Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

06/08/18 : Dominique Laurent, sous préfète de Bergerac depuis quatre ans, vient d'être nommée à ce même poste à Guingamp (22). Stéphanie Monteuil, sous préfète de Saint-Jean-d'Angely (17) lui succède et prendra ses fonctions le 27 août.

06/08/18 : Jean-Philippe Dargent vient d'être nommé sous-préêfet de Lesparre-Médoc en remplacement de Claude Gobin. Il est actuellement directeur à la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

04/08/18 : Le meeting aérien de Belvès(24), le 15 août, est maintenu. L’Aéroclub Belvès Périgord a pris la décision de ne pas annuler la manifestation, suite au décès de son président. Lundi Alain Valleron a trouvé la mort dans le crash du Cessna qu’il pilotait.

03/08/18 : Jean-Philippe DARGENT nommé le 31 juillet sous-préfet de Lesparre-Médoc prendra ses fonctions le 3 septembre. Il était directeur de la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques (64)

03/08/18 : Renforcement des mesures de limitation de prélèvements d’eau dans le 47 sur les cours d’eau non réalimentés. Ces restrictions impactent environ 2% de la surface agricole irriguée, 95% des surfaces irriguées bénéficiant de ressources en eau sécurisées

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 14/08/18 | EasyJet relie Paris et les pistes de ski

    Lire

    EasyJet vient de lancer une ligne Paris-Pau pour l’hiver 2019. L’aéroport de Pau proposera des navettes directes vers les pistes de ski, disponibles à la vente dès le 1er septembre, et la compagnie facilite le transport des équipements de ski. Deux vols quotidiens sont proposés et jusqu’à deux vols par jour les lundis, jeudis et vendredis.

  • 14/08/18 | Madiran et Pacherenc à la fête!

    Lire

    Ces 14 et 15 août, le village béarnais de Madiran met à l'honneur les appellations Madiran et Pachrenc du Vic Bilh à l'occasion de sa Fête du vins. Pour célébrer les 70 ans des 2 appellations, à travers de nombreuses animations: un espace vins (entrée 5 €) avec dégustations, ventes de vins et rencontres avec les vignerons, mais aussi jeux pour enfants, marché gourmand, défilé des confréries, soirées tapas, bals, concerts le tout accompagnée d'une fête foraine et d'un feu d'artifice pour finir en beauté, le 15 août à 23h30.

  • 13/08/18 | Revenu de base : une expérimentation dans les départements préconisée

    Lire

    Jean-Luc Gleyze, président du département de la Gironde, note avec intérêt que le rapport de préfiguration de France stratégie, qui vient d'être remis au Premier ministre sur l'allocation sociale unique préconise en conclusion "une expérimentation préalable dans une partie du territoire. Il rappelle la volonté de la Gironde d'expérimenter le revenu de base et précise que les scénarios d'expérimentation d'un revenu de base portés par la Gironde et 12 autres départements ne "font pas de perdants".

  • 13/08/18 | L’Afrique de retour en Sud-Gironde

    Lire

    Grâce à l’engagement de la mairie de Noaillan la 4ème édition du festival Africa Ciron aura lieu le 25 août à la maison Dubernet. Différentes activités comme de la danse, des contes, un concert, des expositions ou une projection nous permettront d’enrichir notre culture africaine. Safiatou Faure, qui a créé le festival du Sahel de Saint-Médard-en-Jalles sera mise à l’honneur. Entrée gratuite. Programme : https://dubernet.noaillan.fr 

  • 11/08/18 | 10ème Confituriades à Beaupuy (47)

    Lire

    Pour la 10ème édition des Confituriades, la fraise est à l’honneur du championnat du monde de la confiture. Seul salon en France entièrement dédié à la thématique des confitures, il se déroule les 18 et 19 août à Beaupuy, en Grand Marmandais. Une soixantaine d’exposants, plus de 500 confitures à la dégustation et à la vente, des ustensiles de cuisine pour réaliser ses confitures à la maison mais aussi des démonstrations, ateliers culinaires et animations ponctueront ce week-end festif.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Delpeyrat, la société "qui monte qui monte"

11/02/2015 | Frédéric Oriol et Dominique Duprat, Directeur général et Directeur général adjoint de Delpeyrat, dressent le bilan 2014 et les projets 2015 de la société toujours dynamique

Dominique Durpat, DG adjoint de Delpeyrat et Frédéric Oriol, DG de Delpeyrat

Partie du foie gras, la société Delpeyrat ne cesse de déployer sa stratégie de diversification sur les produits de la gastronomie : Foie gras et canard donc, puis jambon de Bayonne et enfin saumon fumé supérieur il y a un peu plus d'un an... Une stratégie qui lui réussit et qu'elle compte bien poursuivre dès le mois de mai en lançant une gamme de «Tarama extra». La société aux 550 M€ de chiffre d'affaires, 2600 salariés dont environ 2100 dans le grand sud ouest et basée à Saint-Pierre-du-Mont, continue ainsi de poser ses pions sur un marché des produits gastronomiques âprement disputé, notamment par sa voisine Labeyrie.

Pour Dominique Duprat, et avec un brin de modestie, «l'année 2014 est plutôt une bonne année». Modestie en effet car sur l'ensemble de ses trois métiers phares 2014 n'a apporté que de bonnes nouvelles.
Concernant le jambon de Bayonne d'abord, sur un marché du jambon sec en croissance de 0%, les produits Delpeyrat, affichent une belle progression de 8%. Côté saumon fumé, il n'aura suffi que 18 mois à la marque pour s'installer à la deuxième place de ce marché derrière Labeyrie.
Sur le magret fumé/séché, avec une progression de 15% en 2014 sur un marché lui-même en croissance de 10%, Delpeyrat prend cette fois la position de leader. Quant au foie gras, après une année 2013 marquée par un tassement du marché dans sa globalité, 2014 a su redonner le sourire aux dirigeants de la société, fer de lance du groupe coopératif Maïsadour. En effet, les ventes ont été au rendez-vous avec une hausse de 2,2% en valeur et de 2,6% en volume. Un bémol «traditionnel» de ce marché: sa forte saisonnalité sur les fêtes de fin d'année, avec des achats de plus en plus tardifs. Et pour cause, «près de 40% de nos ventes ont été réalisées entre le 22 et le 31 décembre» souligne Domnique Duprat.

Une stratégie du produit "premium"Une série de succès qui viennent valider les stratégies mises en œuvre par la société sur ces différents produits. Une stratégie de produits «premiums», sachant dans un premier temps de mise en marché jouer sur les prix promotionnels pour attirer le consommateur, et le fidéliser ensuite par la qualité; quitte à assumer des prix plus élevés sur le jambon de Bayonne et le saumon fumé, notamment. «Si au départ l'essentiel de nos ventes s'est fait par le biais de prix promo, la proportion s'inverse et la demande consommateur prend maintenant le relais», explique Dominique Duprat. Bref, la croissance est saine, la demande des consommateurs allant grandissante grâce à la qualité des produits mise en avant par la marque.

Une valorisation de la qualité à laquelle Frédéric Oriol et son adjoint, sont très attachés. Quel que soit le marché, «nous entrons toujours par le haut, avec des produits de qualité premium, et nous jouons la transparence», affirme de directeur général. Si selon lui les marques sont un facteur de réassurance pour le consommateur, Delpeyrat, va encore plus loin, en prenant le parti, de s'imposer des cahiers des charges certifié par des organismes extérieurs. Sur le foie gras il existe par exemple le «label» 100% Sud-Ouest «qui garantit l'origine sud ouest non seulement des canards mais aussi de leurs parents et grand-parents avant eux», cite Frédéric Oriol.
Par ailleurs, sur le saumon fumé, «nous venons de créer une association en partenariat avec deux autres acteurs du marché Meralliance et Guyader Gastronomie afin de mettre en place un cahier des charges «Saumon fumé supérieur». Il concerne le mode d'élevage de qualité, la non congélation du produit et des critères sur la préparation comme le salage traditionnel au sel sec sans injection», précise-t-il. Un gage de transparence qui se veut aussi selon Frédéric Oriol, «une explication du prix par l'éducation du consommateur».
Enfin sur le Jambon de Bayonne, et dans la même logique de valorisation, Delpeyrat, qui détient 65% de la production, et quelques autres, ont convaincu le consortium du Jambon de Bayonne de faire évoluer le cahier des charges «vers le haut», le temps d'affinage des jambons passant de 7 à 9 mois minimum et leur poids de 8,5kg à 9,5kg.

Effort R&D et nouvelle activitéAutre «botte secrète» de la société, l'effort porté depuis 3-4 ans sur la R&D et l'innovation en terme de recettes ou de conditionnement, et notamment autour du foie gras pour tenter de développer «un réflexe foie gras» en dehors des fête de fin d'année. «On crée des recettes originales, on travaille avec des chefs, on met en place des conditionnements plus petits pour inviter le foie gras à l'apéritif...» Une volonté forte de déssaisonnalisation visiblement difficile à concrétiser mais sur laquelle Delpeyrat ne compte visiblement pas réduire ses efforts en 2015.
Des efforts sont aussi mis en place dans les grandes surfaces, multipliant les animations autour de leurs produits, comme par exemple ce caddie au couleur de Delpeyrat, avec lequel «l'animateur ou animatrice, n'attend pas le consommateur en bout de rayon, mais se déplace dans le magasin à la recherche de celui-ci», explique Dominique Duprat.

Mais une des grandes nouveautés 2015 de la marque, c'est le lancement d'une nouvelle activité: le «Tarama extra». Et là encore Delpeyrat s'appuie sur un produit à l'image festive et haut de gamme, choisissant une fois encore de mettre en oeuvre des critères plus élevés que le cahier des charges existant, notamment en terme de présence de matière noble. «Nous mettrons 40% d'oeuf de cabillaud, là où le cahier des charge en exige 35%.» Et là encore, toujours dans un logique «premium», plusieurs recettes seront proposées: classique, saumon, coquille Saint-Jacques ou enfin homard. Lancé au 1er mai 2015, dans un premier temps par le biais d'une fabrication sous-traitée, Delpeyrat viendra là aussi sans doute un peu gêner, le grand leader de ce marché: la marque Blini, tenue par Labeyrie...

L'arrêt de Delpeyrat TraiteurSi en 2015, la marque se lance dans de nouveau marché, elle a choisi de céder l'activité GMS du pôle traiteur. «Cette activité, qui se centre sur le rayon coupe, ne permet pas de valoriser la marque et nos deux tentatives de Delpeyrat Traiteur au rayon libre service n'ont pas fonctionné. Ca ne sert à rien de dépenser beaucoup d'énergie pour rien, nous préférons nous recentrer sur nos produits en libre service», admet volontiers Frédéric Oriol. La société est d'ailleurs en cours de négociation avec la société Tallec, spécialisée sur les produits premium au rayon coupe. Au cœur des négociations, deux usines d'Agen et Chinon, soit 200 personnes. «Par contre, nous maintenons notre activité avec Food Service, dans l'usine de Thouars, qui sert notre marque Sarrade à destination des professionnels», précise Frédéric Oriol.

Enfin, bien sûr, 2015 se jouera aussi à l'international pour la marque dont les produits se retrouvent déjà dans 63 pays. Parmi les grands projets en cours et à venir, la première cargaison à Taïwan, et sans doute en Chine, où le principe de l'ouverture au Jambon de Bayonne a été acquis, mais non encore signé par les autorités locales. Et enfin en Amérique du nord ou les premiers jambons de Bayonne seront livrés à partir du mois de septembre. Avec actuellemet 12% de son chiffre d'affaires réalisé à l'international, Frédéric Oriol et Dominique Duprat espèrent doubler ce chiffre d'ici 5 à 10 ans.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
15932
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 17 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !