Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

08/11/19 : La liquidation judiciaire de la SNEM, société éditrice du quotidien l'Echo, diffusé sur 5 départements, a été confirmée cet vendredi par le Tribunal de commerce de Limoges. Les 42 salariés du journal recevront prochainement leur lettre de licenciement.

08/11/19 : Le ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation Didier Guillaume se rendra ce samedi au salon de l'agriculture basque, Lurrama qui a ouvert ses portes ce matin. Il y rencontrera ses organisateurs et I. Berhocoirigoin, le président? et les exposants

08/11/19 : Dordogne : Dans le cadre du Grenelle des violences conjugales, la préfecture propose le jeudi 14 novembre, à 17 h h à la mairie de Montrem, une rencontre ouverte à tous sur le thème de la prise en charge des violences conjugales en milieu rural.

07/11/19 : Beynac : Samedi 16 novembre, à 10 heures, un rassemblement citoyen sur les allées de Tourny à Périgueux est organisé pour soutenir l’achèvement des travaux du contournement de Beynac et défendre le monde rural.

06/11/19 : Petr Drulák, ambassadeur de Tchéquie en France, sera présent à la Maison de l'Europe à Bordeaux le 14 novembre à 19h pour une conférence autour de l'après Révolution de Velours. L’entrée est libre et gratuite dans la limite des places disponibles.

06/11/19 : Xavier Bertrand, Président de la Région Hauts-de-France, sera l’invité de la conférence-débat portant sur les territoires ruraux organisée par Energies Lot-et-Garonne le dimanche 24 novembre à 10h à la salle des fêtes de Caumont-sur-Garonne.

04/11/19 : Deux résidents du CCAS de Poitiers, Bernard et André, âgé respectivement de 95 et 67 ans, ont remporté le challenge de l'association SilverGeek lors de la compétition organisée à la Paris Games Week.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 11/11/19 | L'agglomération rochelaise créatrice d'emplois

    Lire

    393 emplois ont été créés dans le bassin de La Rochelle au 2 semestre 2019, selon l'Agence centrale des organismes de Sécurité sociale (ACOSS) vient de publier les chiffres. Ces résultats viennent conforter une évolution installée à La Rochelle depuis janvier 2015 avec la création nette de 5 625 emplois salariés en 4 ans et demi, soit une progression de 9,4 %. En parallèle, le taux de chômage continue de baisser pour atteindre la moyenne nationale de 8,2 % au 4e trimestre 2018, selon l'INSEE.

  • 09/11/19 | Première édition des Rencontres Pro à La Rochelle

    Lire

    La Rochelle Université lance cette année sa première édition des Rencontres Pro, les 14 et 15 novembre sur le campus de l'Université et à la maison des étudiants. Ce rendez-vous a pour but de faire se rencontrer le monde socio-professionnel, les alumni, la communauté étudiante et le personnel de l’enseignement et de la recherche. Au programme : des conférences avec des patrons, un forum dédié aux métiers du droit et un Forum Stages-Emplois-Alternance à la Maison du Département, de 9h30 à 16h30.

  • 09/11/19 | Les métiers de l'Hotellerie en congrès à Biarritz sur le thème des territoires

    Lire

    L’Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie (UMIH), présidée par Roland Heguy, organisera son 67e congrès national du 19 au 21 novembre au Centre des congrès le Bellevue à Biarritz sur le thème « Tourisme : accélérateur des territoires ». Chaque année ce congrès national rassemble durant trois jours plus de 600 élus, chefs d’entreprise et responsables syndicaux offrant, ainsi, un espace d’échanges, de réflexions et de convivialité avec l’ensemble des professionnels autour des grands dossiers qui font l’actualité du secteur.

  • 09/11/19 | Wom’Anim à Grand Angoulême

    Lire

    Le 12 novembre, dans le cadre du projet européen WomArts, Grand Angoulême, partenaire du projet, organise le Wom’Anim. Cette journée dédiée aux femmes dans l’animation projettera en avant-première « l’Extraordinaire Voyage de Marona » en présence de la réalisatrice Anca Damian. Des tables rondes « Créatrice d’Anim » sont également prévues ainsi qu’une séance de Work in progress de la série Patouille.

  • 08/11/19 | Fortes pluies : interruption totale de la ligne Dax Morcenx

    Lire

    Suite à un glissement de terrain ce vendredi 8 novembre dans la zone de Laluque les circulations entre Dax et Morcenx sont totalement interrompues, mais les navettes bus sont maintenues pour les TER. Quant aux TGV venant de Paris et à destination de Pau-Tarbes et Hendaye, ils ont pour terminus Bordeaux. La SNCF n'envisage pas une reprise des conditions normales de circulation avant le mardi 12 novembre en début d'après-midi.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Entreprise : comment réussir sa transmission? Réponse à Chaniers

04/11/2019 | Dans le cadre du mois de la transmission, @qui! a rencontré un arboriculteur qui a cédé sa boutique de producteurs à son fils, à Chaniers, près de Saintes.

Pascal et Bertrand dans la boutique de Chaniers

Le Marché du Maine Allain, une boutique de producteurs à Chaniers, fait partie des 1200 entreprises cédées l’an dernier en Nouvelle-Aquitaine. Dans la région comme ailleurs en France, la moitié des entreprises à transmettre ne trouvent pas preneurs. Une transmission bien anticipée, avec un dispositif d’aides adéquat, est pourtant souvent un gage de succès, comme l’atteste cette transmission au sein d’une même famille.

Chez les Gazeau, l’arboriculture est une tradition familiale depuis 4 générations. Pascal Gazeau a voulu aller plus loin que ses prédécesseurs, en développant un point de vente de ses fruits, idéalement situé sur la départementale entre Cognac et Saintes. « Mon objectif premier était de revendre la production non valorisable par l’industrie agro-alimentaire », explique-t-il. Au fils des ans, l’entreprise prend en charge toute la chaîne de production : la culture, le stockage, le conditionnement et la vente. D’autres producteurs locaux viennent petit à petit alimenter la boutique. L’an dernier, Pascal a commencé à penser à la transmission de son entreprise.

Après dix ans dans l’ingénierie industrielle, son fils Bertrand avait envie de reprendre l’activité. Il s’inscrit en BTS agricole production horticole à Angers, qu’il suit à distance. Une partie est financée par son crédit de formation continue. Bertrand met la main à la pâte tout de suite, sans passer par une phase de salariat ni d’apprentissage : « La meilleure façon d’apprendre, c’est  d’être sur le terrain », estime-t-il. Dès sa première année de reconversion, il rachète la partie boutique à son père. « J’avais un apport personnel de 20% et j’ai bénéficié d’une aide de la Région dans le cadre de l’appel à projet du dispositif « entreprendre », une aide à l’amorçage pour la reprise d’entreprise », explique-t-il. Bertrand le reconnaît, son apport lui a permis de décrocher un prêt auprès d’une banque et le fonds régional l’a aidé à investir dans des innovations pour son entreprise. « J’ai investi dans de la communication et du matériel pour augmenter la vente et la visibilité, dont des frigos pour mettre plus de viande », relate-t-il. La stratégie s’avère payante : « Nous avons terminé l’année avec un excédent de 1 000€. Sans cette aide, j’aurais sans doute fini à -7 000€ », estime-t-il. Il a également pu créer un poste supplémentaire à temps plein et tendu la main à d’autres producteurs locaux. Ils sont une soixantaine aujourd’hui à fournir la boutique. « Mon fils a apporté plein de choses nouvelles que je ne faisais pas », constate Pascal, qui a laissé le champ libre à son garçon après une phase d’adaptation.

Le trentenaire pense déjà à la suite : un projet de création de verger bio. « Mais le projet n’est viable que si l’entreprise a les capacités de stockage et de vente. Ca doit s’inscrire dans une logique d’entreprise », mesure-t-il, pragmatique. Quid du devenir de l’exploitation du père ? « La difficulté de la tâche va consister à trouver un équilibre lors de la transmission pour répartir à parts égales l’entreprise entre mes quatre enfants, les trois autres ne souhaitant pas reprendre », analyse Pascal. Il se laisse encore cinq ans avant de prendre sa retraite.

 

Anticiper, le maître mot de la transmission d’entreprise

60 000 sociétés sont en vente chaque année en France. La moitié disparait, faute de repreneur. La plupart sont pourtant en bonne santé financière. La raison principale ? Le manque d’anticipation des chefs d’entreprise, qui se posent trop tard la question de la transmission. Résultat : des salariés sur le carreau, des savoir-faire qui disparaissent, et une érosion continue du nombre de candidats à la reprise. En zone rurale, les conséquences sont d’autant plus visibles qu’elles ont un impact direct sur la vie locale. Pour tenter d’enrayer ce phénomène, les chambres de commerce, d’industrie et de l’artisanat organisent pour la deuxième année un « mois de la transmission » avec plusieurs conférences, ateliers et rencontres avec les chefs d’entreprises s’interrogeant sur la transmission. Pour les chambres, c’est l’occasion de rappeler les dispositifs existants, de la formation à l’aide financière, et de faire témoigner les chefs d’entreprise ayant bénéficié d’un accompagnement dans leur transmission. CCI et CMA proposent également du conseil sur les incidences juridiques, fiscales et sociales de la cessation d’activités et de la transmission. Hors mois de la transmission, les chambres accompagnent près de 600 projets de transmission chaque année, soit la moitié des entreprises à céder en région. 70% de ces entreprises accompagnées sont en zone rurale.

A noter : la journée « rendez-vous de la transmission » au palais des congrès de Rochefort le 15 novembre. Les autres rendez-vous ailleurs en Nouvelle-Aquitaine ici

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Anne-Lise Durif

Partager sur Facebook
Vu par vous
1856
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 13 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !