Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

14/12/18 : Du 15/12/18 au 5/01/19 : le centre-ville montois sera piéton les week-ends du 15 et 22/12 et le 24/12 et le stationnement gratuit dans le centre-ville les samedis après-midi. 1h de stationnement gratuit par demi-journée, du lundi au samedi matin.

14/12/18 : Center Parcs Lot-et-Garonne. Les premiers coups de pioche de ce chantier sont donnés ce jour, 14 décembre, à l’étang du Papetier, à Pindères.

14/12/18 : En raison des mouvements sociaux actuels, le Grand-Théâtre sera fermé au public ce samedi 15 décembre entraînant le report du récital de Sondra Radvanovsky au 31 mars 2019. Les visites guidées sont également annulées.

13/12/18 : Le jeune rugbyman du Stade Français Nicolas Chauvin, 19 ans, victime d'un traumatisme cervical suite à un plaquage dimanche lors d'un match à Bègles est décédé au CHU de Pellegrin. Nouveau drame après la mort récente d'un jeune joueur d'Aurillac.

13/12/18 : Présente au salon Nautic de Paris, La Rochelle a lancé de Paris le Défi Atlantique, une nouvelle course en équipage réservée aux Class 40. Départ fin mars 2019 de la Guadeloupe, pour rejoindre La Rochelle mi-avril avec une escale à Horta aux Açores.

13/12/18 : La CCAS de Châtellerault organise ce samedi à la résidence Tivoli son marché de Noël. Lors d'ateliers manuels, les résidents ont réalisés des créations qui seront en vente lors du marché et dont les gains serviront à l'animation de la résidence.

12/12/18 : En raison des liens historiques et fraternels qui unissent les villes de Strasbourg et de Périgueux, le drapeau français sur la mairie de Périgueux sera en berne ce mercredi suite au drame survenu hier sur le marché de Noël de la capitale alsacienne.

12/12/18 : Vigipirate : Urgence Attentat. Renforcement de la sécurité en Gironde. Renforcement des contrôles notamment à l’aéroport de Bdx-Mérignac, surveillance des marchés de Noël, centres commerciaux et interdiction de manifestations sur la voie publique.

12/12/18 : Signature de la charte urbaine, architecturale et paysagère de Pessac le 13 déc. Elle entend garantir et préserver la qualité du cadre de vie des Pessacais en travaillant sur la qualité des espaces extérieurs, de la construction et des usages.

12/12/18 : La FFMC47 organise avec les Restos du Cœur la balade des pères Noël motards, le samedi 15 déc. au Gravier à Agen à 13h30. Le principe : venir déguiser en père Noël avec un cadeau neuf non emballé qui sera offert à des enfants par les Restos à Noël.

12/12/18 : Les 22-26 et 28 déc, Bordeaux Visite organise une visite-famille "Bordeaux à Noël", afin de découvrir la place Pey Berland, le cours de l'Intendance, les allées de Tourny, la place de la Comédie. Accessible aux familles avec enfants dès 7 ans.

12/12/18 : Forum « Sport en société, Droit au Sport et contraintes économiques », les vendredi 14 et samedi 15 décembre, organisé par le CDOS33 en cette année du 40ème anniversaire du mouvement sportif girondin, à l'Hôtel du Département à Bordeaux.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 14/12/18 | Jacqueline Gourault en déplacement en Dordogne lundi 17 décembre

    Lire

    Jacqueline Gourault, ministre de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales sera en déplacement en déplacement en Dordogne ce lundi 17 décembre. En fin de matinée, elle sera à Coulounieix Chamiers pour le projet de rénovation urbaine. L'après midi, elle se rendra au Nord du département pour la pose de la première pierre de la maison médicale de Lanouaille. C'est la troisième fois que la ministre se rend en Dordogne depuis dix huit mois.

  • 14/12/18 | De nouveaux équipements pour la section foot d'un collège du 87

    Lire

    Créée en 2011, la section de football du collège André Maurois est labellisée et reconnue par la FFF et l’Education Nationale. Cette section rend possible la pratique du football dans un cadre scolaire privilégié. Afin de les soutenir, le Conseil Départemental de la Haute-Vienne vient de les doter de 14 équipements joueurs complets et 2 équipements gardiens. Dernièrement, la section sportive a formalisé de nouveaux partenariats avec la FFF, le Limoges Football Club et la Ville de Limoges.

  • 14/12/18 | L'industrie du pin maritime cherche de nouvelles ressources

    Lire

    Début décembre dans les Landes, l’Etat, les acteurs de la filière forêt-bois et les collectivités locales se sont réunis sur les difficultés d’approvisionnement des industries du bois qui nécessitent 6 M m³ annuels alors que la récolte actuelle est de 5,6 M m³. Avec 32 M m³ de bois ayant atteint ou dépassé l’âge d’exploitation préconisé, l’enjeu pour la filière est donc de récolter ces bois mûrs dans les années à venir. Outre l'engagement de l'Etat à intensifier sa communication en ce sens auprès des propriétaires, l'amont et l'aval de la filière pourraient en passer par la contractualisation pour garantir l'adéquation entre offre et demande.

  • 14/12/18 | La Rochelle lance une nouvelle course au Nautic de Paris

    Lire

    L'agglomération de La Rochelle profite de sa présence au salon Nautic de Paris, du 8 au 16 décembre, pour présenter une toute nouvelle course, organisée en partenariat avec le Grand Pavois Organisation : le Défi Atlantique. Cette nouvelle épreuve en équipage est réservée aux Class 40. Le départ sera donné fin mars 2019 de la Guadeloupe, pour rejoindre La Rochelle mi-avril avec une escale à Horta aux Açores.

  • 13/12/18 | Ouverture de la Patinoire et « Ice Party » à Villeneuve-sur-Lot

    Lire

    La patinoire revient à Villeneuve-sur-Lot du 15 décembre au 6 janvier, sous la halle Lakanal. Ouverte tous les jours de 10 h à 19 h (3 € les 30 min.), cette année, les jeunes du Villeneuvois inaugureront les nocturnes avec une soirée « Ice Party » proposée ce même jour de 20 h à minuit. Gratuit et réservé au 15-20 ans, cet événement sera animé par le DJ KM Events.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Data space campus: et si le futur Google était aquitain?

15/03/2016 | Un "Data Space Campus" porté par l'équipe de l'Aérocampus à succès de Latresne, s'annonce sur le site de l'Observatoire de Floirac. De belles ambitions sur le coteau.

Le Data Space campus s'installera bientôt sur le site de l'Observatoire de Floirac,

L'Université et plus particulièrement le Laboratoire d'Astrophysique de Bordeaux s'apprête à quitter le site de l'Observatoire, et l'Etat, s'apprête donc à le vendre... Un site que la Région compte acquérir afin d'accompagner, au côté de nombreux partenaires publics et privés, l'implantation d'un écosystème d'acteurs tournés vers les applications numériques issues de la donnée spatiale. Ce 14 mars, sur le site aux 4 coupoles, plus de 200 acteurs, start-up, grands groupes, centres de formation, mais aussi acteurs de la médiatisation scientifique sont venus assister à la présentation du projet, par Jérôme Verschave, Directeur général d'Aérocampus, dont les équipes sont chargées de mener cette opération de reprise du site. Un projet de Data Space Campus, dont le lancement est prévu dès septembre 2016.

Lieu historique d’observation spatiale, les 13 ha du site de Floirac, garderont, en partie cette vocation. Mais l’ambition d’Aérocampus, et des partenaires du projet (la Région, la ville de Floirac, la Métropole et la Caisse des Dépôts), est de démultiplier ses applications... Applications au sens premier du terme puisqu’outre l’observation scientifique, le site, version « campus », deviendra un lieu de formation, un lieu de médiation scientifique auprès du grand public, et un lieu de développement économique autour des applications, cette fois numériques, nées de la convergence des matières grises entre acteurs de l’industrie du numérique et programmateurs et interprètes de la donnée spatiale. En effet, sur ce campus se croiseront start-up, PME et grands groupes de ces secteurs afin de développer ensemble les potentialités énormes de cette dernière sur les industries ou métiers « classiques ».

Une première au niveau européenA l’image de géants américains, comme Google, Facebook ou Amazone, l’idée à Floirac est bien d’être le berceau de leaders européens développant de nouveaux services à valeur ajoutée. D’autant que désormais, grâce aux programmes européens Copernicus (données de visualisation terrestre) ou Galileo (géolocalisation et navigation, concurrent du système américain GPS) la donnée spatiale, n’est plus l’apanage des États, mais est rendue accessible et gratuite au plus grand nombre. Un « matière numérique » déjà très importante (seules 5 % des données collectées sont pour l’heure exploitée...) et dont la source ne risque pas de tarir puisque « 1500 satellites sont en projet de lancement sur les 20 prochaines années », signale Jérôme Verschave. Sans oublier les convergences possibles de tout cela avec les données terrestres confondues dans le fameux Big Data... Au total, ce projet de campus autour de la donnée spatiale, de son traitement et de ces usages sera le premier du genre au niveau européen.
D’ailleurs, pour une plus grande visibilité et compétitivité au niveau européen et mondial, le site a été choisi par Aérospace Valley pour être un des 3 « lieux totem » de l’expertise spatiale, et de sa traduction en usage numérique, lui permettant de prétendre à la labellisation Booster. Cette labellisation d’ores et déjà obtenue auprès du COSPACE, a justement pour vocation de faciliter et d’accélérer l’essor d’une nouvelle économie sur les technologies numériques de rupture issues de la donnée spatiale.
Un projet Campus avec de grandes ambitions qui a donc déjà quelques atouts dans sa manche et auprès duquel, de nombreux acteurs économiques de la métropole se pressent déjà, au regard de l’afflux de la réunion de ce lundi.

Réunion de présentation du Data Space Campus à Floirac, avec Jérome Verschave, Directeur de l'Aérocampus, Agnès Paillard Présidente de l'Aérospace Valley, Jean-Jacques Puyobrau, Maire de Floirac, et Alain Rousset, Président de la Région ALPC


« Créer des synergies et chasser en meute » Parmi eux, Nicolas Leroy-Fleuriot, PDG de Cheops Technology, y projette la construction d’un 3e data center de sa société. De son côté, Régis Barbier, président fondateur du Groupe CARTEGIE, start-up spécialisée dans le data marketing et le data management se voit bien déménager de Bruges à Floirac, car « être sur ce site nous permettra de rajouter une information spatiale à nos propres applications, ce qui nous donnerait un véritable avantage concurrentiel dans les mois et les années à venir. » Quant à David Babin de DMIC, entreprise de services autour de la géolocalisation, « le campus permettra réellement de créer de la synergie avec tous les acteurs. Nous avons tout intérêt à travailler ensemble sur un lieu unique pour chasser en meute, et atteindre de nouveaux marchés ».
Quant aux grands groupes, « indispensables pour que le campus atteignent sa taille critique », glisse le directeur d’Aérocampus, l’intérêt est tout aussi perceptible. Nicolas Vincent pour Telespazio en témoigne : « Cette approche partenariale est très importante, ça permettra de faire la promotion de nouveaux services, de les rendre plus accessibles aux professionnels et opérateurs., et ainsi d’aller plus vite pour développer un marché qui est très attendu ».

« Anticiper sur des formations métiers qui n’existent pas encore » Outre cet aspect économique fort, le campus fera également la part belle aux formations afin notamment de permettre aux opérateurs finaux d’apprendre une nouvelle manière de faire leur métier grâce aux applications issues des données spatiales. « Il s’agit d’anticiper sur des formations métiers, qui n’existent pas encore », planifie Jérôme Verschave. C’est par exemple le cas, des géomètres, cite-t-il, qui verront sans doute leur métier bouleversé par l’arrivée de nouvelles applications. Les relevés sur le terrain risquent de se faire de plus en plus rares... Autre secteur impacté par ces nouvelles applications : l’agriculture dont Georges Jousserand, Directeur de l’EPLEFPA Bordeaux Gironde, témoigne de l’inclusion grandissante du numérique dans les pratiques pédagogiques en lien avec l’évolution des engins agricoles.
Pour Jérome Verschave, la volonté est également forte d’intégrer des écoles d’ingénieurs sur le campus, dans une idée d’émulation des compétences, « de bouillonnement permanent », selon l’expression d’Alain Rousset, au sein du campus.

Si des aménagements et constructions vont être faits sur le site, l'objectif est aussi de préserver le site de l'observatoire


Place au grand publicEnfin une troisième dimension de ce futur campus vise le grand public. « Il faut que ce site magnifique soit ouvert à tous ». Seront notamment prévues des animations autour de la médiation scientifique par le biais de la Ferme aux Étoiles, association incontournable dans ce domaine, qui a déjà en charge par exemple, le Festival d’astronomie de Fleurance, ou encore la médiation scientifique du Pic du Midi.
Si le démarrage du Campus est officiellement prévu pour septembre, certains acteurs pourraient bien y emménager en avant-première dès le mois de mai. Pour autant, un certain nombre de travaux de construction ou de réaménagements sont à prévoir, admet Jérôme Verschave. Il manque par exemple une grande salle de réception pouvant accueillir un colloque, il faut créer un lieu de restauration, ou encore remplacer le réseau internet actuel, exclusivement dédié à l’utilisation universitaire, par le réseau classique... « 6000 m2 sont déjà construits, et 6000 m2 sont constructibles, mais l’objectif est aussi de conserver ce très beau site du parc de l’observatoire », insiste-t-il. Si la valeur estimée pour le rachat du site par le Conseil régional est de 4,9 M€, le poids total de l’investissement pour ce Data Space Campus, est estimé à 26 M€, partagés entre acteurs publics et partenaires privés. Le tour de table est en cours.

ZOOM : la donnée numérique et l’agriculture Étaient notamment en démonstration ce lundi, un tracteur équipé d’un système de guidage optimisé, et d’un afficheur intuitif permettant une agriculture de précision. Un service innovant issu de travail collaboratif entre Telespazio et le constructeur de matériel agricole New Holland. Grâce à une cartographie vue du ciel, analysée et exploitée par Telespazio et complétée par des mesures terrains via un partenaire agronomique, l’image est traduite en carte de modulation d’épandage pour, par exemple, une fertilisation de précision. En d’autres termes, « la juste dose au bon endroit pour avoir des récoltes homogènes ».

Le tracteur intelligent, résultat d'un partenariat entre Telespazio et le constructeur New Hollande

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
13696
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 16 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !