Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/09/20 : Après consulation du comité d’experts, la préfète des Landes a décidé qu'à compter de ce jour 14h00, la vigilance revient au niveau jaune pour les feux de forêt. Autrement dit une vigilance moyenne, au niveau 2 sur une échelle de 5.

18/09/20 : L'incendie du 17 septembre en Nord Gironde avait causé l'interruption du trafic sur la LGV Sud Europe Atlantique. Après vérification du bon fonctionnement des installations par Lisea, le trafic a repris très progressivement depuis 16 heures.

17/09/20 : Plusieurs centaines de personnes ont défilé ce jeudi à la mi-journée à Bordeaux comme un peu partout en France à l'appel de plusieurs syndicats (CGT, FSU, Solidaires) pour dénoncer le plan de relance gouvernemental et les plans sociaux.

17/09/20 : Dans le 47, la fibre optique arrive dans le Pays de Duras. 1ers foyers lot-et-garonnais raccordables début septembre grâce à l’action d’Orange passé avec le Conseil départemental.

17/09/20 : Touchés par la crise liée au Covid, les producteurs de Foie gras ouvrent leurs portes lors des journées du patrimoine (19-20/09). En Lot-et-Garonne, 2 élevages accueillent le public : La Ferme de Souleilles à Frespech et la Ferme de Ramon à Lagarrigue.

16/09/20 : Trois statues de la flèche de Notre-Dame⁩ sont de retour à Paris depuis mardi, plus précisément à la cité de l'architecture. Elles avaient été déplacées dans le cadre de travaux trois jours avant l’incendie pour être restaurées en Dordogne.

13/09/20 : A Beynac, plusieurs centaines de personnes, des dizaines d’élus dont le député des Pyrénées Atlantique, Jean Lassalle sont présents ce dimanche matin à la manifestation en soutien au projet de contournement, qui a été invalidé par la justice.

11/09/20 : Les fortes chaleurs annoncées ces prochains jours (de 31° samedi à 36° lundi et mardi)conjuguées à la sécheresse des sols, ont conduit la préfète de la Gironde à élever la vigilance risque feux de forêt au niveau orange du 12 au 15 septembre inclus.

10/09/20 : Reporté du 31 août au 7 septembre en raison de la COVID-19, le concours de Bordeaux dévoile son palmarès. 990 médailles ont été attribuées sur les 3 427 vins candidats soit 28,8% : 327 médailles d'or, 420 médailles d'argent et 243 médailles de bronze.+ d'info

10/09/20 : Le Mouvement Européen France - Gironde a tenu son Assemblée Générale début septembre. François Adoue, directeur de l'Observatoire International des Métiers Internet a été élu président de l'association et succède ainsi à Jean-Michel Arrivé.

10/09/20 : Pour le centenaire d'aquitanis, arc en rêve propose de visiter l'architecture contemporaine à l'occasion des Journées Européennes du Patrimoine. Les visites se dérouleront au Grand Parc le 19 septembre à partir de 11h puis à la Benauge le 20 septembre.

10/09/20 : "Adolescentes", le long métrage documentaire de Sébastien Lifshitz, sorti hier, a reçu 100 000€ d'aides de la Région (écriture et production). Ce film, dont le tournage s'est étalé sur 5 ans, suit l'adolescence de 2 collégiennes puis lycéennes brivistes

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/09/20 | Location saisonnière : 22 villes interpellent l'Union Européenne

    Lire

    Ce jeudi, le maire de Bordeaux Pierre Hurmic était au côté des 21 autres maires de villes européennes pour demander une évolution de la règlementation sur la location saisonnière auprès de Margrethe Vestager, commissaire européenne à la concurrence. Leur but : obtenir plus de pouvoir de régulation de cette activité et "poursuivre les plateformes en cas de manquement à la règlementation locale". Des mesures en ce sens sont attendues dans un futur Acte européen pour les services numériques. À Bordeaux, environ 4 300 logements entiers sont soustraits du parc locatif privé.

  • 21/09/20 | À Bordeaux, Montaigne se cache encore

    Lire

    Le squelette en bon état de conservation d'un individu de sexe masculin, c'est ce qu'a découvert l'équipe de scientifiques qui a ouvert ces derniers jours le contenant en plomb retrouvé fin 2018 dans les sous-sols du Musée d'Aquitaine, à Bordeaux. Etant supposément le cercueil du philosophe Michel de Montaigne, les recherches continuent. De futures analyses ADN (sur des morceaux de tissus et de supposés cheveux) doivent être menés dans les prochains mois. Les résultats ne sont pas attendus avant début 2021.

  • 21/09/20 | Bordeaux : le festival Animasia est maintenu

    Lire

    Le festival de la culture et pop culture asiatique se déroulera au Parc des Expositions de Bordeaux-Lac (Hall 2) les 10 et 11 octobre prochains. Pour cette seizième édition, Animasia mettra à l'honneur la gastronomie en Asie. Le nombre de places sera limité à 5 000 personnes maximum par jour et les billets seront disponibles uniquement sur la billetterie en ligne.

  • 20/09/20 | Covid 19 : 14 cas à la mairie de Périgueux

    Lire

    Suite à la déclaration de plusieurs cas de Covid au sein des personnels municipaux, la ville de Périgueux a organisé une journée de dépistage. Il en résulte six cas positifs sur les 105 tests pratiqués, qui s'ajoutent aux huit cas détectés précédemment. Les 14 agents testés positivement sont en arrêt de travail pour une durée de sept jours et le recensement des cas contacts est en cours. Aucun agent concerné n'occupe de fonction en contact direct et quotidien avec le public.

  • 19/09/20 | Le Grand marché Bio du Bourgailh se tiendra dimanche

    Lire

    L’association Écosite du Bourgailh valorise l’agriculture biologique lors d’un grand marché bio festif au coeur de la Forêt du Bourgailh. Une vingtaine de producteurs biologiques proposeront ce 20 septembre une offre de produits variés (fruits et légumes, viandes, épicerie, vins et bières...). Certains produits pourront être dégustés sur place lors d’un repas en plein air. Cette 4ème édition se tiendra dans le respect du protocole sanitaire lié au Covid 19 : port du masque obligatoire pour les plus de 11 ans, restauration sur place assise, respect de la distanciation physique.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Le ministre Didier Guillaume vient rassurer les pêcheurs basques avant le Brexit

11/11/2018 | Après sa visite en Béarn, le nouveau ministre de l'Agriculture et de l'alimentation s'est rendu au port de Saint-Jean-de-Luz/Ciboure pour rencontrer les pêcheurs et les rassurer face au Brexit

Didier Guillaume ministre à Luz

"Je n'allais pas venir dans les Pyrénées-Atlantiques sans passer par la Côte basque et rencontrer les pêcheurs. La pêche doit être traitée en parité avec l'agriculture pour le ministre que je suis". C'est en ces termes que Didier Guillaume à la tête de ce ministère depuis le remaniement du 16 octobre a résumé sa visite après s'être longuement entretenu avec les représentants des pêcheurs. Le premier point à l'ordre du jour intéressait la perspective du Brexit qui ne manque pas d'inquiéter la profession suivi de l'obligation de débarquement de toutes les captures selon une nouvelle directive européenne

"Sais-tu que je viens chez toi en fin de semaine?" avait interrogé Didier Guillaume, le ministre de l'Agriculture, en s'adressant à Sandrine Derville, la vice-présidente du Conseil régional chargée du tourisme, lundi à Shangaï lors de l'inauguration du CIE (China International Import Expo). Elle ne le savait pas. Comme lors de la récente visite de la secrétaire d’État Elisabeth Borne, ministre auprès du ministre d'État, ministre de la Transition écologique et solidaire, chargée des Transports, au même titre que les médias, qui apprennent souvent les visites ministérielles la veille du déplacement. Ce qui n'empêcha pas l'élue d'Anglet, cette fois d'être présente à Ciboure pour ré accueillir Didier Guillaume.

  Il arrivait à Ciboure, en provenance d'Arzacq, dans le Béarn voisin où il avait fêté - comme on peut le lire par ailleurs sur aqui.fr- les 20 ans de l'IGP du jambon de Bayonne. Accompagné du préfet Payet puis du sous-préfet Jonathan, il était aussi accueilli par Guy Poulou, le maire de Ciboure, Serge Larzabal, président du Comité interdépartemental des pêches des Landes et des Pyrénées- Atlantiques, Frédéric Gueudar-Delhaye, des pêches maritimes et directeur de l’aquaculture, et du cortège des élus basco-béarnais tels la sénatrice Frédérique Espagnac et le sénateur Max Brisson; le président du Conseil départemental Jean-Jacqes Lasserre. Fix Menou, représentant le député Vincent Bru en siège à l'assemblée et le maire de Saint-Jean-de-Luz, Jean-François Irigoyen.

Cinquième place portuaire française et 32 millions de chiffre d'affaires

 C'est Sébastien Le Reun, directeur du port de Saint-Jean-de-Luz à la ChGuillaume et syndicats de pêcheurs basquesambre de commerce et d'industrie de Bayonne, conces- sionnaire du port pour le département, qui lui fit visiter les lieux. "Vous êtes ici au port de Saint-Jean-de-Luz/Ciboure assez vaste, puisqu'il est à cheval sur deux communes. L'activité débarquement et entretien s'effectue en face à Saint-Jean-de-Luz  et la vente ici à Ciboure. Il s'agit de la cinquième place portuaire française et la quatrième si l'on ajoute bon an mal an les 2200 tonnes de production d'algues et dont la criée représente 32 millions d'euros de chiffre".Une criée électronique dont une démonstration fut effectuée sous les yeux du ministre par le mareyeur Mikel Arreguy avant le moment fort de l'après-midi, plus d'une heure d'entretien sous forme de table ronde avec les représentants de la filière, marins pêcheurs, mareyeurs, syndicats (notre photo la table ronde avec le président Serge Larzabal, en pull gris à gauche, Frédéric Geudar-Delhaye, le directeur des pêches maritimes et de l'aquaculture à droite).

La fermeté pour les pêcheurs face aux conséquences du Brexit

À sa sortie, Didier Guillaume, souriant et tout à fait satisfait, comme ses interlocuteurs apparemment, de cette table ronde en apportait les conclusions face à la presse. "Tout d'abord, je tiens à exprimer que la pêche n'est pas accessoire au ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation. Je suis ici pour défendre la pêche et les pêcheurs. C'est un métier dur, difficile dont nous avons besoin, a-t-il voulu signaler en préambule. "Le premier sujet que nous avons abordé c'est le Brexit évidemment et la sortie du Royaume Uni de l'Europe qui va poser plein de problèmes dans la négociation que je vais mener dans dix  jours. Je vais me battre pour que la pêche soit reconnue. On travaille sur des frontières, l'État a embauché des douaniers, nous allons faire une réunion avec mon collègue Gérald Darmanin et Élisabeth Borne pour les transports afin de bien vérifier que les pêcheurs français aillent pêcher dans leurs secteurs traditionnels. On ne sait pas comment le Brexit va se terminer, s'il s'agit d'un Brexit dur mais moi je suis là pour défendre la pêche et les pêcheurs français pour qu'ils aillent toujours pêcher dans les eaux britanniques."

Ce sujet figurera à l'ordre du jour du sommet européen des 13 et 14 décembre. À propos d'Europe les pêcheurs  basques s'inquiètent d'une directive européenne dans le cadre de la politique commune et qui consiste en l'obligation de débarquement de toutes les captures qui sera effective à compter du 1er janvier 2019. "Elle a pour objectif de limiter le rejet du poisson ou captures non désirées." Pour les pêcheurs, elle risque surtout de nuire à l'efficacité des opérations. Enfin, le ministre les a rassurés aussi sur leurs tarifs du gasoil qui ne devrait pas changer. Bref, ce rendez-vous que le ministre veut effectuer dans toutes les régions de France chaque vendredi se sera effectué par mer calme et pêche a priori prometteuse..

 

Félix Dufour
Par Félix Dufour

Crédit Photo : F.D.

Partager sur Facebook
Vu par vous
6034
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !