Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

13/11/19 : Charente-Maritime : selon le journal officiel du 7/11, le nouveau préfet Nicolas Basselier, ex préfet de l'Aisne, prendra ses fonctions le 25/11. Il succède à F.Rigoulet-Roze, devenu directeur de cabinet du ministre de la Cohésion des territoires.

13/11/19 : Niort : le festival des films sur smartphone Takavoir lance un appel à candidature pour sa prochaine édition, qui se tiendra les 27 et 28 mars 2020. Les candidats doivent livrer leur film de 3 min max avant le 16 février prochain sur takavoir.fr

13/11/19 : Niort : 32 entreprises ont participé en septembre dernier au Challenge de la mobilité, soit 713 salariés du territoire. 44% ont opté pour le vélo, 12% le bus, 15% le covoiturage, 8% la marche, 8% le train. La remise des prix s'est tenue hier soir.

13/11/19 : Deux-Sèvres : Le salon des professionnels de la filière caprine Caprinov' dont la dernière édition s'est tenue en novembre 2018, reviendra du 25 et 26 novembre 2020 au parc des Expositions de Niort.

13/11/19 : Après plusieurs passages au Festival Musicalarue, Miossec revient à Luxey (40) dans le cadre intimiste de la salle de spectacles “Les Cigales“, samedi 30 novembre à 20h30. Le Brestois viendra présenter son onzième opus "Les Rescapés".

12/11/19 : Les gendarmes et la Guardia civil sont arrivés en nombre au péage de Biriatou en raison de l'opération escargot lancée par Tsunami Democra-tic, le mouvement indépendantiste catalan, relayé localement par Bizi! et Aitzina bloquant la frontière à 18h30

12/11/19 : Charente : un groupe d’étudiants en BTS SAM de CCI Charente Formation, mène un projet sur la gestion citoyenne des déchets depuis 1 an et organisent une journée environnementale ce mercredi A 15h30 au Campus CCI, à l'ex CIFOP de L’Isle d’Espagnac.

08/11/19 : La liquidation judiciaire de la SNEM, société éditrice du quotidien l'Echo, diffusé sur 5 départements, a été confirmée cet vendredi par le Tribunal de commerce de Limoges. Les 42 salariés du journal recevront prochainement leur lettre de licenciement.

08/11/19 : Le ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation Didier Guillaume se rendra ce samedi au salon de l'agriculture basque, Lurrama qui a ouvert ses portes ce matin. Il y rencontrera ses organisateurs et I. Berhocoirigoin, le président? et les exposants

08/11/19 : Dordogne : Dans le cadre du Grenelle des violences conjugales, la préfecture propose le jeudi 14 novembre, à 17 h h à la mairie de Montrem, une rencontre ouverte à tous sur le thème de la prise en charge des violences conjugales en milieu rural.

07/11/19 : Beynac : Samedi 16 novembre, à 10 heures, un rassemblement citoyen sur les allées de Tourny à Périgueux est organisé pour soutenir l’achèvement des travaux du contournement de Beynac et défendre le monde rural.

06/11/19 : Petr Drulák, ambassadeur de Tchéquie en France, sera présent à la Maison de l'Europe à Bordeaux le 14 novembre à 19h pour une conférence autour de l'après Révolution de Velours. L’entrée est libre et gratuite dans la limite des places disponibles.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 13/11/19 | Keolis Bordeaux a un nouveau Directeur général

    Lire

    Eric Moinier a été nommé le 1er novembre Directeur Général de Kéolis Bordeaux. Il succède à Hervé Lefèvre qui a rejoint la SNCF, en vue de sa nomination au poste de directeur régional Nouvelle-Aquitaine à compter de janvier 2020. Agé de 46 ans, Eric Moinier, était depuis 2016, Directeur Général de la filière indienne de Kéolis en charge du lancement puis de l’exploitation du nouveau réseau de métro automatique. A Bordeaux, il aura pour mission de diriger l’exploitation du réseau TBM.

  • 13/11/19 | Les vins de Corrèze conservent leur AOC

    Lire

    En 2014, le Conseil d’État avait interdit la mention « vin paillé » sur les bouteilles de vins corréziennes à la demande de la société de viticulture du Jura. En 2017, les Corréziens avaient contre-attaquer en constituant une AOC de nouveau contestée. Le Conseil d’État vient de rejeter la requête et les vins de Corrèze conservent donc leur AOC !

  • 13/11/19 | Tennis: Llodra, Forget, Clément et bien d'autres font le show à Bordeaux

    Lire

    Michaël Llodra et Lionel Roux, 2 anciens joueurs de tennis professionnels, organisent les 6 et 7 décembre prochains le Bordeaux Mica Challenge, une exhibition de tennis réunissant autour d'eux d'autres grands noms du tennis français: Mansour Bahrami, Arnaud Clément, Guy Forget, Nicolas Mahut et Lucas Pouille. "Quelques sportifs de haut-niveau pas maladroits raquette en main" devraient aussi se joindre à eux, ajoute Mickaël Llodra, soucieux de conserver un peu de suspense... Le rdv est donné au grand public au Palais des sports pour une proximité assurée. Réservations en ligne .

  • 13/11/19 | Beynac :l'association Défendre l'intérêt général en Dordogne interpelle le préfet

    Lire

    Dans une lettre, l'association Défendre l'Intérêt Général en Dordogne a demandé au préfet si la manifestation du 16/11 avait été déclarée et si oui, si sa localisation près de la préfecture, ne posait pas un problème au regard de l'éthique politique. Elle lui aussi demandé qu'elle était la position de l'État qui, selon elle, devrait faire respecter l'État de droit et empêcher les pressions sur la justice. Elle tente toujours d'obtenir une réponse sur l'utilisation du port de l'écharpe tricolore dans de tels rassemblements.

  • 13/11/19 | Beynac : un rassemblement le 16 novembre pour réclamer la reprise des travaux

    Lire

    Le président du Département de la Dordogne, Germinal Peiro, les maires de Périgueux, Bergerac, Nontron et Sarlat, les présidents du Grand Périgueux et de la Communauté bergeracoise, le sénateur PS Claude Bérit-Debat, les patrons des chambres consulaires, une majorité de décideurs économiques appellent les Périgourdins à se joindre au « rassemblement citoyen » organisé le 16 novembre à 10 h, sur les allées Tourny à Périgueux, pour «soutenir l’achèvement des travaux du contournement de Beynac et défendre le monde rural».

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | De nouvelles perspectives pour la filière bois construction de Nouvelle-Aquitaine

04/11/2019 | À l'occasion d'un évènement à Limoges fin novembre dédié à la construction bois, retour avec les acteurs régionaux de la filière sur ses perspectives d'évolution dans le secteur du bâtiment.

filière bois Nouvelle-Aquitaine

Les 28 et 29 novembre prochains, Le Zénith de Limoges accueillera pour la première fois les Journées Régionales de la Construction Bois, après deux premières éditions à Bordeaux et Jonzac. Cet évènement, dédié uniquement aux professionnels, est l'excuse parfaite pour dresser un état des lieux d'une filière régionale en forte progression et dont les premières études prospectives indiquent une augmentation exponentielle de projets de nouveaux bâtiments construits (en totalité ou en partie) en bois. Avec le Président de l'Interprofession de Nouvelle-Aquitaine, nous sommes revenus sur les pistes à explorer.

Les 28 et 29 novembre prochains, les Journées Régionales de la Construction Bois de Nouvelle-Aquitaine prendront leurs quartiers au Zénith de Limoges. Plus de 150 professionnels y sont attendus, des constructeurs aux architectes en passant par les bureaux d'études ou constructeurs. La manifestation remettra ses "prix régionaux de la construction bois" pour lesquels les professionnels ont déposé 124 candidatures dans différentes catégories, de la réhabilitation d'équipement à l'aménagement neuf. Le jeudi 28 novembre permettra ainsi aux professionnels d'ouvrir plusieurs débats, notamment autour de la ressource forestière mobilisable pour la construction. Car à entendre le président de l'interprofession, Christian Ribes, le bois est une filière d'avenir dans la construction. Une enquête nationale publiée en juin dernier va dans son sens : elle précise qu'en 2018, la construction en bois de logements collectifs a augmenté de 19,4%, même si l'ossature bois reste leader autant dans la construction de maison individuelle que dans les bâtiments collectifs ou tertiaires (respectivement 84,83 et 75%).

Une envolée en cours ?

"Ce qui est important, c'est de mettre en avant des gens qui ont pensé à mettre du bois dans leur projet, que ce soit un architecte, un maître d'œuvre ou un maître d'ouvrage, de façon à créer une émulation de ces exemples-là", souligne Christian Ribes au moment d'évoquer les prix qui seront remis cette année et qui figureront au catalogue servant clairement de vitrine à une filière dont les premières prévisions de production dans les dix prochaines années sont clairement exponentielles. Selon le Comité Stratégique de la filière bois, la consommation du matériau dans la construction et la rénovation de bâtiments pourrait grimper de 32% en 2035 par rapport à 2015, et même de 40% en 2050. Une évolution qui pose notamment la question de la hausse des capacités de production. En Nouvelle-Aquitaine, le bois est la quatrième filière en termes de poids à l'export. Avec 2,8 millions d'hectares de forêts (soit un tiers du territoire), le bois qui y est récolté représente 26% du total national et 56 353 emplois. En termes de construction de bâtiments en bois, la Nouvelle-Aquitaine et la région Auvergne-Rhône Alpes sont les deux plus dynamiques (4310 réalisations en 2018 pour la première, 4340 pour la seconde), soit une part de marché nationale de 10,9%. 

Pour Christian Ribes, les perspectives décrites dans les deux études citées sont réalisables. "Aujourd'hui, la très grande majorité de nos scieries en Nouvelle-Aquitaine travaillent en une seule équipe, on peut donc quasiment doubler la production du sciage  (deux millions de mètres cubes sciés par an, dix millions de mètres cubes de bois récolté) tout en faisant baisser les coûts de production. On a des capacités et de nouveaux outils qui sont déjà dans les tuyaux et vont voir le jour dans les deux ou trois ans qui viennent. En matière première, on n'exploite pas la totalité de la croissance annuelle de nos arbres, on en a encore sous le pied. Pour la variété Douglas, par exemple, on peut par exemple fournir 30% de volume supplémentaire parce que le massif arrive à maturité dans les années 2020. Pour ce qui est du pourcentage d'évolution de la production, si ce n'est pas 32, ce sera peut-être 18 ou 20, mais en tout cas ça devrait être une progression à deux chiffres, fulgurante. Euratlantique est un exemple fort, mais les projets de construction en bois vont se développer sur tout l'arc atlantique de La Rochelle à Bayonne, ça fera aussi partie des projets des nouveaux maires...", glisse le responsable.

Équation foncière et freins

L'une des grandes ambitions de l'interprofession, c'est de se glisser dans la complexe équation du foncier disponible dans des métropoles comme Bordeaux, toujours plus étendues, en proposant une alternative : la densification, oui, mais pas sans eux."On a un gros travail à faire pour pousser à la rénovation des établissements publics, notamment les collèges et lycées, par le bois". En 2018, parmi les prix régionaux de la construction bois, on retrouvait notamment un centre de formation d'apprentis aux métiers du bâtiment à Chasseneuil-sur-Bonnieure (16), labellisé biosourcé niveau 3 ou encore l'extension d'une école à Bosdarros (64), projet à 830 000 euros. Alexandre Lacaze, par exemple, s'est occupé en 2017 de rénover une barre d'immeubles à Mourenx (64) pour pouvoir le rendre accessible aux personnes à mobilité réduite. Originalité : une partie du bâtiment (coursives et gardes corps) est constituée entièrement de bois. Pour l'architecte, "le bois était plus compétitif pour la mise en accessibilité de ce bâtiment que l'acier ou le béton, la finesse de la structure était plus importante. Ça participe aussi à une meilleure circulation des gens dans leur manière de se déplacer dans le bâtiment".

Le marché, on l'a vu, est voué à s'ouvrir. Et, pourquoi pas, à participer à la surélévation de bâtiments pour lesquels un ou deux étages supplémentaires en béton seraient devenus un problème. "Grâce au bois, on peut surélever une échoppe et un ou deux étages sans mettre en danger les fondations. Ça ne veut pas dire que l'aspect extérieur sera en bois, ce qui nous importe c'est la structure". L'extension et la surélévation sont significatifs en termes de nombre de projets en Nouvelle-Aquitaine : en 2018, ce chiffre (1485) a augmenté de +26% par rapport à 2016 (+9% au niveau national). L'utilisation de panneaux massifs pour la construction de bâtiments collectifs, de son côté, grimpe de 10% en 2018, plus du double par rapport à 2016 (+4%). Reste encore des freins à lever : l'importation au détriment de l'utilisation du bois local et national (en mars dernier, la France a été pointée du doigt par Greenpeace concernant l'importation de bois tropical) et surtout la manière de rendre cette économie plus durale, moins dans le gestion de ses parcs que dans celle de la production de déchets et des coûts en transports qu'elle mobilise. À l'aube d'un objectif bas carbone prôné par le future Règlementation Environnementale (2020), la croissance devra nécessairement être la plus verte possible.

Dans le dernier rapport du CESER Nouvelle-Aquitaine, on trouve un accompagnement nécessaire des forestiers vers "la transition des surfaces" et l'augmentation des échanges. Ce dernier point, c'est justement tout l'objectif de l'interprofession régionale. Elle ne s'interdit d'ailleurs pas, même si ce concours et ces journées sont avant tout destinées aux professionnels, d'organiser des évènements plus grand public. "On a participé à plusieurs salons de l'habitat, dont celui de Limoges en septembre. On est en train d'imaginer un salon public en association à Bordeaux, dans lequel seraient présents tous les matériaux biosourcés, une sorte de biennale qui aurait lieu les années impaires, pour ne pas rentrer en concurrence avec le Carrefour International du Bois, qui se tient les années paires à Nantes", rajoute Christian Ribes. Même si dans la dernière étude 2018 de France Forêt Bois, on note un sérieux repli pour la filière dans l'isolation thermique (-9 points à 47%, la baisse la plus importante de France avec la Bretagne), les pistes autour du bois (matériau, oeuvre ou construction) sont largement identifiées : la Nouvelle-Aquitaine est, selon l'Agreste et l'INSEE, la "première région française en termes de travaux de recherche sur la forêt et le bois".

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : S.Laval

Partager sur Facebook
Vu par vous
2717
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 15 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !