Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/06/21 : L'ancien vice-président du Conseil départemental de la Dordogne en charge de l'agriculture, Jean-Pierre Saint-Amand est décédé lundi à l'âge de 71 ans. Il a été conseiller départemental du canton de Vergt de 1992 à 2015.

21/06/21 : Usinage, soudage, maintenance, aéronautique... Le CFAI Adour ouvre ses portes au public les 25 juin et 7 juillet sur ses 3 sites d'Assat (64), Lanne (65) et Tarnos (40). Il propose 148 offres en apprentissage dans les entreprises industrielles locales+ d'info

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Véronique Chabreyrou et Jacques Ranoux, candidats de gauche, soutenus par la majorité sortante, sont en tête avec 37,80 %, devant le binôme RN Pascale Léger et Serge Muller à 23,80 %.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Sur le canton de la vallée de la Dordogne, Germinal Peiro (PS) le président du conseil départemental sortant est réélu avec 64,96 % dès le premier tour. Il est associé à Patricia Lafon-Gauthier.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : le binôme socialiste composé de Marie-Lise Marsat et Serge Mérillou est réélu sur le canton de la Lalinde.

20/06/21 : Régionales en Dordogne : Sur le canton de Saint-Astier, Alain Rousset (PS) est en tête avec 30,39 % des voix devant la candidate RN Edwige à 23 %. L'écologiste Nicolas Thierry est en 3e position à 10,51 %.

20/06/21 : En Dordogne, l'abstention estimée pour les élections départementales et régionales en Dordogne est de 66,2%. C'est la participation la plus faible de toutes élections confondues dans le département.

20/06/21 : En Haute-Vienne, le taux de participation à 17h était de 28,54% en forte baisse par rapport à 2015 où on avait enregistré 52,36 % de votants à la même heure.

20/06/21 : Dans les Pyrénées-Atlantiques, après un taux de participation à midi s'élevant à 14,5%, ce même taux s'affichait à 31,37 % pour le double scrutin des élections régionales et départementales du 20 juin 2021.

20/06/21 : A 17h, le taux de participation aux élections régionales et départementales s'élève à 25,68%. En 2015, il était de 45,09% pour les régionales et 44,78% pour les départementales, soit une baisse de près de vingt points.

20/06/21 : Dans la Vienne, la baisse de la participation aux élections régionales et départementales se confirme. À 17h, le taux était de 26,07% contre 43,77% pour les départementales en 2015 et 44,87% pour les régionales en 2015.

20/06/21 : En Dordogne, le taux de participation au premier tour des élections départementales et régionales estimé à 17 h est de 33,78 %, en baisse par rapport aux scrutins de 2015.

Arte Flamenco
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 22/06/21 | Maïsadour cède son pôle Charcuterie à la Fipso

    Lire

    Le groupe Fipso (Filière Porc du Sud-Ouest), fondé en 1965, vient d’acquérir, afin de poursuivre sa croissance, l’activité salaisons sèches de la coopérative landaise Maïsadour. Cette acquisition, réalisée grâce à l'intervention des 4 caisses régionales du Crédit Agricole, va permettre à la Fipso de récupérer 5 sites de production (en plus de se 3 usines) et de se positionner en leader du Jambon de Bayonne. Maïsadour, de son côté, va ainsi se recentrer sur l'activité Foie gras et vise à retrouver la voie de la croissance d'ici à 2023.

  • 22/06/21 | Le bassin de la Midouze se restaure

    Lire

    Dans le cadre de l’appel à projets initié par l’Agence de l’Eau Adour-Garonne, l’Institution Adour en partenariat avec l’Association de protection de l’environnement du Gers ainsi que les syndicats mixtes du Midou et de la Douze, et celui du bassin versant de la Midouze ont déposé un projet de restauration et d’aménagement de 8 périmètres de zones humides sur le bassin de la Midouze.

  • 21/06/21 | Régionales : Pas d'accord Rousset-Thierry ce lundi

    Lire

    Alors que se pose depuis hier soir la question d'un accord entre la liste du président sortant Alain Rousset et celle de Nicolas Thierry pour EELV, les négociations semblent pour aujourd'hui dans l'impasse. "Ce lundi, aucun accord n’a pu être signé. Il n’y avait manifestement aucune volonté d’accord tant les exigences et le ton employé étaient incompatibles avec une possibilité de négociation.", indique le service de presse du candidat Alain Rousset. "Je ne conçois pas la politique régionale comme une simple question de partage de postes. C'est une relation politique, pas une question comptable", indique le président sortant.

  • 21/06/21 | Pau, ville moins polluée par les particules fines

    Lire

    Sur les 323 villes européennes sondées, Pau est la 1ère ville française du classement établi par une étude de l’Agence européenne pour l’environnement parue le 17 juin. L’étude de fait notamment ressortir un taux de particules fines en suspension supérieur aux valeurs établies par l’OMS pour 196 villes européennes sur les 323 sondées. Dans notre région, Pau affiche un taux de PM2,5 de 5,6 µg/m³, Bayonne de 6,4 µg/m³ et de 9,23 µg/m³ pour Bordeaux. Selon l’OMS, il ne faut pas dépasser le seuil de 10 microgrammes de PM2,5 par mètre cube d’air (10 µg/m³). En trop grande quantité, les particules fines sont nocives pour la santé.

  • 21/06/21 | L'Orchestre des Champs-Elysées au musée Sainte-Croix de Poitiers

    Lire

    L'Orchestre des Champs-Elysées se produira, le mercredi 23 juin à 19h et 21h dans l'Auditorium du musée Sainte-Croix de Poitiers. Une partition de Rimsky-Korsakov, sommet de la littérature musicale de la fin du 19e siècle, sera présentée dans une version de chambre avec violon, violoncelle, clarinette et piano. Le musée offre la possibilité de visiter l’exposition temporaire (visible jusqu'au 4 juillet) "L'Amour fou ? Intimité et création (1910-1940)" avant le concert. Le concert est gratuit mais les réservations sont obligatoires : www.musees-poitiers.org

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Cenon : la réinsertion par la restauration... en terrasse

28/05/2021 | A l'occasion de la réouverture des terrasses, Resto'Starter a lancé la démarche Terrasse en Fête du 25 au 28 mai

La terrasse de l'Atelier, à Cenon

Depuis le 19 mai, les restaurants ont pu rouvrir leurs terrasses, pour ceux qui en ont. Pour l'occasion, Resto'Starter a lancé Terrasse en fête du 25 au 28 mai. Cet événement solidaire a permis à quatre restaurants de proposer leur cuisine avec vue panoramique sur Bordeaux. Ce jeudi 27, c'est un restaurant d'insertion professionnelle qui était à l'honneur : l'Atelier.

Sur le parvis de l'école de musique, il est 12h et la terrasse commence à se remplir. Un ciel bleu qui ne laisse aucune place aux nuages. Pour le plus grand bonheur de Matthieu Lecoq, directeur de Resto'Starter et Vincent Michaud, formateur professionnel en restauration. L'idée de Terrasse en fête, c'est eux qui l'ont eue lors du confinement dernier. Une invitation envoyée à tous les restaurateurs de Cenon. Sur douze, quatre ont répondu favorablement : Kervan Saray, Bib'strot, l'Atelier et les nouvelles cuisinières de Marie Curry. Une opération qui se veut plutôt concluante lorsque la météo se montre clémente. Une action pour « marquer le coup de cette date du 19 mai, qui restera », précise Vincent Michaud.

"La cuisine c'est gratifiant dans l'immédiateté"

Saloua Mezaber est éducatrice technique au Cepaj (centre d'enseignement progessionnel et d'accueil de jeunes), structure éducative de la protection de l'enfance. Ce centre offre à des adolescents en difficultés multiples un accompagnement personnalisé, un hébergement adapté ainsi qu'une formation professionnelle qualifiante. « Par le biais du restaurant l'Atelier, on pose un cadre pour ces jeunes qui ont un parcours de vie difficile », précise-t-elle. L'objectif à travers ce restaurant d'application situé à Cenon, est d'accompagner un projet de vie. Mais le but ultime est que les jeunes grandissent en s'épanouissant. Participer à Terrasse en fête, c'est l'occasion de « partager un moment de convivialité, rencontrer d'autres restaurants ». L'occasion aussi de confronter les jeunes à la réalité du terrain. Parce qu'avec le confinement, certains n'ont jamais mis en pratique réellement ce qu'ils ont appris. Mais à travers cette confrontation, il s'agit également de prendre confiance.

Ce jeudi, trois jeunes étaient en cuisine et deux en salle. Parmi eux, Alyssa Bustos, une jeune femme de 17 ans. Elle est plus qu'heureuse de retrouver enfin son travail de service. « Le confinement c'était très long. Les journées paraissaient interminables, et ça joue beaucoup sur le moral de ne rien faire. Ca me manquait de travailler, ça fait vraiment du bien ! » Mounir Brini, éducateur spécialisé au Cepaj depuis mars dernier, confirme que « le confinement a eu impact négatif sur les jeunes. » Si le restaurant avait mis en place la vente à emporter, cela ne suffisait pas.  « Ce qui manquait c'était le contact avec les clients pour ceux qui travaillent en salle. Et pour ceux qui sont en cuisine, c'était le nombre. Ils ne préparaient pas autant de couverts et ne présentaient pas de belles assiettes », ajoute-t-il. Une période compliquée donc, pour des jeunes dont la cuisine est un réel point d'attache.

« La restauration c'est comme l'armée. On appartient à une brigade, on est sous l'autorité d'un chef de salle ou de cuisine », précise Mounir Brini. Un cadre qui confronte ces jeunes à l'autorité, la frustration. « La cuisine est un support de travail et un outil génial. C'est quelque chose de gratifiant dans l'immédiateté », raconte l'éducateur qui met à l'honneur leur motivation et leur volonté de s'en sortir. Travailler en restauration leur permet « d'avoir une image d'eux positive et d'être considérés. Mais aussi de chercher l'assurance, eux qui sont dans le doute permanent ».

 


Focus sur Resto Starter :

Vincent Michaud, formateur professionnel en restauration et repreneur de l'AtelierVincent Michaud © aqui.fr

Resto Starter est né en 2017 et a été repris par Matthieu Lecoq et Vincent Michaud en 2019. Un projet porté par Anabase et la Pina rive droite. Il s'agit de la première couveuse de restauration de France. L'objectif est d'accompagner de futurs entrepreneurs de la restauration. Business plan, étude de marché... tout l'accompagnement est là pour monter son projet. Mais l'idée est aussi de pouvoir tester ses plats et se former à tous les postes de la restauration. En sommes, une «  boite à outils de l'entrepreneuriat de restauration » comme aime le dire Vincent Michaud. Ils proposent des contrats d'appui au projet d'entreprise (Cape) d'une durée de six mois, renouvelables si besoin.


 

Mélanie Philips
Par Mélanie Philips

Crédit Photo : aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
3389
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !