18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Economie | Economie landaise: pour ou contre valoriser le "Made in Landes"?

26/11/2013 | Le "Made in Landes" peut-être tentant pour valoriser l'économie landaise, le forum de l'économie landaise s'est interrogé sur sa pertinence.

 Marcel Larché, Président de la Chambre des Métiers et de l'Artisanat et Dominique Graciet, Président de la Chambre d'agriculture et Philippe Jacquemain, le Président de la CCI des Landes

Ce lundi 25 novembre, les acteurs économiques landais se sont réunis à la Chambre de Commerce et d'Industrie de Mont-de-Marsan pour la 5ème édition du Forum de l'économie landaise. Co-organisé par les trois chambres consulaires du département, le rendez-vous a donc réuni, sur une même estrade, Philippe Jacquemain, le Président de la CCI des Landes, Marcel Larché, Président de la Chambre des Métiers et de l'Artisanat et Dominique Graciet, Président de la Chambre d'agriculture. Un rendez-vous comme une démonstration d'unité de l'ensemble des acteurs face à la crise, et l'occasion d'une réflexion commune sur la pertinence d'une démarche «Made in Landes».

Les sondages le disent, plus de 75% des consommateurs sont prêts à payer plus chers un produit «made in France». Qu'en est-il alors d'un produit «Made in Landes»? Une interrogation posée à trois entrepreneurs landais qui pratiquent d'ores et déjà ce type de valorisation.
Pour Quitterie Delfour, dirigeante de la société Artiga, spécialiste du linge de maison et accessoires en tissus basques, c'est clairement pour répondre à l'attente nouvelles des consommateurs qu'elle est entrée dans une démarche de valorisation de l'origine de ses produits, jusqu'à baptiser ses collections «Made in chez nous». «Aujourd'hui les clients soulèvent l'étiquette pour vérifier la provenance des tissus». Convaincue du choix stratégique de mettre en valeur cette provenance, Artiga a été l'une des 2 premières entreprises landaises à avoir obtenu le label «Origine France Garantie» dès février 2012, et cela malgré «le haut niveau d'exigence et le coût de l'audit». Ce choix c'est, selon elle, «une manière d'être plus encore reconnu par le client final, et c'est en cohérence avec notre discours». Autres avantages que la chef d'entreprise reconnaît volontiers: «avec ce label, je me démarque de mes concurrents et cela permet de justifier mes prix».

Tenter la fabrication en AsieFrançois Mendez, est lui aussi un partisan de la fabrication locale, mais aussi de la nécessaire communication à mettre en œuvre sur ce plan. L'entrepreneur de Narosse, gérant de TSMP, l'assure, «c'est parce que je fabrique en France et que je le fais valoir, que j'ai réussi à conquérir un référencement national sur 3 ans dans une grande enseigne», un pari difficile dans le monde particulièrement concurrentiel de la fabrication de plancha. Une fabrication françaises non seulement selon lui plus facile à vendre, mais aussi de meilleure qualité. Car s'il reconnaît avoir tenté la fabrication en Asie, il en est revenu: «les deux premières cargaisons étaient de bonne qualité, mais les suivantes...».
Et l'argument de la production locale marche aussi à l'international, bien qu'il l'admette: à l'étranger l'image Côte basque fonctionne mieux que celles des Landes, moins connue. Une stratégie qui fonctionne. Avec 3M€ de chiffres d'affaires et 24 salariés, il vient de réaliser un investissement de 450 000€ dans son usine et envisage de faire monter l'équipe de 28 à 30 personnes.

En Chine, "d'abord être français"A travers la démarche de l'association collective Qualité Landes qu'il préside, Michel Prugue s'est quant à lui appliqué à illustrer tout l'enjeu du «savoir-faire» et du «faire-savoir» que porte cette association regroupant 8 filières agricoles des Landes. Créée à l'initiative du Conseil général et de la Chambre d'agriculture il y a 10 ans, l'association permet «l'optimisation des moyens pour élaborer une communication collective tout en respectant chaque produit et appellation qui y prennent part». Qualité Landes permet par exemple «de monter des opérations communes dans les médias, dans la restauration hors foyer, mais aussi de présenter et de faire goûter les produits lors de fêtes locales».
Autre dimension de cette action collective «parvenir à placer plus de produits sur les rayons des distributeurs». «Pour autant, même si on est dans le Made in Landes au niveau national, au niveau international la communication autour des landes ne peut pas suffire», nuance Michel Prugue. «Si on veut aller en Chine il faut d'abord être «français», respecter le produit et ensuite valoriser son histoire ou celle de la marque qui le porte.»
En d'autres termes, si le «Made in Landes» n'est pas une stratégie à exclure sur le territoire national, trop de segmentation risquerait de tuer la segmentation sur les marchés à l'export.
Or, c'est bien désormais sur la sphère internationale que les plus gros enjeux se jouent et se joueront pour nombre d'entrepreneurs quel que soit leur secteur d'activité. La modération doit donc être de mise.

Solène Meric
Par Solène Meric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
1042
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !