Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

19/06/18 : La Rochelle : Raphaël Glucksmann, Directeur du Nouveau magazine littéraire, sera au Musée maritime samedi 23 juin à 14h30 pour une rencontre avec le public sur le thème des relations entre océan et climat et les impacts du changement climatique.

18/06/18 : En raison de travaux de maintenance et d’entretien du pont d’Aquitaine, la rocade sera fermée entre les échangeurs 2 et 4, dans le sens extérieur, les nuits du 20 au 22 juin de 21h à 6h, et dans les 2 sens de circulation du 23 au 24 juin 22h à 18h

18/06/18 : Avec 28,1 M de touristes dont 24,7 M de touristes français accueillis et 175 M de nuitées dont 152 M par des voyageurs hexagonaux, la Nouvelle-Aquitaine est en tête des destinations les plus fréquentées des Français en 2017.

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 19/06/18 | L'hôtel de ville de La Rochelle renaît de ses cendres

    Lire

    Cinq ans après l'incendie qui l'a ravagé, l'hôtel de ville retrouve ses couleurs. Sa toute nouvelle toiture, couverte d'une bâche, sera découverte devant le grand public de 13h à 17h, le jeudi 21 juin. Plusieurs animations musicales sont prévues durant l'opération, dont 70 coquelicots géants et chantants dès la place de la Caille. Une fois le toit de l’Hôtel de Ville et ses ardoises visibles, resteront les arceaux métalliques du chapiteau qui seront retirés jusqu’au 15 août.

  • 18/06/18 | Bordeaux, ville hôte de la RoboCup

    Lire

    On l'a appris ce lundi : Bordeaux est officiellement la vile hôte de la prochaine RoboCup, la coupe du monde des robots, en 2020. Cette compétition rassemblera 45 pays, 450 équipes et 3500 participants. Elle se déroulera du 23 au 29 juin 2020, et le comité international de la RoboCup a affirmé que Bordeaux avait été choisie pour plusieurs raisons : les deux victoires successives de l'équipe bordelaise de Football humanoïde en 2016 et 2017, mais aussi l'union organisée entre la communauté scientifique et les partenaires institutionnels qui ont porté la candidature.

  • 18/06/18 | Bordeaux : réussite pour les vingt ans de la Fête du Vin

    Lire

    Elle s'est terminée sous la pluie ce lundi matin par la parade des grands voiliers : la Fête du Vin 2018 a donné ses premiers chiffres de fréquentation. On y apprend que 61 100 pass dégustation ont été vendus, soit "une augmentation de 26%" par rapport à 2014 et 2016. 520 000 dégustations ont été enregistrées sur les stands (+25%) et 18 000 visiteurs se sont rendus sur le stand de l'École du Vin de Bordeaux. Enfin, le site internet de la manifestation a réuni 217 000 visiteurs depuis le début de l'année dont 138 000 en juin. En 2016, 517 000 curieux avaient participé à la précédente édition pour 57 000 pass dégustation vendus.

  • 18/06/18 | Virginie Calmels limogée de la vice-présidence de LR

    Lire

    On l'a appris ce dimanche soir : Laurent Wauquiez, président des Républicains, a limogé Virginie Calmels de son poste de vice-présidente déléguée au profit de l'ancien ministre Jean Leonetti. La première adjointe d'Alain Juppé à la mairie de Bordeaux reprochait depuis plusieurs semaines la ligne politique de Laurent Wauquiez. Ce lundi, le maire de Bordeaux, Alain Juppé, a déclaré ne "pas se sentir concerné par ces turbulences internes. C’est à elle de voir maintenant dans quel cadre elle continuera son action politique". Une manière plus que mesurée de rebattre les cartes...

  • 16/06/18 | Bilan des intempéries en Dordogne

    Lire

    477 interventions ont été réalisées dans le cadre des orages des 10 et 11 juin dernier en Dordogne. Les entreprises touchées par les intempéries ont la possibilité de faire appel à une indemnisation au titre de l’activité partielle. La chambre d’agriculture a demandé à ce que soit mis en œuvre un dégrèvement au titre de la taxe sur le foncier non bâti (TFNB) pour les exploitations touchées. 10 communes ont déposé en préfecture une reconnaissance de Catastrophe Naturelle.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | CCI de Bayonne: un match Garreta-Neys sur fond d'EPCI

03/11/2016 | Les entreprises du territoire devront élire la nouvelle assemblée de la CCI Bayonne-Pays Basque. Face à face programmé, Philippe Neys, président du Medef et chef d'entreprise et André Garreta,le président sortant

Liste Garreta CCI Bayonne

17 175 entreprises étaient inscrites à la Chambre de commerce et d'industrie de Bayonne Pays basque en 2015, soit près du double du Béarn voisin. Ces élections dont le verdict interviendra en ce début du mois de novembre qui oppose deux listes ne manqueront pas d’intérêt. En raison de leurs leaders, le sortant, tonique et habile communicant, André Garreta et son challenger, Philippe Neys, chef d'entreprise emblématique, nouveau patron du Medef, mécène de nombreux clubs de sports de la pelote basque au rugby. Sa situation politique d'adjoint au maire de Bayonne est à la source de leur mésentente pour monter liste commune.

 "Aujourd’hui les gens ne savent pas qui peut voter et à quoi cela sert. J’aurais un tel résultat, je ne serais pas fier", attaque Philippe Neys, le chef de file de la liste "En avant l'entreprise Pays basque. Président du Medef et élu à la Ville de Bayonne il a en effet choisi de monter sa liste contre le président candidat sortant André Garreta. Le visage taillé dans la pierre de la Rhûne le nouveau patron du Medef et chef d'une entreprise de travaux publiques (ETPM) dénonce sans ambages le fonctionnement opaque de l’actuelle instance," refermée sur elle-même, à l’accès compliqué, réservée à un cercle d’initiés". "Peut-être que des choses se font mais elles sont secrètes, inexploitées", enchaîne-t-il. Comme s'il avait oublié qu'il figurait sur la liste du sortant André Garreta aux dernières élections consulaires.

Contre le mélange des genres "entreprise et politique"

Pourtant avant l'été une liste commune semblait poindre. Seulement André Garreta, qui n'affectionne pas le mélange des genres, ne veut pas de politiques sur sa liste et l'a fait savoir à l'adjoint au maire de Bayonne Phiippe Neys. L'agent immobilier en fait un principe irrévocable. Philippe Neys, comme Sylvie Meyzenc à Bayonne et Xavier de Paredes à Anglet avaient d’ailleurs accepté de se retirer une fois élus aux municipales 2014. Apparemment ce qui valait hier ne l'est plus aujourd'hui.  "La CCI actuelle fait des élus locaux ses ennemis. Alors que tous se réclament de la même idée : l’attractivité économique. Nous ferons des collectivités locales nos partenaires", rétorquait lors de sa première conférence de presse  ce patron de l'entreprise de travaux publique ETPM  qui a creusé son sillon au Pays basque en devenant le mécène de nombreux clubs du Pays basque. De la pelote basque, le sport national au rugby. Se fourvoyant même quelque temps dans les affaires de l'Aviron bayonnais.

André Garreta, qui mène donc la liste "Agir pour l'entreprise" en laissant son adversaire tirer le premier avait ensuite toute lattitude pour rétorquer et présenter simplement un bilan en maniant les chiffres comme autant de munitions: 17175 entreprises sont inscrites à la CCI; 1737 créations entreprises CCI ont été enregistrées en 2015, soit une augmentation de 5,6% par rapport à 2014; la CCI a effectué 19323 interventions auprès des entreprises et 11 511 ont sollicité ses services. "À part cela, la CCI est opaque selon Philippe Neys !"

 

Liste NEYS

EPCI Pays Basque compris ? L’homme, (notre photo, accompagné d'une partie de son équipe) farouche opposant du projet -c’est d’ailleurs la principale ligne de fracture avec André Garreta- est en effet le trésorier de l’association porteuse du recours contre la future instance. "L’EPCI n’est pas encore là, déclare-t-il. Et si cela venait à être le cas, nous travaillerons ensemble bien sûr".

André Garreta, lui, est considéré comme avocat de l'EPCI; il tient à préçiser: "Le préfet Durand -NDLR parti sous d'autre cieux depuis- m'a fait savoir que l'Etat voulait que les Chambre consulaire se prononce sur les projets des nouvelles intercommunalités. Comme président de la CCi de Bayonne, j'ai donc appliqué les ordres et ai consulté nos partenaires chefs d'enterprises. A deux occasions en matière consultative, puis en séance plénière. Celles-ci se sont prononcées par vote pour cet EPCI unique (NDLR: comme les Chambres de métiers et d'agriculture) et en tant que président, je ne me suis fait que leur porte-parole. Même si, à terme, à titre personnel je pense que le Pays basque peut y trouver son compte."

Le spectre de l'Intercommunalité Pays basque dans la bataille

 

 Hormis cette opposition centrale avec le président sortant, Philippe Neys s’est entouré de deux porte-parole. Marie Pierre Breyne (directrice d'Intermarché Bidart) qui défend l’idée d’un cluster commerce pour le Pays Basque, un centre de ressources pour les indépendants comme pour les associations de commerçants. Et Iban Garigo, 30 ans, le benjamin de la liste. "Aujourd’hui, 70% des créations d’entreprise se font sur le territoire de l’Acba, nous devons améliorer l’attractivité de l’intérieur du Pays Basque", a avancé ce dernier. Pour Philippe Neys, cinq thèmes majeurs guident donc sa campagne: une équipe d'ouverture et de jeunesse pour un changement, une Maison de l'Entreprise ouverte et disponible, accueillante à notre service et sachant se déplacer, sous forme de permanences, sur tout le territoire; un observatoire de la fiscalité des entreprises afin de ne pas laisser les décideurs ne payant pas agir contre les intérêts des entreprises; un partenariat permanent avec la Chambre de métiers, la Chambre d'agriculture et les services économiques des collectivités locales.

Enfin figure le soutien de la formation des Jeunes pour le territoire avec Kedge Bachelor et l'Ecole des managers. Et pour la petite histoire, Philippe Neys souhaite rendre le siège de la CCI des Allées Marine plus accueillant comme il souhaiterait réhabiliter la Foire-exposition de Bayonne dans un lieu tout indiqué: la halle Iraty de Biarritz. Assurément au cœur du fameux BAB (Biarritz-Anglet-Bayonne) qui demeurera immortel quoiqu'il arrive. Comme il souhaite que l'ESTIA, trouve de nouveaux partenaires pour son fonctionnement. Estia qui, cette année, a remporté 500 000 euros à la CCI...

Et pendant ce temps la drague réengraisse le littoral d'Anglet

Dans son bilan, le président Garreta n'aura pu relever le gant d'un rétablissement des chiffres de trafic du port de Bayonne – propriété de la Région et géré par la CCI-. Ce ne sera pas faute d'être allé à la recherche d'armateurs de porte-conteneurs pour les faire transiter par le port de l'Adour. Mais conjoncture aidant, si l'on peut dire, le bois de tempête étant quasiment évacué, le trafic a du mal à redresser la gîte.

Or l'équipe actuelle aux commandes de la CCI, a trouvé une parade en jouant le long terme de l'embouchure de Bayonne: l'acquisition d'une drague afin de désengorger l'estuaire du fleuve, jouer à terme sur son élargissement afin de rendre le port plus accessible à des bateaux de fort tonnage, voire plus tard à des bateaux de croisière. Une opération "tout bénéf" pour le littoral d'Anglet qui récupère ainsi le sable stocké pour maintenir son trait de côte. En effet, jusqu'à présent, la CCI avait recours à une entreprise qui facturait quelque 3,2 millions d'euros deux services de dragage dans l'année. Désormais, cette acquisition d'Hondarroa – dont la marraine est la Luzienne Anne-Sophie Lapix-  pour 13 960 euros avec 2;5 millions du Feder. Outre qu'il constitue un investissement à moyen terme, apporte une nouvelle autonomie au Port de Bayonne.

Sur ce sujet précis, Philippe Neys milite pour un plan de relance impératif pour le port. En fédérant des industriels du bassin économique et proposer des offres de service à façon. Mais également une prospection dédiée permettant d'accueillir de nouvelles activités industrielles et organiser des partenariats avec les ports industriels et de commerce voisins.

Voilà les dés sont jetés. Les élections sur internet qui laissent penser que la participation au Pays basque sera supérieure à bien d'autres dans la Nouvelle Aquitaine se terminaient ce 2 novembre. Les votes par courriers seront comptabilisé le 7 novembre en préfecture. Quant aux résultats ils devraient être proclamés d'ici le 10 novembre....

Félix Dufour
Par Félix Dufour

Crédit Photo : F.D.

Partager sur Facebook
Vu par vous
6458
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !