aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

24/05/16 : Concerts, spectacles de danse, bal sévillan et toro de fuego figurent, entre autres animations, au programme du festival Flamenco y feria qui se déroulera à Pau du vendredi 24 au dimanche 26 juin+ d'info

21/05/16 : Avec la commune d'Amorots, canton Pays de Bidache, le cap des 100 (sur 158) favorables à l'établissement public de coopération intercommunale unique du Pays basque, EPCI,(contre 33), a été franchi.Le préfet Durand peut en préparer l'arrêté le 31 mai.

17/05/16 : Après, s'être installé à l'hôtel Regina de Biarritz,les dix-sept joueurs en stage de l'équipe de Didier Deschamps sont allés s'oxygéner à Anglet, sa ville voisine, dans la foret de Chiberta où ils ont effectué une virée de une heure à VTT.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 26/05/16 | Chômage ALPC: + 0,4% en avril , France:-0,6%

    Lire

    En Aquitaine Limousin Poitou-Charentes, le nombre de demandeurs d'emploi de catégorie A s'établit à 301 961: +0,4 %/mars (+1 329 ) (- 0,4 % sur 3 mois et + 0,1 % sur un an). France métropolitaine:- 0,6 %/mars - 1,2 % sur trois mois et de 0,6 % sur un an. En Aquitaine Limousin Poitou-Charentes, en avril 2016, le nombre de demandeurs d'emploi en catégorie A augmente de 0,4 % pour les moins de 25 ans (–0,2 % sur 3 mois et –6,7 % sur un an), de 0,5 % pour ceux âgés de 25 à 49 ans (–0,6 % sur 3 mois et –0,3 % sur un an) et de 0,3 % pour ceux âgés de 50 ans ou plus (–0,1 % sur 3 mois et +5,8 % sur un an).

  • 25/05/16 | Le Ceser de la Région ALPC : oui mais au budget

    Lire

    Le CESER d'ALPC tout en approuvant le projet de budget considère comme essentiel que le Conseil régional conserve son rôle d’animateur du développement économique et social sur son territoire, en maintenant son action auprès du secteur associatif dans les domaines culturels et sportifs. Par ailleurs, "le CESER attire l’attention sur l’annonce par la Région d’une baisse structurelle des dépenses de fonctionnement. Cette stratégie aura des conséquences sur les politiques économiques, sociales et environnementales alors que les dépenses d’intervention sont souvent créatrices de richesse et d’emploi."

  • 25/05/16 | Un prix pour développer la langue occitane

    Lire

    L'Office Public de la Langue Occitane lance le Prix Jan Moreu sur l’innovation linguistique. Celui-ci récompense un projet exemplaire et innovant en termes d'actions, de produits ou services sur le thème de la transmission ou de l’utilisation de la langue occitane (événementiel, produit numérique, action de sollicitation ou sensibilisation de la population, outil pédagogique etc.)La candidature est ouverte aux personnes morales ou physiques majeures. Ce prix est doté d'une récompense pouvant aller jusqu'à 5 000 €. Renseignements sur ofici.occitan@gmail.com

  • 25/05/16 | Le moustique tigre surveillé dans les Pyrénées-Atlantiques

    Lire

    Une surveillance du moustique tigre a été mise en place jusqu'au 30 novembre dans les Pyrénées-Atlantiques qui sont classées au niveau 1 du plan national anti-dissémination des virus du chikungunya, de la dengue et du Zika. Ce niveau signifie que le moustique Aedes albopictus est implanté et actif dans le département. Le plan d'action mis en place par les pouvoirs publics comprend une veille citoyenne permettant à chacun de signaler la présence de ce moustique sur www.signalement-moustique.fr , ainsi qu'une surveillance entomologique et épidémiologique.

  • 25/05/16 | Feu vert pour la LGV Bordeaux-Toulouse-Dax

    Lire

    La section travaux publics du Conseil d'État a donné ce mercredi son feu vert pour le projet de LGV entre Bordeaux, Toulouse et Dax. Le Secrétaire d'État aux Transports, Alain Vidalies, a assuré que le projet allait être déclaré d'utilité publique avant le 8 juin prochain. Plusieurs études seront nécessaires avant que le chantier, qui est pour l'instant estimé à plus de 9 milliards d'euros (360 kilomètres de ligne nouvelle), ne démarre officiellement, pas avant 2020.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Economie | Edouard Martin, figure du syndicalisme ouvrier, était l'invité de la FDSEA de la Dordogne

29/11/2013 | Pour ses premières assises du syndicalisme, les agriculteurs périgourdins avaient invité le leader de la lutte des sidérurgistes d'Arcelor Mittal à Florange.

Edouard Martin, leader du syndicalisme ouvrier était en Dordogne ce jeudi

Edouard Martin, pilier de la protestation contre la fermeture des hauts fourneaux de Florange, en Moselle, a rendu visite ce 28 novembre aux agriculteurs périgourdins. La FDSEA organise jusqu'à demain ses premières assises du syndicalisme. Pour qui ? Pour quoi s'engage t-on ?. Edouard Martin, devenu un symbole de lutte sans fin contre les tout puissants a fait part de son engagement, de ses motivations, de ce qui l'anime dans sa lutte. Edouard Martin estime que les Français méconnaissent l'agriculture et que les agriculteurs doivent faire preuve de pédagogie vis-à-vis de nos concitoyens.

Une figure du syndicalisme ouvrier au milieu d'une assemblée d'agriculteurs : l'image peut surprendre. Mais Edouard Martin, qui s'est illustré contre la fermeture de l'usine de Florange, en Moselle était en Dordogne ce jeudi après midi. "La FDSEA de la Dordogne a beaucoup insisté pour que je me rende à ces premières assises. J'ai hésité, j'ai eu peur d'un piège. J'avais pas mal de clichés à l'esprit et finalement j'ai accepté. L'agriculture et l'industrie étaient les deux pilliers de la reconstruction de la France de l'après guerre. Aujourd'hui, ces deux pans de l'économie sont oubliés au nom du produire moins cher. Il y a de moins en moins d'agriculteurs, de moins en moins de sidérurgistes."  Pendant plus d'une heure, Edouard Martin, figure du syndicalisme ouvrier, ne connaissant rien à la production agricole est venu témoigner de son combat, de celui d'une poignée de sidérurgistes qui a refusé la fermeture de leur usine.
"La fermeture, c'était la mort de la vallée. Nous n'avions pas le droit de baisser les bras, au nom des générations futures." Edouard Martin a aussi raconté ses moments de doutes, a subi parfois le désaccord de ses collègues, des contres manifestations. Le combat contre la fermeture de l'usine a duré deux ans, c'est très long. "C'était le combat de la  sauvegarde d'un modèle social." Aujourd'hui les hauts fourneaux n'existent plus, plus de 600 salariés sont en voie de reclassement et ceux qui atteignaient l'âge de la retraite sont partis dans des conditions convenables. Six mois après l'arrêt des hauts fourneaux, l'usine n'est pas morte : elle emploie 2200 personnes pour la production d'un acier high tech pour l'industrie automobile. 

Faire preuve de pédagogie"L'agriculture et l'industrie ont en réalité beaucoup de points communs.  La richesse d'un territoire comme la France, c'est son agriculture et son industrie. Un pays sans agriculture et sans activité sidérurgique, c'est un pays qui se meurt. Il faut relancer les investissements en agriculture. Les Français méconnaissent la problématique des agriculteurs et ces derniers passent souvent pour des gens qui touchent uniquement des subventions de l'Europe. Pour sauver notre usine, nous avons sorti le conflit de notre usine. Nous sommes allés à la rencontre de la population de la vallée, puis nous avons médiatisé notre dossier. La campagne électorale nous y a beaucoup aidé. Je n'ai pas de solutiuon toute faite, mais je pense que les agriculteurs doivent sortir de leurs champs, de leurs exploitations pour expliquer ce qu'ils vivent. Les gens doivent comprendre que les agriculteurs entretiennent les paysages, qu'une famille d'agriculteurs, cela contribue au maintien d'un commerce et parfois d'une école dans un village. Les consommateurs, moi le premier doivent s'interroger sur leur manière de consommer. Ce fruit et ce légume que je consomme, d'où vient il ? de la ferme voisine ou d'ailleurs. Plusieurs agriculteurs ont évoqué le taux de suicide élevé, la baisse du la participation aux élections de la chambre d'agriculture, la lassitude. Edouard Martin a exhorté les agriculteurs à ne pas pas baisser les bras, le syndicalisme, c'est aussi se sentir moins seul." 

 

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Claude-Hélène Yvard

Partager sur Facebook
Vu par vous
370
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 28 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !