18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Economie | Coworking : Arrêt Minute, pari gagnant

13/04/2015 | L'espace de coworking Arrêt minute, né en 2010 à Pomerol, se dote en 2015 de deux nouveaux espaces d'accueil, à Coutras et Libourne.

Aujourd'hui, le réseau compte environ une vingtaine d'entrepreneurs.

C'est une véritable success-story locale. Depuis 2010, l'espace de coworking "Arrêt Minute" de Pomerol a accueilli environ une vingtaine de travailleurs indépendants. En 2015, l'association s'agrandit, passant ainsi de 8 à 31 postes de travail. Un challenge pour cette micro-formation dans le vaste paysage de l'économie collaborative. Devenu un véritable outil économique de maintien de l'emploi pour les territoires, urbains comme ruraux, les espaces de coworking se multiplient ces dernières années : on en comptait déjà 1700 à travers le monde en 2013. Si le modèle séduit, c'est qu'il apporte avant tout une réponse sociale.

Lucile Aigron se définit elle même comme une "entrepreneuse en série" : à la fois artiste, auteur et graphiste indépendante, elle multiplie les casquettes. C'est aussi la fondatrice d'une coopérative, les "Tiers-Lieux", des espaces de coworking ouverts aux entrepreneurs dans le domaine des services. On en compte plus d'une quarantaine en Aquitaine. C'est de ce modèle que fait partie l"Arrêt Minute", à Pomerol. "En 2007, j'ai passé un an à la maison toute seule, je squattais les pépinières d'entreprises, et je me suis rendu compte au bout de deux ans que ça me revenait très cher au final. Je n'avais donc qu'une solution, retourner à la maison. Comme je n'envisageais pas de revenir à la case départ, on s'est réuni en groupe de 6 et on a fondé l'Arrêt Minute", confie la co-fondatrice. Depuis février, elle travaille au sein de l’Arrêt Minute de Coutras, le second du genre, qui a ouvert ses portes en février dernier.

Des avantages du coworkingChaque lieu est géré bénévolement par l’équipe, et chacun s’organise dans ce nouveau réseau commun. Plus que de simples bureaux, les "Arrêt Minute" sont l'occasion pour les entrepreneurs d'intégrer une vraie communauté. "Nous sommes différents d'une pépinière, car il n’y a pas de sélection. Tout le monde peut y venir. C'est vraiment un espace collaboratif, et on attend un engagement de la part des adhérents, dans le but d’une gérance collective », confie Laure Buquet, co-worker à Pomerol. "On a accès à des compétences qu'on serait incapable de faire tout seul, ca met en place des contacts professionnels et ça permet de rompre l'isolement", ajoute Anaïs Gretter, adhérente et architecte. Selon une étude de Deskmag datant de 2013, on retrouve d'ailleurs l'agrandissement du cercle social et du réseau professionnel (respectivement 92 et 80%) dans les facteurs principaux d'adhésion à ce type d'espace, juste devant une promesse d'accroissement de la productivité (75%), les prix, moins onéreux qu'au sein d'une pépinière d'entreprise (69%) et la tranquillité (54%).

Un vivier de projetsArrêt Minute est ainsi devenu, dès sa création, le tout premier espace de coworking régional en milieu rural. Depuis, le vent ne semble pas vouloir tourner. "On nous découvre essentiellement par les réseaux professionnels, le bouche à oreille. Le nombre de nos adhérents ne fait qu'augmenter, et ca commence à toucher tout le monde", précise Laure Buquet. "Evidemment, c'est un vrai outil de développement économique pour les territoires, et ça parle aussi aux collectivités territoriales". Véritable outil de collaboration, l'espace Arrêt Minute rassemble des entrepreneurs de tous horizons : conseillers en oenotourisme photographe en entreprises, rédactions de magazines professionnels, formation au numérique et même maison d'édition, puisque "Le Bleu du Ciel" intégrera en juin prochain l'espace de Coutras. "Au début, tout le monde nous prenait pour des fous. Mais ils ont très vite compris tout l'intérêt du système. S'agrandir, passer de 8 bureaux à 31, pour nous, c'est un challenge. On a un peu peur de perdre cet esprit très familial, mais c'est une autre étape importante pour nous", confie Laure Buquet. De l’aveu même de ses membres, le réseau "Arrêt Minute" compte bien multiplier les projets et les collaborations avec les collectivités dans les mois à venir. 

Des initiatives parallèlesExtrêmement vaste car moins encadré par des contraintes financières et administratives les coworkers intégrés à ces espaces développent de plus en plus d’initiatives parallèles(Ainsi, le collectif « Happy », formé de deux photographes professionnels et adhérents qui se sont rencontrés à l’« Arrêt Minute », proposera durant l’été une visite dans des entreprises. Une dizaine de personnes sont concernées par ce projet, essentiellement des jeunes entre 18 et 25 ans en rupture avec le système et le monde professionnel. « Le but, c’est de leur refaire franchir la porte de l’entreprise », témoigne Jérome Bellon, l’un des organisateurs. L’ensemble des portraits photographiés donneront lieu à une exposition et à un petit livret publiés dans la foulée. Tandis que les projets de ce type se multiplient en Aquitaine et plus largement en France, le coworking pèse de plus en plus lourd dans la balance de l'économie collaborative : le pays comptait en 2013 12,4% de télétravailleurs, c'est moins que les pays scandinaves et anglo-saxons (entre 25 et 30%). Avec la multitude de nouveaux espaces qui ouvriront leur porte en 2015 (entre 40 et 50 d'ici la fin d'année), les coworkers français semblent plus que jamais décidés à vouloir rattraper leur retard...

 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : PEPS images

Partager sur Facebook
Vu par vous
2201
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !