Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

03/04/20 : Charente-Maritime : le festival Stereoparc, qui doit se tenir du 17 au 18 juillet à Rochefort, est pour l'instant maintenu, fait savoir aujourd'hui l'organisation.

03/04/20 : Le sommet Afrique-France, prévu les 4,5 et 6 juin prochain, a été reporté à une date ultérieure. Emmanuel Macron devrait proposer "dans les jours qui viennent" une nouvelle thématique, en lien avec la situation sanitaire et économique.

03/04/20 : Charente-Maritime : les maires de l'île Oléron ont pris des arrêtés hier soir pour interdire la venue sur le territoire de vacanciers ou de résidents secondaires, renforçant les pouvoirs de gendarmeries. Les contrevenants devront faire demi-tour.

03/04/20 : Charente : la préfète a autorisé l’ouverture de 47 marchés : 17 pour l’arrondissement d’Angoulême; 12 pour l’arrondissement de Cognac; 18 pour l’arrondissement de Confolens.

03/04/20 : Dordogne : au 2 avril, 63 marchés sont ouverts et ont obtenu une dérogation de la préfecture en tenant compte des mesures barrières et sanitaires. Ils sont limités à une quinzaine d'exposants de proximité à l'exception de Périgueux et de Bergerac.

03/04/20 : Charente : depuis le début du confinement, plus de 1700 demandes d’activité partielle ont été déposées auprès de la Direccte, pour près de 15 500 salariés, a annoncé hier la préfecture.

02/04/20 : Ce mercredi, le CHU et l'Université de Bordeaux ont lancé conjointement un appel aux dons pour soutenir la recherche et "accompagner les étudiants via la fondation Bordeaux Université", qui recueille les dons sur son site ou au 06 26 25 45 56.

02/04/20 : Le festival Big Bang de Saint-Médard-en-Jalles consacré à l'espace est annulé et reporté du 25 au 29 mai 2021. Les organisateurs préparent une conférence live et un podcast entre temps, "pour maintenir le lien avec la communauté".

01/04/20 : Charente-Maritime : la ville de Marennes et son association de commerçants lancent un appel à manifestation d'intérêt pour créer une boutique en ligne rassemblant les commerçants locaux pour faire de la vente en ligne. Contact:j.girard@gigamotors.fr

01/04/20 : La ville de Périgueux maintient le stationnement gratuit, en voirie et sur le parking Bugeaud, pour toute la période de confinement. Une manière d'inciter les Périgourdins à rester chez eux, mais aussi pour soutenir les commerces restant ouverts.

01/04/20 : La Charente-Maritime se prépare à affronter la "vague" de malades du covid 19 : une quinzaine de centres de consultation temporaire, avec un dispositif sanitaire particulier, seront mis en place entre demain et la fin de semaine (sur rdv uniquement).

31/03/20 : Débuts prometteurs pour la plateforme www.produits-locaux-nouvelle-aquitaine.fr qui met en relation les producteurs et artisans de l'agro-alimentaire et les consommateurs : plus de 1 000 inscriptions de producteurs et 28 700 de consommateurs.

31/03/20 : Covid-19. Afin de permettre aux habitants de faire leurs courses et aux commerçants de poursuivre leur activité, le maire de Mérignac a obtenu de la préfecture une dérogation de réouverture des marchés sous la forme de drives sécurisés.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 03/04/20 | Le Bac 2020 en contrôle continu

    Lire

    Le ministre de l'Éducation, Jean-Michel Blanquer, a annoncé ce vendredi que les épreuves finales du baccalauréat 2020 n'auront pas lieu "dans les conditions normales". Les élèves seront évalués sur le contrôle continu, sans épreuves finales. Les élèves de CAP, BEP et BTS sont aussi concernés, et les notes données à distance pendant le confinement ne seront pas comptabilisées dans le contrôle continu. En revanche, l'oral de français pour les élèves de 1ère est maintenu et les épreuves de rattrapages du bac auront lieu "dans les conditions habituelles".

  • 03/04/20 | Deux-Sèvres : 200 tablettes numériques pour les EHPAD

    Lire

    Pour faire face à une situation sociale difficile dans les EHPAD à cause de l'interdiction des visites dans les établissements, le Conseil départemental des Deux-Sèvres distribue dès ce vendredi et jusqu'à lundi prochain 200 tablettes numériques. Ces outils devront permettre aux résidents de garder le contact avec leurs proches en cette période de confinement. L'investissement réalisé par le Département pour l'achat de ces tablettes est de 100 000 euros.

  • 03/04/20 | Cet été, rendez-vous avec « Le Barbier de Séville » à Sanxay (86)

    Lire

    Depuis 21 ans, les Soirées Lyriques de Sanxay dans la Vienne, 3e festival de chant lyrique de France, proposent chaque été un opéra en plein air, dans les vestiges du théâtre gallo-romain de Sanxay (Vienne). Cet été, les 10, 12 et 14 août, « Le Barbier de Séville » de Rossini sera joué pour la première fois à Sanxay. Cette coproduction Opéra national du Rhin / Opéra de Rouen sera scénographiée et mise en scène par Pierre-Emmanuel Rousseau.

  • 03/04/20 | Les deux résidentes d'un Ehpad bayonnais ont quitté l'hôpital

    Lire

    Les deux résidentes de l'Ehpad Harambillet, qui avaient été testées positives au Covid-19 et hospitalisées, ont regagné l'établissement, respectivement hier 2 avril et aujourd'hui 3 avril. La première, âgée de 86 ans, avait été admise au Centre hospitalier de la Côte basque le 17 mars et la seconde, âgée de 89 ans, le 20 mars. En lien étroit avec l’Agence Régionale de Santé, la Ville de Bayonne et son Centre communal d'action sociale ont mis en place des mesures sanitaires de confinement strictes au sein de cet établissement dès le début de la pandémie.

  • 03/04/20 | Nouveaux renforts de personnels soignants à l'Est

    Lire

    Après un premier départ de personnels soignants dimanche dernier, 18 nouveaux volontaires sont partis le 2 avril pour renforcer les hôpitaux de l'Est de la France. Des médecins anesthésistes réanimateurs et infirmiers anesthésistes de milieux hospitaliers mais aussi des libéraux et des praticiens d'établissements publics et privés. Ils viennent des Landes, de Gironde, du Lot-et-Garonne et de Charente-Maritime, pour renforcer le centre hospitalier et l'hôpital militaire de campagne de Mulhouse pour 4 à 10 jours.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Distribution des vins : Wine Services, l'experte en data

10/03/2020 | Caroline Meesemaecker et son associé et fondateur de Wine Services Clément Marcorelles

Caroline Meesemaecker et son associé et fondateur de Wine Services Clément Marcorelles

Où sont vendus les Grands Châteaux bordelais et à quels prix ? En 2010, Clément Marcorelles a voulu répondre à ces deux questions que les producteurs ne se posent pas toujours à son goût. Muni de son bâton de pèlerin, il a décidé de parcourir les quatre coins du globe pour lister les Grands Vins bordelais présents sur les cartes des restaurateurs haut de gamme ainsi que chez les cavistes. Aujourd’hui, son entreprise Wine Services, située quai Bacalan à Bordeaux, emploie une vingtaine de personnes, travaille avec 85 des 100 plus Grands Châteaux bordelais, des champagnes et des vins étrangers…

Un travail de fourmi. Oui ! C’est un véritable travail de fourmi et même d’enquêteur que mène depuis dix ans maintenant l’équipe de Wine Services. Cette entreprise bordelaise abritée dans un hôtel particulier quai Bacalan, détient une mine d’informations exceptionnelles sur la distribution des millésimes des Grands Châteaux de Bordeaux. Sa mission : lister tous les grands crus présents dans les restaurants haut de gamme du monde entier ainsi que chez les cavistes. Mais pourquoi mettre en place une telle stratégie de recherche autour de la distribution des vins ? « Et bien tout simplement parce que les Châteaux ne savent pas à qui ils vendent leur vin ni à quels prix, précise, simplement, Caroline Meesemaecker, directrice associée de Wine Services.
En effet, pour les crus les plus chers -environ 300 vins différents-, les producteurs les proposent à la vente « en primeur » au printemps suivant la vendange, pour livraison en bouteille seulement une année et demi voire deux ans plus tard. « C’est spécifique aux bordeaux, ajoute Caroline. Il faut compter entre quatre et cinq intermédiaires avant que le vin ne soit vendu. Ce système très intermédié des vins bordelais ne facilite pas la transparence sur la distribution finale. »

Les principaux marchés mondiaux scrutés à la loupe
En 2010, Clément Marcorelles, diplômé d’HEC, découvre ce concept de vente. Interloqué il ne comprend pas comment des Grands Châteaux ne veulent pas savoir où atterrissent leurs vins et surtout à quels prix ils sont vendus. Et il pousse la réflexion encore plus loin. « Si les Châteaux ne se soucient pas des lieux où ils sont vendus, ils ne savent pas non plus les endroits où ils ne sont plus référencés et où le sont en revanche leurs concurrents », souligne, pertinemment, Caroline Meesemaecker. Partant de ce constat, Clément décide de voyager au cœur des principaux marchés mondiaux que sont New York, Paris, Singapour, Londres, Hong Kong, Los Angeles/San Francisco, la Suisse et l’Allemagne et créer une base de données recensant la présence des Grands Châteaux Bordelais sur les cartes des restaurants haut de gamme ainsi que chez les cavistes mais aussi dans les foires aux vins, les ventes aux enchères, les sites e-commerce… A partir de ces données, l’équipe de Wine Services propose une analyse pointue des résultats aux Châteaux ayant recours à cette prestation. Sur les 100 plus Grands Châteaux de Bordeaux, la société bordelaise travaille pour 85 d’entre eux. « Le plus dur fut de convaincre les producteurs de l’intérêt de notre travail », ajoute la directrice associée. En effet, « vu que la commercialisation de leurs vins est confiée entièrement aux négociants bordelais, c’est très compliqué de les inciter à appréhender le marché autrement. »

Une véritable carte d’identité de la distribution des vins
En 2020, l’équipe de Wine Services prévoit de scruter à la loupe 6 473 restaurants, contre 3 500 en 2013. Ainsi, à New York, 550 restaurateurs seront appelés, à Shanghai, 175, en Australie, 200 à Paris, 420 ou encore en Suisse, 370. « Mes collaborateurs ne se déplacent pas forcément dans tous les restaurants. Ils envoient un mail ou les contactent par téléphone pour obtenir leur carte des vins ». Du côté des cavistes, 475 seront visités dont 50 à Los Angeles, 30 à Singapour ou encore 50 en Allemagne. Munis d’un dictaphone, les membres de Wine Services relèvent avec une infinie minutie les références, le prix et le millésime. Une fois enregistrées, ces données sont retranscrites sous un tableur Excel et vérifiées une nouvelle fois, la qualité doit être « irréprochable ». Elles sont ensuite intégrées dans une application, dédiée aux clients, qui présente en quelque sorte la carte d’identité de la distribution du vin. Là, ces derniers peuvent consulter librement ces informations sous forme de tableaux et graphiques. Une appli très intuitive car elle permet de voir en un coup d’œil grâce à une carte interactive la présence du vin. « Nos clients peuvent également comparer leur présence par rapport à celle de leurs concurrents ». Ainsi trois tableaux mettent en avant « mes points de vente », « mes points de vente perdus » et « mes points de vente à conquérir ».
Cet outil permet de mettre en place une véritable stratégie commerciale pour les producteurs, « nous sommes un assistant marketing complet », définit Caroline Meesemaecker. En effet, à partir de ces données, « le Château connaît les points de vente qu’il a perdus et doit travailler à les reconquérir tout simplement en les appelant et en leur demandant pourquoi leur vin n’est plus référencé. Aussi, en visitant les restaurateurs où figure leur vin sur la carte. Ils peuvent également les inviter lors de dégustation. Enfin, en scrutant là où se positionnent leurs concurrents ». Et la dirigeante de rappeler que chaque année « 20 % des grands vins bordelais disparaissent des cartes et des cavistes ».

Carte interactive présente dans l'Appli


Ouverture à l’international
Depuis 2016, Wine Services s’est davantage ouverte à l’international pour le référencement de vins étrangers notamment. « En 2013, lorsque je suis arrivée, raconte Caroline, Wine Services travaillait avec 15 Châteaux. En 2016, notre entreprise en dénombrait 55. Nous avons donc décidé de nous ouvrir à d’autres vins français mais également étrangers. » La répercussion sur le nombre de données fut immédiate. « Pour Paris, par exemple, en incluant les grands vins de Bourgogne, nous sommes passés de 26 000 lignes à 54 000 lignes de références ». Du côté des vins français donc, hormis les Grands Châteaux Bordelais, Wine Services œuvre pour quatorze Maisons de Champagne, et notamment un client à Sancerre, un dans le Languedoc, un en Provence et un dans le Rhône. A l’international à présent, l’entreprise bordelaise travaille pour le plus grand domaine viticole en Afrique du Sud, pour dix-huit producteurs italiens, principalement en Toscane, seize en Californie, un en Hongrie, cinq en Argentine, cinq au Chili, un au Portugal, sept en Espagne, un en Chine (celui de LVMH), ainsi qu’en Australie et en Nouvelle-Zélande.
Au-delà de ce service de Data marketing, Wine Services délivre également des conseils en veille digitale. Ainsi, toujours sur cette même application, un fil d’actualité relative au monde du vin figure à droite de l’écran du compte-client. Une revue de presse reprenant les articles mentionnant le Château client est également proposée. « 250 articles sont ainsi mis en ligne sur l’appli quotidiennement ». Un véritable travail d’archiviste. Enfin, autre proposition pour les abonnés, l’avis de dix-neuf dégustateurs-experts sur leur précieux millésime.

Wine Services, experte de la distribution des vins
Et tous ces services ont un coût ! Sous la forme de différents packages, le producteur déboursera entre 5 500 et 12 500 € selon ses besoins. « Nous proposons ces offres en abonnement sur deux voire trois ans. A 95 % ils sont renouvelés », assure Caroline Meesemaecker. Enfin, pour mener à bien cette petite entreprise, Wine Services compte quatorze collaborateurs dans ses locaux bordelais répartis au sein de trois pôles d’activités : commercial, opération et direction technique. A ceux-ci s’ajoutent quatre personnes prestataires de services pour la partie informatique et six salariés basés à Madagascar pour la saisie des données et la réalisation des cartes interactives. Si aucun salarié n’est issu du monde viticole, tous possèdent une appétence certaine pour le vin et détiennent une formation en commerce. « Notre activité est florissante. Elle augmente de 20 % chaque année. Une croissance qui nous a permis d’embaucher quatre personnes en 2019 et qui crédibilise notre statut en tant qu’experts », conclut, optimiste, Caroline Meesemaecker.

Plus d’infos : http://www.wine-services.com/

Sybille Rousseau
Par Sybille Rousseau

Crédit Photo : BriceBraastad_EpisodeII

Partager sur Facebook
Vu par vous
4068
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 8 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !