Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

28/10/20 : Le Festival international du Film d’Histoire de Pessac annonce l'annulation de sa 31ème édition aux dates initialement prévues du 16 au 23 novembre. Des réflexions sont en cours sur les modalités de valorisation des films sélectionnés en compétition.

28/10/20 : Le département des Landes est placé en état de vigilance jaune "Vagues Submersion" pour l’ensemble des communes du littoral du 28 octobre 13h00 au 29 octobre 18h00, entre forte houle, vagues puissantes, érosion dunaire et submersions locales...

28/10/20 : "Priorité à la protection sanitaire". Alors que le Festival Novaq devait s'ouvrir demain à la Rochelle, la Région Nouvelle-Aquitaine, organisatrice de cet évènement dédié à l'innovation, annonce son annulation. Un nouveau format est en réflexion.

26/10/20 : Dominique Bussereau président du département de Charente-Maritime et de l'ADF vient d'annoncer que le Congrès des Départements de France qui devait avoir lieu lieu les 5 et 6 novembre à La Rochelle est ajourné compte tenu de la situation sanitaire

24/10/20 : En raison du couvre-feu, la maire de Biarritz, Maïder Arosteguy a décidé d'instituer un stationnement de la ville gratuit en surface dès 18 heures, afin d'inciter les clients des restaurants de venir plus tôt dans ces établissements de la ville.

22/10/20 : Ce 22 octobre Jean Castex a annoncé 38 nouveaux départements et une collectivité d’Outre-mer la Polynésie soumis au couvre-feu de 21h à 6h dès demain soir. En Nouvelle-Aquitaine, Haute-Vienne et Pyrénées-Atlantiques sont concernés.

22/10/20 : Le Pôle Expérimental Métiers d’Art du Périgord-Limousin organise un marché des métiers d’art en plein air, sur la Place Alfred Agard à Nontron, le samedi 24 octobre de 10h à 18h, en remplacement du Salon de la Rue des métiers d'art, qui est annulé.

22/10/20 : La Rochelle : Michel Carmona, adjoint au maire depuis 2014, est décédé dimanche. Ses obsèques auront lieu vendredi à 15h30 au crématorium de Mireuil.

22/10/20 : Charente-Maritime : en plus d'une obligation de porter le masque dans 52 commune du département, le préfet de Charente-Maritime a pris un arrêté interdisant les buvettes et certaines restaurations dans les établissements sportifs.

21/10/20 : Le Conseil scientifique Covid 19 a dans un communiqué rendu public l'avis favorable donné au gouvernement le 19 octobre pour la prorogation du régime transitoire de l'urgence sanitaire jusqu'au 16 février et son prolongement jusqu'au 1° avril 2021.

20/10/20 : Municipales :A Saint Astier, en Dordogne, l'élection municipale, remportée par la maire sortante Elisabeth Marty (DVD) avec 17 voix d’avance, a été annulée ce mardi 20 octobre par le tribunal administratif de Bordeaux.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 28/10/20 | Intempéries de mai : 14 communes en état de catastrophe naturelle

    Lire

    Dans un arrêté paru au Journal Officiel du 24 octobre, l'état de catastrophe naturelle a été reconnu dans 14 communes girondines suite aux violents épisodes de pluie survenus du 9 au 11 mai. En effet, des inondations et coulées de boues ont eu lieu dans les communes de Cadaujac, Romagne, Saint-Aubin de Branne, Saint Médard d'Eyrans, Gradignan, Targon, Ludon-Médoc, Le Pout, La Sauve, Coirac, Lanton, Saucats et Le Turan. Les sinistrés ont jusqu'au 3 novembre pour se rapprocher de leur compagnie d'assurance.

  • 28/10/20 | Charente-Maritime : Isabelle Blesson installée au conseil départemental

    Lire

    A l'occasion de l'ouverture de sa session d'automne, ce 26 octobre, le conseil départemental de la Charente-Maritime a introduit une nouvelle élue dans son assemblée : Isabelle Blesson. Jusqu'alors suppléante de la conseillère départementale Brigitte Favereau, cette pharmacienne basée à Saintes remplacera l'élue jusqu'aux prochaines élections départementales. Brigitte Favreau est décédée le 22 septembre dernier des suites d'une longue maladie.

  • 28/10/20 | 482 400 € pour l'ouverture d'une 1° année de Parcours d'Accès Spécifique Santé à Périgueux

    Lire

    La Région apportera 482 400 euros pour la première année de Parcours d'Accès Spécifique Santé (PASS) à Périgueux. Pour l'année universitaire 2020-21, les besoins sont les suivants : deux grandes salles permettant la diffusion des cours magistraux aux étudiants, des travaux de câblage pour les réseaux informatiques et deux salles immersives de manière à assurer l'ensemble des enseignements et tutorat délocalisés. La première promotion de 30 étudiants a fait sa rentrée en septembre.

  • 28/10/20 | Pour une meilleure connaissance des abeilles en Corrèze

    Lire

    Dans le cadre de l’appel à projets « Nature et transitions », l’association CPIE de la Corrèze souhaite s’engager dans un projet d’amélioration des connaissances sur les abeilles sauvages et souhaite mobiliser les acteurs locaux pour faire émerger des solutions concrètes de gestion des milieux en faveur de la pollinisation. Ce projet, nourrit de la richesse des compétences en matière d’animation territoriale, de création d’outils pédagogiques ou d’expertise scientifique bénéficie d’une aide de 18 135 euros de la Région Nouvelle-Aquitaine.

  • 27/10/20 | Pont de l'île de Ré : pas de tarif préférentiel pour les Charentais-Maritimes

    Lire

    Arlésienne du territoire, la question de faire un tarif préférentiel pour les habitants du 17 est revenu sur la table lors de la session d'automne du Département ce lundi, suite aux revendications d'une association locale. Le vice-président Lionel Quillet a mis un terme au débat en rappelant que la question avait été tranchée il y a quelques années par le Conseil constitutionnel: le pont n'étant pas financé par les impôts, et par soucis d'équité, le tarif doit être le même pour tout le monde.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Économie et entreprises : premiers indices d'impact de la crise en Nouvelle-Aquitaine

17/04/2020 | Selon la Direccte, 80 000 dossiers de chômage partiel ont été traités au 14 avril dernier, pour un effectif de plus de 700 000 salariés en demande.

emploi économie nouvelle-aquitaine

Ce vendredi 17 avril, les directions régionales de la Banque de France, de la Direccte et des finances publiques ont donné de nouveaux éléments économiques concernant les entreprises concernées par les demandes de chômage partiel ou d'aides nationales dans le cadre du "fonds d'urgence" pour les petits entrepreneurs, porté ce mercredi à 7 milliards d'euros. Ils dressent ainsi un constat (provisoire) d'une nette hausse des demandes provoquées par le contexte de l'épidémie, notamment dans certains secteurs comme le bâtiment ou l'hôtellerie-restauration. On fait le point sur les chiffres arrêtés entre le 14 et le 16 avril.

Ce mardi, le ministre de l'Économie Bruno Le Maire et le ministre des Comptes Publics, Gérald Darmanin, ont chiffré plus précisément les perspectives économiques de la France. La prévision de croissance chute à -8% dans le projet de loi de finance rectificative, présenté ce mercredi en conseil des ministres. Le déficit public, lui, se creuserait à environ 9% du PIB et la dette atteindrait 115%. Pour rappel, la semaine dernière, ces prévisions étaient respectivement de -6% pour le PIB, 7,6% pour le déficit public et 112% pour le montant de la dette. Les deux membres du gouvernement ont également annoncé un augmentation du montant du plan d'urgence, passé de 20 à 24 milliards d'euros et du fonds de solidarité aux TPE (Très Petites Entreprises) et aux indépendants, qui passe à 7 milliards d'euros (soit 1 milliard d'euros supplémentaire). Si l'impact économique national et régional de la crise du covid-19 sont encore difficilement mesurables, les responsables locaux de la Banque de France, des finances publiques et de la DIRECCTE (Direction Régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l'Emploi) ont donné ce vendredi 17 avril de nouveaux éléments de réponses sur les entreprises ayant bénéficié des différentes aides nationales et des mesures de chômage partiel. 

48 000 entreprises concernées par le premier volet du fonds d'aide national

Isabelle Martel, directrice régionale des finances publiques, a ainsi précisé que les mesures de report de délais de paiement et de remises d'impôts directs avaient été sollicitées par 7100 entreprises en Nouvelle-Aquitaine pour un montant de 137,5 millions d'euros, dont 1780 entreprises en Gironde (41 millions d'euros). La responsable a aussi évoqué une augmentation "substantielle" des remboursements des crédits de TVA : +9% en Gironde au 1er trimestre 2020 par rapport à la même période en 2019, et une augmentation du montant général de +46% (246 millions d'euros contre 168 millions). Concernant le premier volet du fonds de solidarité nationale (c'est à dire une aide directe de 1500 euros euros mensuels dès 50% de chiffre d'affaires), 48 000 entreprises sont concernées en région pour un montant total de 62,5 millions d'euros "avec une moyenne d'un peu plus de 1300 euros par entreprise". Elles sont 14 600 en Gironde, ce département représentant 19,2 millions d'euros. "Les secteurs les plus concernés sont le commerce, les activités de service, l'hébergement et la restauration et la construction", a ajouté Isabelle Martel. Le décret paru ce vendredi 17 avril au Journal Officiel a par ailleurs assoupli les conditions d'accès à ce fonds de solidarité, qui mesure la perte du chiffre d'affaire d'avril 2020 par rapport à avril 2019 mais aussi, et c'est la nouveauté, par rapport au chiffre d'affaires mensuel moyen sur l'année 2019. Les agriculteurs en GAEC (Groupement Agricole d'Exploitation en Commun), artistes auteurs ou entreprises en redressement judiciaire ou procédure de sauvegarde sont aussi éligibles à ces aides qui, selon elle, ont un taux d'acceptation de 97%.

Chômage partiel : 80 000 dossiers traités

Du côté de la Direccte, le directeur adjoint Patrick Haussel a précisé que 80 000 dossiers avaient déjà été traités en région sur les demandes d'activité partielle pour un effectif de plus de 700 000 salariés en demande. "Ça continue à arriver. Les difficultés d'inscription sur la plateforme sont en train de se résorber, elle concernait 2% de dossiers bloqués la semaine dernière, soit environ 1600 dossiers. Les premiers paiements vont commencer à arriver dans les tous prochains jours. Il peut y avoir un délai (entre une semaine et dix jours) entre le bouclage de la demande d'indemnisation et la paye", a ainsi précisé le responsable. Le secteur du bâtiment est le deuxième secteur d'activité le plus concerné, avec 11 600 établissements et 92 000 effectifs, derrière le commerce (et troisième si l'on tient compte de la catégorie "autres services", la plus importante), soit "environ 15% du nombre d'heures demandées".

Si l'on sait qu'un comité de crise a été mis en place au niveau national pour surveiller que les entreprises paient bien leurs factures à temps, on sait désormais que, toujours selon Patrick Haussel, la DIRECCTE n'a, pour l'heure, "pas encore mis en place de système particulier de détection de fraude, nous sommes encore en phase d'instruction des demandes. Là où on sera plus attentifs, ce sera au moment des paiements pour savoir si une entreprise qui a fait une demande d'activité partielle locale n'aurait pas, dans le même temps, continué à travailler. La Direction Générale de l'Emploi et de la Formation Professionnelle et la Direction Générale du Travail nous ont demandé d'aller contrôler certaines entreprises de façon ponctuelle. Ensuite, il y aura des contrôles statistiques sur les demandes faits informatiquement". Concernant le bâtiment et la reprise des chantiers, la préfète de région Fabienne Buccio a précisé que ses services étaient "en train de travailler à lever tous les verrous qui empêchaient certains secteurs de travailler avec les collectivités locales. Certaines avaient interrompu le fonctionnement de tous leurs services administratifs pour les permis de construire. Tout ne redémarrera pas d'un coup le 11 mai, ce qu'on aura pu faire avant sera déjà ça de fait. On voit des chantiers reprendre, même si on reste en attente des règles nationales, ça ne nous empêche pas de travailler avec la région et les acteurs économiques au sujet de ces reprises". 

Conjoncture et médiation du crédit

La direction régionale de la Banque de France, elle, vient de sortir son enquête de conjoncture pour le mois de mars. Elle évalue nationalement à -32% la perte d'activité sur une "semaine type" de confinement, et chaque quinzaine de confinement entraînerait une perte de PIB annuel estimée aux alentours de -1,5%. En région, l'industrie aéronautique et spatiale et la fabrication industrielle (équipements électroniques, machines, ect.) sont plus touchées que les autres secteurs, même si le rapport fait état d'une dégradation de trésorerie dans l'ensemble des filières.

Le directeur régional de la Banque de France, Denis Lauretou, a pour sa part précisé que la médiation du crédit, qui explose au niveau national, "reste encore assez peu sollicitée en région, même si elle augmente beaucoup". Ainsi, au 16 avril, la Banque de France régionale a recensé 159 dossiers éligibles dont un tiers en Gironde, ce qui concernerait environ 1000 salariés et des entreprises avec un effectif moyen de six salariés. Toutes les entreprises peuvent saisir le médiateur du crédit, à l'exception des SCI et des établissements de crédit. Les travaux et discussions des responsables régionaux doivent se poursuivre : si un comité régional de suivi de financement de l'économie s'est tenu ce jeudi, la préfète a annoncé qu'un prochain devrait se tenir jeudi 23 avril spécifiquement dédié au secteur du tourisme, de l'hôtellerie et de la restauration. 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
4447
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 30 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !