01/07/22 : Envie de découvrir Biarritz cet été sans craindre les bouchons? Une astuce, le parking relais d’Iraty, gratuit, de 700 places, relié en 10 minutes au centre-ville par la ligne 7 Express, tous les jours. La ligne fonctionne de 8h45 à minuit.

28/06/22 : En raison de travaux de maintenance et d’entretien du pont d’Aquitaine, la section de rocade A630 sera fermée dans les 2 sens entre l’échangeur 2 et l’échangeur 4, de 21 h à 6h, les nuits du 29 au 30 juin et 30 juin au 1er juillet.

17/06/22 : Le département des Landes est placé en vigilance rouge pour canicule extrême à compter de ce jour 14 h. En conséquence, les manifestations en plein air (sauf marchés) et les manifestations sportives en salles fermées non climatisées sont interdites

17/06/22 : En raison de la canicule, la Mairie de Cenon annonce l'annulation de la fête du Cypressat (ce soir) ainsi que celle de la Commémoration du 18 juin 1940 qui aurait du avoir lieu demain.

17/06/22 : Le département de la Gironde est placé en vigilance ROUGE canicule dès 14h ce jour jusqu’à la fin de l’épisode caniculaire. La température estimées ce jour est de 40°C et 41°C samedi. Elle restera supérieure à 23°C la nuit de vendredi à samedi.

12/06/22 : A Anglet (64), la députée sortante Florence Lasserre Modem) est en tête de ballotage de la cinquième circonscription avec 39,83% de suffrages, devant Sandra Pereira-Ostanel (Nupes), 22,12%. LR n'avait pas présenté de candidats.

10/06/22 : La préfecture de Nouvelle-Aquitaine appelle à la prudence sur toutes les plages de la région samedi 11 juin en raison de conditions de baignade dangereuses entre houle, vagues de bord, forts courants et baïnes, températures de l’air et de l’eau élevées.

02/06/22 : En Dordogne, la RD66 à Peyzac-le-Moustier est rouverte à la circulation depuis le 1er juin. Elle avait été fermée suite à la chute de blocs rocheux de plusieurs mètres cubes en novembre 2018 et dans l'attente du confortement définitif de la falaise.

20/05/22 : HAUTE-VIENNE Sur la 2e circonscription, la candidate LREM investie Shérazade Zaiter devra composer avec le dissident Jean-Luc Bonnet, maire du Vigen et son suppléant Bertrand Venteau, président de la Chambre d’agriculture et frère du député sortant.

19/05/22 : DORDOGNE. Dans la 4e circonscription, Jérôme Peyrat LREM, maire de La Roque-Gageac, se retire après une polémique sur sa condamnation pour violence conjugale. Il briguait le siège de la sortante Jacqueline Dubois, qui repart non investie par LREM.

18/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Dans la 6 e circo, LREM prononce l’exclusion de Philippe Jouvet, candidat contre Vincent Bru, le sortant LREM. Philippe Jouvet était jusqu'ici le suppléant de Florence Lasserre dans la 5e circonscription.

18/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Dans la 4e, l'écolo Julien Brunel se retire au profit d'Inaki Echaniz PS-Nupes. "Notre responsabilité politique nous oblige au retrait. Mais notre responsabilité morale nous interdit de soutenir le candidat PS," tweete J. Brunel

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 01/07/22 | Le Jardin de Gabriel rouvre ses portes pour l'été

    Lire

    A partir du 5 juillet, le Jardin de Gabriel à Nantillé (17), rouvre ses portes pour une nouvelle saison. Cette année marque le retour de la statue de la danseuse, après 18 mois de travaux, à travers une exposition de photos qui met en exergue le travail de restauration. Du 26 juillet au 23 août, le Jardin de Gabriel, ce menuisier qui se rêvait artiste, et ses quelque 400 statues, seront en fête avec un programme qui évoquera l’histoire et le patrimoine de Nantillé. Pour les plus jeunes, des ateliers d’arts plastiques, des balades contées ou encore un escape garden « Sauvez le Jardin de Gabriel » seront proposés.

  • 01/07/22 | Un « jumeau numérique » pour le traitement des maladies vasculaires

    Lire

    Nurea à Bordeaux développe une solution logicielle à destination des chirurgiens et radiologues pour les patients atteints de maladies vasculaires. Réalisé au sein de l'Inria Bordeaux, le projet SMecH permet le traitement de l'image, l'intelligence artificielle et la modélisation du « jumeau numérique » vasculaire. Cette nouvelle technologie permet l'extraction automatique d'indicateurs prouvés comme cliniquement pertinents, prévenant les accidents cardiovasculaires.

  • 01/07/22 | Une nouvelle halte ferroviaire au coeur du Pays basque

    Lire

    À partir de samedi 2 juillet, la ligne TER 54 qui relie Bayonne à Saint-Jean-Pied-de-Port comptera un arrêt supplémentaire avec la réouverture de la halte d’Itxassou. Avec 10 trains par jour en semaine, cette halte TER permet de répondre aux besoins de déplacements quotidiens pour se rendre au travail ou sur son lieu de formation, en toute facilité et sans encombre. La réouverture de cette halte, alternative efficace à la voiture, avait été demandée par un collectif citoyen étant parvenu à réunir 500 signatures dans la commune.

  • 30/06/22 | Dordogne : des voitures pour les aides à domicile

    Lire

    La Dordogne compte 57 000 personnes de plus de 75 ans, dont beaucoup vivent chez elles. Pour ces dernières, le recours à des services d’aides à domicile est précieux. Ces professionnels utilisent leurs véhicules personnels, avec des remboursements de frais ne couvrant pas les coûts réels. Le Conseil départemental a décidé de les doter de véhicules de service. 1 300 voitures ont été commandées à Citroën et Renault. Elles seront louées pour un montant de 4 millions d’euros par an, financés par la collectivité.

  • 30/06/22 | Dominique Reymond et Charles Berling lisent du Mauriac à Saint-Maixant

    Lire

    En juillet, la lecture prend ses quartiers d’été dans le parc de Malagar, à Saint-Maixant(33). La Nuit de la Lecture invite deux comédiens à poser leur voix le temps d’une soirée sur une sélection de textes de François Mauriac. Après Jeanne Cherhal et Jacques Weber en 2021, samedi 2 juillet 2022, ce sera au tour de Dominique Reymond et Charles Berling de "se prêter au jeu" sur une sélection de textes de François Mauriac, Marcel Proust et ils rendront hommage à Michel Bouquet ! La soirée se déroule de 19 heures jusqu’à un peu plus de 23 heures, en 3 temps.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Économie de Nouvelle-Aquitaine : d'où repart-on ?

18/05/2020 | Une étude conjoncturelle régionale réalisée par l'INSEE Nouvelle-Aquitaine chiffre à 31% la baisse de l'activité économique régionale, contre 33% au niveau national.

1

Trois études, publiées entre le 4 et le 18 mai, apportent des données spécifiques sur les perspectives et l'impact, réel ou estimé, de la crise sanitaire sur l'économie en Nouvelle-Aquitaine. Celle de l'entreprise Fari Analytics évoquent les "solutions" adoptées par les entreprises régionales pour s'adapter et celles de l'INSEE étudient l'impact sectoriel (par secteur d'activité), qui diffère en fonction des zones géographiques. On vous résume l'essentiel de ce que disent ces données de l'économie régionale à l'instant T, avant que le déconfinement ne vienne les bouleverser.

66% des entreprises néo-aquitaines ont constaté, au mois d'avril, un ralentissement de leur activité entre 20 et 30%. C'est un des principaux chiffres à retenir d'une étude publiée ce lundi. Réalisée par l'entreprise FARI Analytics auprès d'un panel de 54 entreprises (principalement des ETI et des PME dont plus de la moitié dans l'industrie et les services aux entreprises), cette étude apporte ainsi quelques données supplémentaires à une déclinaison régionale de la note de conjoncture de l'INSEE parue le 7 mai dernier.

Demandes favorisées

Elle vient affirmer que certains secteurs, notamment les éditeurs de logiciels, sont "globalement les moins impactés et n'ont pas constaté de baisse d'activité". Certains services de télécommunication ont même "parfois constaté une hausse de la demande". Dans l'industrie, les produits de luxe ou la "fabrication de produits très spécifiques" arrivent à tirer leur épingle du jeu face à un arrêt complet dans de nombreux autres secteurs, notamment l'automobile et l'aéronautique. Au niveau des actions mises en place, 81% du panel dit avoir adapté son marketing et repensé "sa façon de concevoir son offre". 73% des dirigeants ont fait une demande de financement, et les demandes ou renégociations de prêts sont les plus plébiscitées (33%) devant le décalage des échéances de paiement (25%) ou la réduction du budget pub (6,33%). Enfin, concernant les impacts sur la reprise de l'activité,  80% des entreprises interrogées pensent que la crise "aura un impact positif ou n'amènera pas de profonds changements sur leurs activités. Que ce soit dans l'organisation du travail ou dans la façon de gérer les cycles de vente, les compagnies de Nouvelle-Aquitaine pensent évoluer vers de meilleures pratiques", poursuit l'étude : seules 20% jugent que la crise sanitaire aura un impact négatif. "Selon les secteurs, les dirigeants se préparent à un pic d'activité (service B2B, automobile) ou à un palier de 2 à 3 trimestres avant la reprise d'une activité normale, ce qui pourra provoquer des difficultés. Le secteur de l'aéronautique, très impacté, ne reprendra son activité normale que d'ici deux ans".

Spécificités territorialeschiffres économie Nouvelle-Aquitaine

 

"Globalement, il est devenu impossible de faire des notes de conjoncture classiques parce qu'on est dans une situation jamais observée auparavant, les modèles classiques ne marchent pas", observe Stéphane Levasseur, responsable de la division études sur le développement économique et l'emploi à l'INSEE Nouvelle-Aquitaine. La note de conjoncture qu'il a supervisée, sortie le 7 mai dernier, apporte des éléments recoupés à partir de celle effectuée par l'INSEE au niveau national, qui sort toutes les deux semaines. Elle fait état d'une baisse de l'activité économique de 31% (contre 33% au niveau national), soit l'une des "moins affectées des régions de métropole". L'INSEE régionale, qui a analysé les variations d'activité économique régionale par rapport à une situation normale dans chaque région, évoque des "différences pas si importantes, si on met de côté les Dom. L'impact économique va de -31 à -34%, l'écart reste assez faible ce qui prouve que l'impact de la crise est visible partout. Ce qui fait la différence, c'est qu'on a un peu plus d'agriculture dans la région et qu'elle est moins touchée. A terme, on peut se poser des questions sur les saisonniers, dont beaucoup viennent de l'étranger...". 

Ces données ne devraient pas être observables avant plusieurs mois. En revanche, on sait que le poids moins important des secteurs marchands dans l'économie régionale et que les services aux entreprises (notamment les activités scientifiques comme l'ingénierie et la RetD ou les services administratifs comme la compatibilité, les ressources humaines...) font partie des secteurs "impactés", autrement dit ayant perdu un à deux tiers de leurs activités. Le commerce non-alimentaire, la construction et l'hébergement restauration sont situés, eux, dans la catégorie des secteurs "très fortement impactés" par la crise, soit ceux qui ont réduit leur activité d'au moins deux tiers. En Nouvelle-Aquitaine, ces secteurs représentent près de 450 000 salariés, 130 000 non-salariés et se trouvent, dans huit cas sur dix, dans des établissements de moins de cinquante salariés. En additionnant les deux catégories (très impactées et impactées), on arrive à un total de 1,2 million d'emplois. L'INSEE ajoute d'ailleurs que "parmi les 1,9 million de salariés (hors intérimaires) qui travaillent en Nouvelle-Aquitaine en 2015, un peu moins d’un million exercent dans des secteurs fortement ou très fortement impactés par la crise économique observée depuis le début de la période de confinement. C’est également le cas pour deux tiers des non salariés (environ 200 000 personnes concernées). Enfin, comme lors de chaque crise, l’intérim est particulièrement touché : il concerne 50 000 personnes".

Tout comme ordinairement, chaque territoire a également ses spécificités économiques : on est plus exposé sur les zones d'emploi littorales parce que l'emploi salarié "relève davantage de secteurs exposés" (on pense évidemment au tourisme), tandis que l'orientation industrielle de certains secteurs (l'étude cite Châtellerault, Parthenay et Bressuire) les expose différemment. "Les services non marchands et l'agriculture sont moins touchés, ce qui explique qu'en Creuse (-28%, comme dans les Deux-Sèvres) ou à Pauillac, par exemple, l'impact soit un peu moins fort qu'en Gironde (-33%), dont l'économie se base beaucoup sur les services aux entreprises", poursuit Stéphane Levasseur. 

Activités bancaires et création d'entreprises en berne

chiffres économie Nouvelle-Aquitaine

Sur les deux derniers indicateurs fournis par cette note, l'un est moins précis que l'autre. L'INSEE fait ainsi état de 1750 créations d'entreprises en mars 2020 en Nouvelle-Aquitaine, soit une baisse de 35% par rapport à février 2020 et même -39% par rapport à mars 2019. "La chute des créations est particulièrement importante en Gironde (- 48 %). Dans les autres départements, la baisse s’échelonne entre - 30 % et - 40 %. Les données d’avril sont encore provisoires, mais la baisse est encore plus forte : aux alentours de - 70 % par rapport à avril 2019". Cette contraction touche notamment les activités immobilières (-51%) ou le commerce (-40%). "Le nombre de créations a commencé à diminuer significativement dès la semaine du 9 au 13 mars (semaine 11), c’est-à-dire juste avant le confinement. Il s’est effondré la semaine du 23 au 27 mars". Contrairement à la note de conjoncture nationale, l'analyse régionale de l'évolution des achats par carte bancaire ne contient pas toutes les données, notamment les autres types de  transactions (espèces, chèque, ticket restaurant, etc.). "De plus, à l’inverse des données utilisées à l’échelle nationale, notamment dans l’estimation de la perte de consommation des ménages, les données départementales intègrent certaines transactions non assimilables à de la consommation (dons à des associations, achat de timbres fiscaux, etc.)".

Cependant, ces données confirment une baisse de -37%. Des chiffres qui, selon Stéphane Levasseur, seront utiles dans les semaines à venir. "Ça permet de mettre quelques chiffres concrets sur ce phénomène. On va suivre ça dans le temps pour voir l'ampleur de la reprise dans la consommation. Pour l'instant, on voit que ça remonte un peu, mais on ne peut pas dire que ce soit très net". Une prochaine note de conjoncture régionale est attendue au mois de juillet. Pour la nationale, elle devrait être publiée mercredi et fournir davantage de données encore. Avant de déclarer un potentiel "état d'urgence économique", le secteur de la restauration et de l'hôtellerie devrait être scruté à la loupe dans les prochaines semaines face aux incertitudes de la reprise qui se profile. Dans un sondage récent publié par la Chambre de Commerce et d'Industrie de Gironde (réalisé du 4 au 7 mai auprès de 1000 entreprises), on peut lire que 72% des commerces et (cafés, hôtels et restaurants) interrogés "redoutent un changement du comportement d'achat" et le manque d'équipements de protection individuels reste la principale préoccupation pour 70% d'entre eux.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
9490
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 5 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !