Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

23/05/18 : Charente-Maritime : le 19e festival des arts de la rue du bassin de Rochefort se tiendra ces vendredi et samedi à La Gripperie Saint-Symporien. Vingt compagnies de théâtre, de danse, de cirque et autres spectacles de rue sont attendus. Gratuit.

22/05/18 : Emmanuel Macron: 90 minutes de discours mais pas d'annonce, sinon celle d'un changement de méthode et cette phrase: "Pour juillet je veux qu’on ait finalisé un plan de lutte contre le trafic de drogue." Mais il n' y aura pas de plan banlieues.

22/05/18 : Le chantier de rénovation de l’A89 entre Libourne (33) et Mussidan (24) va nécessiter la fermeture partielle de l’échangeur de Montpon-Ménestérol (sortie 12), mercredi 23 et jeudi 24 mai, entre 7 h et 19 h. Durant ces deux jours, l’entrée sera fermée.

22/05/18 : Gauvin Sers et Les Tambours du Bronx seront les principales têtes d'affiche de la quinzième édition des Odyssées d'Ambès, festival gratuit qui se déroulera le 25 août prochain à partir de 15h. Entre 5 et 8000 visiteurs y sont attendus.

22/05/18 : La quatrième édition du festival ODP, qui s'est tenue du 18 au 20 mai à Talence, a réuni 17 000 personnes pour l'ensemble de ses concerts au profit des Sapeurs Pompiers de France, contre 19 000 en 2017 et 12 000 en 2016.

16/05/18 : La Cour d'Appel de Paris a condamné Jérôme Cahuzac ex-ministre du budget jugé pour fraude fiscale et blanchiment à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis et à une amende de 300.000 euros et 5 ans d'inéligibilité. Sa peine de prison ferme sera aménagée.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 22/05/18 | Les fonctionnaires défilent en région Nouvelle Aquitaine

    Lire

    Plusieurs centaines de fonctionnaires, agents de la fonction publique, étudiants et syndicats ont manifesté dans les rues de Bordeaux, La Rochelle, Agen ou Périgueux ce mardi, répondant à une mobilisation nationale d'environ 130 cortèges partout en France. C'est la troisième grande journée de mobilisation des fonctionnaires depuis l'élection d'Emmanuel Macron, en réponse à la réforme des statuts. Le secrétaire d'État à la Fonction Publique, Olivier Dussopt, annonçait ce lundi dans Libération qu'il y aurait des "ajustements" mais pas de "remise en cause" de ces derniers.

  • 22/05/18 | La Nuit des Musées fait le plein

    Lire

    Samedi 19 mai, c'était la Nuit Européenne des Musées, et Bordeaux y a fait participer 13 établissements autour de nombreuses animations centrées sur des pays européens. Ce mardi, les chiffres officiels de fréquentation sont tombés : on y apprend que 32 372 curieux ont participé, soit environ 5% de plus qu'en 2017. Le Musée des Arts Décoratifs a réuni à lui seul 4441 visiteurs, une affluence record sur l'horaire (entre 18h et minuit) comparé aux 2035 visiteurs de l'an dernier.

  • 21/05/18 | BHNS Bordeaux/Saint-Aubin : le Conseil d'État tranche

    Lire

    Le Conseil d'État a tranché et confirmé la décision de suspension de la déclaration d'utilité publique du futur BHNS Bordeaux/Saint-Aubin, en rejet du pourvoi en cassation de la métropole en octobre dernier. Le principal motif de rejet ? "Un vice de forme relatif au contenu de la notice explicative présentant le projet de lors de l’enquête publique", notamment concernant l'absence de justification dans le choix du tracé. Déjà repoussés à cet été, le début des travaux pour le futur BHNS pourraient être repoussés de plusieurs mois.

  • 16/05/18 | Le Sénat veut indemniser les propriétaires du Signal

    Lire

    Ce mercredi, une grande partie des sénateurs se sont prononcés en faveur de la mobilisation du fonds Barnier dans le but d'indemniser les propriétaires de l'immeuble Le Signal, à Soulac, devenu un emblème local des dangers de l'érosion côtière et pour lequel les 78 propriétaires sont toujours face à un blocage, malgré l'évacuation de l'immeuble en 2014 par arrêté municipal. La proposition de loi n'est cependant qu'une première étape puisque le texte doit aussi être adopté devant l'Assemblée Nationale, or le gouvernement s'y est montré plutôt défavorable.

  • 16/05/18 | La biodiversité en 24h Chrono au Teich

    Lire

    Les amoureux de la nature sont convoqués les 25 et 26 mai prochain au Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne du Teich pour les 24h de la biodiversité. Gratuit et ouvert à tous, cet évènement propose de nombreuses occasion de découvrir les enjeux autour de la préservation des espèces locales. Ciné-débat, spectacles vivants, expositions ou (plus original) inventaire d'espèces et sorties de terrain auront pour principales stars chauves-souris, oiseaux, reptiles ou escargots pour des temps forts organisés en partenariat avec des professionnels et des associations du territoire. N'oubliez pas les chaussures de randonnée !

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Des salariés de Cdiscount dénoncent des conditions de travail et des salaires « déplorables »

24/05/2008 |

Le site de Cdiscount

Pour son dixième anniversaire, Cdiscount, numéro un de la vente sur le web, dont le siège est à Bordeaux, doit faire face au mouvement social le plus important de son histoire. Une centaine de salariés du site de Cestas, en Gironde, sont en grève depuis deux semaines, afin d'obtenir une hausse de salaires et de "meilleures conditions de travail". Pour l'heure, la direction et les salariés campent sur leur position. Aucun dialogue n'a été possible entre les deux parties. A tel point, que la direction de Cdiscount, filiale du groupe Casino, a assigné une dizaine de grévistes au tribunal de grande instance pour "délit d'entrave au travail" et "atteinte au bon fonctionnement de l'entreprise".

"Depuis la création de Cdiscount, il y a 10 ans, nous n'avons jamais eu d'augmentation de salaires. L'ancienneté n'est même pas prise en compte dans la société. Nous faisons 39 heures et nous ne sommes payés que 1 200 euros bruts, le Smic ", dénonce Virgine Camiade, 54 ans, délégué FO à Cdiscount, et six ans d'ancienneté. Une centaine des 700 salariés que compte CDiscount, a donc décidé de se mettre en grève pour obtenir un meilleur traitement. Ils réclament une augmentation de 300 euros net, un treizième mois, une prime d'ancienneté et une mutuelle.

"Cdiscount détourne la loi"
"On ne peut plus vivre avec l'inflation et la flambée du baril de pétrole. On survit. On est tous les mois à découvert", poursuit Virgine Camiade, préparateur de commandes. "Les gens sont écoeurés, car ils nous ont fait miroiter à l'embauche des perspectives de carrière", ajoute t-elle. La déléguée FO estime, par ailleurs, que de nombreux salariés sont victimes de harcèlement, d'insultes de la part de leur encadrement. En 2007, la société a enregistré 107 démissions. La déléguée FO va même plus loin et souligne que la direction de CDiscount demande à l'équipe du matin (5h-13h30) d'embaucher à 5h05 le mercredi, pour éviter de payer une heure de nuit. "La loi prévoit que lorsque l'on embauche trois jours de suite à 5 heures du matin, la première heure est comptée en heure de nuit le troisième jour. Cdiscount détourne la loi. Nous sommes exploités. Nous sommes les nouveaux OS", déclare t-elle, en colère. En 2007, Cdiscount a augmenté son chiffre d'affaires de 25% pour le porter à 660 millions d'euros.

Les grévistes de Cdiscount assignés en justice
De son côté, la direction de Cdiscount, qui se dit sur son site "créateur de pouvoir d'achat", refuse toute négociation tant que les salariés ne mettront pas fin à la grève. Elle a même assigné une dizaine de grèvistes au tribunal de grande instance de Bordeaux pour entraver à la liberté de commerce. Depuis le début de la grève, le retard de livraison atteindrait 100 000 colis. Elle estime que les grévistes ont empêché des camions de décharger, ce que conteste Virgine Camiade. Selon Me Bisiau, avocate des grévistes, "il n'y a eu aucune volonté de bloquer l'entreprise. Cdiscount a saisi de manière abusive le tribunal. Sinon, à chaque grève, les entreprises vont saisir le TGI. Ils ont seulement voulu leur faire peur et casser la grève".

Le tribunal déboute Cdiscount
Me Vouin, quant à elle, avocate de Cdiscount, rappelle que "au niveau des contentieux sociaux, il n'y a jamais rien eu qui stigmatise un comportement anormal de cette société." En mars 2005, seize employés des entrepôts de Blanquefort avaient déjà fait grève pour dénoncer leur conditions de travail et des problèmes récurrents de chauffage. Le thermomètre dans leur bâtiment indiquait à six heures du matin -6°C. Par ailleurs, le tribunal de grande instance de Bordeaux, saisi par l'UFC Que Chosiir a condamné le 11 mars le site de commerce en ligne Cdiscount à supprimer de ses conditions générales de vente une dizaine de clauses abusives, comme l'absence de délai ferme de livraison.   Les grévistes ont décidé de reprendre le travail, tout en maintenant des débrayages ponctuels. Mercredi 21 mai, à Bordeaux, le juge des référés a débouté Cdiscount dans son ordonnance, constatant « l'absence d'un trouble manifestement illicite ou d'un dommage imminent », pour l'entreprise. Dans la journée, Cdiscount a accepté de recevoir les syndicats et d'ouvrir des négociations. La grève a été suspendue, mais les salariés envisagent à nouveau des débrayages si leurs revendications ne sont pas satisfaites dans la semaine. Contactée, Cdiscount n'a pas souhaité s'exprimer.

Nicolas César

Partager sur Facebook
Vu par vous
6262
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !