Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/03/19 : Charente-Maritime : le festival Jazz au Phare, qui se déroulera du 4 au 8 août au Phare des Baleines, vient de dévoiler ses têtes d'affiches : Melody Gardot pour l’ouverture sur la grande scène le 4 août et Christophe le 5 août.

20/03/19 : Le Pont de l'île de Ré ne sera pas fermé à la circulation dans la nuit du lundi 25 au mardi 26 mars 2019 comme annoncé le 22 février dernier.

20/03/19 : Un séisme de magnitude 4,9 s'est produit ce matin peu avant 11h dans le secteur de Montendre. Il aurait été ressenti dans un rayon de 200 km, à Bordeaux et à Angoulême notamment.

20/03/19 : A Périgueux, la journée de l'audition se concrétise ce mercredi 20 mars, par le spectacle "yes ouie can", au Sans réserve à partir de 18 h 30. Cette soirée est organisée par le service de santé au travail. Gratuit dans la mesure des places disponibles.

19/03/19 : Dordogne : Ce 19 mars, l'appel à la grève des organisations syndicales CGT, FO et FSU, a été suivi par un petit millier de personnes à Périgueux qui revendiquent une hausse du SMIC, la réindexation des pensions et de retraites sur le coût de la vie.

19/03/19 : Jean-Frédéric Laurent, économiste de formation et spécialiste du transport maritime international est depuis le 13 mars dernier, le nouveau Président du Directoire du Grand Port Maritime de Bordeaux.

18/03/19 : Le préfet de Nouvelle-Aquitaine Didier Lallement est nommé préfet de police de Paris en remplacement de Michel Delpuech, après les violences sur les Champs-Élysées.

17/03/19 : Grande America : les "boues" observées par l'association Sea Shepherd hier à Hourtin en Gironde, ne sont en fait qu'un phénomène naturel de décomposions de déchets organiques bien connus des habitants, et non du mazout, relate ce matin la préfecture.

16/03/19 : Naufrage du Grande America : l'association Sea Shepherd rapporte que des plages de Gironde auraient été touchées. La préfecture maritime ne confirme pas et demande de "ne pas se fier aux photos alarmiste", et promet des prélèvements sur zone.

15/03/19 : Naufrage du Grande America : une nappe d’hydrocarbures d’une longueur de 4.5 km et d’une largeur de 500 mètres, d’aspect compact, a été observée à proximité de la zone de naufrage, à environ 175 nautiques (environ 325 km) des côtes françaises.

12/03/19 : Prévoyant une trentaine de recrutements en 2019, la Sobeval, spécialisée dans le veau de boucherie, organise un forum pour l’emploi, le 20 mars de 13 h à 17 h dans ses locaux de Boulazac (Dordogne). Un test par simulation sera proposé par Pôle emploi.

12/03/19 : En Lot-et-Garonne, la semaine prochaine, inauguration des sites multi-opérateurs d'accès à l'internet mobile à Hautefage La Tour, Massels, Thézac. Les communes de Frespech et Auradou sont également concernées par la couverture de ces nouveaux sites.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 21/03/19 | Bordeaux : du mouvement à la Maison Rose

    Lire

    Le vide dressing de la Maison Rose approche. La dernière née de l'association RoseUp, qui édite également Rose Magazine, organise un vide dressing solidaire ce samedi 23 mars. La Maison Rose accueille et soutient des femmes atteintes de cancer, mais aussi leurs proches, permettant ainsi de se ressourcer pendant ou après les traitements. L'intégralité des bénéfices du vide dressing solidaire seront reversés à la Maison Rose.

  • 21/03/19 | Nouvelle-Aquitaine : un jeu pour les malvoyants

    Lire

    Ce n'est pas la première fois que l'Institut Régional des Sourds et des Aveugles (IRSA) et Cap Sciences élaborent un jeu de société à destination des malvoyants. Time Loop est un jeu de stratégie, où les protagonistes sont perdus dans le temps et dont l'objectif est d'arriver à retourner à son époque. Une campagne de financement participatif a été lancée afin de doter toutes les antennes régionales de l'IRSA d'exemplaires du jeu. 400 euros sont nécessaires pour mener à bien le projet.

  • 21/03/19 | Bordeaux : une nouvelle école d'ingénieur !

    Lire

    L'École Nationale Supérieure pour la Performance Industrielle et la Maintenance Aéronautique ouvrira ses portes à la rentrée scolaire 2019. L'ENSPIMA sera la sixième école publique d'ingénieurs bordelaise avec pour domaines de prédilection les industries aéronautique, spatiale et de la défense. L'école sera basée dans les locaux de l'Institut de Maintenance Aéronautique à Mérignac. Les recrutements sont ouverts à partir du 20 mars pour ce cursus de 3 ans.

  • 21/03/19 | 1e édition de Gaspi'Halles pour une alimentation responsable

    Lire

    La première édition de Gaspi'Halles aura lieu les 22 et 23 mars aux halles de Bacalan à Bordeaux. Cet événement, organisé par l'EFAP et l'entreprise Biltoki, vise à sensibiliser les Bordelais au gaspillage alimentaire. Le vendredi matin sera consacré à des tables rondes destinées aux professionnels, tandis que le samedi après-midi sera ouvert au public pour des ateliers pratiques, de 14 heures à 18 heures.

  • 21/03/19 | Soirée ciné-débat sur la santé mentale à Pessac

    Lire

    Dans le cadre de la semaine d'information sur la santé mentale, le cinéma Jean Eustache de Pessac projettera le film documentaire "Locura al aire" le 22 mars à 20h30, en partenariat avec l'Unafam. Le film sera suivi d'un débat en présence du docteur Doumy, psychiatre au Centre Référence des Pathologies Anxieuses et de la Dépression (CERPAD) à l’hôpital Charles Perrens. Séance aux tarifs habituels.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | CES de Las Vegas : les entreprises de Nouvelle-Aquitaine font le bilan

14/03/2019 | Les 28 entreprises ayant fait partie de la délégation néo-aquitaine du CES 2019, salon spécialisé dans la tech et les innovations, ont dressé un premier bilan.

CES 2019

Elles sont venues, elles ont vu, elles ont été reconnues. Deux mois après leur retour, les 28 entreprises sélectionnées pour faire partie de la délégation Nouvelle-Aquitaine au Consumer Electronic Show de Las Vegas ont dressé en début de semaine un premier bilan de ce que leur a concrètement apporté la visibilité de ce salon international, auquel la région participe pour la troisième fois. Il est globalement positif et la Nouvelle-Aquitaine compte déjà rempiler l'année prochaine tout en renforçant sa stratégie de communication sur les start-ups présentes. On vous résume l'essentiel des retombées de ce voyage outre-Atlantique.

Marathons business

Elles étaient 28, triées sur le volet, dont 14 à exposer au sein d'un espace dédié à la Nouvelle-Aquitaine à l'Eureka Park (cinq sur d'autres espaces et neuf en simples visiteurs) du 8 au 11 janvier dernier. Ce lundi, les entreprises sélectionnées par la Région Nouvelle-Aquitaine (en partenariat avec la Chambre de Commerce et d'Industrie, French Tech Bordeaux, Digital Aquitaine et Bordeaux Métropole) pour participer à l'édition 2019 du CES ont dressé un premier bilan des avantages apportés par cette exposition au sein du salon mondial de la high-tech. Globalement, ce dernier s'est révélé positif puisque huit entreprises ont été distinguées par un Innovation Award. Pour n'en citer que quelques unes, Domalys a ainsi reçu l'Award dans la catégorie "Smart Home" (ou maison intelligente) pour sa lampe connectée baptisée Aladin et destinée au maintien à domicile des seniors, Ullo dans la catégorie "Tech for a Better World" pour son "jardin sensoriel" Inner Garden destiné aux "personnes âgées présentant des pathologies neurodégénératives ou encore Meshroom VR dans la catégorie "software/ applications mobiles" pour le développement d'un studio collaboratif en réalité virtuelle. Cette dernière, comme quelques autres, participaient pour la deuxième fois au salon tandis que pour certains, il s'agissait d'une première expérience. Toutes ont été préparées bien en amont avec un programme de formation complet, un accompagnement de huit mois pour trois journées marathon afin de tenter de tirer leur épingle du jeu.

Conséquences concrètes

Mais que viennent exactement chercher ces entreprises, mis à part une opportunité de présenter leurs dernières innovations en date ? Pour Holoforge Interactive, branche d'Asobo Studios (l'un des principaux studios de jeux-vidéo bordelais), l'intérêt principal était de "venir se confronter au marché américain. On compte revenir l'an prochain et renouveler l'expérience". Ce déplacement s'est d'ailleurs révélé plutôt fructueux puisque la société s'est retrouvée classée en quatrième position d'un top dix des meilleurs acteurs de la French Tech réalisé par Forbes. Cette dernière était d'ailleurs venue en force, puisque le nombre de ses start-ups présentes dépassait cette année celui de la délégation américaine. Pour Simoné Stévanin, le dirigeant de Simob, start-up spécialisée dans la mobilité (son projet Moon Start se présente comme une "plateforme et un hub pour l’utilisation partagée des véhicules électriques de déplacement personnel"), le CES a permis de gagner six à sept mois de développement commercial. Quand on participe à ce genre de salon, on se rend compte qu'on devient plus qualifié vis-à-vis de partenariats qu'on avait déjà noués avant; les discussions en cours prennent une nouvelle vitesse. Mais il faut partir en ayant quantifié le coût d'un tel déplacement, financier comme humain". Évidemment, une telle présence dans le salon basé à Las Vegas a un coût sonnant et trébuchant financé à hauteur de 50% pour les entreprises participantes, une enveloppe de 350 000 euros dont 200 000 pour la prise en charge des entreprises, le reste servant de budget complémentaire pour "optimiser le déplacement" (réservation d'une salle de réunions, d'une agence de relations presse ou d'une entreprise de community management).

Car l'intérêt du CES est porté en partie par la médiatisation potentielle des jeunes entreprises invitées, qui pour beaucoup en sont à leur galop d'essai. En chiffres concrets, on peut citer un taux de satisfaction des entreprises de 85% et dire que 7000 curieux ont visité l'espace Nouvelle-Aquitaine, soit quasiment 5% des visiteurs de tout le salon. Les entreprises sélectionnées revendiquent une centaine de contacts "qualifiés" chacune dont des poids lourds comme LG, Philips, Amazon ou encore Mitsubishi. En termes de retombées médiatiques, les entreprises de la délégation régionale ont eu droit à 390 articles et la Nouvelle-Aquitaine se place, selon le site aka.tv, au deuxième rang des "marques" françaises les plus visibles au CES derrière le groupe La Poste. Les retombées sont aussi économiques. Sans être exhaustifs, citons quelques promesses intéressantes comme l'intérêt du Japon pour le concept Inner Garden évoqué plus haut, ce qui a permis à l'entreprise Ullo de faire des premiers plans pour une prospection en Asie et un premier voyage d'étude au Japon en mai prochain. L'entreprise Pragma Industries (basée à Biarritz) en plein développement d'un vélo à hydrogène, "retient la qualité des visiteurs. 80% venaient pour parler business et produit. Dans les prochains jours, on a une délégation indienne qui doit venir". Domalys a pu installer sa lampe connectée pour la première fois au sein d'un Ehpad de Washington et Simforhealth, sélectionnée parmi les meilleures innovations en e-santé (formation immersive des professionnels) a été "repérée par HTC Vive" (l'un des principaux développeurs de casques en réalité virtuelle) "pour pouvoir exposer sur leur stand". Son dirigeant, Jérôme Leleu, également président de French Tech Bordeaux, présie avoir "fait d'autres salons plus thématiques qui peuvent être intéressant. Si on ne veut pas forcément y retourner un an après pour diverses raisons, sauter une étape peut-être bénéfique pour revenir présenter des avancées deux ans plus tard". 

Stratégie sélective

Le côté sélectif des entreprises et la plus forte visibilité provoquée par le regroupement sous la bannière French Tech et un emplacement plus stratégique ont apparemment payé. Pour Bernard Uthurry, vice-président de la Nouvelle-Aquitaine en charge du développement économique, il y a bien eu "un saut qualitatif par rapport à 2018, grâce notamment à une sélection plus draconnienne qui a valorisé l'originalité des projets, l'innovation, et la possibilité de présenter les choses autrement que sur un écran. On a abandonné l'idée de créer un village gaulois pour s'occuper davantage de la visibilité des entreprises que de la promotion de la région en elle-même". Les différents partenaires préparent d'ailleurs déjà des pistes d'amélioration pour l'an prochain. Plusieurs ont ainsi été évoquées, comme la possibilité de regrouper les entreprises par thématiques et non plus par pavillons régionaux, histoire de vendre davantage les sociétés sous des bannières tricolores ou européennes plus que purement régionales, histoire de gommer cette guerre de clochers interne... Pour 2020, une première esquisse a déjà été dessinée, et on sait qu'une quinzaine d'entreprises seront sélectionnées. Un Appel à Manifestation d'Intérêts a d'ailleurs été lancé dans la foulée pour rejoindre la délégation de Nouvelle-Aquitaine en janvier prochain, les candidatures étant ouvertes sur le site www.so-start-up.fr. La désignation des candidats est attendue pour le mois de juillet. 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
1681
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 9 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !