Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/11/18 : La Rochelle : nouveaux blocages ce matin devant le site pétrolier de La Pallice, où les forces de l'ordre sont intervenues pour dégager l'accès et la route. Un automobiliste ayant forcé le barrage de police a été interpellé.

20/11/18 : En Dordogne, le trafic était encore perturbé ce mardi par les gilets jaunes, notamment dans l'agglomération de Bergerac, avec de nombreux poids-lourds bloqués et stationnés le long des routes. De nombreux blocages et barrages filtrants sont attendus.

20/11/18 : Les installations de péage automatique ont été incendiées à Virsac en Gironde sur l'autoroute A 10 par des gilets jaunes dans la nuit de lundi à mardi.

20/11/18 : Grand Poitiers organise le mercredi 21 novembre à 18h au centre socio-culturel des Trois Cités une réunion publique d'échanges sur le Projet de territoire de Grand Poitiers.

19/11/18 : Gironde: le préfet de Gironde et Nouvelle-Aquitaine annonçait la réouverture du Pont d'Aquitaine dans les deux sens de circulation à 19h15

19/11/18 : Charente-Maritime : grosse mobilisation des gilets jaunes encore aujourd'hui, avec des barrages filtrants renouvelés à La Rochelle, Royan et Saintes aux entrées et en sorties de villes.

19/11/18 : Le Château Smith Haut Lafitte a été sacré International Best Of Wine Tourism 2019 à Adélaïde (Australie). Sur 393 candidats au plan mondial, seuls 10 ont reçu ce trophée venant récompenser les propriétés les plus remarquables en matière d’œnotourisme

19/11/18 : Dordogne : lundi après midi, ils subsistaient encore une dizaine de points rassemblement organisés par les Gilets jaunes : à Thiviers, Mussidan, Montpon, Sarlat, Terrasson, Port de Couze, Eymet, St Laurent s/Manoire, Bergerac, Chancelade et Trélissac.

19/11/18 : Charente-Maritime : les communes de Marennes et de Hiers-Brouage, près de l'île d'Oléron, s'apprêtent à fusionner. Une charte commune a été adoptée par les élus lors du dernier conseil municipal du 15 novembre au soir.

19/11/18 : Charente-Maritime : Ce lundi matin, des manifestants bloquaient les accès sur la voie publique aux dépôts pétroliers de La Pallice à La Rochelle. Les forces de sécurité sont intervenues afin de rétablir la libre circulation - opération sans incident.

19/11/18 : Une subvention de 50 000 euros a été votée en faveur de l’association « SOS Méditerranée » lors de la commission permanente du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine qui s’est tenue le vendredi 16 novembre à Bordeaux.

17/11/18 : Lors de l'ouverture des Rencontres littéraires "les Idées mènent le monde" à Pau, François Bayrou a annoncé le désistement du penseur Edgar Morin, pour des raisons de santé. Il devait initialement intervenir ce 17 novembre dans la matinée.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 20/11/18 | La Rochelle : de nouveaux blocages à La Pallice

    Lire

    La police et la gendarmerie sont intervenues ce matin à la demande du préfet pour assurer la fluidité de la circulation aux abords des dépôts pétroliers de La Pallice à La Rochelle, et pour libérer les accès à la rocade à Saintes, de nouveau bloquée. Selon un communiqué de la préfecture, "un automobiliste ayant forcé un barrage de police a été interpellé pour mise en danger de la vie d'autrui et violence sur agent de la force publique".

  • 20/11/18 | Gilets jaunes : quatrième jour en Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    Dans le Lot-et-Garonne, plusieurs gilets jaunes, accompagnés de transporteurs et d'agriculteurs, bloquaient ce matin le péage de Samazan (A62 sortie 5) et laissaient passer les voitures. Un barrage filtrant était mis en place à Marmande sur le rond-point d'un centre commercial en direction de Bordeaux. La Charente Maritime a subi des embouteillages (nationale 11 de Beaulieu au pont de l'île de Ré). A Pau, 150 camions de forains et des gilets jaunes ont prévu d'organiser une opération escargot sur l'A64. Barrage filtrant à Langon

  • 20/11/18 | Gilets jaunes : la Gironde toujours perturbée

    Lire

    Plusieurs postes automates du péage de Virsac ont été brûlés dans la nuit de lundi à mardi par les gilets jaunes. Au nord de Bordeaux, un blocage subsiste toujours sur la RN10 au niveau de Saint-André de Cubzac. Au sud, la police a levé le blocage de l'A63 (au niveau de Marcheprime dans le sens Bayonne-Bordeaux), mais les itinéraires bis étaient toujours saturés ce matin. Sur l'A62, un barrage filtrant bloque toujours les camions au niveau de Langon. A 10h, la sortie 35 de l'A10 était fermée dans les deux sens de circulation.

  • 20/11/18 | La carte jeune s'exporte

    Lire

    Douze communes de la métropole (Ambarès-et-Lagrave, Ambès, Artigues-près-Bordeaux, Bordeaux, Bouliac, Gradignan, Le Bouscat, Le Taillan-Médoc, Saint-Aubin-de-Médoc, Saint-Louis-de-Montferrand, Saint-Médard-en-Jalles et Talence) ont annoncé leur intention de proposer dans chacune de leurs communes la mise en place d'une carte jeune accessible à tous les résidents de moins de 26 ans, prévue pour mars 2019. A Bordeaux, le dispositif a été lancé il y a cinq ans et profite à plus de 25 000 jeunes, leur permettant de bénéficier de différentes réductions dans des lieux culturels.

  • 20/11/18 | Le département de la Gironde conserve sa note AA-

    Lire

    Dans sa notation annuelle, Standard & Poor's évalue la stratégie financière départementale comme « transparente, claire, efficace et prudente ». Et la possible reprise financière sur les recettes de fonctionnement à partir de 2019, liée au dépassement probable du niveau maximal annuel des dépenses de fonctionnement fixé par l'Etat (dans un contexte de non contractualisation) n'inquiète pas outre mesure l'agence de notation qui considère que « le Département sera en mesure d’absorber ces impacts budgétaires négatifs et qu’il continuera de présenter de bons indicateurs d’endettement ainsi qu’une situation de liquidité favorable »

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | CCI de Bayonne: un match Garreta-Neys sur fond d'EPCI

03/11/2016 | Les entreprises du territoire devront élire la nouvelle assemblée de la CCI Bayonne-Pays Basque. Face à face programmé, Philippe Neys, président du Medef et chef d'entreprise et André Garreta,le président sortant

Liste Garreta CCI Bayonne

17 175 entreprises étaient inscrites à la Chambre de commerce et d'industrie de Bayonne Pays basque en 2015, soit près du double du Béarn voisin. Ces élections dont le verdict interviendra en ce début du mois de novembre qui oppose deux listes ne manqueront pas d’intérêt. En raison de leurs leaders, le sortant, tonique et habile communicant, André Garreta et son challenger, Philippe Neys, chef d'entreprise emblématique, nouveau patron du Medef, mécène de nombreux clubs de sports de la pelote basque au rugby. Sa situation politique d'adjoint au maire de Bayonne est à la source de leur mésentente pour monter liste commune.

 "Aujourd’hui les gens ne savent pas qui peut voter et à quoi cela sert. J’aurais un tel résultat, je ne serais pas fier", attaque Philippe Neys, le chef de file de la liste "En avant l'entreprise Pays basque. Président du Medef et élu à la Ville de Bayonne il a en effet choisi de monter sa liste contre le président candidat sortant André Garreta. Le visage taillé dans la pierre de la Rhûne le nouveau patron du Medef et chef d'une entreprise de travaux publiques (ETPM) dénonce sans ambages le fonctionnement opaque de l’actuelle instance," refermée sur elle-même, à l’accès compliqué, réservée à un cercle d’initiés". "Peut-être que des choses se font mais elles sont secrètes, inexploitées", enchaîne-t-il. Comme s'il avait oublié qu'il figurait sur la liste du sortant André Garreta aux dernières élections consulaires.

Contre le mélange des genres "entreprise et politique"

Pourtant avant l'été une liste commune semblait poindre. Seulement André Garreta, qui n'affectionne pas le mélange des genres, ne veut pas de politiques sur sa liste et l'a fait savoir à l'adjoint au maire de Bayonne Phiippe Neys. L'agent immobilier en fait un principe irrévocable. Philippe Neys, comme Sylvie Meyzenc à Bayonne et Xavier de Paredes à Anglet avaient d’ailleurs accepté de se retirer une fois élus aux municipales 2014. Apparemment ce qui valait hier ne l'est plus aujourd'hui.  "La CCI actuelle fait des élus locaux ses ennemis. Alors que tous se réclament de la même idée : l’attractivité économique. Nous ferons des collectivités locales nos partenaires", rétorquait lors de sa première conférence de presse  ce patron de l'entreprise de travaux publique ETPM  qui a creusé son sillon au Pays basque en devenant le mécène de nombreux clubs du Pays basque. De la pelote basque, le sport national au rugby. Se fourvoyant même quelque temps dans les affaires de l'Aviron bayonnais.

André Garreta, qui mène donc la liste "Agir pour l'entreprise" en laissant son adversaire tirer le premier avait ensuite toute lattitude pour rétorquer et présenter simplement un bilan en maniant les chiffres comme autant de munitions: 17175 entreprises sont inscrites à la CCI; 1737 créations entreprises CCI ont été enregistrées en 2015, soit une augmentation de 5,6% par rapport à 2014; la CCI a effectué 19323 interventions auprès des entreprises et 11 511 ont sollicité ses services. "À part cela, la CCI est opaque selon Philippe Neys !"

 

Liste NEYS

EPCI Pays Basque compris ? L’homme, (notre photo, accompagné d'une partie de son équipe) farouche opposant du projet -c’est d’ailleurs la principale ligne de fracture avec André Garreta- est en effet le trésorier de l’association porteuse du recours contre la future instance. "L’EPCI n’est pas encore là, déclare-t-il. Et si cela venait à être le cas, nous travaillerons ensemble bien sûr".

André Garreta, lui, est considéré comme avocat de l'EPCI; il tient à préçiser: "Le préfet Durand -NDLR parti sous d'autre cieux depuis- m'a fait savoir que l'Etat voulait que les Chambre consulaire se prononce sur les projets des nouvelles intercommunalités. Comme président de la CCi de Bayonne, j'ai donc appliqué les ordres et ai consulté nos partenaires chefs d'enterprises. A deux occasions en matière consultative, puis en séance plénière. Celles-ci se sont prononcées par vote pour cet EPCI unique (NDLR: comme les Chambres de métiers et d'agriculture) et en tant que président, je ne me suis fait que leur porte-parole. Même si, à terme, à titre personnel je pense que le Pays basque peut y trouver son compte."

Le spectre de l'Intercommunalité Pays basque dans la bataille

 

 Hormis cette opposition centrale avec le président sortant, Philippe Neys s’est entouré de deux porte-parole. Marie Pierre Breyne (directrice d'Intermarché Bidart) qui défend l’idée d’un cluster commerce pour le Pays Basque, un centre de ressources pour les indépendants comme pour les associations de commerçants. Et Iban Garigo, 30 ans, le benjamin de la liste. "Aujourd’hui, 70% des créations d’entreprise se font sur le territoire de l’Acba, nous devons améliorer l’attractivité de l’intérieur du Pays Basque", a avancé ce dernier. Pour Philippe Neys, cinq thèmes majeurs guident donc sa campagne: une équipe d'ouverture et de jeunesse pour un changement, une Maison de l'Entreprise ouverte et disponible, accueillante à notre service et sachant se déplacer, sous forme de permanences, sur tout le territoire; un observatoire de la fiscalité des entreprises afin de ne pas laisser les décideurs ne payant pas agir contre les intérêts des entreprises; un partenariat permanent avec la Chambre de métiers, la Chambre d'agriculture et les services économiques des collectivités locales.

Enfin figure le soutien de la formation des Jeunes pour le territoire avec Kedge Bachelor et l'Ecole des managers. Et pour la petite histoire, Philippe Neys souhaite rendre le siège de la CCI des Allées Marine plus accueillant comme il souhaiterait réhabiliter la Foire-exposition de Bayonne dans un lieu tout indiqué: la halle Iraty de Biarritz. Assurément au cœur du fameux BAB (Biarritz-Anglet-Bayonne) qui demeurera immortel quoiqu'il arrive. Comme il souhaite que l'ESTIA, trouve de nouveaux partenaires pour son fonctionnement. Estia qui, cette année, a remporté 500 000 euros à la CCI...

Et pendant ce temps la drague réengraisse le littoral d'Anglet

Dans son bilan, le président Garreta n'aura pu relever le gant d'un rétablissement des chiffres de trafic du port de Bayonne – propriété de la Région et géré par la CCI-. Ce ne sera pas faute d'être allé à la recherche d'armateurs de porte-conteneurs pour les faire transiter par le port de l'Adour. Mais conjoncture aidant, si l'on peut dire, le bois de tempête étant quasiment évacué, le trafic a du mal à redresser la gîte.

Or l'équipe actuelle aux commandes de la CCI, a trouvé une parade en jouant le long terme de l'embouchure de Bayonne: l'acquisition d'une drague afin de désengorger l'estuaire du fleuve, jouer à terme sur son élargissement afin de rendre le port plus accessible à des bateaux de fort tonnage, voire plus tard à des bateaux de croisière. Une opération "tout bénéf" pour le littoral d'Anglet qui récupère ainsi le sable stocké pour maintenir son trait de côte. En effet, jusqu'à présent, la CCI avait recours à une entreprise qui facturait quelque 3,2 millions d'euros deux services de dragage dans l'année. Désormais, cette acquisition d'Hondarroa – dont la marraine est la Luzienne Anne-Sophie Lapix-  pour 13 960 euros avec 2;5 millions du Feder. Outre qu'il constitue un investissement à moyen terme, apporte une nouvelle autonomie au Port de Bayonne.

Sur ce sujet précis, Philippe Neys milite pour un plan de relance impératif pour le port. En fédérant des industriels du bassin économique et proposer des offres de service à façon. Mais également une prospection dédiée permettant d'accueillir de nouvelles activités industrielles et organiser des partenariats avec les ports industriels et de commerce voisins.

Voilà les dés sont jetés. Les élections sur internet qui laissent penser que la participation au Pays basque sera supérieure à bien d'autres dans la Nouvelle Aquitaine se terminaient ce 2 novembre. Les votes par courriers seront comptabilisé le 7 novembre en préfecture. Quant aux résultats ils devraient être proclamés d'ici le 10 novembre....

Félix Dufour
Par Félix Dufour

Crédit Photo : F.D.

Partager sur Facebook
Vu par vous
6956
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !