Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

19/01/18 : Charente-Maritime : Air France et l'aéroport de La Rochelle-Ré annoncent une nouvelle ouverture de ligne pour cette année. L'annonce officielle sera faite mardi prochain.

19/01/18 : Le Conseil d’administration de l’université de Bordeaux a réélu Manuel Tunon de Lara à sa présidence. Antoine de Daruvar, directeur de l’école doctorale des Sciences de la vie et de la santé prend la vice-présidence suite à Dean Lewis.

18/01/18 : "Progrès et Sagesse": ce sera le thème de la 24° Université Hommes-Entreprise du CECA les 30 et 31 août au Château Smith Haut Lafitte. Il y sera question d'éthique et de sens, en particulier celui de l'intelligence artificielle: bienfait ou menace?

16/01/18 : France Télévision a compris l'utilité de France 3 Euskal Herri au Pays basque. Les sept minutes quotidiennes ont été maintenues, dans l'état. C'est à dire dans sa structure au studio des allées Marines de Bayonne et non prestataire de reportages

16/01/18 : Cyrille Guimard, sélectionneur de l'équipe de France de cyclisme, parrainera la 23e édition du Tour de Lot-et-Garonne et sa cyclosportive les 14 et 15 avril prochains.

16/01/18 : L'agglo de La Rochelle a été choisie par le cabinet Missions Publiques pour faire partie des 4 collectivités françaises à organiser un débat publique atour de l'essor des transports sans conducteur, le 27/01 de 9h à 17h. Inscription : debatcitoyen.fr

15/01/18 : La Rochelle participe à la 2e Nuit de la lecture samedi 20 janvier de 16h30 à minuit à la médiathèque de Villeneuve-les-Salines et dans le Hall de l’Agora au Centre social. Au programme : des lectures et des animations variées. Tout public. Gratuit.

13/01/18 : Cognac: les Trophées du vin 2018 ont récompensé le 11 janvier l'association cognaçaise Les Etapes du cognac avec le prix "meilleur accueil dans le vignoble", récompensant son développement de l'oenotourisme sur le territoire.

11/01/18 : Opération de régulation des sangliers à Agen et Foulayronnes. Un grand nombre de sangliers a été signalé et confirmé dans ces deux communes. Les services de l’Etat ont donc décidé d'organiser des opérations de régulation jusqu’au 28 février inclus.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 17/01/18 | Le Reggae Sun Ska repart en Médoc

    Lire

    Clap de fin pour la version "campus" du Reggae Sun Ska. À la suite d'un courrier et de plusieurs échanges téléphoniques avec les maires de Pessac, Talence et Gradignan soulignant des plaintes de riverains soumis à des "nuisances sonores", la 21ème édition du festival se délocalise. Elle aura lieu sur le domaine de Nodris, à Vertheuil, pouvant accueillir 12 000 festivaliers par jour (contre 27 000 sur le campus). Ce mercredi, les premiers noms de la programmation annoncent notamment Jimmy Cliff en tête d'affiche.

  • 17/01/18 | Le trafic de l'aéroport de Biarritz Pays-Basque: +4,7%

    Lire

    Les gestionnaires de l'aéroport de Biarritz Pays basque pourront avoir le sourire lors de la présentation des vœux la semaine prochaine. Si les chiffres de décembre ont connu une légère baisse, (74 091 passagers contre 74 727 en 2016) vraisemblablement en raison de l'enneigement précoce des stations de sports d'hiver, en revanche 2017 affiche des chiffres flamboyants avec 1 190 991 passagers, soit une augmentation de 4,88% qui confirme largement sa place de deuxième plateforme aéroportuaire de la Nouvelle-Aquitaine.

  • 17/01/18 | Contrat juteux pour Gaz de Bordeaux

    Lire

    La SAS Gaz de Bordeaux peut se frotter les mains : elle vient de décrocher un marché auprès de la Direction des Achats de l'État pour fournir plus de 2000 sites en gaz naturel pendant deux ans. Parmi eux, on retrouve la Cour des Comptes, Météo France, plusieurs ministères mais aussi l'ensemble des centres pénitentiaires de France. En 2016, cette société possédée par Régaz dont Bordeaux Métropole est actionnaire à 51,93% a réalisé un chiffre d'affaires de 355 millions d'euros, dont 70% hors Gironde.

  • 17/01/18 | La réforme de l'enseignement supérieur avance

    Lire

    Frédérique Vidal, la Ministre de l'Enseignement supérieur, s'est rendue ce mardi à Bordeaux. Elle y a effectué un nouveau point d'étape à la rencontre des présidents des universités de Bordeaux Montaigne, Poitiers, Limoges, Pau et La Rochelle et de la communauté d'enseignants. L'ordre du jour était évidemment consacré à la réforme de la réussite et de l'orientation, dont la première étape (remplacer "APB" par Parcours Sup) est effective depuis lundi. Cette réforme représente un budget d'un milliard d'euros sur cinq ans.

  • 17/01/18 | Le maire de Bayonne s'inquiète pour l'avenir des Galeries Lafayette

    Lire

    Après avoir appris que dans le cadre du projet de cession en franchise de magasins Galeries Lafayette en province celui de Bayonne serait éventuellement concerné. Le maire a fait part de sa "totale incompréhension et sa plus vive réprobation si une telle information venait à être confirmée". Pour Jean-René Etchegaray, cette décision irait à l’encontre des efforts conjugués pour renforcer le dynamisme commercial et l’attractivité d'un centre-ville, dont les Galeries Lafayette sont une des locomotives".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Ceva santé animale poursuit son développement mondial

10/02/2017 | Ceva Santé animale, implantée à Libourne, continue de performer à travers le monde... et veut s'attaquer à la grippe aviaire.

Marc Prikazky, président de Ceva Santé animale

Désormais devenue le 1er laboratoire vétérinaire français, la prestigieuse ETI Ceva Santé Animale, est parallèlement grimpée au 6ème rang mondial. De belles places aux classements auxquelles les bons scores de l'année 2016 ont contribué, témoignant que le choix « d'une stratégie d'agilité » est aussi celui de la solidité pour l'entreprise qui refuse toute cotation en bourse. Avec un chiffre d'affaires de 912 M€ et une croissance toujours à 2 chiffres (10% de croissance en 2016), Marc Prikazky, son Président le confirme avec le sourire « la société se porte très bien ». Son objectif pour les années à venir : devenir le n°5 mondial, grâce notamment à une stratégie de croissance externe offensive, particulièrement mise en œuvre l'année passée, le tout au bénéfice du territoire.

Outre de bons chiffres de croissance, dans toutes les zones où Ceva Santé animale est présente (qui couvrent au total 110 pays sur lesquels l'ETI réalise 90% de son chiffre d'affaires), l'année 2016 a été marquée par une stratégie de croissance externe particulièrement offensive. Un modèle développé par l'entreprise depuis sa création, qui lui permet au fil de ses acquisitions d'accéder à de nouveaux marchés, de nouveaux produits ou encore de nouveaux pays. Ca a notamment été le cas cette année en Inde, « un des pays où nous n'étions pas encore présent », avec le rachat du laboratoire Polchem.

La conquête de marchésOutre la conquête territoriale, c'est bien aussi l'accès à l'immense marché indien qui rend l'évènement marquant pour Marc Prikazky. Pays stratégique sur le marché de la volaille, dont CEVA Santé animale s'est fait la spécialité, l'Inde représente également un fort développement potentiel sur les ruminants, puisque « l'Inde produit à elle seule autant de lait de vache que l'Union européenne ainsi que du lait de bufflonne ». Par ailleurs le laboratoire acquis pour 15 M€ « se situe dans une zone très privilégiée et a 25 ans d'expérience sur la productions de volailles mais travaille aussi un peu avec les éleveurs de vaches », indique le Président. Ceva Santé Animale arrive donc en Inde par une belle porte d'autant que l'entreprises compte bien aussi s'affirmer davantage sur les ruminants au niveau mondial...
L'opération qui devrait le lui permettre c'est une autre acquisition d'importance qui s'est faite au Brésil en toute fin d'année. Pour 50 M€ Ceva s'installe sur un site industriel important qui fabrique le vaccin de la fièvre aphteuse, permettant à Marc Prikazky de porter l'ambition de devenir, le spécialiste mondial de la vache laitière. Un site qui permettra également au groupe de bénéficier d'un savoir-faire de pointe en terme de bio sécurité, l'usine brésilienne étant classée au niveau P3 en la matière sur une échelle allant jusqu'à 4.

100 emplois créer à LibourneEn France le groupe a également poursuivi son développement dans l'ouest, avec 2 acquisitions. D'abord celle de Biovac à Angers qui lui permet de faire son entrée sur le marché des autovaccins porcs et volailles. Une usine dont CEVA projette d'ores et déjà le doublement de sa capacité de production, à travers un investissement de 4 à 5 M€, « pour étendre la production au-delà dela France ». Autre acquisition, celle d'ID Project, permettant à l'ETI de renforcer sa filiale Ecat spécialisée dans l'automatisation des couvoirs. Objectif : en faire le leader mondial.
Quant aux projets 2017, outre l'intégration de ces acquisitions, Marc Prikazky, annonce une année de forts investissements dans les outils industriels du groupe : 90M € dont 36M€ sur les installation françaises avec en grand vainqueur le site de Libourne. « Nous allons investir 23 M€ à Libourne pour augmenter notre capacité de productions stériles et notre capacité de stockage ». Le bénéfice pour Libourne se compte aussi en terme d'emplois : sur les 150 nouveaux emplois 2016 du groupe, 100 ont été créés à Libourne.
La R&D du groupe va également continuer à bénéficier d'investissements, à hauteur de 8,5% du chiffre d'affaires, « tant vers les produits pharmaceutiques et traitements que vers la biologie et la recherche de vaccins », assure le président du groupe. Et parmi ces vaccins, le groupe se penche sur la question de la grippe aviaire.

Grippe aviaire vs réglementation« Bien sûr étant du sud ouest nous sommes particulièrement sensible à ce sujet, et aimerions être apporteur de solutions en la matière », affirme le patron du groupe. Mais les choses ne sont pas simples, et trois éléments notamment posent problème. Le premier est d'ordre législatif à conséquence économique : « si on vaccine, on ne peut plus exporter », regrette Marc Prikazky. Un élément de poids au regard notamment des éleveurs de volailles, qui sont des exportateurs importants, or, « aujourd'hui il n'y a pas de vaccins qui marchent sur les canards, d'ailleurs beaucoup moins sensible à la grippe que les poulets ». Cependant, si le groupe travaille sur « un vaccin porteur d'espoir pour solutionner cette crise, il n'en reste pas moins que le virus de la grippe mute d'une année sur l'autre. Il faudrait donc pouvoir non pas faire agréer un vaccin en lui-même, mais la technologie et la plate-forme qui permet de s'adapter rapidement à ces mutations... ce qui est légalement impossible en France. » Des échanges sont en cours pour tenter de faire évoluer ces réglementations, dans le sens de la réglementation américaine, qui elle autorise l’agrément sur une technologie, et non seulement sur un produit fini.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
5792
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !