aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

23/09/16 : Annulation du spectacle « Cabaret New Burlesque » programmé le mardi 11 octobre, au Théâtre Ducourneau, à Agen. Le producteur a déprogrammé la tournée européenne de ces artistes américains. Aucun autre spectacle ne sera programmé en remplacement.

23/09/16 : Elections au tribunal de Commerce d'Agen. 9 candidats en lice. Dépouillement prévu le 5 octobre à 9h30 et éventuellement, en cas de 2ème tour, le 18 octobre à 9h30.

23/09/16 : TEST TOEIC. Spécialisée dans l’enseignement des langues étrangères, la Maison de l’Europe47 à Agen organise une session de test TOEIC le mercredi 12 octobre de 14h à 17h. Plus d'infos au 05.53.66.47.59. Date limite d’inscription : le 26 septembre

22/09/16 : L'abeille et les problèmes auxquels elle est confrontée sont évoqués jusqu'au samedi 24 septembre lors de journées que le village Emmaüs de Pau-Lescar consacre à cet insecte à travers de multiples stands, animations et conférences.+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 26/09/16 | Chômage: Les chiffres en Nouvelle Aquitane

    Lire

    302 935 demandeurs sans aucune activité fin août: +0,7 % sur 3 mois: +2 051 personnes, +0,6 % sur un mois et -0,8 % sur un an. France: + 1,0 % sur 3 mois, +1,4 % sur un mois, -0,3 % sur un an. +1,2 % pour les moins de 25 ans (+2,0 % sur un mois et –4,7 % sur un an), +0,4 % pour ceux de 25 à 49 ans (+0,3 % sur un mois et –1,2 % sur un an) et de 1,1 % pour ceux de 50 ans ou plus (+0,5 % sur un mois et +2,5 % sur un an). Au total (ABC) 501 721 demandeurs: + 2,1 % sur un an. Par département: –1,0 % en Creuse et +1,8 % en Charente sur 3 mois et entre –1,1 % dans les Landes et +1,6 % en Charente sur un mois.

  • 26/09/16 | Alain Juppé : "les maires doivent s'efforcer de mieux accueillir les réfugiés"

    Lire

    Avant son conseil municipal, Alain Juppé, a appelé lundi les élus municipaux de tous bords à "faire des efforts" pour mieux accueillir les réfugiés "demandeurs d'asile" en France. Il s'oppose sur cette question, au Front national qui est hostile à tout accueil de réfugiés. M. Juppé a distingué les personnes en situation illégale qui "ont vocation à être reconduites à la frontière" et "les demandeurs d'asile". Pour ces derniers, "il faut évidemment éviter cette forte concentration à Calais".

  • 25/09/16 | La Rochelle : le Grand Pavois ouvre ses portes mercredi

    Lire

    Du 28 septembre au 3 octobre le port des Minimes accueille le Grand Pavois, l'occasion de découvrir 750 bateaux, dont 300 à flot, issus de 35 pays. Parmi elles, les dernières créations des maisons Bénéteau et Fountaine-Pajot. Plusieurs navigateurs et leurs embarcations sont attendus comme Damien Seguin, médaillé en voile aux derniers JO paralympiques. Médaillée à Rio, la véliplanchiste Charline Picon, sera la marraine de cette édition. Parmi les nouveautés : un espace dédié aux bateaux de patrimoine plus grands, de la sensibilisation à la sauvegarde des océans,la présence de WWF France et une étape de la coupe de France de Stand Up Paddle.

  • 25/09/16 | Des rencontres agricoles innovantes

    Lire

    Agrobio47 organise du 3 au 21 octobre des rencontres partout en Aquitaine pour permettre aux agriculteurs de découvrir de nouvelles techniques alternatives. En Lot-et-Garonne, ça se passera le 3 octobre de 9h à 17h, avec un rallye verger ponctué de visites et de témoignages d'agriculteurs convertis en arboriculture bio à Aiguillon et Fauillet. Et puis le 11 octobre, de 9h à midi, une matinée d'échanges est proposée avec pour thème « Commercialiser mes légumes biologiques en circuit long ».

  • 24/09/16 | Prolongement de l'exposition « Gérard Fromanger annoncez la couleur ! » à Agen

    Lire

    Prolongement jusqu'au dimanche 16 octobre à l'église des Jacobins à Agen. L’artiste sera également présent à Agen les vendredi 14 octobre et samedi matin 15 octobre. Au programme notamment le vendredi 14, à 18h30, la projection du film "En suivant la piste Fromanger", au Studio Ferry. Et le samedi matin 15 octobre, ouverture exceptionnelle des Jacobins de 10h à 12h, car Gérard Fromanger sera présent aux Jacobins pour vous rencontrer et dédicacer les catalogues.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Economie | Elevage laitier: La Fromagerie des Aldudes fonde ses espoirs sur l'actionnariat participatif

02/09/2015 | Via le crowdfunding, la Fromagerie des Aldudes ouvre son capital social à l'actionnariat participatif... Une question de survie pour les éleveurs de la Coopérative laitière du Pays basque.

La Fromagerie des Aldudes

Pour s’assurer la meilleure valorisation possible de leur lait et une maîtrise de leur production « de la fourche à la fourchette », les 103 éleveurs de la Coopérative laitière du Pays Basque ont décidé de prendre les choses en main sur la transformation et la commercialisation de leur production. Un pari à 6 M€ lancé en septembre 2012, qui s’est concrétisé, avec l’aide de nombreux acteurs publics et privés, par l’inauguration de la Fromagerie des Aldudes en février 2014. Mais, un peu moins de deux ans après l’ouverture, l’outil de production dont le flamboyant rouge basque trône au milieu de la verte vallée des Aldudes, n’est pas encore rentable. Une seule solution pour parvenir à son point de rentabilité : « écraser le poids des charges fixes en se développant ». Mais voilà, les banques ne suivent plus. La coopérative, qui n’est pas en manque d’imagination a décidé de faire appel au financement et à l’investissement participatif pour passer le cap. Avec un objectif ambitieux : 1 M€.

De l’idée sur le papier à l’inauguration de la laiterie, en passant par la recherche de financements et la construction de l’outil, il aura fallu un an et demi. Ajoutez six mois de plus pour la création et la mise la mise au point de produits innovants, tels que le fromage de brebis à pâte molle affinée, des pétales de fromages frais au miel ou encore du beurre au piment d’Espelette (voir notre vidéo réalisée lors du Salon de l’agriculture d’Aquitaine), pour compléter la production plus classique de lait, beurre ou de la traditionnelle tomme de brebis AOP Ossau-Iraty, vous obtenez un démarrage effectif de la structure, en un peu moins de deux ans.

Difficile étape de la commercialisation Pourtant, reconnaît André Iribarne, le Président de la coopérative, « au regard du projet initial, il est vrai ambitieux, nous avons aujourd’hui un an de retard sur ce qui était prévu ». La faute à la lente et difficile étape de la commercialisation notamment auprès des grandes enseignes. « Nous sommes petits et n’avons pas les forces commerciales des grands industriels », expliquent les producteurs. Pourtant si cela a pris plus longtemps que prévu, les produits 100 % Pays basque de la laiterie sont désormais référencés (sous les marques Etxaldia ou Aldarri selon les produits) dans un grand nombre de super et hypermarchés en Pays Basque, dans une trentaine sur l’ouest de la France, dans une trentaine dans le Sud, ainsi que chez plusieurs crémiers-affineurs du Sud-Ouest. Mais du travail reste encore à faire en la matière...

Affinage des fromages (brebis, vache et mixte) à pâte pressée de la Fromagerie des Aldudes

Pour autant le retard est là et même si une année, « ça n’est pas tant que ça, ça pèse tout de même en terme de trésorerie », explique le Président de la Coopérative. Pour tenter d’y faire face, les éleveurs, qui ne comptent pas leur temps en animation dans les supermarchés pour faire connaître leurs produits, ont déjà doublé leurs apports dans le capital social, et ont accepté un report de paye de lait de 4 mois pour « faire tampon » sur les finances de la fromagerie. Mais ces efforts importants ne sont pas suffisants pour assurer la pérennité de l’activité de la fromagerie.
« Pour devenir rentable, il faut que la structure se développe et transforme, a minima 50 % de la production du lait de nos éleveurs, c’est l’objectif fixé pour 2016, même si à terme, c’est bien l’écoulement de 100 % de notre production de lait que l’on vise. Pour l’heure, seuls 20 % de cette production est transformée par la structure, nous devons aller plus loin. Pour ça, il faut développer l’outil, notamment par le développement de la force commerciale ». Coût de l’investissement nécessaire : 1 million d’euros, que la coopérative a choisi de récolter en faisant appel à la solidarité via la plate-forme de crowdfunding Bulb in Town.

« Devenir actionnaire de la Fromagerie des Aldudes » Un appel au financement participatif, qui se déroule sous deux formes. La première démarrée au mois d’août selon le principe du « don pour don » est déjà, clairement, une réussite. Cette campagne d’appel au don, en échange de contreparties allant de l’adoption d’une brebis à un week-end gastronomique au Pays basque en passant par un panier de produits de la fromagerie, se clôture dans un peu plus de 20 jours et à déjà permis de récolter 107 000 € au 2 septembre (et le chiffre progresse chaque jour) sur un objectif initial de 100 000 €. « Une campagne record pour une entreprise », note Alexandre Laing, cofondateur de la plate-forme Bulb in town. Autant dire un succès de bon augure, espère-t-on du côté de la coopérative, à l’heure du lancement de la deuxième phase de cette campagne.

Lancement de l'opération d'investissement participatif via le crowdfunding, en présence d'André Iribarne, président de la CLPB, Alexandre Laing (Bulb in town) et la députée Frédérique Espagnac

Celle-ci, lancée ce 1er septembre, pour une durée de 2 mois sur Bulb in town, vise cette fois bien plus gros (1 M€), et passe par une autre forme de financement participatif : celui de « l’investissement participatif » dans la fromagerie. Autrement dit, la Coopérative Laitière du Pays Basque propose à tous, personne physique ou entreprise, de « devenir actionnaire de la Fromagerie des Aldudes ». « Un investissement qui peut bénéficier d’une déduction de 18 % sur les impôts sur le revenu, et de 50 % sur l’ISF, avec un rendement annuel de 7 % », précise Alexandre Laing lors de la réunion de présentation du projet organisée ce 1er septembre dans les Aldudes. La prise de participation démarre à 300 €, avec un investissement bloqué pendant 7 ans.
Pour André Iribarne, qui se félicite que ce mode de financement soit en phase avec l’esprit de la coopérative, un des premiers enjeux est de réussir à ce que cette campagne démarre fort. « Nous avons une réunion début septembre avec des financeurs, si l’on peut montrer que l’on arrive à mobiliser les gens, ça nous permettrait de donner un beau signal, de rassurer tout le monde et de lâcher un peu la pression... »

« Ca va cartonner ! »Pour Frédérique Espagnac, Sénatrice des Pyrénées-Atlantiques totalement convaincue de l’exemplarité de ce projet qui, en 2 ans, est passé de 7 à 27 salariés (dont 18 sur le site), rappelle que « cette fromagerie a fait le pari de contrôler la chaîne de production de bout en bout, en s’inscrivant dans des démarches d’innovation et de qualité. Le lait de vache et les produits qui en sont issus sont certifiés “Bleu blanc cœur”, et les fromages de brebis à pâte pressés bénéficient de l’AOC-AOP Ossau-Iraty », précise-t-elle, « avant d’insister sur l’aventure d’abord humaine, mais aussi économique et sociale et qui a un très fort potentiel pour ce territoire rural. Et avec cette nouvelle forme de financements, ils sont plus prêts encore du citoyen ».

quelques uns des produits issus de la large gamme de la fromagerie des Aldudes

Côté citoyen, justement, Pello Gurruchaga, présent lors de la réunion, réfléchit sérieusement à participer à la campagne d’investissement, même si la période de blocage de 7 ans de l’investissement le freine un peu. « Bien sûr, le but ici n’est pas de gagner de l’argent, mais si possible, quand même, de ne pas en perdre trop non plus... » Pour autant, selon lui, le succès de la première étape du crowdfunding n’est pas une surprise. Originaire de la vallée, il est conquis par le projet et a d’ailleurs lui-même déjà contribué à la campagne de « don pour don ». « C’est un projet totalement en phase avec les attentes des gens : il s’agit d’une production locale et de qualité, qui permet de maintenir de l’élevage dans la vallée et de créer de l’activité... ça ne peut que cartonner ! » s’enthousiasme-t-il.

Un enthousiasme que les 103 familles d’éleveurs directement concernées par la réussite du projet ne peuvent qu’espérer être communicatif.

Lire aussi sur Aqui ! : Innovation en milieu rural, la Fromagerie des Aldudes nourrit les hommes et le kintoa

 

 

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
1783
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
thibout | 12/11/2015

Bonjour je suis de Normandie mais je vous encourage dans votre projet et je souhaite que votre vente en ligne soit créer en 2016. bon courage, amitiés

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 28 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !