Devenez actionnaire d'aqui.fr

21/01/22 : Hermione Académie, la mission formation de l’Association Hermione – La Fayette réunit désormais plusieurs formations: le cycle « Savoir-être, savoir-faire, savoir agir », les séminaires « Esprit d’équipage » et le programme « Engagement citoyen ».+ d'info

21/01/22 : Du 27 janvier au 31 mars, un centre de dépistage du Covid-19 va être installé au pied du Château Diable à Cenon. De 13h à 16h, sur rdv la population pourra réaliser des tests antigéniques. Les rdv doivent être pris sur Doctolib.

20/01/22 : En Dordogne, la disparition de Gaspard Ulliel, hier à l'âge de 37 ans, laisse le souvenir d'un jeune homme charmant et sympathique. L'acteur avait tourné "Jacquou le Croquant" en Dordogne. L'avant-première avait eu lieu à Montignac en janvier 2007.

19/01/22 : Bayonne lance la seconde édition de son budget participatif doté de 300 000 euros. Dès 9 ans, les habitants proposent des projets liés au vivre ensemble et au développement durable. Ils sont sélectionnés et soumis au vote. Puis la Ville réalise!+ d'info

17/01/22 : Le 22 mars, c'est à Cognac en Charente que se tiendra la première cérémonie des nouveaux étoilés du Guide Michelin en région. L'occasion, selon le guide rouge, de mettre en lumière “une ville et un territoire qui témoignent de l’excellence française”.

12/01/22 : Ce 12 janvier, le centre de vaccination de Pau ouvre 2 lignes de vaccination pour les enfants de 5 à 11 ans. Soit une capacité de 60 rendez-vous pédiatriques journaliers. La présence d'un des 2 parents est obligatoire pour répondre au questionnaire médica+ d'info

10/01/22 : Les Pyrénées-Atlantiques sont placés en vigilance rouge crues depuis hier. Les tronçons du Gave d'Oloron, Gave de Pau Béarnais ou encore du Saison risquent de vivre ce lundi des crues comparables voire supérieures à celles, record, de décembre 2021.

10/01/22 : Les Pyrénées-Atlantiques sont placés en vigilance rouge pluies et inondations depuis hier. Entre dimanche et lundi, on attend des cumuls de 50 à 80 mm en plaine, 100 à 130 mm sur les premiers contreforts, vallées et piémont, 150 à 250 mm en montagne.

07/01/22 : Football: le Bergerac Périgord Football club, dernier club aquitain en lice, devra se délocaliser pour recevoir l’AS Saint-Étienne en 8es de finale de la Coupe de France. Le match aura lieu au stade Francis-Rongiéras de Périgueux, le 30 janvier.

06/01/22 : START-UP : Les acteurs technologiques et innovants de Nouvelle-Aquitaine ont levé plus de 280 millions d'euros en 2021. Un record historique confirmé au 4ème trimestre avec 11 opérations et un peu plus de 28M€ levés.

06/01/22 : Le musée des Beaux-Arts de Libourne annonce une bonne nouvelle en ce début d'année : l'exposition "Toulouse-Lautrec, la naissance d’un artiste" qui aurait du s'achever au 9 janvier, joue les prolongation jusqu’au 16 janvier 2022 ! A voir!+ d'info

06/01/22 : Pyrénées-Atlantiques - Céline Dumerc, manager générale et ancienne capitaine de l’équipe de France féminine de basket vient d'être nommée Chevalier de l'ordre national de la Légion d'honneur au titre de la promotion civile du 1er janvier 2022.

02/01/22 : Coupe de France : Bergerac est en huitièmes de finales de Coupe de France de football. Les Bergeracois ont remporté leur match face à Créteil aux tirs au but (5 à 4). Au tour précédent, ils avaient battu Metz pensionnaire de ligue 1 aux tirs au but.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/01/22 | SNCF Réseau annonce un trafic régional "très perturbé" lundi

    Lire

    Du 23 janvier 19h au 25 janvier 8h, de fortes perturbations sont à prévoir sur le réseau ferroviaire suite à un mouvement social des aiguilleurs de la SNCF en Nouvelle-Aquitaine. Le trafic sera très perturbé lundi au sud de Poitiers. Quelques circulations seront assurées sur la LGV entre Paris et Bordeaux durant la journée de lundi mais aucune au sud de Bordeaux. Le trafic régional sera quant à lui très faible.

  • 21/01/22 | Unités de méthanisation et de méthanation de Lescar: le chantier démarre

    Lire

    Sur le site Cap Ecologia à Lescar, près de Pau, l'ambitieux projet de transformation de l'usine de dépollution des eaux usées en unité de production de ressources énergétiques décarbonées démarre aujourd'hui avec la pose des premières pierres des usines de méthanisation et de méthanation du projet pensé par Suez. Les boues permettront de produire du biométhane, du biochar, du compostage mais aussi indirectement du méthane de synthèse... Objectif a terme de cet équipement: réduire les émissions de CO² de l'agglomération de 550 t/an.

  • 21/01/22 | À Brive, il va y avoir du sport !

    Lire

    Afin de s’immiscer dans l’aventure des Jeux Olympiques de Paris qui se dérouleront en 2024, la ville de Brive et son Agglo ont obtenu les labels « Terre de Jeux 2024 » et « Centre de Préparation aux Jeux ». C’est l’occasion pour la ville corrézienne d’accueillir des délégations et clubs français et étrangers, en plus d’organiser des manifestations sportives importantes comme le meeting national d’Athlétisme qui se déroulera le 12 juin prochain. Plus d’infos sur http://www.brive.fr/

  • 21/01/22 | En Dordogne, les dépenses sociales grimpent

    Lire

    Le débat des orientations budgétaires du Département de la Dordogne a mis en lumière la forte hausse des dépenses sociales. Elles sont en augmentation de 4,5 % par an, soit 11 M€. Ce sont le RSA et le secteur de l'aide sociale à l'enfance qui enregistrent les plus fortes augmentations. L'Etat ne compense pas intégralement. En 2021, les dépenses sociales en Dordogne ont représenté 258 M€. Elles devraient atteindre 273 M€ cette année, soit une progression de 6 %.

  • 20/01/22 | H5N1 : face à sa diffusion, la stratégie de lutte s'intensifie encore

    Lire

    Le ministère de l'agriculture vient d'annoncer « le dépeuplement préventif de toutes les volailles et palmipèdes d’une zone géographique caractérisée par de nombreux foyers est désormais nécessaire au-delà des mesures actuelles visant l’élimination des foyers et le dépeuplement préventif autour des foyers ». 226 communes (39 dans le Gers, 161 dans les Landes et 26 dans les Pyrénées-Atlantiques), sont concernées, soit environ 1,5 million d’animaux, en plus des 1,5 million déjà dépeuplés. Consultée sur ces mesures, c'est « un nouveau traumatisme pour la filière avicole », assure la profession.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Elise Martimort a plus d’une bobine dans son sac

30/08/2021 | La griffe de la créatrice : travailler avec des matières éco-responsables pour créer ses robes de mariée, mais désormais aussi des robes de soirée, en quantité très limitée.

Au rez-de-chaussé, la boutique bordelaise d'Elise Martimort accueille un concept-store mettant en valeur le travail de petits créateurs éco-responsables

Elise Martimort a implanté sa "Maison de mariée" en plein coeur du centre historique de Bordeaux. Depuis juin 2019, cet immeuble est consacré à l’univers du mariage. Différents espaces conçus pour que les futures mariées bénéficient d’une expérience unique et d’une robe sur-mesure. La créatrice parisienne travaille uniquement avec des matériaux écoresponsables et les chutes de tissus sont destinées aux écoles de mode de Bordeaux ou à des troupes de théâtre. Bousculée par le Covid, elle a su faire face et lance un nouveau projet : une collection de robes de soirée, de cérémonie et de gala.

Au centre historique de Bordeaux, au coeur de la rue Buhan, la Maison de mariée d’Elise Martimort se démarque. Dans cet immeuble en pierres, le rez-de-chaussée est dédié à différents acteurs du mariage, « qui sont des petits créateurs éco-responsables, parce que nous avons vraiment cette charte-là », explique la créatrice. D’ailleurs, les chutes de tissus de la maison finissent dans des écoles de mode bordelaises ou dans des troupes de théâtre. Un espace de visibilité pour ces anciennes mariées ou prestataires de longue date. Bijoux, couronnes, accessoires, lingerie, vaisselle, décoration… tout ce dont une mariée peut avoir besoin, elle le trouvera.

Elise Martimort, dans sa combinaison ample, nous emmène au premier étage. Ici se trouve le showroom d’essayage où robes de mariées, canapés et fauteuils en velours, bustes, décorent la pièce. Il faut encore monter d'un étage pour découvrir l’atelier de confection. Machines à coudre, pôle broderie, table de coupe et patronage, robe en cours de livraison, tout y est pour confectionner des robes de mariée sur-mesure. Mais tout est fait aussi pour que les futures mariées bénéficient d’une expérience 360 degrés.

AU rez-de-chaussé, la boutique d'Elise Martimort accueille un concept store mettant en valeur le travail de petits créateurs éco-responsables
Au rez-de-chaussé, la boutique bordelaise d'Elise Martimort accueille un concept-store mettant en valeur le travail de petits créateurs éco-responsables



Au troisième et dernier étage, un espace de bureau partagé pour que les prestataires du mariage viennent travailler. « C’est souvent des personnes qui bossent de chez eux, et au final ils arrivent pas a bosser. Moi je crois beaucoup en l’innovation artistique donc j’avais envie de créer un espace de co-working spécial mariage », confie Elise Martimort. S’ajoute à cela l’espace « cocon », qui est conçu pour que les mariées et leurs prestataires ( wedding planner, photographe etc…) puissent échanger en toute tranquillité et intimité. En clair, tout est pensé et rien n’est laissé au hasard.

Un savoir-faire unique
Comment on arrive à créer une maison de robe de mariées ? Avec l’ambition, le savoir-faire et la volonté d’Elise Martimort. Tout commence il y a huit ans. « Je n’avais pas vocation à faire beaucoup de robes. Je pensais en faire peu, dix par an ça m’allait bien. » Mais très vite, le fait de travailler avec des matières éco-responsables fait grimper la cote de popularité de la créatrice. Huit robes la première année, 42 la deuxième, pour atteindre la centaine dès la troisième année. La première difficulté est de trouver des fournisseurs français et des matières naturelles. « C’est un peu un challenge. Comme je viens de la haute couture, la technique je l’avais, la difficulté numéro une, c’était de trouver les matières. »

Beaucoup de ses clientes sont parisiennes. « Elles me demandaient où me trouver à Paris et j’ai commencé à répondre « ligne 8 ou 13, vous prenez un bouquin, en 2h vous êtes là, on vous récupère » et ça a très bien marché », se remémore-t-elle, le sourire aux lèvres. Rapidement, les locaux deviennent trop petits. Si elles ont commencé à travailler à deux, elles se retrouvent rapidement à six et ont besoin davantage d’espace pour créer.

Le savoir-faire unique d'Elise Martimort et son équipeL’atelier de confection: machines à coudre, pôle broderie, table de coupe et patronage, robe en cours de livraison, tout y est pour confectionner des robes de mariée sur-mesure

Au vu des nombreuses demandes de parisienne, elle décide de s’installer à Paris en septembre 2018. Avec les partenaires avec lesquelles elle a l’habitude de travailler, elles se regroupent et s’implantent rue Saint-Honorée. « On échange nos clientes, ça permet de faire connaître tout le monde et la cliente, au lieu de faire quinze essayages, elle rencontre tout le monde et tout est prêt ». Avec un emplacement, plutôt pas mal ! « On a Chanel comme voisin, Dior sur le palier, dit-elle en riant. On a tous les hôtels de luxe dans un périmètre de 50 mètres car tous les palaces sont sectorisés. Les concierges nous envoient leur clientèle internationale sur des robes d’exceptions. Donc on a une belle adresse ».

Plus forte que le Covid

Le showroom d'essayage  au premier étage de la boutique d'Elise Martimort

Alors l’idée de faire la même chose à Bordeaux traverse l’esprit de la créatrice. Avec une volonté de faire encore mieux et plus grand. C’est comme cela qu’on termine au 16 de la rue Buhan.

Diplômée de nouvelle couture à l’école ESMOD à Paris, Elise Martimort s’est vue rattrapée par le Covid. « Qui dit sur mesure, dit service irréprochable et dit s’adapter à toutes les situations. Quand la mariée tombe enceinte, on s’adapte et avec le Covid on a fait la même chose. » Et au début, ça passe par des journées de huit heures au téléphone pour rassurer les futures mariées. « L’été dernier, on a fait 70 mariages. Deux fois moins que d’habitude, mais on l’a quand même fait ! »

Mais de cette crise sanitaire, une volonté qui était enfouie dans son esprit resurgit. « On s’est rendu compte qu’on faisait du mono produit. Et dans une situation sanitaire un peu extrême où le mariage n’est plus, notre métier, on ne sait plus trop quoi en faire. Ça fait longtemps qu’on voulait ouvrir une ligne à l’international ».
Un nouveau projet en collaboration avec la Région, qui verra le jour l’hiver prochain. Une collection de robes de soirée/cérémonie/gala, qui a vocation de partir à l’international. A Dubaï, au Liban et aux Etats-Unis principalement. Une micro-collection qui ne connaitra pas de série. « On veut être davantage dans la créativité. On veut juste s’amuser et faire de très belles robes. On a les outils, la technique, le savoir-faire, l’équipe. Il nous manquait du temps et de la visibilité. » Voilà qui est fait ! Le Covid a été dur et n’aura pas ménagé Elise Martimort et son équipe. Mais elle a su faire face et avec envie et détermination, ce nouveau projet offre de belles perspectives à cette créatrice pleine de ressources.

Mélanie Philips
Par Mélanie Philips

Crédit Photo : Kewin Conin Jackson et Manza Studio

Partager sur Facebook
Vu par vous
5745
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !