont été ouverts cette semaine pour l'accueil éventuel de sans abris atteints du virus mais ne nécessitant pas hospitalisation

  • 27/03/20 | Plan d'urgence de l'Adie pour les travailleurs indépendants

    Lire

    L'Adie Nouvelle-Aquitaine a contacté les 5 500 entrepreneurs qu'elle accompagne en région pour leur expliquer les mesures d'aide mises en place par l'Etat mais aussi pour leur proposer les mesures d'urgence exceptionnelles qu'elle met en place. En clair : une procédure accélérée de report d'échéance et de rééchelonnement ; pour les entrepreneurs confrontés à des problèmes de trésorerie, l'association a également débloqué à l'échelle nationale une ligne d'1 million d'euros afin de financer un dispositif de crédit de trésorerie pour les situations d'urgence. L'association développe également une offre gratuite d'accompagnement digital.

  • 27/03/20 | Consignes coronavirus : pas de tri sélectif pour les mouchoirs, les masques et les gants !

    Lire

    Pour des raisons sanitaires, il est demandé aux particuliers de jeter les mouchoirs, masques et gants usagés dans un sac plastique dédié, résistant et disposant d’un système de fermeture fonctionnel. Ce sac doit être soigneusement refermé puis conservé 24 heures avant d’être placé dans le sac plastique pour ordures ménagères. En tout état de cause les mouchoirs, masques et gants usagés ne doivent jamais être triés avec les déchets recyclables.

  • 27/03/20 | La Sobéval de Boulazac (24) offre des masques aux personnels soignants

    Lire

    La Sobéval, à Boulazac Isle Manoire, a donné 2000 masques FFP2 pour la clinique Francheville. Ceux-ci ont été livrés mardi après midi par l’un des chefs d’atelier de l’entreprise. 2000 autres masques ont aussi été proposés au Centre Hospitalier de Périgueux ; les masques ont été remis à l’établissement jeudi, ainsi que des combinaisons jetables et des gants. Quelques masques FFP2 restent disponibles pour les soignants libéraux qui en auraient besoin.

  • 27/03/20 | Covid-19 : l'entreprise bordelaise Dydu lance le chatbot “Gestion de crise”

    Lire

    En cette période de crise sanitaire inédite pour les sociétés, l’éditeur de logiciel automatisé dydu basé à Paris et Bordeaux adapte sa technologie au contexte et aux besoins urgents des entreprises. Il vient de déployer un chatbot “Gestion de crise” gratuit visant à fluidifier le déploiement du télétravail au sein des équipes, à rassurer les collaborateurs en répondant instantanément à leurs différentes questions 24/7 et à venir en renfort des services RH particulièrement surchargés en ce moment. https://content.dydu.ai/chatbot-gestion-crise

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Bruno Le Maire aime les entrepreneurs au cuir épais

18/08/2018 | Le ministre a visité à Ascain une PME spécialisée dans le cuir de haut de gamme qui a embauché 17 personnes en un an. Un bon exemple pour sa loi "PACTE" qu'il souhaite vivement<;

Bruno Le Maire à Ascain

Le ministre de l’Économie et des Finances a visité jeudi matin les ateliers de la Maison Laffargue à Ascain sous la conduite des sœurs Sophie Milas-Laffargue et Stéphanie Laffargue. Créée en 1890, elle fabrique des articles de maroquinerie haut de gamme. Elle s'est installée l'an dernier dans une zone artisanale d'Ascain et fonctionne aujourd'hui avec 33 salariés dont 20 artisans maroquiniers. Détentrice du label « Entreprise familiale centenaire » et, depuis 2007, celui d'« Entreprise du patrimoine vivant ». Qui ne pouvait que séduire le ministre pour faire déjà la promo de sa future loi PACTE.

Parenthèse dans ses vacances qu'il qualifie de studieuses, non loin de sa maison familiale de Saint-Pée-sur-Nivelle, le ministre de l'Economie est allé visiter  l'entreprise de maroquinerie  -sacs en cuir et ceintures- haut de gamme Maison Laffargue des soeurs Stéphanie et Sophie Laffargue, issue d'une famille luzienne qui a créé l'atelier en 1890 avec huit employés, rue Gambetta à Saint-Jean-de-Luz. Avec de l'audace et l'aide de la Chambre de commerce et d'industrie de Bayonne Pays basque, la notoriété de la Maison Laffargue s'est étendue au point d'ouvrir l'an dernier une usine de fabrication dans l'une des deux zones artisanales de la ville voisine d'Ascain au pied de la Rhune. Et l'ascension a été telle que la PME a créé dix-sept emplois nouveaux, a reçu la visite d'étrangers qui ont voulu relayer la distribution de ces sacs finement cloutés qui allient tradition basque et raffinement à la française.

Après avoir été accueilli avec café, muxus et gâteau basque, Bruno Le Maire a longuement visité chaque atelier en présence de nombreux élus du département dont le maire d'Ascain Jean-Louis Fournier, et du sous-préfet Hervé Jonathan et sous la conduite  Sophie Milas Lafargue, présidente, de sa soeur Stéphanie Laffargue, directrice générale,  binome de direction ainsi que Christine Perugorria, coordinatrice des ventes à distance et du service clients, de Gilles Paul, chef de l'atelier d'Ascain. Visite qui s'est terminée au poste de Joseph Gonsalves, maroquinier depuis 39 ans dans l'entreprise. Un symbôle.

 "Je voulais visiter cette entreprise, exemple à suivre pour les PME"

"Je voulais visiter l'entreprise Laffargue parce que c'est une PME exemplaire, qui allie tradition et modernité qui a su se digitali-Bruno Le Maire Ascainser, se développer et qui a créé 17 emplois en moins d'un an. Je crois que c'est un exemple à suivre pour toutes les PME françaises. Je voulais profiter de cette visite pour dire à quel point nous étions déterminés avec le président de la République, le Premier ministre à poursuivre et accélérer la transformation économique du pays. Nous l'avons fait depuis plusieurs mois. Il y a eu la grande réforme fiscale 2017, le travail fait par  Muriel Penicaud sur le marché du travail, sur la formation professionelle, sur l'apprentissage, mais il faut poursuivre cette transformation économique du pays pour avoir plus de croissance et plus d'emplois. Nous ne sommes qu'au début de cette transformation économique qui prendra du temps parce que nous voulons traiter les problèmes à la racine. La prochaine étape sera la loi PACTE et le président de la République et le Premier ministre décideront du calendrier parlementaire d'ici la fin de l'été. Moi, je souhaite que cette loi soit examinée le plus tôt possible parce que les Français sont impatients, ils souhaitent que le chômage baisse et parce qu'ils veulent plus de croissance et plus de prospérité. Je veux redire à quel point je crois en les  PME et je considère qu'elles sont la solution au chomage dans notre pays. PME, entreprises de taille intermediaire, commerçants, artisans. Si nous donnons toutes la liberté à ces entreprises, si nous leur permettons de se développer, de se projeter à l'international, si nous leur simplifions la vie par exemple en allégeant le poids des seuils, si nous poursuivons la politique d'allègement des charges sur les salaires, ces entreprises crééront des emplois dont les Français ont besoin. Et je veux redire à quel point nous estimons que l'intérêt des entreprises et celui des salariés se confondent. Quand une entreprise va bien ça va bien aussi pour les salariés.  Et le choix que nous avons fait de supprimer le forfait social pour toutes les entreprises de moins de 250 salariés est un signal très clair que nous lançons. Ce forfait social qui est aujourd'hui à 20% qui est une taxe qu'ils payent sur l'intéressement qui empêche les entreprises de mieux récompenser ses salariés. Il n'y a pas d'opposition entre l'intérêt des salariés et celui des entreprises."

L'occasion pour le ministre d'embrayer sur la loi PACTE qu'il souhaite qu'elle arrive à l'assemblée, selon le calendrier dubprésident de la République et du Premier ministre le plus tôt possible, même si elle est confrontée au blocage des amendements. "Je souhaite même qu'il y en ait.

Bruno Le Maire chez Laffargue"Comment a été préparée cette loi depuis près d'un an? Avec des chefs d'entreprise, en consultant toutes les organisations syndicales, en écoutant les parlementaires avec des groupes de travail qui ont été plotés par des chefs d'entreprise et par des parlementaires. Et je souhaite justement que, dans le débat qui aura lieu à l'Assemblée nationale, les parlemenaires puissent apporter leur regard, leurs propositions sur ce texte de loi. Un débat parlementaire doit améliorer un texte parlementaire. Je dois d'ailleurs saluer le travail effectué par les parlementaires de la République en marche car ils se sont donné avec beaucoup d'enthouiastme pour améliorer ce texte dont je souhaite qu'il soit le meilleur à l'issue du débat parlementaire."

"Nous voulons pour Air France le meilleur dirigeant possible"

Le sujet d'Air-France KLM au cours de la conférence de presse qui a suivi la visite de l'entreprise tombé su le fil info un peu plus tôt n'a pas été éludé par Bruno Le Maire. "Nous avons toujours dit que nous voulions pour Air France le meilleur dirigeant possible. Nous avons défini une feuille de poste comme actionnaire à 14% du groupe Air France dans laquelle il y avait d'abord une bonne connaissance du secteur aérien, une condition indispensable pour réussir chez Air France. Une personnalité qui avait aussi la connaissance de la compétition internationale et qui ait déjà fait ses preuves dans une grande compagnie aérienne. Et bien la personnalité qui est envisagée aujourd'hui réunit ces trois conditions. Le représentant de l'Etat votera en faveur de cette nomination. Ce que je souhaite est que nous tournions la page le plus vite possible des conflits chez Air France qui est une magnifique entreprise, un fleuron national. Il faut tourner la page des conflits, des grève. Il faut se remettre au travail, fixer une stratégie."

 

 

Félix Dufour
Par Félix Dufour

Crédit Photo : F.D.

Partager sur Facebook
Vu par vous
7205
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 30 + 9 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !