Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/09/20 : Après consulation du comité d’experts, la préfète des Landes a décidé qu'à compter de ce jour 14h00, la vigilance revient au niveau jaune pour les feux de forêt. Autrement dit une vigilance moyenne, au niveau 2 sur une échelle de 5.

18/09/20 : L'incendie du 17 septembre en Nord Gironde avait causé l'interruption du trafic sur la LGV Sud Europe Atlantique. Après vérification du bon fonctionnement des installations par Lisea, le trafic a repris très progressivement depuis 16 heures.

17/09/20 : Plusieurs centaines de personnes ont défilé ce jeudi à la mi-journée à Bordeaux comme un peu partout en France à l'appel de plusieurs syndicats (CGT, FSU, Solidaires) pour dénoncer le plan de relance gouvernemental et les plans sociaux.

17/09/20 : Dans le 47, la fibre optique arrive dans le Pays de Duras. 1ers foyers lot-et-garonnais raccordables début septembre grâce à l’action d’Orange passé avec le Conseil départemental.

17/09/20 : Touchés par la crise liée au Covid, les producteurs de Foie gras ouvrent leurs portes lors des journées du patrimoine (19-20/09). En Lot-et-Garonne, 2 élevages accueillent le public : La Ferme de Souleilles à Frespech et la Ferme de Ramon à Lagarrigue.

16/09/20 : Trois statues de la flèche de Notre-Dame⁩ sont de retour à Paris depuis mardi, plus précisément à la cité de l'architecture. Elles avaient été déplacées dans le cadre de travaux trois jours avant l’incendie pour être restaurées en Dordogne.

13/09/20 : A Beynac, plusieurs centaines de personnes, des dizaines d’élus dont le député des Pyrénées Atlantique, Jean Lassalle sont présents ce dimanche matin à la manifestation en soutien au projet de contournement, qui a été invalidé par la justice.

11/09/20 : Les fortes chaleurs annoncées ces prochains jours (de 31° samedi à 36° lundi et mardi)conjuguées à la sécheresse des sols, ont conduit la préfète de la Gironde à élever la vigilance risque feux de forêt au niveau orange du 12 au 15 septembre inclus.

10/09/20 : Reporté du 31 août au 7 septembre en raison de la COVID-19, le concours de Bordeaux dévoile son palmarès. 990 médailles ont été attribuées sur les 3 427 vins candidats soit 28,8% : 327 médailles d'or, 420 médailles d'argent et 243 médailles de bronze.+ d'info

10/09/20 : Le Mouvement Européen France - Gironde a tenu son Assemblée Générale début septembre. François Adoue, directeur de l'Observatoire International des Métiers Internet a été élu président de l'association et succède ainsi à Jean-Michel Arrivé.

10/09/20 : Pour le centenaire d'aquitanis, arc en rêve propose de visiter l'architecture contemporaine à l'occasion des Journées Européennes du Patrimoine. Les visites se dérouleront au Grand Parc le 19 septembre à partir de 11h puis à la Benauge le 20 septembre.

10/09/20 : "Adolescentes", le long métrage documentaire de Sébastien Lifshitz, sorti hier, a reçu 100 000€ d'aides de la Région (écriture et production). Ce film, dont le tournage s'est étalé sur 5 ans, suit l'adolescence de 2 collégiennes puis lycéennes brivistes

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/09/20 | Location saisonnière : 22 villes interpellent l'Union Européenne

    Lire

    Ce jeudi, le maire de Bordeaux Pierre Hurmic était au côté des 21 autres maires de villes européennes pour demander une évolution de la règlementation sur la location saisonnière auprès de Margrethe Vestager, commissaire européenne à la concurrence. Leur but : obtenir plus de pouvoir de régulation de cette activité et "poursuivre les plateformes en cas de manquement à la règlementation locale". Des mesures en ce sens sont attendues dans un futur Acte européen pour les services numériques. À Bordeaux, environ 4 300 logements entiers sont soustraits du parc locatif privé.

  • 21/09/20 | À Bordeaux, Montaigne se cache encore

    Lire

    Le squelette en bon état de conservation d'un individu de sexe masculin, c'est ce qu'a découvert l'équipe de scientifiques qui a ouvert ces derniers jours le contenant en plomb retrouvé fin 2018 dans les sous-sols du Musée d'Aquitaine, à Bordeaux. Etant supposément le cercueil du philosophe Michel de Montaigne, les recherches continuent. De futures analyses ADN (sur des morceaux de tissus et de supposés cheveux) doivent être menés dans les prochains mois. Les résultats ne sont pas attendus avant début 2021.

  • 21/09/20 | Bordeaux : le festival Animasia est maintenu

    Lire

    Le festival de la culture et pop culture asiatique se déroulera au Parc des Expositions de Bordeaux-Lac (Hall 2) les 10 et 11 octobre prochains. Pour cette seizième édition, Animasia mettra à l'honneur la gastronomie en Asie. Le nombre de places sera limité à 5 000 personnes maximum par jour et les billets seront disponibles uniquement sur la billetterie en ligne.

  • 20/09/20 | Covid 19 : 14 cas à la mairie de Périgueux

    Lire

    Suite à la déclaration de plusieurs cas de Covid au sein des personnels municipaux, la ville de Périgueux a organisé une journée de dépistage. Il en résulte six cas positifs sur les 105 tests pratiqués, qui s'ajoutent aux huit cas détectés précédemment. Les 14 agents testés positivement sont en arrêt de travail pour une durée de sept jours et le recensement des cas contacts est en cours. Aucun agent concerné n'occupe de fonction en contact direct et quotidien avec le public.

  • 19/09/20 | Le Grand marché Bio du Bourgailh se tiendra dimanche

    Lire

    L’association Écosite du Bourgailh valorise l’agriculture biologique lors d’un grand marché bio festif au coeur de la Forêt du Bourgailh. Une vingtaine de producteurs biologiques proposeront ce 20 septembre une offre de produits variés (fruits et légumes, viandes, épicerie, vins et bières...). Certains produits pourront être dégustés sur place lors d’un repas en plein air. Cette 4ème édition se tiendra dans le respect du protocole sanitaire lié au Covid 19 : port du masque obligatoire pour les plus de 11 ans, restauration sur place assise, respect de la distanciation physique.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Cinéma: Angoulême, ville témoin de l’attractivité de la France en matière de tournages

20/02/2019 | La présidente du CNC est venue en visite sur le tournage du prochain film de Wes Anderson, The French Dispatch, actuellement en cours à Angoulême.

De gauche à droite : Xavier Bonnefont, François Bonneau et Frédérique Bredin lors de la venue de cette dernière à Angoulême le 19 février

« Tourner un film à Angoulême, il y a quelques années, c’était tout à fait inimaginable », analyse le maire d’Angoulême Xavier Bonnefont, dont la cité est l’objet du tournage du prochain film du cinéaste américain Wes Anderson. « Aujourd’hui, on montre que c’est tout à fait possible en terme techniques et de compétences locales, tout en étant moins onéreux que dans les grandes villes, où ça devient trop compliqué à mettre en place pour les productions ».

C’est pour mettre en lumière cette évidence que la présidente du CNC Frédérique Bredin est venue le 19 février à Angoulême visiter le tournage du film The French Dispatch, qui se tient depuis novembre et jusqu’au printemps dans différents lieux d’Angoulême et de sa proche agglomération. Une occasion de mettre également un coup de projecteur sur le crédit d’impôts à la production cinématographique internationale, dont a bénéficié la production du film américain. Parmi les plus gros budgets cinématographiques de la décennie, devant Dunkerque et Mission Impossible, The French Dispatch avoisinerait les 27 millions d’euros de budget pour sa seule partie française. Et si Wes Anderson a choisi la France parce que son scénario y situe l’intrigue, le crédit d’impôt a été « le coup de pouce » permettant à la production de « tout faire de A à Z » à Angoulême. « Il a notamment contribué à ce que la conception des décors se fasse intégralement ici, alors qu’ils auraient pu être réalisés en partie dans un pays de l’Est », explique le président du Département et du Pole Image Magelis François Bonneau. Ces facilités financières, les savoir-faire locaux dans les métiers de l’image, ainsi que la mise à disposition d’une ancienne manufacture dans la banlieue d’Angoulême pour réaliser les décors, ont définitivement convaincu la production - le tournage se tient actuellement le long de la Touvre, à Gond-Pontouvre.

La France plus attractive

The French Dispatch fait partie des 51 tournages étrangers ayant bénéficié en 2018 du crédit d’impôts sur les budgets de tournages étrangers réalisés en France (hors cachets d’acteurs). Cet abattement fiscal mis en place par l’Etat et le CNC à la fin des années 2000 avait pour objectif de rendre le pays attractif en matière de tournage. Nos voisins européens ayant également ce genre de dispositif, l’Etat et le CNC avaient revu leur copie en passant le taux du crédit d’impôts de 20 à 30% (plafonné à 30 millions) à partir de 2016. Constatant notamment la fuite des tournages français à l’étranger, le CNC avait alors proposé le même abattement fiscal aux productions françaises et aux productions étrangères pour tourner en France. Bien leur en a pris : le nombre de tournages étrangers en France est passé de 22 en 2015 à 51 en 2018, et à près de trente films français supplémentaires tournés au pays. L’industrie cinématographique représentant 0,8% du PIB français, le secteur est éminemment concurrentiel entre pays, mais également entre territoires.  La région Nouvelle-Aquitaine consacre quelques 10 millions d’euros chaque année aux tournages régionaux – The French Dispatch devrait donc en bénéficier, assorti d’une aide du Département de la Charente.

Des retombées économiques importantes

Mais pourquoi investir autant dans des productions étrangères, dont a priori les intérêts profiteraient d’abord à l’étranger ? « Les effets ont le mérite d’être très quantifiables. Les dépenses liées au tournage crééent des emplois, des dépenses sociales et fiscales faisant que l’Etat retrouve finalement l’argent  investi. Une récente étude économique a montré qu’1 euro dépensé en investissement dans ce crédit d’impôts revenait à plus de 10€ d’activités économiques et 3€ de recettes sociales et fiscales. » En plus de créer des emplois directs ou indirects, un tournage fait tourner l’activité économique d’un territoire durant plusieurs mois – une équipe de film comme celle de The French Dispatch représente quelques 300 personnes présentes durant plusieurs mois. Frédérique Bredin et les élus charentais voient même plus loin : « On attend de grosses retombées touristiques pour l’après sortie du film. 60% des touristes d’une ville ayant accueilli le tournage d’un film à succès, viennent faire du tourisme cinématographique ». Les élus espèrent également que cette visibilité leur permettra d’attirer d’autres tournages à Angoulême et ailleurs en Charente.

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Anne-Lise Durif

Partager sur Facebook
Vu par vous
4559
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !