Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

29/05/20 : Municipales : A Melle (79), la liste menée par Sarah Klingler ayant obtenu la majorité absolue (28 voix) au premier tour, le conseil a été installé hier, avec 9 postes d'adjoints créés, avec Jérôme Texier et Favienne Manguy comme 1er et 2e adjoints.

27/05/20 : Les 11 Clowns Stéthoscopes organisent une "déambulade festive" aux fenêtres des patients qu’ils ont l’habitude de côtoyer au CHU de Bordeaux à l'Hôpital des enfants afin de renouer le lien physique rompu par le confinement, le 29 mai dès 15h00.

26/05/20 : Le Conseil municipal de Libourne a réélu à sa tête Philippe Buisson. Laurence Rouède se voit confier la délégation de 1ere adjointe, déléguée à la coordination des activités municipales, aux ressources humaines, à l’urbanisme et au foncier.

25/05/20 : Le secrétaire d'État en charge du tourisme, Jean-Baptiste Lemoyne, a assuré que l'exécutif réfléchissait à un "élargissement significatif" de la limite de déplacement (100 km autour du domicile), qui pourrait entrer en vigueur la semaine prochaine.

25/05/20 : Les hospitaliers du CHU Pellegrin à Bordeaux sont en grève illimitée depuis le 22 mai sur préavis de SUD Santé. Un rassemblement de soutien est organisé le 26 mai devant l'hôpital.

22/05/20 : Dans le cadre de la célébration de la Journée Mondiale des Oiseaux Migrateurs, les 24 et 31 mai 2020 à Vitrezay, BioSphère Environnement propose 2 sorties de découverte des oiseaux des marais de Gironde, de 8h30 à 10h30. Réservations: 05 46 49 89 89.

19/05/20 : Allant dans le sens de la déclaration du Premier Ministre ce matin, le préfet des Pyrénées Atlantiques Eric Spitz déclare que les Bordelais et les Toulousains en zone verte pourraient venir en vacances en juillet et août dans les Pyrénées Atlantiques

18/05/20 : L’incertitude de l’évolution sanitaire, et l’impossibilité de mettre en œuvre les mesures barrières, entrainent l’annulation de l’opération de sensibilisation des jeunes à la nage, Objectif Nage, pour l’été 2020, annonce le Département de la Gironde.

15/05/20 : Initialement prévu le samedi 12 septembre prochain, la 36ème édition du marathon des Châteaux du Médoc est reportée au samedi 11 septembre 2021.

14/05/20 : L'activité partielle pour les entreprises du tourisme et de l'évènementiel sera maintenue jusqu'à fin 2020 et que l'accès au fonds de solidarité est prolongé jusqu'à fin septembre. En revanche, pas de baisse prévue pour la TVA.

12/05/20 : La Compagnie aérienne Chalair annonce la reprise progressive de ses vols entre Bordeaux, Brest et Montpellier. Au rythme de 2 vols hebdomadaires, rdv le 8 juin, pour la reprise des liaisons Bordeaux-Brest puis le 15 juin, pour Bordeaux-Montpellier

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 31/05/20 | Covid 19 : les personnels de l'hôpital de Périgueux pourront recevoir la prime de 1500 €

    Lire

    Les personnels de l'hôpital de Périgueux, mobilisés pendant la crise sanitaire, pourront toucher la prime Covid de 1500€. Le député de Dordogne Philippe Chassaing, qui a appuyé la demande auprès du gouvernement, l'a annoncé ce samedi 30 mai dans un communiqué. Il précise que "le chef d'établissement pourra en effet décider du relèvement de la prime à 1500€ dans les services au sein desquels les agents ont été particulièrement impliqués, dans la limite de 40% des effectifs de l'hôpital."

  • 31/05/20 | Covid 19: dépistage dans 40 communes de Creuse

    Lire

    Existence préoccupante d'un Foyer de contamination du Covid 19 en Creuse où un cas, parmi les professionnels de santé à domicile, a été détecté le 24 mai à Guéret et deux autres depuis. L'Agence Régionale de santé et sa délégation départementale ont donc mis en œuvre des tests collectifs auprès de 59 particuliers et 40 professionnels . En outre une campagne de dépistage est entreprise dans 40 communes du département qui va concerner près d'un millier de personnes, notamment âgées bénéficiant de soins à domicile.

  • 31/05/20 | Arette (64): L'usine d'espadrille devenue tiers-lieu

    Lire

    Le tiers-lieu Pic Nic implanté à Arette (1 000 habitants) dans le Haut-Béarn, en vallée de Barétous au sud de Pau et d'Oloron-Sainte-Marie se développe. Impulsé en 2013 par l'achat par un couple d'architectes de l'ancienne usine d'espadrille du village, le lieu, espace de travail partagé et est devenu un outil commun à une dizaine de professionnels indépendants et télétravailleurs salariés. Afin de développer le tiers-lieu, tout en permettant l'émergence de projets communs, il a pris le statut de Société Coopérative d'Intérêt Collectif, que la commune souhaite intégrer. La création d'extensions est aussi envisageé.

  • 30/05/20 | Des esturgeons exotiques dans le Bassin d'Arcachon

    Lire

    Avec le débordement de cours d'eau du Sud Gironde les 10 et 11 mai 2020, des piscicultures dans les bassins du Ciron et de la Leyre ont été inondées laissant échapper des esturgeons sibériens et des esturgeons du Danube. Si l’espèce sibérienne pourrait a priori survivre sans se reproduire, les esturgeons sibériens emportés dans le Bassin d’Arcachon ne supportent pas la salinité des eaux. Ces deux espèces ne doivent pas être confondus avec l’esturgeon européen, protégé en voie de disparition. La prefecture demande donc aux pêcheurs de relâcher vivants tous les esturgeons qui seraient pris, quelle que soit l’espèce.

  • 30/05/20 | Dordogne : une hausse 24,2 % du nombre de demandeurs d'emploi en avril

    Lire

    La Dordogne voit son nombre de chômeurs s'envoler au mois d'avril. Pôle emploi a enregistré une hausse des inscrits en catégorie A, c'est à dire sans aucune activité, de 24,2 % en avril par rapport à mars 2020. En Nouvelle-Aquitaine, elle est de 27,4 %. C'est plus qu'au niveau national : cette hausse historique est de +22,6 %. Cela porte à 25 170 le nombre de personnes sans aucune activité en Dordogne. Le nombre d'inscrits en catégorie B et C (activité réduite) enregistre une forte baisse.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Économie de Nouvelle-Aquitaine : d'où repart-on ?

18/05/2020 | Une étude conjoncturelle régionale réalisée par l'INSEE Nouvelle-Aquitaine chiffre à 31% la baisse de l'activité économique régionale, contre 33% au niveau national.

chiffres économie Nouvelle-Aquitaine

Trois études, publiées entre le 4 et le 18 mai, apportent des données spécifiques sur les perspectives et l'impact, réel ou estimé, de la crise sanitaire sur l'économie en Nouvelle-Aquitaine. Celle de l'entreprise Fari Analytics évoquent les "solutions" adoptées par les entreprises régionales pour s'adapter et celles de l'INSEE étudient l'impact sectoriel (par secteur d'activité), qui diffère en fonction des zones géographiques. On vous résume l'essentiel de ce que disent ces données de l'économie régionale à l'instant T, avant que le déconfinement ne vienne les bouleverser.

66% des entreprises néo-aquitaines ont constaté, au mois d'avril, un ralentissement de leur activité entre 20 et 30%. C'est un des principaux chiffres à retenir d'une étude publiée ce lundi. Réalisée par l'entreprise FARI Analytics auprès d'un panel de 54 entreprises (principalement des ETI et des PME dont plus de la moitié dans l'industrie et les services aux entreprises), cette étude apporte ainsi quelques données supplémentaires à une déclinaison régionale de la note de conjoncture de l'INSEE parue le 7 mai dernier.

Demandes favorisées

Elle vient affirmer que certains secteurs, notamment les éditeurs de logiciels, sont "globalement les moins impactés et n'ont pas constaté de baisse d'activité". Certains services de télécommunication ont même "parfois constaté une hausse de la demande". Dans l'industrie, les produits de luxe ou la "fabrication de produits très spécifiques" arrivent à tirer leur épingle du jeu face à un arrêt complet dans de nombreux autres secteurs, notamment l'automobile et l'aéronautique. Au niveau des actions mises en place, 81% du panel dit avoir adapté son marketing et repensé "sa façon de concevoir son offre". 73% des dirigeants ont fait une demande de financement, et les demandes ou renégociations de prêts sont les plus plébiscitées (33%) devant le décalage des échéances de paiement (25%) ou la réduction du budget pub (6,33%). Enfin, concernant les impacts sur la reprise de l'activité,  80% des entreprises interrogées pensent que la crise "aura un impact positif ou n'amènera pas de profonds changements sur leurs activités. Que ce soit dans l'organisation du travail ou dans la façon de gérer les cycles de vente, les compagnies de Nouvelle-Aquitaine pensent évoluer vers de meilleures pratiques", poursuit l'étude : seules 20% jugent que la crise sanitaire aura un impact négatif. "Selon les secteurs, les dirigeants se préparent à un pic d'activité (service B2B, automobile) ou à un palier de 2 à 3 trimestres avant la reprise d'une activité normale, ce qui pourra provoquer des difficultés. Le secteur de l'aéronautique, très impacté, ne reprendra son activité normale que d'ici deux ans".

Spécificités territorialeschiffres économie Nouvelle-Aquitaine

 

"Globalement, il est devenu impossible de faire des notes de conjoncture classiques parce qu'on est dans une situation jamais observée auparavant, les modèles classiques ne marchent pas", observe Stéphane Levasseur, responsable de la division études sur le développement économique et l'emploi à l'INSEE Nouvelle-Aquitaine. La note de conjoncture qu'il a supervisée, sortie le 7 mai dernier, apporte des éléments recoupés à partir de celle effectuée par l'INSEE au niveau national, qui sort toutes les deux semaines. Elle fait état d'une baisse de l'activité économique de 31% (contre 33% au niveau national), soit l'une des "moins affectées des régions de métropole". L'INSEE régionale, qui a analysé les variations d'activité économique régionale par rapport à une situation normale dans chaque région, évoque des "différences pas si importantes, si on met de côté les Dom. L'impact économique va de -31 à -34%, l'écart reste assez faible ce qui prouve que l'impact de la crise est visible partout. Ce qui fait la différence, c'est qu'on a un peu plus d'agriculture dans la région et qu'elle est moins touchée. A terme, on peut se poser des questions sur les saisonniers, dont beaucoup viennent de l'étranger...". 

Ces données ne devraient pas être observables avant plusieurs mois. En revanche, on sait que le poids moins important des secteurs marchands dans l'économie régionale et que les services aux entreprises (notamment les activités scientifiques comme l'ingénierie et la RetD ou les services administratifs comme la compatibilité, les ressources humaines...) font partie des secteurs "impactés", autrement dit ayant perdu un à deux tiers de leurs activités. Le commerce non-alimentaire, la construction et l'hébergement restauration sont situés, eux, dans la catégorie des secteurs "très fortement impactés" par la crise, soit ceux qui ont réduit leur activité d'au moins deux tiers. En Nouvelle-Aquitaine, ces secteurs représentent près de 450 000 salariés, 130 000 non-salariés et se trouvent, dans huit cas sur dix, dans des établissements de moins de cinquante salariés. En additionnant les deux catégories (très impactées et impactées), on arrive à un total de 1,2 million d'emplois. L'INSEE ajoute d'ailleurs que "parmi les 1,9 million de salariés (hors intérimaires) qui travaillent en Nouvelle-Aquitaine en 2015, un peu moins d’un million exercent dans des secteurs fortement ou très fortement impactés par la crise économique observée depuis le début de la période de confinement. C’est également le cas pour deux tiers des non salariés (environ 200 000 personnes concernées). Enfin, comme lors de chaque crise, l’intérim est particulièrement touché : il concerne 50 000 personnes".

Tout comme ordinairement, chaque territoire a également ses spécificités économiques : on est plus exposé sur les zones d'emploi littorales parce que l'emploi salarié "relève davantage de secteurs exposés" (on pense évidemment au tourisme), tandis que l'orientation industrielle de certains secteurs (l'étude cite Châtellerault, Parthenay et Bressuire) les expose différemment. "Les services non marchands et l'agriculture sont moins touchés, ce qui explique qu'en Creuse (-28%, comme dans les Deux-Sèvres) ou à Pauillac, par exemple, l'impact soit un peu moins fort qu'en Gironde (-33%), dont l'économie se base beaucoup sur les services aux entreprises", poursuit Stéphane Levasseur. 

Activités bancaires et création d'entreprises en berne

chiffres économie Nouvelle-Aquitaine

Sur les deux derniers indicateurs fournis par cette note, l'un est moins précis que l'autre. L'INSEE fait ainsi état de 1750 créations d'entreprises en mars 2020 en Nouvelle-Aquitaine, soit une baisse de 35% par rapport à février 2020 et même -39% par rapport à mars 2019. "La chute des créations est particulièrement importante en Gironde (- 48 %). Dans les autres départements, la baisse s’échelonne entre - 30 % et - 40 %. Les données d’avril sont encore provisoires, mais la baisse est encore plus forte : aux alentours de - 70 % par rapport à avril 2019". Cette contraction touche notamment les activités immobilières (-51%) ou le commerce (-40%). "Le nombre de créations a commencé à diminuer significativement dès la semaine du 9 au 13 mars (semaine 11), c’est-à-dire juste avant le confinement. Il s’est effondré la semaine du 23 au 27 mars". Contrairement à la note de conjoncture nationale, l'analyse régionale de l'évolution des achats par carte bancaire ne contient pas toutes les données, notamment les autres types de  transactions (espèces, chèque, ticket restaurant, etc.). "De plus, à l’inverse des données utilisées à l’échelle nationale, notamment dans l’estimation de la perte de consommation des ménages, les données départementales intègrent certaines transactions non assimilables à de la consommation (dons à des associations, achat de timbres fiscaux, etc.)".

Cependant, ces données confirment une baisse de -37%. Des chiffres qui, selon Stéphane Levasseur, seront utiles dans les semaines à venir. "Ça permet de mettre quelques chiffres concrets sur ce phénomène. On va suivre ça dans le temps pour voir l'ampleur de la reprise dans la consommation. Pour l'instant, on voit que ça remonte un peu, mais on ne peut pas dire que ce soit très net". Une prochaine note de conjoncture régionale est attendue au mois de juillet. Pour la nationale, elle devrait être publiée mercredi et fournir davantage de données encore. Avant de déclarer un potentiel "état d'urgence économique", le secteur de la restauration et de l'hôtellerie devrait être scruté à la loupe dans les prochaines semaines face aux incertitudes de la reprise qui se profile. Dans un sondage récent publié par la Chambre de Commerce et d'Industrie de Gironde (réalisé du 4 au 7 mai auprès de 1000 entreprises), on peut lire que 72% des commerces et (cafés, hôtels et restaurants) interrogés "redoutent un changement du comportement d'achat" et le manque d'équipements de protection individuels reste la principale préoccupation pour 70% d'entre eux.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
2795
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 3 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !