17/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient vivre le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

  • 13/10/17 | A 63: travaux de maintenance en Gironde

    Lire

    En raison de travaux de maintenance de la signalisation sur l'A63, les mesures suivantes vont être mises en œuvre : fermeture de la bretelle d’accès des aires de Lugos Est et Ouest du dimanche 15 à 22h au lundi 16 octobre 17h,la fermeture des bretelles d’accès et de sorties de l’échangeur 21 (Salles), le lundi 16 de 8h à 17h, la fermeture de la bretelle d’accès et de sortie de l’échangeur 20 (Belin-Béliet), le mardi 17 de 8h à 17h. Déviations locales prévues pour les usagers souhaitant rejoindre Salles ou Belin-Béliet depuis l'A 63 ou une entrée d'autoroute depuis Salles ou Belin-Béliet.

  • 12/10/17 | Le maire de Captieux démissionne

    Lire

    Denis Berland, maire de Captieux depuis 2015 suite à l’élection de Jean-Luc Gleyze à la présidence du Conseil Départemental de la Gironde, a présenté par courrier au préfet de la Gironde sa démission. Celui qui a été premier adjoint jusqu’en 2015 n’a pas encore indiqué les raisons de son départ.

  • 11/10/17 | Une Landaise élue Miss Aquitaine

    Lire

    C'est au Théâtre Quintaou d'Anglet ce week-end qu'a été décernée l'écharpe 2017 de Miss Aquitaine en vue de succéder à la Lot-et-Garonnaise Axelle Bonnemaison. Le jury -avec l'aide du public- a désigné la Landaise Cassandra Jullia, 18 ans, du Comité Béarn-Landes ,domiciliée à Orthevielle. Étudiante en BTS esthétique, option management à Mont-de-Marsan. Elle qui représentera l'Aquitaine au concours Miss France de décembre. Pour la petite histoire, le Poitou-Charentes a son propre comité de miss régional.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Economie | Des suppressions d'emplois annoncés aux Technicentre de Périgueux et de Saintes

29/09/2017 | La SNCF a annoncé la suppression de 135 emplois sur le Technicentre de Saintes et 30 postes à Périgueux. L'activité rénovation voiture disparaît à Saintes.

La délégation des syndicats à l'issue du comité de suivi sur l'avenir du technicentre de Périgueux

Guillaume Pépy, le président de la SNCF était à la Rochelle pour évoquer l'avenir du Technicentre SNCF de Saintes : le site ne fermera pas mais 95 postes vont être supprimés et 40 départs à la retraite ne seront pas remplacés. Le site perd l'activité rénovation voiture. Au même moment, en préfecture de la Dordogne, avait lieu un comité de suivi du Technicentre de Périgueux. D'ici 2019, 30 postes seront supprimés, par des départs naturels. Les syndicats restent inquiets pour l'avenir : le site conserve l'entretien du matériel roulant et notamment des trains corails, voués à disparaître.

Le destin des Technicentres SNCF de Saintes et de Périgueux semble lié à jamais. A  la Rochelle et à Périgueux, deux réunions ont eu lieu ce vendredi pour évoquer l'avenir des deux sites. La première a eu lieu en présence de Guillaume Pépy, le président de la SNCF.  Au même moment, avait lieu un comité de suivi en préfecture de la Dordogne en présence de la direction nationale, des élus, des représentants syndicaux. Entre 300 et 400 employés du Technicentre étaient rassemblés devant la préfecture pendant la rencontre.
Saintes va payer un très lourd tribu à l'emploi. Actuellement le site saintais emploie 310 collaborateurs et les Ateliers du Toulon à Périgueux emploient 510 personnes. La mauvaise nouvelle est tombée : Saintes va perdre 135 postes dont 95 collaborateurs seront à reclasser. A Périgueux, l'annonce est moins lourde : le site périgourdin perd 30 emplois, essentiellement par le non remplacement de départs à la retraite. En Charente Maritime et en Dordogne, l'inquiétude des cheminots est grande. Périgueux avait déjà subi la perte de 60 postes l'an dernier. La direction nationale de la SNCF, par la voix de Xavier Ouin, directeur général matériels, présent à Périgueux,  justifie ces décisions par l'effondrement de la charge de la rénovation voitures . "On a considérablement investi dans des matériels neufs, la baisse de charge de travail sur la rénovation et les réparations est très importante. Il y a une nécessité d'adaptation tout en voulant conserver l'activité industrielle sur les deux sites. Aucun site, ne fermera, explique Xavier Ouin.

Aucune perspective d'avenir

Pour au moins les deux ans qui viennent, l'activité rénovation voiture sera concentrée à Périgueux.   Après, on ne sait pas trop. A Saintes, la SNCF conservera une unité confection et démantèlement, et une activité maintenance TER avec 20 personnes de plus. Les annonces de la direction nationale n'ont absolument pas convaincu les représentants syndicaux, ni visiblement les élus locaux. Pour Olivier Riffet, délégué CGT des Ateliers du Toulon. "Xavier Ouin nous a annoncé qu'il rapatriait sur Périgueux, l'activité Corail, alors que les corails sont condamnés à disparaître. On nous annonce qu'on nous rapatrie aussi les deux niveaux de la région Ile de France alors qu'ils sont menacés de disparition. Nous nous retrouvons sur Périgueux avec des charges d'avenir pour assurer la perennité du site à deux ou trois ans avec du matériel déjà condamné à être radié. On se fout de notre poire. Pour l'intersyndicale, l'avenir des sites de Périgueux et de Saintes, n'est pas assuré. "Les charges de travail annoncées ce jour n'offrent aucune perspective d'avenir".  Les élus de tous bords présents à la réunion partagent ce sentiment. Pour Germinal Peiro, le président du conseil départemental : " l'avenir du site de Périgueux reste plus que jamais menacé, dans la mesure où la grande majorité des matériels confiés à l'établissement sont en voie d'extinction. La SNCF n'a aucune stratégie industrielle garantissant l'avenir du site." Pour l'intersyndicale, "la SNCF est venue les mains vides et a proposé du replâtrage. "
Un nouveau comité de suivi sur l'avenir du technicentre est programmé à la mi novembre en préfecture de la Dordogne. Les cheminots ont notamment fait des propositions pour garantir l'activité, notamment pour que le site perigourdin prenne en charge l'entretien et la rénovation des Trains régionaux . "Cela pourrait donner une bouffée d'oxygène sur Saintes et Périgueux, notre avenir est lié." .  Ils attendent la réponse de la Région et de leur direction nationale, tout en restant mobilisés dès le début de semaine prochaine. L'intersyndicale annonce de nouvelles mobilisations, et ce dès lundi matin où est prévue une nouvelle assemblée générale. Xavier Ouin sera de retour à Périgueux , mardi, ils rencontreront les cheminots sur le site du Toulon. Une rencontre qui s'annonce animée. 

  

 

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Claude Hélène Yvard

Partager sur Facebook
Vu par vous
4282
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !