Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

15/08/18 : Charente: 6 communes viennent d'être reconnues en état de catastrophe naturelle, suite à des mouvements de terrains liés à la sécheresse, survenue entre janvier et juin 2017. Il s'agit de Balzac, Chalais, La Couronne, Fouquebrune, Linars et Nabinaud.

06/08/18 : Dominique Laurent, sous préfète de Bergerac depuis quatre ans, vient d'être nommée à ce même poste à Guingamp (22). Stéphanie Monteuil, sous préfète de Saint-Jean-d'Angely (17) lui succède et prendra ses fonctions le 27 août.

06/08/18 : Jean-Philippe Dargent vient d'être nommé sous-préêfet de Lesparre-Médoc en remplacement de Claude Gobin. Il est actuellement directeur à la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

04/08/18 : Le meeting aérien de Belvès(24), le 15 août, est maintenu. L’Aéroclub Belvès Périgord a pris la décision de ne pas annuler la manifestation, suite au décès de son président. Lundi Alain Valleron a trouvé la mort dans le crash du Cessna qu’il pilotait.

03/08/18 : Jean-Philippe DARGENT nommé le 31 juillet sous-préfet de Lesparre-Médoc prendra ses fonctions le 3 septembre. Il était directeur de la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques (64)

03/08/18 : Renforcement des mesures de limitation de prélèvements d’eau dans le 47 sur les cours d’eau non réalimentés. Ces restrictions impactent environ 2% de la surface agricole irriguée, 95% des surfaces irriguées bénéficiant de ressources en eau sécurisées

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 18/08/18 | Jürgen Essel en concert à La Réole

    Lire

    Privilège pour La Réole qui accueille le 26 août à 16h l'organiste allemand de renommée internationale Jürgen Essel en résidence dans le Réolais. Accueilli par les Amis de l’Orgue de La Réole l'organiste donnera un concert exceptionnel. Jürgen Essel est organiste, compositeur et enseignant à la prestigieuse école de Stuttgart. Interprète et improvisateur son répertoire s’étend de la musique ancienne jusqu’à la création de musique contemporaine. A son actif vingt enregistrements sur CD et des productions conjointes avec de grandes chaînes de radio (Entrée:libre participation) www.orgueslareole.com

  • 18/08/18 | Charente-Maritime : 7 communes reconnues en état de catastrophe naturelle

    Lire

    Suite aux fortes pluies du premier semestre 2018, l'Etat a reconnu 7 communes sinistrées en état de catastrophe naturelle - pour inondations et coulées de boues - publié au Journal Officiel du 15 août 2018 : Fléac-sur-Seugne, Pons, Bazauges, Chaillevette, Champagne, Léoville, Saint-Seurin-de-Palenne. Les sinistrés disposent d’un délai de 10 jours, à compter du 15 août 2018, date de publication de l’arrêté, pour déposer un état estimatif de leurs pertes auprès de leur compagnie d’assurance.

  • 16/08/18 | Charente : le festival de Confolens fête ses 60 ans

    Lire

    Le festival de danses folkloriques du monde de Confolens attire chaque année 100 000 visiteurs. Débutée le 13 aout, cette 60e édition se déroule jusqu'au 19 inclus, avec de nombreux spectacles costumés mais aussi des ateliers de danse ouvert au public. Parmi les pays les plus représentés cette année : la République Dominicaine, le Brésil, le Pérou, la Bolivie, la Moldavie et le Botswana. Onze groupes de nationalités différentes se produiront le dimanche soir pour la soirée de clôture.

  • 15/08/18 | Corrèze: l'agriculture au rdv du numérique

    Lire

    Le 25 août, lors de la 50e édition du Festival de l'élevage de Brive, la Chambre d'agriculture de la Corrèze lance un vaste plan de développement des usages numériques agricoles: AgriNumérik 19. Son objectif: mettre à disposition de tous les agriculteurs volontaires du territoire un smartphone avec des applications et services associés. Une initiative d'ampleur unique en France, sous le regard bienveillant d'Hervé Pillaud, membre du Conseil national du numérique et VP de la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire, invité de ce lancement.

  • 14/08/18 | EasyJet relie Paris et les pistes de ski

    Lire

    EasyJet vient de lancer une ligne Paris-Pau pour l’hiver 2019. L’aéroport de Pau proposera des navettes directes vers les pistes de ski, disponibles à la vente dès le 1er septembre, et la compagnie facilite le transport des équipements de ski. Deux vols quotidiens sont proposés et jusqu’à deux vols par jour les lundis, jeudis et vendredis.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Enquête: la seconde vie du bassin de Lacq

02/05/2013 | Dans les années à venir, seule une faible quantité de ce gaz, riche en soufre, continuera à être extraite du sous-sol pour être utilisée par les industriels locaux.

L'usine Toray Carbon Fibers et le site de Total à Lacq - photo aqui.fr

L’arrêt de la production de gaz a été anticipé depuis longtemps sur le bassin de Lacq. Malgré le retrait progressif de Total, ce territoire est en passe de maintenir une grande partie de ses emplois industriels

Après un demi-siècle d’activité, la production de gaz commercial du bassin de Lacq sera définitivement arrêtée le 15 octobre prochain. Rien ne se fera du jour au lendemain. Il faudra attendre le 31 décembre 2013 pour que l’ensemble des installations gérées par le groupe Total cessent de fonctionner. En attendant que sa filiale, la société Retia procède à leur démantèlement.

L’opération sera particulièrement complexe. « Nous devons extraire avec précaution les fluides présentant une dangerosité résiduelle : gaz, hydrocarbures, sulfure d’hydrogène » dit Michel Deixonne, le chef du département Méthodes Exploitation Projet , en charge du chantier. Une trentaine de salariés de Total renforcés par 200 agents d’entreprises extérieures seront mobilisés pour participer aux arrêts.

L’événement est historique. Découvert en 1951, le gaz de Lacq a vu sa production atteindre jusqu’à 33 millions de mètres cubes par jour, en faisant au passage la richesse économique de cette partie du Béarn, et en attirant de nombreuses entreprises chimiques. Là où on ne trouvait auparavant que des champs et des élevages, des milliers d’emplois ont été créés. En 1988, on en dénombrait 8 150 dans le seul secteur privé sur un territoire composé de 16 communes.

Une reconversion peu communeDans les années à venir, seule une faible quantité de ce gaz, riche en soufre, continuera à être extraite du sous-sol pour être utilisée par les industriels locaux. Tandis que l’avenir du bassin sera marqué par d'autres activités touchant, pour la plupart, à une activité de chimie fine.

Cette reconversion (pour éviter toute comparaison avec ce qui s’est passé à Florange, certains préfèrent le terme de ré-industrialisation) n’a pas attendu 2013 pour être amorcée. Le groupement d’intérêt public Chemparc, qui rassemble les décideurs et les acteurs socio-économiques de ce territoire, joue un rôle majeur depuis dix ans. Chacun de ses membres cherchant, au-delà des divergences, à atteindre un objectif commun : préserver et développer l’emploi.

La méthode a fonctionné. A tel point que, même si la prudence reste de mise dans les milieux politiques, syndicaux et industriels qui le composent, on peut parler, sinon de réussite, du moins d’exemple peu commun.

Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Voici trois ans, après que l’usine Acetex Chimie de Pardies ait été fermée pour des raisons de redéploiement mondial par le groupe américain Celanese, 350 postes ont été supprimés sur le bassin de Lacq, qui avait déjà connu l’hémorragie provoquée par la fermeture des usines Péchiney. Après ces chocs, le territoire comptait alors un peu plus de 7 700 emplois privés et commerciaux.

L'espoir d'un emploi maintenuDepuis cette période, l’arrêt programmé de l’exploitation du gaz commercial a amené Total à réduire ses effectifs de 40% sur le bassin en les faisant passer de 496 à 300 personnes. Fin 2013, il ne devrait rester sur place, que 120 « détachés » de Total, « dont environ les deux tiers poursuivront leur carrière à Pau, à Paris ou dans une filiale » précise le groupe pétrolier.

Passée une période transitoire où, reconnaît-on, le départ de Total se fera sentir, le bassin devrait cependant retrouver un équilibre pour revenir à un effectif d’environ 7 600 emplois, estiment les acteurs économiques.

Cette quasi « remise à niveau » doit beaucoup au travail effectué pour attirer de nouvelles entreprises dans ce cœur laborieux du Béarn où plusieurs grands projets ont émergé. La décision récente du groupe japonais Toray de construire à Lacq une unité de production de la matière première de la fibre de carbone en est un exemple marquant.

(A suivre : Des projets tous azimuts)


Par

Crédit Photo : aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
1073
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !