Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

29/09/20 : A l'occasion de sa conférence de presse de rentrée, Jean-Jacques Lasserre, Président du Département des Pyrénées-Atlantiques, a annoncé sa candidature aux prochaines élections départementales prévues mars 2021.

28/09/20 : Une nouvelle opération de dépistage gratuit de la COVID-19 est en cours jusqu'au 30 octobre du lundi au vendredi de 8h30 à 12h30 à l'Arkéa Arena de Floirac. Cette opération s'adresse uniquement aux personnes prioritaires munies d’un justificatif.

28/09/20 : A Pau, l'édition 2020 de la manifestation culturelle "Les idées mènent le monde" qui aurait du se tenir les 20, 21 et 22 novembre prochains est reportée à 2021. En cause: la situation sanitaire et le bon respect des mesures de lutte contre l'épidémie.

27/09/20 : Sénatoriales Corrèze: Daniel Chasseing (les Indépendants) et Claude Nougein (LR) réélus.

27/09/20 : Sénatoriales Charente-Maritime : Corinne Imbert (LR) et Daniel Laurent (LR) retrouvent leur siège de sénateur avec 47,21% des voix. Remportant 28,51% des suffrages, Mickaël Vallet (PS) décroche le 3e siège. Il succède à Bernard Lalande (DVG - 21%).

27/09/20 : Sénatoriales Deux-Sèvres: Philippe Mouiller (LR) sortant réélu et Gilbert Favreau le président LR du conseil départemental élu au second tour.

27/09/20 : Sénatoriales Dordogne: deux sièges pour la gauche avec deux nouveaux élus: Marie-Claude Varaillas (communiste)groupe CRCE et Serge Mérillou élu dès le premier tour.

27/09/20 : Sénatoriales Charente: Nicole Bonnefoy (PS) réélue.

27/09/20 : Sénatoriales Creuse: Jean-Jacques Lozach (PS) réélu.

26/09/20 : Bernard Madrelle, ancien maire de Blaye et député socialiste de Gironde, est décédé un an après son frère Philippe Madrelle, ancien sénateur et président du conseil départemental.

23/09/20 : Après consultation du comité d’experts, la préfète des Landes a décidé qu'à compter de ce jour 14h00, la vigilance revient au niveau jaune pour les feux de forêt. Autrement dit une vigilance moyenne, au niveau 2 sur une échelle de 5.

22/09/20 : La Chambre d'agriculture de la Haute-Vienne va engager une procédure pour obtenir le statut de calamité sécheresse en raison du déficit en eau des derniers mois. Les agriculteurs bénéficieraient d’aides pour pallier la baisse de rendement en céréales.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 30/09/20 | La filière bois recrute

    Lire

    La Haute-Vienne, la Charente et la Creuse organisent du 1er au 16 octobre la quinzaine du bois. Cet évènement a pour but de présenter les besoins de recrutement des entreprises de la filière bois ainsi que les formations à ces métiers. Grâce aux visites d’entreprises, les demandeurs d’emplois et les personnes intéressées pourront découvrir les métiers et les offres d’emplois des entreprises locales. Pour participer à ces visites d’entreprises et découvrir cette filière, les participants doivent s'inscrire auprès des acteurs de l’emploi comme Pôle Emploi ou encore les Missions Locales.

  • 30/09/20 | La Rochelle : avancée sur le projet d'éco-quartier

    Lire

    Une étape importante dans la concertation sur le Programme de Renouvellement Urbain de Villeneuve-les-Salines est franchie ce mercredi avec l’installation, à la Maison du Projet, d’une maquette évolutive du futur quartier. Visible par les habitants, elle permettra de se projeter pour mieux comprendre et s’exprimer sur les différents axes du programme. Rappel du projet: www.aqui.fr/politiques/titre-un-quartier-populaire-requalifie-en-quartier-durable-a-la-rochelle,18138.html

  • 30/09/20 | 79 : La Chambre des Métiers et de l’Artisanat se refait une beauté

    Lire

    Le CFA des Deux-Sèvres, qui comporte 32 formations et 57 diplômes, va faire peau neuve. Le bâtiment existant va être rénové et 3 nouveaux vont être construits. Cette réhabilitation va permettre de renforcer l’attractivité du campus et d’adapter l’offre de formation au plus près des besoins du marché. Le Département des Deux-Sèvres soutient cette opération et invite les collégiens à découvrir ces métiers grâce à l’opération « Bravo les artisans ».

  • 30/09/20 | Concours agricole : inscriptions ouvertes pour l'agro-foresterie

    Lire

    En 2019, le Concours Général Agricole avait ouvert une nouvelle catégorie du Concours avec les Pratiques Agroécologiques, aux côté de la catégorie Prairies et Parcours. Les agriculteurs pratiquant l'agroforesterie sur les secteurs du Pays de gâtine et Haut val de sèvre en Deux-Sèvres et sur la Charente-Maritime peuvent s'inscrire à la prochaine édition jusqu'au 15 octobre 2020. Conditions: posséder au moins une parcelle avec une production associant l’arbre à l’agriculture. Rens.05 46 50 45 08.

  • 29/09/20 | Les Deux-Sèvres renforce leur engagement dans la protection de l’enfance

    Lire

    Le Département des Deux-Sèvres vient de contractualiser avec l’État et l’ARS pour la période 2020-2022 afin de garantir les mêmes chances et les mêmes droits à tous les enfants. Pour cela, ils vont travailler sur les axes suivants : agir le plus précocement possible pour répondre aux besoins des enfants et de leurs familles ; sécuriser le parcours des enfants protégés et donner aux enfants protégés les moyens d’agir.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Entreprise : comment réussir sa transmission? Réponse à Chaniers

04/11/2019 | Dans le cadre du mois de la transmission, @qui! a rencontré un arboriculteur qui a cédé sa boutique de producteurs à son fils, à Chaniers, près de Saintes.

Pascal et Bertrand dans la boutique de Chaniers

Le Marché du Maine Allain, une boutique de producteurs à Chaniers, fait partie des 1200 entreprises cédées l’an dernier en Nouvelle-Aquitaine. Dans la région comme ailleurs en France, la moitié des entreprises à transmettre ne trouvent pas preneurs. Une transmission bien anticipée, avec un dispositif d’aides adéquat, est pourtant souvent un gage de succès, comme l’atteste cette transmission au sein d’une même famille.

Chez les Gazeau, l’arboriculture est une tradition familiale depuis 4 générations. Pascal Gazeau a voulu aller plus loin que ses prédécesseurs, en développant un point de vente de ses fruits, idéalement situé sur la départementale entre Cognac et Saintes. « Mon objectif premier était de revendre la production non valorisable par l’industrie agro-alimentaire », explique-t-il. Au fils des ans, l’entreprise prend en charge toute la chaîne de production : la culture, le stockage, le conditionnement et la vente. D’autres producteurs locaux viennent petit à petit alimenter la boutique. L’an dernier, Pascal a commencé à penser à la transmission de son entreprise.

Après dix ans dans l’ingénierie industrielle, son fils Bertrand avait envie de reprendre l’activité. Il s’inscrit en BTS agricole production horticole à Angers, qu’il suit à distance. Une partie est financée par son crédit de formation continue. Bertrand met la main à la pâte tout de suite, sans passer par une phase de salariat ni d’apprentissage : « La meilleure façon d’apprendre, c’est  d’être sur le terrain », estime-t-il. Dès sa première année de reconversion, il rachète la partie boutique à son père. « J’avais un apport personnel de 20% et j’ai bénéficié d’une aide de la Région dans le cadre de l’appel à projet du dispositif « entreprendre », une aide à l’amorçage pour la reprise d’entreprise », explique-t-il. Bertrand le reconnaît, son apport lui a permis de décrocher un prêt auprès d’une banque et le fonds régional l’a aidé à investir dans des innovations pour son entreprise. « J’ai investi dans de la communication et du matériel pour augmenter la vente et la visibilité, dont des frigos pour mettre plus de viande », relate-t-il. La stratégie s’avère payante : « Nous avons terminé l’année avec un excédent de 1 000€. Sans cette aide, j’aurais sans doute fini à -7 000€ », estime-t-il. Il a également pu créer un poste supplémentaire à temps plein et tendu la main à d’autres producteurs locaux. Ils sont une soixantaine aujourd’hui à fournir la boutique. « Mon fils a apporté plein de choses nouvelles que je ne faisais pas », constate Pascal, qui a laissé le champ libre à son garçon après une phase d’adaptation.

Le trentenaire pense déjà à la suite : un projet de création de verger bio. « Mais le projet n’est viable que si l’entreprise a les capacités de stockage et de vente. Ca doit s’inscrire dans une logique d’entreprise », mesure-t-il, pragmatique. Quid du devenir de l’exploitation du père ? « La difficulté de la tâche va consister à trouver un équilibre lors de la transmission pour répartir à parts égales l’entreprise entre mes quatre enfants, les trois autres ne souhaitant pas reprendre », analyse Pascal. Il se laisse encore cinq ans avant de prendre sa retraite.

 

Anticiper, le maître mot de la transmission d’entreprise

60 000 sociétés sont en vente chaque année en France. La moitié disparait, faute de repreneur. La plupart sont pourtant en bonne santé financière. La raison principale ? Le manque d’anticipation des chefs d’entreprise, qui se posent trop tard la question de la transmission. Résultat : des salariés sur le carreau, des savoir-faire qui disparaissent, et une érosion continue du nombre de candidats à la reprise. En zone rurale, les conséquences sont d’autant plus visibles qu’elles ont un impact direct sur la vie locale. Pour tenter d’enrayer ce phénomène, les chambres de commerce, d’industrie et de l’artisanat organisent pour la deuxième année un « mois de la transmission » avec plusieurs conférences, ateliers et rencontres avec les chefs d’entreprises s’interrogeant sur la transmission. Pour les chambres, c’est l’occasion de rappeler les dispositifs existants, de la formation à l’aide financière, et de faire témoigner les chefs d’entreprise ayant bénéficié d’un accompagnement dans leur transmission. CCI et CMA proposent également du conseil sur les incidences juridiques, fiscales et sociales de la cessation d’activités et de la transmission. Hors mois de la transmission, les chambres accompagnent près de 600 projets de transmission chaque année, soit la moitié des entreprises à céder en région. 70% de ces entreprises accompagnées sont en zone rurale.

A noter : la journée « rendez-vous de la transmission » au palais des congrès de Rochefort le 15 novembre. Les autres rendez-vous ailleurs en Nouvelle-Aquitaine ici

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Anne-Lise Durif

Partager sur Facebook
Vu par vous
3899
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 32 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !