Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

23/01/20 : A Montignac (24), le maire sortant Laurent Mathieu (ex UMP) et le conseiller départemental socialiste Christian Teillac ont décidé de faire liste commune pour les prochaines élections municipales. Ils étaient adversaires lors du scrutin de 2014.

23/01/20 : Elu sénateur en 2008, le socialiste Claude Bérit-Debat a annoncé lors de ses voeux qu'il ne briguerait pas un nouveau mandat en septembre. Il a été maire de Chancelade de 1992 à 2009 et a présidé l'agglomération de Périgueux de 2001 à 2014.

22/01/20 : L'élu EELV et adjoint PS à la mairie de Mérignac Gérard Chausset a annoncé son ralliement à la liste du maire sortant, Alain Anziani, dans la course aux municipales. Il entraîne avec lui une dizaine de personnes, dont des anciens EELV.

22/01/20 : Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Economie et des Finances, visitera deux sites industriels à Pessac jeudi 23 janvier avant de signer à Bordeaux le protocole d’accord « Territoires d’industrie » de la Région.

22/01/20 : Le maire de Bayonne et président de la Communauté territoriale Pays basque aux 158 communes Jean-René Etchegaray, 67 ans, avocat, a annoncé ce mardi, qu'il repartait pour un nouveau mandat municipal. Avec une nouvelle donne.

20/01/20 : Charente: La DDT organise une réunion d’information sur les aides animales de la PAC, en présence de l’ensemble des partenaires, ce mercredi à 10h à l'amphithéâtre de la communauté de communes Charente Limousine, rue fontaine des jardins à Confolens.

20/01/20 : La Rochelle se classe 3e du classement des villes et villages où il fait bon vivre par l'association éponyme, paru dans le JDD hier.

19/01/20 : La candidate socialiste aux municipales de Périgueux, Delphine Labails multiplie les soutiens nationaux : elle accueillera deux anciens ministres, Najat Vallaud Belkacem, le 22 janvier et l'ancien premier ministre Bernard Cazeneuve, le 8 février

17/01/20 : Le conseiller départemental PS Sébastien Saint-Pasteur a annoncé ce mercredi sa candidature aux prochaines municipales à Pessac, où il conduira la liste "Réinventons Pessac". La composition de sa liste est attendue pour février.

16/01/20 : A partir du 27 janvier, l’Agence régionale de santé Nouvelle-Aquitaine centralise ses lignes téléphoniques pour proposer un numéro unique pour tous les départements : 09 69 37 00 33 afin de proposer "une réponse plus efficace et plus personnalisée

16/01/20 : Suite au courrier de réponse de la Garde des Sceaux, "courrier qui ne répond nullement aux attentes des avocats", le Conseil de l'Ordre de Bordeaux a décidé la reconduction de la grève avec un rassemblement le 17 janv à 10h30 devant la Cour d'Appel

16/01/20 : Angoulême: le festival international de la BD a dévoilé les 3 noms en lice pour le grand prix : Emmanuel Guibert, Catherine Meurisse et Chris Ware, suite au vote des professionnels organisé entre le 7 et le 12/01. Le lauréat sera connu le 29 janvier.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 25/01/20 | Relance du projet de liaison routière entre La Rochelle et La Roche-sur-Yon

    Lire

    Les présidents et sénateurs des départements de Vendée et de Charente-Maritime ont rencontré ce jeudi Jean-Baptiste Djebbari, secrétaire d'Etat en charge des Transports, rappeler les engagements de l'Etat pris par Vals en 2015 pour accompagner la création d'une nouvelle liaison autoroutière entre Fontenay le Comte et Rochefort. Djebbari a proposé d'étudier 2 options : un projet autoroutier ou un tracé reprenant prioritairement les itinéraires existants. Une réunion est prévue d'ici fin mars.

  • 25/01/20 | Niort : Jérome Baloge retourne en campagne.

    Lire

    Le maire Jérôme Baloge (PRG) a annoncé vendredi soir qu'il était candidat à sa succession aux prochaines municipales. Il dévoilera les grandes lignes de son projet dans un courrier à ses administrés et à travers des réunions publiques à partir de début février. Une inauguration de sa permanence est prévue ce mardi 28 janvier. Le 15 mars prochain, sa liste "Niort tous ensemble" affrontera dans les urnes une liste RN, une PS "Niort en +", une EELV "Niort Citoyenne, écologique et solidaire".

  • 24/01/20 | Retraites: mobilisation toujours importante en Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    Septième journée de manifestations contre la réforme avec une mobilisation élevée en Nouvelle-Aquitaine : 7500 personnes à Bordeaux selon la préfecture, 2000 à Périgueux, 3000 à La Rochelle, un millier à Saintes, 750 à Rochefort, 1500 à Angoulême gilets jaunes en tête, 3000 à Bayonne, 4000 à Pau, 1500 à Mont de Marsan, un millier à Agen, 2000 à Niort, 3000 à Poitiers 600 à Châtellerault, 1200 à Brive, 700 à Guéret.

  • 24/01/20 | Les magasins C&A de Boulazac (24), Pessac et Villenave d'Ornon (33) menacés de fermeture

    Lire

    La direction de C&A a annoncé 30 fermetures de magasins en France lors d’un comité central d’entreprise. Force Ouvrière a communiqué la liste des magasins qui devraient fermer. Trois sont situés dans la région, Pessac et Villenave d’Ornon et celui de Boulazac (24). Installé sur la zone du Ponteix, le magasin de Boulazac fait partie des enseignes historiques de cette zone. Il a ouvert ses portes en 2004. En avril dernier, 14 magasins de l'enseigne avaient déjà fermé en France.

  • 24/01/20 | Ouverture des inscriptions pour Biblio Gironde

    Lire

    Biblio Gironde organise avec 50 bibliothèques du département "Lire, élire...2020". Ainsi, les jeunes âgés de 6 à 16 ans, s'ils le souhaitent, sont invités à s'inscrire avant le 31 janvier pour voter du 2 au 21 juin prochain. Ce concours a pour objectif d'inciter les jeunes à la lecture. Les participants recevront un chèque lire. La sélection des livres est à retrouver ici

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | CES de Las Vegas : les entreprises de Nouvelle-Aquitaine font le bilan

14/03/2019 | Les 28 entreprises ayant fait partie de la délégation néo-aquitaine du CES 2019, salon spécialisé dans la tech et les innovations, ont dressé un premier bilan.

CES 2019

Elles sont venues, elles ont vu, elles ont été reconnues. Deux mois après leur retour, les 28 entreprises sélectionnées pour faire partie de la délégation Nouvelle-Aquitaine au Consumer Electronic Show de Las Vegas ont dressé en début de semaine un premier bilan de ce que leur a concrètement apporté la visibilité de ce salon international, auquel la région participe pour la troisième fois. Il est globalement positif et la Nouvelle-Aquitaine compte déjà rempiler l'année prochaine tout en renforçant sa stratégie de communication sur les start-ups présentes. On vous résume l'essentiel des retombées de ce voyage outre-Atlantique.

Marathons business

Elles étaient 28, triées sur le volet, dont 14 à exposer au sein d'un espace dédié à la Nouvelle-Aquitaine à l'Eureka Park (cinq sur d'autres espaces et neuf en simples visiteurs) du 8 au 11 janvier dernier. Ce lundi, les entreprises sélectionnées par la Région Nouvelle-Aquitaine (en partenariat avec la Chambre de Commerce et d'Industrie, French Tech Bordeaux, Digital Aquitaine et Bordeaux Métropole) pour participer à l'édition 2019 du CES ont dressé un premier bilan des avantages apportés par cette exposition au sein du salon mondial de la high-tech. Globalement, ce dernier s'est révélé positif puisque huit entreprises ont été distinguées par un Innovation Award. Pour n'en citer que quelques unes, Domalys a ainsi reçu l'Award dans la catégorie "Smart Home" (ou maison intelligente) pour sa lampe connectée baptisée Aladin et destinée au maintien à domicile des seniors, Ullo dans la catégorie "Tech for a Better World" pour son "jardin sensoriel" Inner Garden destiné aux "personnes âgées présentant des pathologies neurodégénératives ou encore Meshroom VR dans la catégorie "software/ applications mobiles" pour le développement d'un studio collaboratif en réalité virtuelle. Cette dernière, comme quelques autres, participaient pour la deuxième fois au salon tandis que pour certains, il s'agissait d'une première expérience. Toutes ont été préparées bien en amont avec un programme de formation complet, un accompagnement de huit mois pour trois journées marathon afin de tenter de tirer leur épingle du jeu.

Conséquences concrètes

Mais que viennent exactement chercher ces entreprises, mis à part une opportunité de présenter leurs dernières innovations en date ? Pour Holoforge Interactive, branche d'Asobo Studios (l'un des principaux studios de jeux-vidéo bordelais), l'intérêt principal était de "venir se confronter au marché américain. On compte revenir l'an prochain et renouveler l'expérience". Ce déplacement s'est d'ailleurs révélé plutôt fructueux puisque la société s'est retrouvée classée en quatrième position d'un top dix des meilleurs acteurs de la French Tech réalisé par Forbes. Cette dernière était d'ailleurs venue en force, puisque le nombre de ses start-ups présentes dépassait cette année celui de la délégation américaine. Pour Simoné Stévanin, le dirigeant de Simob, start-up spécialisée dans la mobilité (son projet Moon Start se présente comme une "plateforme et un hub pour l’utilisation partagée des véhicules électriques de déplacement personnel"), le CES a permis de gagner six à sept mois de développement commercial. Quand on participe à ce genre de salon, on se rend compte qu'on devient plus qualifié vis-à-vis de partenariats qu'on avait déjà noués avant; les discussions en cours prennent une nouvelle vitesse. Mais il faut partir en ayant quantifié le coût d'un tel déplacement, financier comme humain". Évidemment, une telle présence dans le salon basé à Las Vegas a un coût sonnant et trébuchant financé à hauteur de 50% pour les entreprises participantes, une enveloppe de 350 000 euros dont 200 000 pour la prise en charge des entreprises, le reste servant de budget complémentaire pour "optimiser le déplacement" (réservation d'une salle de réunions, d'une agence de relations presse ou d'une entreprise de community management).

Car l'intérêt du CES est porté en partie par la médiatisation potentielle des jeunes entreprises invitées, qui pour beaucoup en sont à leur galop d'essai. En chiffres concrets, on peut citer un taux de satisfaction des entreprises de 85% et dire que 7000 curieux ont visité l'espace Nouvelle-Aquitaine, soit quasiment 5% des visiteurs de tout le salon. Les entreprises sélectionnées revendiquent une centaine de contacts "qualifiés" chacune dont des poids lourds comme LG, Philips, Amazon ou encore Mitsubishi. En termes de retombées médiatiques, les entreprises de la délégation régionale ont eu droit à 390 articles et la Nouvelle-Aquitaine se place, selon le site aka.tv, au deuxième rang des "marques" françaises les plus visibles au CES derrière le groupe La Poste. Les retombées sont aussi économiques. Sans être exhaustifs, citons quelques promesses intéressantes comme l'intérêt du Japon pour le concept Inner Garden évoqué plus haut, ce qui a permis à l'entreprise Ullo de faire des premiers plans pour une prospection en Asie et un premier voyage d'étude au Japon en mai prochain. L'entreprise Pragma Industries (basée à Biarritz) en plein développement d'un vélo à hydrogène, "retient la qualité des visiteurs. 80% venaient pour parler business et produit. Dans les prochains jours, on a une délégation indienne qui doit venir". Domalys a pu installer sa lampe connectée pour la première fois au sein d'un Ehpad de Washington et Simforhealth, sélectionnée parmi les meilleures innovations en e-santé (formation immersive des professionnels) a été "repérée par HTC Vive" (l'un des principaux développeurs de casques en réalité virtuelle) "pour pouvoir exposer sur leur stand". Son dirigeant, Jérôme Leleu, également président de French Tech Bordeaux, présie avoir "fait d'autres salons plus thématiques qui peuvent être intéressant. Si on ne veut pas forcément y retourner un an après pour diverses raisons, sauter une étape peut-être bénéfique pour revenir présenter des avancées deux ans plus tard". 

Stratégie sélective

Le côté sélectif des entreprises et la plus forte visibilité provoquée par le regroupement sous la bannière French Tech et un emplacement plus stratégique ont apparemment payé. Pour Bernard Uthurry, vice-président de la Nouvelle-Aquitaine en charge du développement économique, il y a bien eu "un saut qualitatif par rapport à 2018, grâce notamment à une sélection plus draconnienne qui a valorisé l'originalité des projets, l'innovation, et la possibilité de présenter les choses autrement que sur un écran. On a abandonné l'idée de créer un village gaulois pour s'occuper davantage de la visibilité des entreprises que de la promotion de la région en elle-même". Les différents partenaires préparent d'ailleurs déjà des pistes d'amélioration pour l'an prochain. Plusieurs ont ainsi été évoquées, comme la possibilité de regrouper les entreprises par thématiques et non plus par pavillons régionaux, histoire de vendre davantage les sociétés sous des bannières tricolores ou européennes plus que purement régionales, histoire de gommer cette guerre de clochers interne... Pour 2020, une première esquisse a déjà été dessinée, et on sait qu'une quinzaine d'entreprises seront sélectionnées. Un Appel à Manifestation d'Intérêts a d'ailleurs été lancé dans la foulée pour rejoindre la délégation de Nouvelle-Aquitaine en janvier prochain, les candidatures étant ouvertes sur le site www.so-start-up.fr. La désignation des candidats est attendue pour le mois de juillet. 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
3470
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 28 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !