Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

  • 20/02/18 | Logement : la flambée bordelaise confirmée

    Lire

    Le nouveau baromètre des prix moyens de l'immobilier dans les villes de plus de 100 000 habitants est riche en enseignements. On y apprend, sans grande surprise, que Bordeaux figure dans le top 3 des dix villes les plus chères de France : 266 124 euros en moyenne (juste derrière Lyon et ses 279 524 euros), soit une hausse de 13,2%. En comparaison, la ville de Toulouse se situe loin derrière en douzième position (175 609 euros). Enfin, le baromètre d'LPI-Se Loger affirme que le prix moyen d'un logement dépasse les 200 000 euros dans sept villes (sur 34) de plus de 100 000 habitants.

  • 19/02/18 | Benoît Simian, député LREM du Médoc défend les petites lignes

    Lire

    Le député du Médoc qui a participé aux travaux du Conseil d’orientation des infrastructures soutient "l'ambition forte du gouvernement pour le service public ferroviaire". "Au sujet des « petites lignes », cela "relève d’une autre démarche et de discussions avec les régions qui sont les premières concernées. Le Gouvernement respectera ses engagements pris dans les CPER pour la rénovation des petites lignes et mènera ces discussions dans le cadre de la préparation des schémas régionaux d’aménagement qui doivent être élaborés d’ici 2019. Supprimer nos petites lignes serait asphyxier nos territoires."

  • 19/02/18 | Angoulême : le trésor réouvert au public

    Lire

    Le trésor de la cathédrale Saint-Pierre d’Angoulême, protégée au titre des Monuments historiques, fermé depuis novembre suite à des actes de vandalisme, rouvre au public ce mardi 20 février. De gros travaux y ont été réalisés afin de restaurer les lieux et sécuriser le site. Le ministère de la Culture a confié la scénographie du trésor de la cathédrale à l’artiste plasticien Jean-Michel Othoniel. Pour découvrir les plus de 200 objets et sculptures liturgiques datant pour la plupart du XIXe siècle, les visites sont assurées sur réservation du mardi au dimanche par les guides de l’association Via Patrimoine.

  • 16/02/18 | Crédit Agricole d'Aquitaine: des assemblées new look

    Lire

    Le Crédit Agricole d'Aquitaine innove à l'occasion de ces assemblées de caisses locales qui se tiennent cette année du 20 février au 23 mars. A Dax le 24 février, Marmande le 3 mars, Aire sur l'Adour le 10 mars les sociétaires pourront rencontrer des associations locales, des intervenants sur le thème de l'emploi et du digital. En outre, avec le souci de "connecter les jeunes aux valeurs du sociétariat" le Crédit Agricole d'Aquitaine lance une "web-série" "Chaque voix compte" interprétée part 8 jeunes recrutés via un casting Facebook : à découvrir sur @caavalefaire

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Dix-sept organisations lancent un appel pour sauver Condat

17/05/2013 | Une manifestation en soutien aux salariés des papèteries de Condat a lieu le samedi 25 mai à Terrasson. 154 emplois sont menacés.

Les organisations qui soutiennent Les Condat sont Dix-Sept

Près de deux mois après l'annonce par la direction des papéteries de Condat de la suppression de 144 postes auxquels s'ajoutent dix départs à la retraite non remplacés, la mobilisation des organisations syndicales, des partis de gauche, d'associations, soutenues par quelques élus ne faiblit pas. Bien au contraire. Dix-sept organisations lancent un appel pour soutenir les salariés de l'entreprise. Une importante manifestation aura lieu le samedi 25 mai à partir de 10 h 30 à Terrasson. Plusieurs bus sont d'ores et déjà prévus au départ de Périgueux, Thiviers, Nontron, Bergerac, Sarlat.

La papèterie de Condat au Lardin Saint-Lazare est actuellement le plus gros employeur privé du département de la Dordogne, avec 658 salariés. Dans les prochaines semaines, ce site industriel, fleuron de l'économie périgourdine pendant de nombreuses années, pourrait perdre 22 % de son effectif. Fin mars, la direction a annoncé un nouveau projet de réorganisation de l'entreprise. Ce plan prévoit l'arrêt  de production de la ligne 6 à la fin juin qui entraînera une réorganisation de tous les services et la suppression de 144 postes. De plus, dix départs à la retraite ne seraient pas remplacés. La direction justifie ce projet en raison de pertes cumulées de 39 millions d’euros enregistrées par Condat sur les trois dernières années, 2010 à 2012.  Elle évoque une forte réduction de la demande européenne de 25 % au cours des dernières années, en raison de la montée en puissance des nouvelles technologies en substitution du papier, en particulier sur le marché de la publicité. 

1700 signatures Dès cette annonce, les organisations syndicales ont informé leurs collègues, en mobilisant les élus du département, les représentants de l'Etat.  Une pétition lancée par plusieurs syndicats (CGT, FSU, Solidaires, UNSA) et des partis de gauche (PCF, PG, NPA, gauche anticapitaliste) a reccueilli plus de 1700 signatures. Plusieurs élus locaux ont lancé un appel. Depuis quelques jours, la mobilisation est montée d'un cran avec l'annonce d'une manifestation départementale à Terrasson, le samedi 25 mai à 10 h 30 à Terrasson. "Depuis cette annonce, nous avons demandé à la direction  que soit réalisé une étude pour avoir une vision claire de la situation de l'entreprise, de ses projets de développement. Depuis 2009, les investissements en recherche et développement sont quasi inexistants, alors que nos concurrents investissent des sommes de 70 à 80 millions d'euros. Nous dénonçons l'activité de négoce de papier vendu sous la marque Condat, non fabriqué localement.

Un moratoire, en urgenceCe que nous demandons d'urgence, c'est un moratoire. C'est la seule option juridique possible pour arrêter le PSE. Ce moratoire pourrait permettre à l'ensemble des organisations syndicales de faire des propositions de développement pour assurer le devenir du site, indique Guy Bretout, délégué CGT de l'usine. Cette position sur le moratoire, auquel le préfet a répondu qu'il ne pouvait pas le mettre en oeuvre, est défendue par l'ensemble des partis de gauche et organisations qui soutiennent les Condat. De nombreuses organisations et les salariés eux-mêmes s'interrogent sur le devenir du site. "Pour nous, il s'agit de licenciements boursiers destinés à enrichir les actionnaires de fonds de pensions. On a l'impression qu'il n'y a aucune ambition industrielle sur le site," indique Laurent Péréa, pour le Parti Communiste. La disparition de 154 postes aux Papèteries de Condat, équivaudrait à la disparition de près de 500 emplois avec les emplois induits sur le Terrassonnais. Sur ce secteur, le taux de chômage se situe entre 16 et 18 %.

 

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Claude-Hélène Yvard

Partager sur Facebook
Vu par vous
992
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !