Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

02/03/21 : La Ville de Bayonne a réuni ce jour les représentants des professionnels et les partenaires de la fameuse Foire au Jambon pour envisager la suite à donner à cet événement de la semaine pascale. Ce mercredi Jean-René Etchegaray en présentera les pistes.

02/03/21 : Le 90e Congrès des Départements de France qui devait se tenir à La Rochelle en novembre dernier, puis les 29 et 30 avril prochain, est de nouveau reporté, selon un communiqué du Département de Charente-Maritime du jour.

26/02/21 : Faute de salon de l'agriculture cette année, la confédération paysanne organise du 27 février au 7 mars des fermes ouvertes pour faire découvrir l'agriculture paysanne.Liste des agriculteurs sur www.confederationpaysanne.fr/mobilisations.php?id=11079

24/02/21 : Charente-Maritime : selon un arrêté ministériel du 19/02 publié au Journal Officiel du 24/02, les communes reconnues en état de catastrophe naturelle en inondations et coulées de boue du 3 février 2021 au 9 février 2021 sont Crazannes et Le Mung.

23/02/21 : La ministre, Frédérique Vidal, en déplacement à Poitiers ce 23 février, a annoncé, devant une cinquantaine d'étudiants, la gratuité des protections périodiques dès la rentrée prochaine. 1 500 distributeurs devraient être installés sur les campus.

23/02/21 : Laurence Harribey, sénatrice de la Gironde, a été nommée par le Président du Sénat pour représenter la Chambre haute au conseil d'administration de l'Agence Nationale du Sport.

23/02/21 : L’ancien maire de Bayonne, Jean Grenet, est décédé ce mardi 23 février, à l'âge de 81 ans. Celui qui a également exercé les mandats d'élu départemental, régional et de député, a dirigé la ville, à la suite de son père Henri Grenet, de 1995 à 2014.

23/02/21 : La ministre Frédérique Vidal est à Poitiers ce 23 février pour rencontrer l'Association Fédérative des Étudiants de Poitiers. Début février, elle avait reçu 72 courriers d'étudiants poitevins qui l'interpelaient sur leurs difficultés au quotidien

19/02/21 : COVID 19 - Depuis 2 semaines, les indicateurs de surveillance du Sars-CoV-2 affichent une baisse significative dans tous les départements de Nouvelle-Aquitaine. Le taux d'incidence est de 113,3/100 000 et le taux de positivité à 4,2%.

19/02/21 : COVID 19 - Les dernières données sur l’évolution des nouveaux variants montrent une diffusion généralisée du variant anglais dans tous les départements de la région. Les variants sud-africain et brésilien sont aussi présents mais dans une moindre mesure

19/02/21 : COVID 19 - Le nombre de nouvelles hospitalisations est en baisse avec près d’une centaine d’hospitalisations et une vingtaine d’admissions en réanimation en moins par rapport à la semaine dernière. Néanmoins, l'activité hospitalière liée au COVID-19.

18/02/21 : A Libourne, le conseiller municipal d'opposition Charles Pouvreau a annoncé sa démission. Dans un communiqué, l'ancien élu raconte avoir fait face à des « menaces et insultes » répétées et choisit donc de se mettre en retrait de la politique libournaise.

17/02/21 : Charente-Maritime : ce jeudi, une intervention dans le cadre des travaux de réparation du pont de la Laisse, situé sur la RD9 à Charron entraînera une fermeture à la circulation entre la RD137 en Vendée et la RN11 en Charente-Maritime, de 9h à 16h.

15/02/21 : La Rochelle : Lutte ouvrière organise une journée à la rencontre mercredi 17 février, de 10h30 à 12h30 puis de 16h à 18h sur le vieux port (cours des Dames) où une structure sera montée, ainsi que dans les rues piétonnes du centre-ville.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 02/03/21 | Un tiers-lieu hybride en Charente-Maritime

    Lire

    Lors de sa dernière commission permanente, la Région Nouvelle-Aquitaine a décidé de soutenir le syndicat mixte Cyclad à Surgères en Charente-Maritime à hauteur de 60 000 euros pour la création d’un tiers-lieu hybride. Ce tiers-lieu a pour objectif de développer les nouvelles formes de travail, de créer des ateliers partagés et d’accompagner la création de nouvelles activités. Sur 1 200 m², le lieu comprendra notamment un atelier bois destiné au prototypage et à la réalisation d’ateliers

  • 02/03/21 | Le 1 000e agent vacciné au Centre hospitalier de la Côte basque

    Lire

    Le 1 000e agent du Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne a été vacciné contre le Covid en début de semaine. Un médecin réanimateur qui est en première ligne face à la prise en charge des patients les plus atteints par cette maladie. La campagne avait débuté le 6 janvier avec le vaccin Pfizer pour les agents de plus de 50 ans, ou présentant un risque accru. Un rythme que l'introduction, le 7 février, du vaccin AstraZeneka a accéléré. A ce jour, en moins de deux mois, au moins un tiers de l'effectif de l'hôpital basque aura reçu une première injection.

  • 25/02/21 | Une nouvelle gamme de produits bio et sans sucres dans le Pays Basque

    Lire

    A Bardos (64), Elikatxo produit, transforme et commercialise des jus de fruits et des soupes. Afin d’élargir sa gamme de produits bio et sans sucres, l’entreprise doit créer une ligne de production automatisée. Pour aider la société dans cet investissement, la Région Nouvelle-Aquitaine a alloué une subvention de 30 270 euros lors de sa dernière commission permanente.

  • 25/02/21 | Mimizan va accueillir un tiers-lieu

    Lire

    Mimizan, territoire assez isolé en dehors de l’été, a décidé de créer un tiers-lieu, au travers de l’association « Lily dans les étoiles », pour permettre aux habitants de se rencontrer, d’échanger, de travailler mais aussi pour favoriser le lien social. Cette association, constituée d’une quarantaine de professionnels locaux issus de secteurs divers, souhaite avec ce tiers-lieu créer un pont entre le dynamisme économique de la saison estivale et l’activité des résidents à l’année. La Région Nouvelle-Aquitaine soutient ce projet à hauteur de 60 000 euros.

  • 25/02/21 | Dordogne : Rubi Cuir forme tous ses salariés

    Lire

    A Boulazac, Rubi Cuir fabrique des pièces de maroquinerie pour le secteur du luxe. Afin d’acculturer les salariés à ces savoir-faire particuliers, l’entreprise a mis en place un parcours de formation interne afin de professionnaliser rapidement les nouveaux salariés. Les enjeux de développement de l’entreprise portent aussi vers une professionnalisation des formateurs. Pour les aider à cela, la Région Nouvelle-Aquitaine a alloué à l’entreprise une aide de 67 708 euros.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | EDF sur le front de l'insertion par l'activité en Nouvelle-Aquitaine

30/09/2017 | A l'occasion de son séminaire annuel, le FAPE EDF a rassemblé les acteurs de l'insertion par l'activité économique de la Région pour dresser un bilan.

A l'occasion de son séminaire annuel, le FAPE EDF a rassemblé les acteurs de l'insertion par l'activité économique de la Région pour dresser un bilan.

A l'occasion de son séminaire annuel, le Fonds Agir Pour l'Emploi EDF a organisé en partenariat avec Aquitaine active et l'INAE, une table ronde sur le thème de «l'Insertion par l'Activité Économique en Nouvelle-Aquitaine ». Une rencontre qui s'est déroulée jeudi, à la Halle des Douves de Bordeaux et dont l'objectif était non seulement de rassembler les acteurs de l'insertion agissant au plan régional mais aussi de valoriser les projets originaux ainsi que les associations œuvrant pour l'insertion des personnes en difficulté, dans le monde du travail. Des échanges qui ont notamment eu lieu autour des thèmes : « l'IAE dans une dynamique de coopération et de mutualisation » et « Mobilité et insertion des acteurs de la filière ».

« Acteur à part entière de l'économie sociale et solidaire, le Fonds Agir Pour l'Emploi EDF (FAPE EDF) soutient les projets portés par les associations d'intérêt général pour contribuer au développement de l'emploi et favoriser l'insertion professionnelle » note, d'entrée de jeu, Martin Leys, Président de l'organisme. « Une structure financée chaque année par les salariés et retraités du groupe et dont la collecte a permis de rassembler l'an dernier, 700 000€, abondés à 200% par l'entreprise », poursuit-il. Au total, en 2016, 2,4M€ récoltés auront permis de soutenir plus de 280 projets sur l'ensemble du territoire et de créer ou consolider 3184 emplois. Sur le plan régional, le FAPE EDF, c'est depuis 2013, 221 projets aidés dont 178 créations ou reprises de TPE grâce à 1,2M€ récoltés. Des initiatives « naturelles » pour Benoît Thomazo, délégué EDF en Nouvelle-Aquitaine : « EDF possède des gènes de service public. Il en va de la responsabilité sociale de l'entreprise de développer l'insertion et l'emploi local, de s'occuper des territoires. »

Une mission dont sont également parties prenantes, les collectivités territoriales, les entreprises et les organismes de financement et d'insertion locaux. Un travail complexe sur le terrain qui implique les compétences spécifiques de structures diverses.

L'IAE, fruit d'un travail en communEt parmi elles, Aquitaine Active, acteur de la finance secondaire dont l'objectif est d'accompagner les projets entrepreneuriaux et de leur permettre d'accéder à des financements pour développer l'emploi sur le territoire. Une initiative qui s'adresse aux créateurs d'entreprises tels que les demandeurs d'emploi ou les structures de l'ESS. « En 2016, nous avons accompagné et financé 197 entreprises. 6,39M€ ont été mobilisés pour les entreprises locales et 82% des entreprises accompagnées ont passé le cap des trois ans. Parallèlement, 873 emplois ont étés créés ou consolidés », précise Pascale Pagès, représentante de la structure. Parallèlement, des organismes comme l'INAE, inter-réseau de Nouvelle-aquitaine créé en 2016 et dédié au développement de l'insertion par l'IAE (il regroupe 50% des 417 structures régionales de l'IAE) et met « l'accent sur l'humain et sa capacité à innover sur la territorialité », précise son Président, Dominique Rugel. Une structure qui mise au quotidien sur la coopération. Et une politique qui semble payer. « Fin 2013, on a répondu à un appel à projet de la Direccte Gironde pour mettre en relation les entreprises du territoire susceptibles de recruter et les structures d'insertion. On a créé un poste de relation entreprises (recherche et présentation de salariés pouvant intéresser les entreprises). Un poste qui a évolué aujourd'hui en coordinateur de parcours de formation et propose maintenant aussi des options aux jeunes en contrat d'avenir », note Stéphane Piéfort, Directeur de l'Agerad, un chantier d'insertion du blayais qui accueille entre 25 et 30 personnes par an. Former un salarié en fonction des besoins de l'entreprise ? « Le moyen de l'accompagner vers un emploi durable en dehors de chez nous », poursuit-il.
L'avenir ? « Monter une plate-forme commune à toutes les structures dans un rayon de 25 kms. Un travail collectif entre pays de Haute-Gironde et de Haute-Saintonge et mélangeant une douzaine de structures liées à l'insertion ou au handicap ». La question de la coopération ? Un « véritable enjeu » pour Isabelle Zaoui-Carlier, Directrice d'INAE. « Surtout pour la Nouvelle-Aquitaine où les petites structures (moins de 50 salariés) sont majoritaires. La coopération permet non seulement d'apporter de réponses au salarié en insertion, mais aussi d'être compétitif sur un marché où une structure seule ne peut pas répondre ». Des initiatives souvent innovantes et toujours axées sur les besoins du territoire. Un Territoire souvent rural où demeure pour tous le problème de la mobilité.

A l'occasion de son séminaire annuel, le FAPE EDF a rassemblé les acteurs de l'insertion par l'activité économique de la Région pour dresser un bilan.

Le problème de la mobilité : une question au cœur de l'insertionCréé en 1998 sur le Bassin d'Arcachon, l'association Insercycles qui dispose d'un parc de 45 scooters destinés à la location, s'est depuis peu lancée dans la récupération et le recyclage de vélos. Une activité qu'elle effectue en partenariat avec les collectivités territoriales qu'elle envisage de « fournir en vélos », précise Christian Méjouri, son Directeur. Une initiative directement liée à la problématique de la mobilité sur le Bassin et le Val de Leyre, mais très bien équipé en pistes cyclables. Et un atelier de réparation qui permettrait de qualifier les salariés. Des discussions avec le CFA de la Chambre des Métiers de Bordeaux ayant déjà commencé à cette fin. Autre contexte, autre structure, l'Ader Mobilité de Corrèze, dont une des activités est la location de scooters et de voitures, envisage l'avenir avec scepticisme :  « la prime à la casse n'est pas adaptée au public que l'on a. Il faudrait qu'ils aient déjà une voiture et même dans ce cas, comment vont-il trouver le complément financier nécessaire ? », précise Jean-Marie Nicolle, son Directeur. Autre problématique, celle Benoît Hnatyszyn, directeur du garage solidaire Saint-Fiacre, organisme proposant la réparation et la revente de véhicules à un prix modique pour les personnes en difficulté et pour qui : « il est difficile d'insérer des personnes en mécanique pure car les garages cherchent des personnes diplômées. En plus, la prime à la casse ne nous permettra plus de revendre les véhicules que nous réparions avant. Ils vont directement partir à la casse et nous devrons vendre des véhicules plus récents et donc plus chers ».

La question des emplois aidés Peu abordée durant les débats, la réduction des emplois aidés était cependant présente dans l'esprit de tous les intervenants. Une question qui a suscité des réactions diverses. Catherine Fourmy, Directrice adjointe de la DIRECCTE Gironde considérant que : « les moyens alloués aujourd'hui seront poursuivis en 2018 et qu'en cas de baisse des emplois aidés, l'IAE ne devrait pas en souffrir car, mise à part les régies de quartier et de territoires, elle fonctionne surtout avec des CDDI. Son de cloche différent au Conseil Départemental de la Gironde puisque pour Denise Greslard-Nedelec, vice-présidente insertion :  « La baisse des contrats aidés impacte (notre) accompagnement ». puis, rappelant que 68 structures IAE sont soutenues par le Département, elle précise que « cela ne modifiera pas (notre) implication et (notre) soutien auprès de ces structures ». Alexandra Siarrri rappelant quant à elle que malgré le peu de structures concernées, les emplois aidés offrent de nombreux services à la collectivité, des « services adaptés aux transformations de la société » ; ces structures étant souvent « porteuses d'innovation sociale et avant-gardiste pour les personnes en difficulté ».

Emmanuelle Diaz
Par Emmanuelle Diaz

Crédit Photo : Emmanuel Diaz

Partager sur Facebook
Vu par vous
6821
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 5 + 9 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !