Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 25/02/18 | Charente-Maritime et Deux-Sèvres font Chambres communes

    Lire

    Les deux Chambres d'Agriculture de Charente-Maritime et des Deux-Sèvres ont fusionné leurs services en janvier. En fait de fusion, il s'agit plus exactement d'une "mutualisation" de moyens à travers le regroupement des services. Les 180 agents des Deux-Chambres travaillent désormais pour les deux départements, de façon complémentaires : le 17 apportera son expertise en maraîchage au 79, qui apportera son expertise en élevage. L'accueil du public et les antennes locales ne changent pas.

  • 23/02/18 | Salon de l'Agriculture : trois personnalités régionales médaillées

    Lire

    Lors du salon de l'agriculture du 24 février au 4 mars, la Région Nouvelle-Aquitaine va récompenser 3 personnalités régionales promouvant le territoire : la viticultrice landaise Corinne Lacoste-Bayens, présidente de Qualité Landes ; l'éleveur deux-sévrien François Bonnet, président de la Fédération Régionale des Syndicats Caprins de Charentes-Poitou-Vendée ; Anne Alassane, chef du restaurant du Pôle de Lanaud (86), siège d'organismes intervenant dans la sélection de la race bovine limousine.

  • 23/02/18 | Les mesures de limitation de vitesse sont levées

    Lire

    Selon les données d’Atmo Nouvelle-Aquitaine transmises ce jour, l’épisode de pollution atmosphérique en Gironde est terminé. Le préfet de Gironde vient donc de lever les mesures de limitation de vitesse sur les routes et autoroutes du département qui ont été mises en place hier par arrêté préfectoral.

  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | En Aquitaine, coup de neuf sur l'Economie Sociale et Solidaire

31/10/2013 | Financement, développement et mutualisation sont les maître-mots de la nouvelle politique régionale en faveur de l'ESS et de l'Innovation Sociale.

Bérénice Delpeyrat-Vincent

La Région Aquitaine vient de mettre sur pied une nouvelle politique régionale en faveur de l'Economie Sociale et Solidaire (ESS) et de l'Innovation Sociale. Elle possède trois champs d'action : financement, développement et mutualisation. Elle a pour mission de renforcer le soutien financier aux associations, faciliter la reprise d'entreprise, inciter à la mutualisation de projets et aider à la promotion et au développement d'un modèle. Précisions de Bérénice Delpeyrat-Vincent, vice-présidente du Conseil régional d'Aquitaine, en charge de l'économie solidaire et de l'innovation sociale...

@qui ! : Pourquoi créer une nouvelle politique régionale en faveur de l'Economie Sociale et Solidaire et de l'Innovation Sociale ?
Bérénice Delpeyrat-Vincent : Tout simplement parce que l'ancienne politique intervenait surtout dans le secteur de l'insertion par des dispositifs pour certains expérimentaux et des appels à projet. Nous avons donc décidé de plancher sur une nouvelle politique avec les acteurs de terrain. Cette réflexion a duré deux ans et nous a conduits à un audit complet. Un Schéma de développement de l'ESS en Aquitaine a vu le jour ainsi qu'un règlement d'interventions pour faire ressortir ce qui existait déjà et les nouvelles mesures à mettre en place. Grâce à cela, nous avons pris conscience des besoins. Le budget de l'ESS a du coup été augmenté !

@ ! : Que représente l'ESS en Aquitaine ?
B. D-V : L'ESS en Aquitaine, c'est 11.000 organisations, 117.000 salariés, 2,5 milliards de salaires distribués avec plus d'un emploi privé sur huit de l'économie régionale, 82% d'associations avec près de 9.000 établissements et 88.000 salariés. C'est une économie non délocalisable, une économie réelle, à forte valeur ajoutée - humaine et d'implication - qui explore souvent des champs nouveaux d'où le lien avec l'innovation sociale.

@ ! : Quelles sont les caractéristiques de cette nouvelle politique ?
B. D-V : Cette nouvelle politique a trois champs d'action : financement, développement et mutualisation. Elle renforcera le soutien financier aux associations ayant du mal à accéder à des fonds financiers. Elle facilitera la reprise d'entreprise, par exemple de certains salariés désireux de reprendre une structure sous statut ESS. Elle incitera à la mutualisation de projets, d'association voire d'emploi pour consolider et du même coup développer les activités d'une structure. Elle aidera à la promotion et au développement d'un modèle, car nous sommes toujours dans une logique de partage, le côté collectif étant une valeur essentielle de l'ESS. Nous avons également souhaité ouvrir le volet de l'innovation sociale avec deux axes : recherche et action.

@! : Début novembre, une loi cadre sur l'ESS sera présentée au Sénat. Quelles seront ses grandes lignes ?
B. D-V : Cette loi donnera toute sa place à l'économie sociale et solidaire en l'inscrivant dans le paysage économique français. Dans cet esprit-là, elle incitera à la création de coopératives soit par la création, soit par la conversion. Elle reconnaîtra les acteurs qui la font vivre. Elle permettra aussi la transversalité des secteurs d'activité. Par exemple, nous travaillerons avec l’Éducation nationale pour que l'éducation à la coopération monte en puissance.

@! : En novembre débute le mois de l’économie sociale et solidaire. Quel est le but de cet événement ?
B. D.V : Cet événement a été créé pour donner de la visibilité à l'ESS, car quotidiennement nous sommes confrontés à cette économie sans le savoir forcément. La garderie de votre enfant, la maison de retraite de votre aïeul, votre mutuelle, ... , l'ESS est omniprésente ! Il ne faut pas oublier que c'est l'ESS qui a créé, il y a plus d'un siècle et demi, l'esprit coopératif, nos caisses de retraites, de santé... Durant ce mois de novembre, j'invite donc chacun à regarder autour de soi, à porter un regard différent sur le monde associatif, à se rendre dans des structures d'insertion, à découvrir une AMAP... Durant ces temps de rencontres naîtront, sans doute, des projets qui prendront tout leur sens en Aquitaine.

Sybille Rousseau
Par Sybille Rousseau

Crédit Photo : Hervé Lefebvre

Partager sur Facebook
Vu par vous
1969
Aimé par vous
2 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 28 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !