Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/06/21 : Usinage, soudage, maintenance, aéronautique... Le CFAI Adour ouvre ses portes au public les 25 juin et 7 juillet sur ses 3 sites d'Assat (64), Lanne (65) et Tarnos (40). Il propose 148 offres en apprentissage dans les entreprises industrielles locales+ d'info

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Véronique Chabreyrou et Jacques Ranoux, candidats de gauche, soutenus par la majorité sortante, sont en tête avec 37,80 %, devant le binôme RN Pascale Léger et Serge Muller à 23,80 %.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Sur le canton de la vallée de la Dordogne, Germinal Peiro (PS) le président du conseil départemental sortant est réélu avec 64,96 % dès le premier tour. Il est associé à Patricia Lafon-Gauthier.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : le binôme socialiste composé de Marie-Lise Marsat et Serge Mérillou est réélu sur le canton de la Lalinde.

20/06/21 : Régionales en Dordogne : Sur le canton de Saint-Astier, Alain Rousset (PS) est en tête avec 30,39 % des voix devant la candidate RN Edwige à 23 %. L'écologiste Nicolas Thierry est en 3e position à 10,51 %.

20/06/21 : En Dordogne, l'abstention estimée pour les élections départementales et régionales en Dordogne est de 66,2%. C'est la participation la plus faible de toutes élections confondues dans le département.

20/06/21 : En Haute-Vienne, le taux de participation à 17h était de 28,54% en forte baisse par rapport à 2015 où on avait enregistré 52,36 % de votants à la même heure.

20/06/21 : Dans les Pyrénées-Atlantiques, après un taux de participation à midi s'élevant à 14,5%, ce même taux s'affichait à 31,37 % pour le double scrutin des élections régionales et départementales du 20 juin 2021.

20/06/21 : A 17h, le taux de participation aux élections régionales et départementales s'élève à 25,68%. En 2015, il était de 45,09% pour les régionales et 44,78% pour les départementales, soit une baisse de près de vingt points.

20/06/21 : Dans la Vienne, la baisse de la participation aux élections régionales et départementales se confirme. À 17h, le taux était de 26,07% contre 43,77% pour les départementales en 2015 et 44,87% pour les régionales en 2015.

20/06/21 : En Dordogne, le taux de participation au premier tour des élections départementales et régionales estimé à 17 h est de 33,78 %, en baisse par rapport aux scrutins de 2015.

20/06/21 : Dans la Vienne, le taux de participation aux élections départementales et régionales de 2021 a atteint 10,99% à midi. Il est en baisse par rapport aux scrutins de 2015 : les taux étaient de 15,43% pour les départementales et 16,53% pour les régional

Arte Flamenco
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/06/21 | Régionales : Pas d'accord Rousset-Thierry ce lundi

    Lire

    Alors que se pose depuis hier soir la question d'un accord entre la liste du président sortant Alain Rousset et celle de Nicolas Thierry pour EELV, les négociations semblent pour aujourd'hui dans l'impasse. "Ce lundi, aucun accord n’a pu être signé. Il n’y avait manifestement aucune volonté d’accord tant les exigences et le ton employé étaient incompatibles avec une possibilité de négociation.", indique le service de presse du candidat Alain Rousset. "Je ne conçois pas la politique régionale comme une simple question de partage de postes. C'est une relation politique, pas une question comptable", indique le président sortant.

  • 21/06/21 | Pau, ville moins polluée par les particules fines

    Lire

    Sur les 323 villes européennes sondées, Pau est la 1ère ville française du classement établi par une étude de l’Agence européenne pour l’environnement parue le 17 juin. L’étude de fait notamment ressortir un taux de particules fines en suspension supérieur aux valeurs établies par l’OMS pour 196 villes européennes sur les 323 sondées. Dans notre région, Pau affiche un taux de PM2,5 de 5,6 µg/m³, Bayonne de 6,4 µg/m³ et de 9,23 µg/m³ pour Bordeaux. Selon l’OMS, il ne faut pas dépasser le seuil de 10 microgrammes de PM2,5 par mètre cube d’air (10 µg/m³). En trop grande quantité, les particules fines sont nocives pour la santé.

  • 21/06/21 | L'Orchestre des Champs-Elysées au musée Sainte-Croix de Poitiers

    Lire

    L'Orchestre des Champs-Elysées se produira, le mercredi 23 juin à 19h et 21h dans l'Auditorium du musée Sainte-Croix de Poitiers. Une partition de Rimsky-Korsakov, sommet de la littérature musicale de la fin du 19e siècle, sera présentée dans une version de chambre avec violon, violoncelle, clarinette et piano. Le musée offre la possibilité de visiter l’exposition temporaire (visible jusqu'au 4 juillet) "L'Amour fou ? Intimité et création (1910-1940)" avant le concert. Le concert est gratuit mais les réservations sont obligatoires : www.musees-poitiers.org

  • 21/06/21 | Lavaveix-les-mines (23) réhabilite ses bâtiments

    Lire

    La commune de Lavaveix-les-mines en Creuse souhaite réhabiliter l’ancienne infirmerie afin d’en créer un logement locatif à destination de jeunes agriculteurs ou de nouveaux arrivants envisageant d’y développer une activité professionnelle agricole. Afin de proposer les meilleures conditions de logements possibles, la réhabilitation correspondra à des performances énergétiques et une haute qualité environnementale.

  • 21/06/21 | A La Rochelle, le 2e tour se jouera avec les anciens candidats aux municipales

    Lire

    La Rochelle 1, le binôme falorniste/PS Christophe Bertaud et Marylise Fleuret-Pagnoux passe au 2e tour avec 28,83% des voix devant les écologistes (20,87%). A La Rochelle 2, ce sont les fountainistes Dominique Guégo et Marie Nedellec qui sont en tête avec 32% des voix contre 24,13% pour la liste LR. Sur La Rochelle 3, le duo EELV Marion Pichot - Jean-Marc Soubeste, ex candidat aux municipales se distingue parmi les 7 listes en lice avec 28,19% des voix.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Économie de Nouvelle-Aquitaine : d'où repart-on ?

18/05/2020 | Une étude conjoncturelle régionale réalisée par l'INSEE Nouvelle-Aquitaine chiffre à 31% la baisse de l'activité économique régionale, contre 33% au niveau national.

chiffres économie Nouvelle-Aquitaine

Trois études, publiées entre le 4 et le 18 mai, apportent des données spécifiques sur les perspectives et l'impact, réel ou estimé, de la crise sanitaire sur l'économie en Nouvelle-Aquitaine. Celle de l'entreprise Fari Analytics évoquent les "solutions" adoptées par les entreprises régionales pour s'adapter et celles de l'INSEE étudient l'impact sectoriel (par secteur d'activité), qui diffère en fonction des zones géographiques. On vous résume l'essentiel de ce que disent ces données de l'économie régionale à l'instant T, avant que le déconfinement ne vienne les bouleverser.

66% des entreprises néo-aquitaines ont constaté, au mois d'avril, un ralentissement de leur activité entre 20 et 30%. C'est un des principaux chiffres à retenir d'une étude publiée ce lundi. Réalisée par l'entreprise FARI Analytics auprès d'un panel de 54 entreprises (principalement des ETI et des PME dont plus de la moitié dans l'industrie et les services aux entreprises), cette étude apporte ainsi quelques données supplémentaires à une déclinaison régionale de la note de conjoncture de l'INSEE parue le 7 mai dernier.

Demandes favorisées

Elle vient affirmer que certains secteurs, notamment les éditeurs de logiciels, sont "globalement les moins impactés et n'ont pas constaté de baisse d'activité". Certains services de télécommunication ont même "parfois constaté une hausse de la demande". Dans l'industrie, les produits de luxe ou la "fabrication de produits très spécifiques" arrivent à tirer leur épingle du jeu face à un arrêt complet dans de nombreux autres secteurs, notamment l'automobile et l'aéronautique. Au niveau des actions mises en place, 81% du panel dit avoir adapté son marketing et repensé "sa façon de concevoir son offre". 73% des dirigeants ont fait une demande de financement, et les demandes ou renégociations de prêts sont les plus plébiscitées (33%) devant le décalage des échéances de paiement (25%) ou la réduction du budget pub (6,33%). Enfin, concernant les impacts sur la reprise de l'activité,  80% des entreprises interrogées pensent que la crise "aura un impact positif ou n'amènera pas de profonds changements sur leurs activités. Que ce soit dans l'organisation du travail ou dans la façon de gérer les cycles de vente, les compagnies de Nouvelle-Aquitaine pensent évoluer vers de meilleures pratiques", poursuit l'étude : seules 20% jugent que la crise sanitaire aura un impact négatif. "Selon les secteurs, les dirigeants se préparent à un pic d'activité (service B2B, automobile) ou à un palier de 2 à 3 trimestres avant la reprise d'une activité normale, ce qui pourra provoquer des difficultés. Le secteur de l'aéronautique, très impacté, ne reprendra son activité normale que d'ici deux ans".

Spécificités territorialeschiffres économie Nouvelle-Aquitaine

 

"Globalement, il est devenu impossible de faire des notes de conjoncture classiques parce qu'on est dans une situation jamais observée auparavant, les modèles classiques ne marchent pas", observe Stéphane Levasseur, responsable de la division études sur le développement économique et l'emploi à l'INSEE Nouvelle-Aquitaine. La note de conjoncture qu'il a supervisée, sortie le 7 mai dernier, apporte des éléments recoupés à partir de celle effectuée par l'INSEE au niveau national, qui sort toutes les deux semaines. Elle fait état d'une baisse de l'activité économique de 31% (contre 33% au niveau national), soit l'une des "moins affectées des régions de métropole". L'INSEE régionale, qui a analysé les variations d'activité économique régionale par rapport à une situation normale dans chaque région, évoque des "différences pas si importantes, si on met de côté les Dom. L'impact économique va de -31 à -34%, l'écart reste assez faible ce qui prouve que l'impact de la crise est visible partout. Ce qui fait la différence, c'est qu'on a un peu plus d'agriculture dans la région et qu'elle est moins touchée. A terme, on peut se poser des questions sur les saisonniers, dont beaucoup viennent de l'étranger...". 

Ces données ne devraient pas être observables avant plusieurs mois. En revanche, on sait que le poids moins important des secteurs marchands dans l'économie régionale et que les services aux entreprises (notamment les activités scientifiques comme l'ingénierie et la RetD ou les services administratifs comme la compatibilité, les ressources humaines...) font partie des secteurs "impactés", autrement dit ayant perdu un à deux tiers de leurs activités. Le commerce non-alimentaire, la construction et l'hébergement restauration sont situés, eux, dans la catégorie des secteurs "très fortement impactés" par la crise, soit ceux qui ont réduit leur activité d'au moins deux tiers. En Nouvelle-Aquitaine, ces secteurs représentent près de 450 000 salariés, 130 000 non-salariés et se trouvent, dans huit cas sur dix, dans des établissements de moins de cinquante salariés. En additionnant les deux catégories (très impactées et impactées), on arrive à un total de 1,2 million d'emplois. L'INSEE ajoute d'ailleurs que "parmi les 1,9 million de salariés (hors intérimaires) qui travaillent en Nouvelle-Aquitaine en 2015, un peu moins d’un million exercent dans des secteurs fortement ou très fortement impactés par la crise économique observée depuis le début de la période de confinement. C’est également le cas pour deux tiers des non salariés (environ 200 000 personnes concernées). Enfin, comme lors de chaque crise, l’intérim est particulièrement touché : il concerne 50 000 personnes".

Tout comme ordinairement, chaque territoire a également ses spécificités économiques : on est plus exposé sur les zones d'emploi littorales parce que l'emploi salarié "relève davantage de secteurs exposés" (on pense évidemment au tourisme), tandis que l'orientation industrielle de certains secteurs (l'étude cite Châtellerault, Parthenay et Bressuire) les expose différemment. "Les services non marchands et l'agriculture sont moins touchés, ce qui explique qu'en Creuse (-28%, comme dans les Deux-Sèvres) ou à Pauillac, par exemple, l'impact soit un peu moins fort qu'en Gironde (-33%), dont l'économie se base beaucoup sur les services aux entreprises", poursuit Stéphane Levasseur. 

Activités bancaires et création d'entreprises en berne

chiffres économie Nouvelle-Aquitaine

Sur les deux derniers indicateurs fournis par cette note, l'un est moins précis que l'autre. L'INSEE fait ainsi état de 1750 créations d'entreprises en mars 2020 en Nouvelle-Aquitaine, soit une baisse de 35% par rapport à février 2020 et même -39% par rapport à mars 2019. "La chute des créations est particulièrement importante en Gironde (- 48 %). Dans les autres départements, la baisse s’échelonne entre - 30 % et - 40 %. Les données d’avril sont encore provisoires, mais la baisse est encore plus forte : aux alentours de - 70 % par rapport à avril 2019". Cette contraction touche notamment les activités immobilières (-51%) ou le commerce (-40%). "Le nombre de créations a commencé à diminuer significativement dès la semaine du 9 au 13 mars (semaine 11), c’est-à-dire juste avant le confinement. Il s’est effondré la semaine du 23 au 27 mars". Contrairement à la note de conjoncture nationale, l'analyse régionale de l'évolution des achats par carte bancaire ne contient pas toutes les données, notamment les autres types de  transactions (espèces, chèque, ticket restaurant, etc.). "De plus, à l’inverse des données utilisées à l’échelle nationale, notamment dans l’estimation de la perte de consommation des ménages, les données départementales intègrent certaines transactions non assimilables à de la consommation (dons à des associations, achat de timbres fiscaux, etc.)".

Cependant, ces données confirment une baisse de -37%. Des chiffres qui, selon Stéphane Levasseur, seront utiles dans les semaines à venir. "Ça permet de mettre quelques chiffres concrets sur ce phénomène. On va suivre ça dans le temps pour voir l'ampleur de la reprise dans la consommation. Pour l'instant, on voit que ça remonte un peu, mais on ne peut pas dire que ce soit très net". Une prochaine note de conjoncture régionale est attendue au mois de juillet. Pour la nationale, elle devrait être publiée mercredi et fournir davantage de données encore. Avant de déclarer un potentiel "état d'urgence économique", le secteur de la restauration et de l'hôtellerie devrait être scruté à la loupe dans les prochaines semaines face aux incertitudes de la reprise qui se profile. Dans un sondage récent publié par la Chambre de Commerce et d'Industrie de Gironde (réalisé du 4 au 7 mai auprès de 1000 entreprises), on peut lire que 72% des commerces et (cafés, hôtels et restaurants) interrogés "redoutent un changement du comportement d'achat" et le manque d'équipements de protection individuels reste la principale préoccupation pour 70% d'entre eux.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
6790
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !