Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

26/02/21 : Faute de salon de l'agriculture cette année, la confédération paysanne organise du 27 février au 7 mars des fermes ouvertes pour faire découvrir l'agriculture paysanne.Liste des agriculteurs sur www.confederationpaysanne.fr/mobilisations.php?id=11079

24/02/21 : Charente-Maritime : selon un arrêté ministériel du 19/02 publié au Journal Officiel du 24/02, les communes reconnues en état de catastrophe naturelle en inondations et coulées de boue du 3 février 2021 au 9 février 2021 sont Crazannes et Le Mung.

23/02/21 : La ministre, Frédérique Vidal, en déplacement à Poitiers ce 23 février, a annoncé, devant une cinquantaine d'étudiants, la gratuité des protections périodiques dès la rentrée prochaine. 1 500 distributeurs devraient être installés sur les campus.

23/02/21 : Laurence Harribey, sénatrice de la Gironde, a été nommée par le Président du Sénat pour représenter la Chambre haute au conseil d'administration de l'Agence Nationale du Sport.

23/02/21 : L’ancien maire de Bayonne, Jean Grenet, est décédé ce mardi 23 février, à l'âge de 81 ans. Celui qui a également exercé les mandats d'élu départemental, régional et de député, a dirigé la ville, à la suite de son père Henri Grenet, de 1995 à 2014.

23/02/21 : La ministre Frédérique Vidal est à Poitiers ce 23 février pour rencontrer l'Association Fédérative des Étudiants de Poitiers. Début février, elle avait reçu 72 courriers d'étudiants poitevins qui l'interpelaient sur leurs difficultés au quotidien

19/02/21 : COVID 19 - Depuis 2 semaines, les indicateurs de surveillance du Sars-CoV-2 affichent une baisse significative dans tous les départements de Nouvelle-Aquitaine. Le taux d'incidence est de 113,3/100 000 et le taux de positivité à 4,2%.

19/02/21 : COVID 19 - Les dernières données sur l’évolution des nouveaux variants montrent une diffusion généralisée du variant anglais dans tous les départements de la région. Les variants sud-africain et brésilien sont aussi présents mais dans une moindre mesure

19/02/21 : COVID 19 - Le nombre de nouvelles hospitalisations est en baisse avec près d’une centaine d’hospitalisations et une vingtaine d’admissions en réanimation en moins par rapport à la semaine dernière. Néanmoins, l'activité hospitalière liée au COVID-19.

18/02/21 : A Libourne, le conseiller municipal d'opposition Charles Pouvreau a annoncé sa démission. Dans un communiqué, l'ancien élu raconte avoir fait face à des « menaces et insultes » répétées et choisit donc de se mettre en retrait de la politique libournaise.

17/02/21 : Charente-Maritime : ce jeudi, une intervention dans le cadre des travaux de réparation du pont de la Laisse, situé sur la RD9 à Charron entraînera une fermeture à la circulation entre la RD137 en Vendée et la RN11 en Charente-Maritime, de 9h à 16h.

15/02/21 : La Rochelle : Lutte ouvrière organise une journée à la rencontre mercredi 17 février, de 10h30 à 12h30 puis de 16h à 18h sur le vieux port (cours des Dames) où une structure sera montée, ainsi que dans les rues piétonnes du centre-ville.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 25/02/21 | Une nouvelle gamme de produits bio et sans sucres dans le Pays Basque

    Lire

    A Bardos (64), Elikatxo produit, transforme et commercialise des jus de fruits et des soupes. Afin d’élargir sa gamme de produits bio et sans sucres, l’entreprise doit créer une ligne de production automatisée. Pour aider la société dans cet investissement, la Région Nouvelle-Aquitaine a alloué une subvention de 30 270 euros lors de sa dernière commission permanente.

  • 25/02/21 | Mimizan va accueillir un tiers-lieu

    Lire

    Mimizan, territoire assez isolé en dehors de l’été, a décidé de créer un tiers-lieu, au travers de l’association « Lily dans les étoiles », pour permettre aux habitants de se rencontrer, d’échanger, de travailler mais aussi pour favoriser le lien social. Cette association, constituée d’une quarantaine de professionnels locaux issus de secteurs divers, souhaite avec ce tiers-lieu créer un pont entre le dynamisme économique de la saison estivale et l’activité des résidents à l’année. La Région Nouvelle-Aquitaine soutient ce projet à hauteur de 60 000 euros.

  • 25/02/21 | Dordogne : Rubi Cuir forme tous ses salariés

    Lire

    A Boulazac, Rubi Cuir fabrique des pièces de maroquinerie pour le secteur du luxe. Afin d’acculturer les salariés à ces savoir-faire particuliers, l’entreprise a mis en place un parcours de formation interne afin de professionnaliser rapidement les nouveaux salariés. Les enjeux de développement de l’entreprise portent aussi vers une professionnalisation des formateurs. Pour les aider à cela, la Région Nouvelle-Aquitaine a alloué à l’entreprise une aide de 67 708 euros.

  • 24/02/21 | A Canéjan, Hervé Thermique parie sur le numérique

    Lire

    Lors de sa dernière commission permanente, la Région Nouvelle-Aquitaine a décidé de soutenir la transformation numérique de la société Hervé Thermique, basée à Canéjan en Gironde. L’entreprise, répartie sur 60 sites en France, a décidé de poursuivre sa stratégie de croissance en améliorant son offre en matière de maintenance. Pour ce faire, elle compte développer un outil numérique innovant autour de la maintenance du bâtiment.

  • 24/02/21 | Cybersécurité: Escape Technologies innove à Biarritz

    Lire

    Créée en septembre 2020, Escape Technologies, basée à Biarritz, se positionne sur le marché de la gestion des vulnérabilités et de l’audit cyber. Elle souhaite aujourd’hui innover et développer le prototype de sa solution de cybersécurité visant la génération des règles de sécurité automatisées et basées sur l’intelligence artificielle pour le cloud. La Région Nouvelle-Aquitaine a décidé de soutenir ce projet à hauteur de 75 000 euros.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Distribution des vins : Wine Services, l'experte en data

10/03/2020 | Caroline Meesemaecker et son associé et fondateur de Wine Services Clément Marcorelles

Caroline Meesemaecker et son associé et fondateur de Wine Services Clément Marcorelles

Où sont vendus les Grands Châteaux bordelais et à quels prix ? En 2010, Clément Marcorelles a voulu répondre à ces deux questions que les producteurs ne se posent pas toujours à son goût. Muni de son bâton de pèlerin, il a décidé de parcourir les quatre coins du globe pour lister les Grands Vins bordelais présents sur les cartes des restaurateurs haut de gamme ainsi que chez les cavistes. Aujourd’hui, son entreprise Wine Services, située quai Bacalan à Bordeaux, emploie une vingtaine de personnes, travaille avec 85 des 100 plus Grands Châteaux bordelais, des champagnes et des vins étrangers…

Un travail de fourmi. Oui ! C’est un véritable travail de fourmi et même d’enquêteur que mène depuis dix ans maintenant l’équipe de Wine Services. Cette entreprise bordelaise abritée dans un hôtel particulier quai Bacalan, détient une mine d’informations exceptionnelles sur la distribution des millésimes des Grands Châteaux de Bordeaux. Sa mission : lister tous les grands crus présents dans les restaurants haut de gamme du monde entier ainsi que chez les cavistes. Mais pourquoi mettre en place une telle stratégie de recherche autour de la distribution des vins ? « Et bien tout simplement parce que les Châteaux ne savent pas à qui ils vendent leur vin ni à quels prix, précise, simplement, Caroline Meesemaecker, directrice associée de Wine Services.
En effet, pour les crus les plus chers -environ 300 vins différents-, les producteurs les proposent à la vente « en primeur » au printemps suivant la vendange, pour livraison en bouteille seulement une année et demi voire deux ans plus tard. « C’est spécifique aux bordeaux, ajoute Caroline. Il faut compter entre quatre et cinq intermédiaires avant que le vin ne soit vendu. Ce système très intermédié des vins bordelais ne facilite pas la transparence sur la distribution finale. »

Les principaux marchés mondiaux scrutés à la loupe
En 2010, Clément Marcorelles, diplômé d’HEC, découvre ce concept de vente. Interloqué il ne comprend pas comment des Grands Châteaux ne veulent pas savoir où atterrissent leurs vins et surtout à quels prix ils sont vendus. Et il pousse la réflexion encore plus loin. « Si les Châteaux ne se soucient pas des lieux où ils sont vendus, ils ne savent pas non plus les endroits où ils ne sont plus référencés et où le sont en revanche leurs concurrents », souligne, pertinemment, Caroline Meesemaecker. Partant de ce constat, Clément décide de voyager au cœur des principaux marchés mondiaux que sont New York, Paris, Singapour, Londres, Hong Kong, Los Angeles/San Francisco, la Suisse et l’Allemagne et créer une base de données recensant la présence des Grands Châteaux Bordelais sur les cartes des restaurants haut de gamme ainsi que chez les cavistes mais aussi dans les foires aux vins, les ventes aux enchères, les sites e-commerce… A partir de ces données, l’équipe de Wine Services propose une analyse pointue des résultats aux Châteaux ayant recours à cette prestation. Sur les 100 plus Grands Châteaux de Bordeaux, la société bordelaise travaille pour 85 d’entre eux. « Le plus dur fut de convaincre les producteurs de l’intérêt de notre travail », ajoute la directrice associée. En effet, « vu que la commercialisation de leurs vins est confiée entièrement aux négociants bordelais, c’est très compliqué de les inciter à appréhender le marché autrement. »

Une véritable carte d’identité de la distribution des vins
En 2020, l’équipe de Wine Services prévoit de scruter à la loupe 6 473 restaurants, contre 3 500 en 2013. Ainsi, à New York, 550 restaurateurs seront appelés, à Shanghai, 175, en Australie, 200 à Paris, 420 ou encore en Suisse, 370. « Mes collaborateurs ne se déplacent pas forcément dans tous les restaurants. Ils envoient un mail ou les contactent par téléphone pour obtenir leur carte des vins ». Du côté des cavistes, 475 seront visités dont 50 à Los Angeles, 30 à Singapour ou encore 50 en Allemagne. Munis d’un dictaphone, les membres de Wine Services relèvent avec une infinie minutie les références, le prix et le millésime. Une fois enregistrées, ces données sont retranscrites sous un tableur Excel et vérifiées une nouvelle fois, la qualité doit être « irréprochable ». Elles sont ensuite intégrées dans une application, dédiée aux clients, qui présente en quelque sorte la carte d’identité de la distribution du vin. Là, ces derniers peuvent consulter librement ces informations sous forme de tableaux et graphiques. Une appli très intuitive car elle permet de voir en un coup d’œil grâce à une carte interactive la présence du vin. « Nos clients peuvent également comparer leur présence par rapport à celle de leurs concurrents ». Ainsi trois tableaux mettent en avant « mes points de vente », « mes points de vente perdus » et « mes points de vente à conquérir ».
Cet outil permet de mettre en place une véritable stratégie commerciale pour les producteurs, « nous sommes un assistant marketing complet », définit Caroline Meesemaecker. En effet, à partir de ces données, « le Château connaît les points de vente qu’il a perdus et doit travailler à les reconquérir tout simplement en les appelant et en leur demandant pourquoi leur vin n’est plus référencé. Aussi, en visitant les restaurateurs où figure leur vin sur la carte. Ils peuvent également les inviter lors de dégustation. Enfin, en scrutant là où se positionnent leurs concurrents ». Et la dirigeante de rappeler que chaque année « 20 % des grands vins bordelais disparaissent des cartes et des cavistes ».

Carte interactive présente dans l'Appli


Ouverture à l’international
Depuis 2016, Wine Services s’est davantage ouverte à l’international pour le référencement de vins étrangers notamment. « En 2013, lorsque je suis arrivée, raconte Caroline, Wine Services travaillait avec 15 Châteaux. En 2016, notre entreprise en dénombrait 55. Nous avons donc décidé de nous ouvrir à d’autres vins français mais également étrangers. » La répercussion sur le nombre de données fut immédiate. « Pour Paris, par exemple, en incluant les grands vins de Bourgogne, nous sommes passés de 26 000 lignes à 54 000 lignes de références ». Du côté des vins français donc, hormis les Grands Châteaux Bordelais, Wine Services œuvre pour quatorze Maisons de Champagne, et notamment un client à Sancerre, un dans le Languedoc, un en Provence et un dans le Rhône. A l’international à présent, l’entreprise bordelaise travaille pour le plus grand domaine viticole en Afrique du Sud, pour dix-huit producteurs italiens, principalement en Toscane, seize en Californie, un en Hongrie, cinq en Argentine, cinq au Chili, un au Portugal, sept en Espagne, un en Chine (celui de LVMH), ainsi qu’en Australie et en Nouvelle-Zélande.
Au-delà de ce service de Data marketing, Wine Services délivre également des conseils en veille digitale. Ainsi, toujours sur cette même application, un fil d’actualité relative au monde du vin figure à droite de l’écran du compte-client. Une revue de presse reprenant les articles mentionnant le Château client est également proposée. « 250 articles sont ainsi mis en ligne sur l’appli quotidiennement ». Un véritable travail d’archiviste. Enfin, autre proposition pour les abonnés, l’avis de dix-neuf dégustateurs-experts sur leur précieux millésime.

Wine Services, experte de la distribution des vins
Et tous ces services ont un coût ! Sous la forme de différents packages, le producteur déboursera entre 5 500 et 12 500 € selon ses besoins. « Nous proposons ces offres en abonnement sur deux voire trois ans. A 95 % ils sont renouvelés », assure Caroline Meesemaecker. Enfin, pour mener à bien cette petite entreprise, Wine Services compte quatorze collaborateurs dans ses locaux bordelais répartis au sein de trois pôles d’activités : commercial, opération et direction technique. A ceux-ci s’ajoutent quatre personnes prestataires de services pour la partie informatique et six salariés basés à Madagascar pour la saisie des données et la réalisation des cartes interactives. Si aucun salarié n’est issu du monde viticole, tous possèdent une appétence certaine pour le vin et détiennent une formation en commerce. « Notre activité est florissante. Elle augmente de 20 % chaque année. Une croissance qui nous a permis d’embaucher quatre personnes en 2019 et qui crédibilise notre statut en tant qu’experts », conclut, optimiste, Caroline Meesemaecker.

Plus d’infos : http://www.wine-services.com/

Sybille Rousseau
Par Sybille Rousseau

Crédit Photo : BriceBraastad_EpisodeII

Partager sur Facebook
Vu par vous
7046
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 3 + 9 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !