Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

19/06/18 : La Rochelle : Raphaël Glucksmann, Directeur du Nouveau magazine littéraire, sera au Musée maritime samedi 23 juin à 14h30 pour une rencontre avec le public sur le thème des relations entre océan et climat et les impacts du changement climatique.

18/06/18 : En raison de travaux de maintenance et d’entretien du pont d’Aquitaine, la rocade sera fermée entre les échangeurs 2 et 4, dans le sens extérieur, les nuits du 20 au 22 juin de 21h à 6h, et dans les 2 sens de circulation du 23 au 24 juin 22h à 18h

18/06/18 : Avec 28,1 M de touristes dont 24,7 M de touristes français accueillis et 175 M de nuitées dont 152 M par des voyageurs hexagonaux, la Nouvelle-Aquitaine est en tête des destinations les plus fréquentées des Français en 2017.

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.

Arte Flamenco 2018 - du 2 au 7 juillet - Mont de Marsan
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 19/06/18 | Thalys : de nouvelles lignes au départ de Bordeaux

    Lire

    C'est la compagnie ferroviaire Thalys qui l'a annoncé directement ce mardi 19 juin : un aller-retour par semaine, sans arrêt, entre Bordeaux et Bruxelles tous les samedi sera proposé à partir du mois de juin 2019. Deux autres allers-retours quotidiens ont aussi été annoncés à des échéances plus courtes. À compter d'avril 2019, vous pourrez donc voyager en Thalys au départ de Bordeaux vers Amsterdam, Rotterdam, Anvers, Bruxelles, Roissy et Marne-la-Vallée. Enfin, Thalys a annoncer la révision de ses 26 rames à horizon 2022.

  • 19/06/18 | L'hôtel de ville de La Rochelle renaît de ses cendres

    Lire

    Cinq ans après l'incendie qui l'a ravagé, l'hôtel de ville retrouve ses couleurs. Sa toute nouvelle toiture, couverte d'une bâche, sera découverte devant le grand public de 13h à 17h, le jeudi 21 juin. Plusieurs animations musicales sont prévues durant l'opération, dont 70 coquelicots géants et chantants dès la place de la Caille. Une fois le toit de l’Hôtel de Ville et ses ardoises visibles, resteront les arceaux métalliques du chapiteau qui seront retirés jusqu’au 15 août.

  • 18/06/18 | Bordeaux, ville hôte de la RoboCup

    Lire

    On l'a appris ce lundi : Bordeaux est officiellement la vile hôte de la prochaine RoboCup, la coupe du monde des robots, en 2020. Cette compétition rassemblera 45 pays, 450 équipes et 3500 participants. Elle se déroulera du 23 au 29 juin 2020, et le comité international de la RoboCup a affirmé que Bordeaux avait été choisie pour plusieurs raisons : les deux victoires successives de l'équipe bordelaise de Football humanoïde en 2016 et 2017, mais aussi l'union organisée entre la communauté scientifique et les partenaires institutionnels qui ont porté la candidature.

  • 18/06/18 | Bordeaux : réussite pour les vingt ans de la Fête du Vin

    Lire

    Elle s'est terminée sous la pluie ce lundi matin par la parade des grands voiliers : la Fête du Vin 2018 a donné ses premiers chiffres de fréquentation. On y apprend que 61 100 pass dégustation ont été vendus, soit "une augmentation de 26%" par rapport à 2014 et 2016. 520 000 dégustations ont été enregistrées sur les stands (+25%) et 18 000 visiteurs se sont rendus sur le stand de l'École du Vin de Bordeaux. Enfin, le site internet de la manifestation a réuni 217 000 visiteurs depuis le début de l'année dont 138 000 en juin. En 2016, 517 000 curieux avaient participé à la précédente édition pour 57 000 pass dégustation vendus.

  • 18/06/18 | Virginie Calmels limogée de la vice-présidence de LR

    Lire

    On l'a appris ce dimanche soir : Laurent Wauquiez, président des Républicains, a limogé Virginie Calmels de son poste de vice-présidente déléguée au profit de l'ancien ministre Jean Leonetti. La première adjointe d'Alain Juppé à la mairie de Bordeaux reprochait depuis plusieurs semaines la ligne politique de Laurent Wauquiez. Ce lundi, le maire de Bordeaux, Alain Juppé, a déclaré ne "pas se sentir concerné par ces turbulences internes. C’est à elle de voir maintenant dans quel cadre elle continuera son action politique". Une manière plus que mesurée de rebattre les cartes...

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Elevage laitier: La Fromagerie des Aldudes fonde ses espoirs sur l'actionnariat participatif

02/09/2015 | Via le crowdfunding, la Fromagerie des Aldudes ouvre son capital social à l'actionnariat participatif... Une question de survie pour les éleveurs de la Coopérative laitière du Pays basque.

La Fromagerie des Aldudes

Pour s’assurer la meilleure valorisation possible de leur lait et une maîtrise de leur production « de la fourche à la fourchette », les 103 éleveurs de la Coopérative laitière du Pays Basque ont décidé de prendre les choses en main sur la transformation et la commercialisation de leur production. Un pari à 6 M€ lancé en septembre 2012, qui s’est concrétisé, avec l’aide de nombreux acteurs publics et privés, par l’inauguration de la Fromagerie des Aldudes en février 2014. Mais, un peu moins de deux ans après l’ouverture, l’outil de production dont le flamboyant rouge basque trône au milieu de la verte vallée des Aldudes, n’est pas encore rentable. Une seule solution pour parvenir à son point de rentabilité : « écraser le poids des charges fixes en se développant ». Mais voilà, les banques ne suivent plus. La coopérative, qui n’est pas en manque d’imagination a décidé de faire appel au financement et à l’investissement participatif pour passer le cap. Avec un objectif ambitieux : 1 M€.

De l’idée sur le papier à l’inauguration de la laiterie, en passant par la recherche de financements et la construction de l’outil, il aura fallu un an et demi. Ajoutez six mois de plus pour la création et la mise la mise au point de produits innovants, tels que le fromage de brebis à pâte molle affinée, des pétales de fromages frais au miel ou encore du beurre au piment d’Espelette (voir notre vidéo réalisée lors du Salon de l’agriculture d’Aquitaine), pour compléter la production plus classique de lait, beurre ou de la traditionnelle tomme de brebis AOP Ossau-Iraty, vous obtenez un démarrage effectif de la structure, en un peu moins de deux ans.

Difficile étape de la commercialisation Pourtant, reconnaît André Iribarne, le Président de la coopérative, « au regard du projet initial, il est vrai ambitieux, nous avons aujourd’hui un an de retard sur ce qui était prévu ». La faute à la lente et difficile étape de la commercialisation notamment auprès des grandes enseignes. « Nous sommes petits et n’avons pas les forces commerciales des grands industriels », expliquent les producteurs. Pourtant si cela a pris plus longtemps que prévu, les produits 100 % Pays basque de la laiterie sont désormais référencés (sous les marques Etxaldia ou Aldarri selon les produits) dans un grand nombre de super et hypermarchés en Pays Basque, dans une trentaine sur l’ouest de la France, dans une trentaine dans le Sud, ainsi que chez plusieurs crémiers-affineurs du Sud-Ouest. Mais du travail reste encore à faire en la matière...

Affinage des fromages (brebis, vache et mixte) à pâte pressée de la Fromagerie des Aldudes

Pour autant le retard est là et même si une année, « ça n’est pas tant que ça, ça pèse tout de même en terme de trésorerie », explique le Président de la Coopérative. Pour tenter d’y faire face, les éleveurs, qui ne comptent pas leur temps en animation dans les supermarchés pour faire connaître leurs produits, ont déjà doublé leurs apports dans le capital social, et ont accepté un report de paye de lait de 4 mois pour « faire tampon » sur les finances de la fromagerie. Mais ces efforts importants ne sont pas suffisants pour assurer la pérennité de l’activité de la fromagerie.
« Pour devenir rentable, il faut que la structure se développe et transforme, a minima 50 % de la production du lait de nos éleveurs, c’est l’objectif fixé pour 2016, même si à terme, c’est bien l’écoulement de 100 % de notre production de lait que l’on vise. Pour l’heure, seuls 20 % de cette production est transformée par la structure, nous devons aller plus loin. Pour ça, il faut développer l’outil, notamment par le développement de la force commerciale ». Coût de l’investissement nécessaire : 1 million d’euros, que la coopérative a choisi de récolter en faisant appel à la solidarité via la plate-forme de crowdfunding Bulb in Town.

« Devenir actionnaire de la Fromagerie des Aldudes » Un appel au financement participatif, qui se déroule sous deux formes. La première démarrée au mois d’août selon le principe du « don pour don » est déjà, clairement, une réussite. Cette campagne d’appel au don, en échange de contreparties allant de l’adoption d’une brebis à un week-end gastronomique au Pays basque en passant par un panier de produits de la fromagerie, se clôture dans un peu plus de 20 jours et à déjà permis de récolter 107 000 € au 2 septembre (et le chiffre progresse chaque jour) sur un objectif initial de 100 000 €. « Une campagne record pour une entreprise », note Alexandre Laing, cofondateur de la plate-forme Bulb in town. Autant dire un succès de bon augure, espère-t-on du côté de la coopérative, à l’heure du lancement de la deuxième phase de cette campagne.

Lancement de l'opération d'investissement participatif via le crowdfunding, en présence d'André Iribarne, président de la CLPB, Alexandre Laing (Bulb in town) et la députée Frédérique Espagnac

Celle-ci, lancée ce 1er septembre, pour une durée de 2 mois sur Bulb in town, vise cette fois bien plus gros (1 M€), et passe par une autre forme de financement participatif : celui de « l’investissement participatif » dans la fromagerie. Autrement dit, la Coopérative Laitière du Pays Basque propose à tous, personne physique ou entreprise, de « devenir actionnaire de la Fromagerie des Aldudes ». « Un investissement qui peut bénéficier d’une déduction de 18 % sur les impôts sur le revenu, et de 50 % sur l’ISF, avec un rendement annuel de 7 % », précise Alexandre Laing lors de la réunion de présentation du projet organisée ce 1er septembre dans les Aldudes. La prise de participation démarre à 300 €, avec un investissement bloqué pendant 7 ans.
Pour André Iribarne, qui se félicite que ce mode de financement soit en phase avec l’esprit de la coopérative, un des premiers enjeux est de réussir à ce que cette campagne démarre fort. « Nous avons une réunion début septembre avec des financeurs, si l’on peut montrer que l’on arrive à mobiliser les gens, ça nous permettrait de donner un beau signal, de rassurer tout le monde et de lâcher un peu la pression... »

« Ca va cartonner ! »Pour Frédérique Espagnac, Sénatrice des Pyrénées-Atlantiques totalement convaincue de l’exemplarité de ce projet qui, en 2 ans, est passé de 7 à 27 salariés (dont 18 sur le site), rappelle que « cette fromagerie a fait le pari de contrôler la chaîne de production de bout en bout, en s’inscrivant dans des démarches d’innovation et de qualité. Le lait de vache et les produits qui en sont issus sont certifiés “Bleu blanc cœur”, et les fromages de brebis à pâte pressés bénéficient de l’AOC-AOP Ossau-Iraty », précise-t-elle, « avant d’insister sur l’aventure d’abord humaine, mais aussi économique et sociale et qui a un très fort potentiel pour ce territoire rural. Et avec cette nouvelle forme de financements, ils sont plus prêts encore du citoyen ».

quelques uns des produits issus de la large gamme de la fromagerie des Aldudes

Côté citoyen, justement, Pello Gurruchaga, présent lors de la réunion, réfléchit sérieusement à participer à la campagne d’investissement, même si la période de blocage de 7 ans de l’investissement le freine un peu. « Bien sûr, le but ici n’est pas de gagner de l’argent, mais si possible, quand même, de ne pas en perdre trop non plus... » Pour autant, selon lui, le succès de la première étape du crowdfunding n’est pas une surprise. Originaire de la vallée, il est conquis par le projet et a d’ailleurs lui-même déjà contribué à la campagne de « don pour don ». « C’est un projet totalement en phase avec les attentes des gens : il s’agit d’une production locale et de qualité, qui permet de maintenir de l’élevage dans la vallée et de créer de l’activité... ça ne peut que cartonner ! » s’enthousiasme-t-il.

Un enthousiasme que les 103 familles d’éleveurs directement concernées par la réussite du projet ne peuvent qu’espérer être communicatif.

Lire aussi sur Aqui ! : Innovation en milieu rural, la Fromagerie des Aldudes nourrit les hommes et le kintoa

 

 

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
3953
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
thibout | 12/11/2015

Bonjour
je suis de Normandie mais je vous encourage dans votre projet et je souhaite que votre vente en ligne soit créer en 2016.
bon courage, amitiés

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !