aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

23/09/16 : Annulation du spectacle « Cabaret New Burlesque » programmé le mardi 11 octobre, au Théâtre Ducourneau, à Agen. Le producteur a déprogrammé la tournée européenne de ces artistes américains. Aucun autre spectacle ne sera programmé en remplacement.

23/09/16 : Elections au tribunal de Commerce d'Agen. 9 candidats en lice. Dépouillement prévu le 5 octobre à 9h30 et éventuellement, en cas de 2ème tour, le 18 octobre à 9h30.

23/09/16 : TEST TOEIC. Spécialisée dans l’enseignement des langues étrangères, la Maison de l’Europe47 à Agen organise une session de test TOEIC le mercredi 12 octobre de 14h à 17h. Plus d'infos au 05.53.66.47.59. Date limite d’inscription : le 26 septembre

22/09/16 : L'abeille et les problèmes auxquels elle est confrontée sont évoqués jusqu'au samedi 24 septembre lors de journées que le village Emmaüs de Pau-Lescar consacre à cet insecte à travers de multiples stands, animations et conférences.+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 25/09/16 | La Rochelle : le Grand Pavois ouvre ses portes mercredi

    Lire

    Du 28 septembre au 3 octobre le port des Minimes accueille le Grand Pavois, l'occasion de découvrir 750 bateaux, dont 300 à flot, issus de 35 pays. Parmi elles, les dernières créations des maisons Bénéteau et Fountaine-Pajot. Plusieurs navigateurs et leurs embarcations sont attendus comme Damien Seguin, médaillé en voile aux derniers JO paralympiques. Médaillée à Rio, la véliplanchiste Charline Picon, sera la marraine de cette édition. Parmi les nouveautés : un espace dédié aux bateaux de patrimoine plus grands, de la sensibilisation à la sauvegarde des océans,la présence de WWF France et une étape de la coupe de France de Stand Up Paddle.

  • 25/09/16 | Des rencontres agricoles innovantes

    Lire

    Agrobio47 organise du 3 au 21 octobre des rencontres partout en Aquitaine pour permettre aux agriculteurs de découvrir de nouvelles techniques alternatives. En Lot-et-Garonne, ça se passera le 3 octobre de 9h à 17h, avec un rallye verger ponctué de visites et de témoignages d'agriculteurs convertis en arboriculture bio à Aiguillon et Fauillet. Et puis le 11 octobre, de 9h à midi, une matinée d'échanges est proposée avec pour thème « Commercialiser mes légumes biologiques en circuit long ».

  • 24/09/16 | Prolongement de l'exposition « Gérard Fromanger annoncez la couleur ! » à Agen

    Lire

    Prolongement jusqu'au dimanche 16 octobre à l'église des Jacobins à Agen. L’artiste sera également présent à Agen les vendredi 14 octobre et samedi matin 15 octobre. Au programme notamment le vendredi 14, à 18h30, la projection du film "En suivant la piste Fromanger", au Studio Ferry. Et le samedi matin 15 octobre, ouverture exceptionnelle des Jacobins de 10h à 12h, car Gérard Fromanger sera présent aux Jacobins pour vous rencontrer et dédicacer les catalogues.

  • 23/09/16 | Solex de compétition à Saint-Léon

    Lire

    Dimanche 25 septembre, un rendez-vous atypique est organisé à Saint-Léon,dans l'Entre-deux-Mers: une course de Solex. Mais attention, ici on ne fait pas vraiment dans le «vintage», la performance doit être au rendez-vous. Le départ est donné à 11 h pour une épreuve d'endurance de 6 h (!!) sur le circuit de 3km concocté par le Saint-Léon Solex Club sur les petites routes de campagne. Les 25 Solex en lice s'affronteront par catégorie : Solex Origine, Origine Améliorée, Prototype et Super Prototype. S'il est parfois difficile de reconnaître «la bicyclette qui roule toute seule», le moteur à l'avant reste un impératif. A découvrir!

  • 22/09/16 | Ligne ferroviaire Pau-Canfranc : l'aide de l'Europe sollicitée

    Lire

    La région Nouvelle Aquitaine et le gouvernement d'Aragon vont déposer le 18 octobre à Bruxelles un dossier de candidature pour un appel à projet européen MIE (mécanisme pour l'interconnexion en Europe). Cela, afin d'amener l'Union européenne à financer en partie la réouverture de la ligne ferroviaire Pau-Canfranc. Le coût de ce chantier est estimé entre 350 et 450 millions d'euros. Selon Alain Rousset, l'Europe pourrait apporter jusqu'à 40% de cette somme. Un courrier a aussi été adressé aux ministres des transports français et espagnols pour souligner l'importance de ce dossier.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Economie | Delpeyrat, la société "qui monte qui monte"

11/02/2015 | Frédéric Oriol et Dominique Duprat, Directeur général et Directeur général adjoint de Delpeyrat, dressent le bilan 2014 et les projets 2015 de la société toujours dynamique

Dominique Durpat, DG adjoint de Delpeyrat et Frédéric Oriol, DG de Delpeyrat

Partie du foie gras, la société Delpeyrat ne cesse de déployer sa stratégie de diversification sur les produits de la gastronomie : Foie gras et canard donc, puis jambon de Bayonne et enfin saumon fumé supérieur il y a un peu plus d'un an... Une stratégie qui lui réussit et qu'elle compte bien poursuivre dès le mois de mai en lançant une gamme de «Tarama extra». La société aux 550 M€ de chiffre d'affaires, 2600 salariés dont environ 2100 dans le grand sud ouest et basée à Saint-Pierre-du-Mont, continue ainsi de poser ses pions sur un marché des produits gastronomiques âprement disputé, notamment par sa voisine Labeyrie.

Pour Dominique Duprat, et avec un brin de modestie, «l'année 2014 est plutôt une bonne année». Modestie en effet car sur l'ensemble de ses trois métiers phares 2014 n'a apporté que de bonnes nouvelles.
Concernant le jambon de Bayonne d'abord, sur un marché du jambon sec en croissance de 0%, les produits Delpeyrat, affichent une belle progression de 8%. Côté saumon fumé, il n'aura suffi que 18 mois à la marque pour s'installer à la deuxième place de ce marché derrière Labeyrie.
Sur le magret fumé/séché, avec une progression de 15% en 2014 sur un marché lui-même en croissance de 10%, Delpeyrat prend cette fois la position de leader. Quant au foie gras, après une année 2013 marquée par un tassement du marché dans sa globalité, 2014 a su redonner le sourire aux dirigeants de la société, fer de lance du groupe coopératif Maïsadour. En effet, les ventes ont été au rendez-vous avec une hausse de 2,2% en valeur et de 2,6% en volume. Un bémol «traditionnel» de ce marché: sa forte saisonnalité sur les fêtes de fin d'année, avec des achats de plus en plus tardifs. Et pour cause, «près de 40% de nos ventes ont été réalisées entre le 22 et le 31 décembre» souligne Domnique Duprat.

Une stratégie du produit "premium"Une série de succès qui viennent valider les stratégies mises en œuvre par la société sur ces différents produits. Une stratégie de produits «premiums», sachant dans un premier temps de mise en marché jouer sur les prix promotionnels pour attirer le consommateur, et le fidéliser ensuite par la qualité; quitte à assumer des prix plus élevés sur le jambon de Bayonne et le saumon fumé, notamment. «Si au départ l'essentiel de nos ventes s'est fait par le biais de prix promo, la proportion s'inverse et la demande consommateur prend maintenant le relais», explique Dominique Duprat. Bref, la croissance est saine, la demande des consommateurs allant grandissante grâce à la qualité des produits mise en avant par la marque.

Une valorisation de la qualité à laquelle Frédéric Oriol et son adjoint, sont très attachés. Quel que soit le marché, «nous entrons toujours par le haut, avec des produits de qualité premium, et nous jouons la transparence», affirme de directeur général. Si selon lui les marques sont un facteur de réassurance pour le consommateur, Delpeyrat, va encore plus loin, en prenant le parti, de s'imposer des cahiers des charges certifié par des organismes extérieurs. Sur le foie gras il existe par exemple le «label» 100% Sud-Ouest «qui garantit l'origine sud ouest non seulement des canards mais aussi de leurs parents et grand-parents avant eux», cite Frédéric Oriol.
Par ailleurs, sur le saumon fumé, «nous venons de créer une association en partenariat avec deux autres acteurs du marché Meralliance et Guyader Gastronomie afin de mettre en place un cahier des charges «Saumon fumé supérieur». Il concerne le mode d'élevage de qualité, la non congélation du produit et des critères sur la préparation comme le salage traditionnel au sel sec sans injection», précise-t-il. Un gage de transparence qui se veut aussi selon Frédéric Oriol, «une explication du prix par l'éducation du consommateur».
Enfin sur le Jambon de Bayonne, et dans la même logique de valorisation, Delpeyrat, qui détient 65% de la production, et quelques autres, ont convaincu le consortium du Jambon de Bayonne de faire évoluer le cahier des charges «vers le haut», le temps d'affinage des jambons passant de 7 à 9 mois minimum et leur poids de 8,5kg à 9,5kg.

Effort R&D et nouvelle activitéAutre «botte secrète» de la société, l'effort porté depuis 3-4 ans sur la R&D et l'innovation en terme de recettes ou de conditionnement, et notamment autour du foie gras pour tenter de développer «un réflexe foie gras» en dehors des fête de fin d'année. «On crée des recettes originales, on travaille avec des chefs, on met en place des conditionnements plus petits pour inviter le foie gras à l'apéritif...» Une volonté forte de déssaisonnalisation visiblement difficile à concrétiser mais sur laquelle Delpeyrat ne compte visiblement pas réduire ses efforts en 2015.
Des efforts sont aussi mis en place dans les grandes surfaces, multipliant les animations autour de leurs produits, comme par exemple ce caddie au couleur de Delpeyrat, avec lequel «l'animateur ou animatrice, n'attend pas le consommateur en bout de rayon, mais se déplace dans le magasin à la recherche de celui-ci», explique Dominique Duprat.

Mais une des grandes nouveautés 2015 de la marque, c'est le lancement d'une nouvelle activité: le «Tarama extra». Et là encore Delpeyrat s'appuie sur un produit à l'image festive et haut de gamme, choisissant une fois encore de mettre en oeuvre des critères plus élevés que le cahier des charges existant, notamment en terme de présence de matière noble. «Nous mettrons 40% d'oeuf de cabillaud, là où le cahier des charge en exige 35%.» Et là encore, toujours dans un logique «premium», plusieurs recettes seront proposées: classique, saumon, coquille Saint-Jacques ou enfin homard. Lancé au 1er mai 2015, dans un premier temps par le biais d'une fabrication sous-traitée, Delpeyrat viendra là aussi sans doute un peu gêner, le grand leader de ce marché: la marque Blini, tenue par Labeyrie...

L'arrêt de Delpeyrat TraiteurSi en 2015, la marque se lance dans de nouveau marché, elle a choisi de céder l'activité GMS du pôle traiteur. «Cette activité, qui se centre sur le rayon coupe, ne permet pas de valoriser la marque et nos deux tentatives de Delpeyrat Traiteur au rayon libre service n'ont pas fonctionné. Ca ne sert à rien de dépenser beaucoup d'énergie pour rien, nous préférons nous recentrer sur nos produits en libre service», admet volontiers Frédéric Oriol. La société est d'ailleurs en cours de négociation avec la société Tallec, spécialisée sur les produits premium au rayon coupe. Au cœur des négociations, deux usines d'Agen et Chinon, soit 200 personnes. «Par contre, nous maintenons notre activité avec Food Service, dans l'usine de Thouars, qui sert notre marque Sarrade à destination des professionnels», précise Frédéric Oriol.

Enfin, bien sûr, 2015 se jouera aussi à l'international pour la marque dont les produits se retrouvent déjà dans 63 pays. Parmi les grands projets en cours et à venir, la première cargaison à Taïwan, et sans doute en Chine, où le principe de l'ouverture au Jambon de Bayonne a été acquis, mais non encore signé par les autorités locales. Et enfin en Amérique du nord ou les premiers jambons de Bayonne seront livrés à partir du mois de septembre. Avec actuellemet 12% de son chiffre d'affaires réalisé à l'international, Frédéric Oriol et Dominique Duprat espèrent doubler ce chiffre d'ici 5 à 10 ans.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
11287
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 28 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !