Devenez actionnaire d'aqui.fr

17/01/22 : Le 22 mars, c'est à Cognac en Charente que se tiendra la première cérémonie des nouveaux étoilés du Guide Michelin en région. L'occasion, selon le guide rouge, de mettre en lumière “une ville et un territoire qui témoignent de l’excellence française”.

12/01/22 : Ce 12 janvier, le centre de vaccination de Pau ouvre 2 lignes de vaccination pour les enfants de 5 à 11 ans. Soit une capacité de 60 rendez-vous pédiatriques journaliers. La présence d'un des 2 parents est obligatoire pour répondre au questionnaire médica+ d'info

10/01/22 : Les Pyrénées-Atlantiques sont placés en vigilance rouge crues depuis hier. Les tronçons du Gave d'Oloron, Gave de Pau Béarnais ou encore du Saison risquent de vivre ce lundi des crues comparables voire supérieures à celles, record, de décembre 2021.

10/01/22 : Les Pyrénées-Atlantiques sont placés en vigilance rouge pluies et inondations depuis hier. Entre dimanche et lundi, on attend des cumuls de 50 à 80 mm en plaine, 100 à 130 mm sur les premiers contreforts, vallées et piémont, 150 à 250 mm en montagne.

07/01/22 : Football: le Bergerac Périgord Football club, dernier club aquitain en lice, devra se délocaliser pour recevoir l’AS Saint-Étienne en 8es de finale de la Coupe de France. Le match aura lieu au stade Francis-Rongiéras de Périgueux, le 30 janvier.

06/01/22 : START-UP : Les acteurs technologiques et innovants de Nouvelle-Aquitaine ont levé plus de 280 millions d'euros en 2021. Un record historique confirmé au 4ème trimestre avec 11 opérations et un peu plus de 28M€ levés.

06/01/22 : Le musée des Beaux-Arts de Libourne annonce une bonne nouvelle en ce début d'année : l'exposition "Toulouse-Lautrec, la naissance d’un artiste" qui aurait du s'achever au 9 janvier, joue les prolongation jusqu’au 16 janvier 2022 ! A voir!+ d'info

06/01/22 : Pyrénées-Atlantiques - Céline Dumerc, manager générale et ancienne capitaine de l’équipe de France féminine de basket vient d'être nommée Chevalier de l'ordre national de la Légion d'honneur au titre de la promotion civile du 1er janvier 2022.

02/01/22 : Coupe de France : Bergerac est en huitièmes de finales de Coupe de France de football. Les Bergeracois ont remporté leur match face à Créteil aux tirs au but (5 à 4). Au tour précédent, ils avaient battu Metz pensionnaire de ligue 1 aux tirs au but.

20/12/21 : En concertation avec les Maires, la préfète de Gironde rend obligatoire le port du masque dans les centres-villes des communes touristiques d’Arcachon et de Saint-Emilion durant les vacances scolaires de Noël, tous les jours de 12H00 à 19H00.

16/12/21 : Suite aux intempéries dans les Pyrénées-Atlantiques et les Landes, Alain Rousset, président de la Région Nouvelle-Aquitaine, se rend ce jeudi à Laruns, puis à Peyrehorade et Hastingues pour rencontrer les acteurs locaux, exprimer le soutien de la Région.

10/12/21 : Alors que l'alerte ROUGE vigilance crues et inondations est en cours à Bayonne, l’autoroute A63 est coupée entre les sorties 6 de Bayonne Nord et 5 de Bayonne Sud vers Espagne, et entre les sorties 5 Bayonne Sud et 7 d’Ondres, dans l'autre sens.

09/12/21 : Le département des Pyrénées-Atlantiques est placé en vigilance météo ORANGE pluie-inondation, à compter de ce jeudi 9 décembre 2021 à 15h00 jusqu’au vendredi 10 décembre 2021 à 10h00 au moins. La préfecture appelle à la vigilance.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 17/01/22 | Pfizer choisit Mourenx pour produire le principe actif d'un traitement contre la Covid-19

    Lire

    Le groupe américain Pfizer a choisi le laboratoire Novasep à Mourenx, en Béarn, pour la fabrication du principe actif de son médicament contre le Covid-19, le Paxlovid. La production devrait débuter au second trimestre 2022, avec notamment le recrutement de 40 employés supplémentaires pour ce nouveau projet. Ce traitement oral contre la Covid-19 « réduirait de 89% le risque d’hospitalisation ou de décès dans les 3 jours suivant l’apparition de symptômes » selon les résultats de phase 2/3, indique le labo américain.

  • 17/01/22 | Le Festival de la Bande dessinée d'Angoulême reportée en mars

    Lire

    Au regard de la situation sanitaire, le Festival de la BD d’Angoulême a décidé de reporter son édition 2022 qui était initialement prévue à la fin du mois. Les nouvelles dates ont été communiquées : ce sera du 17 au 20 mars. "L’ambition reste par conséquent totalement intacte de proposer à tous les amateurs de bande dessinée une édition comparable, par sa richesse et la diversité de son offre culturelle, à celles qui ont précédé la pandémie", ont précisé les organisateurs du Festival.

  • 17/01/22 | Brive lit la nuit !

    Lire

    Le 22 janvier de 17h à 22h, la médiathèque de Brive participe aux Nuits de la lecture sur le thème « Aimons toujours ! Aimons encore ! ». Au cours de cette nuit, les enfants dès 3 ans pourront participer à un atelier autour de la découverte des émotions, des quizz, un blind test musical mais aussi assister au spectacle « La potion de Pétram ». Ce conte médiéval-fantastique mêle théâtre et magie.

  • 17/01/22 | Marquage routier photoluminescent : le Département des Landes demande l’avis des usagers

    Lire

    Depuis le 13 octobre 2021, un dispositif de marquage routier photoluminescent est installé sur la route départementale 29, entre Dax et Saint-Pandelon, afin d’être expérimenté. Pour évaluer au mieux ce marquage à la fois sécuritaire et éco-durable, le Département des Landes a publié un questionnaire à l’attention des usagers, disponible du 10 janvier au 4 février sur landes.fr.

  • 15/01/22 | H5N1 : L'épizootie se poursuit dans les Landes

    Lire

    L’influenza aviaire hautement pathogène de type H5N1 continue de progresser à partir de foyers apparus dans la commune de Malaussanne (64) puis Mant (40). Au 14 janvier, 110 foyers ont été confirmés H5N1 et 33 suspicions d’influenza aviaire sont en attente de confirmation de leur caractère hautement pathogène par le Laboratoire National de Référence. À ce jour, près de 170 000 volailles et 115 000 palmipèdes ont été abattus au sein des exploitations, auxquels il faut ajouter 260 000 palmipèdes et 60 000 volailles euthanasiés au titre du dépeuplement préventif.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Entreprises et cybersécurité : « prévenir plutôt que guérir »

21/03/2018 | Au Palais Beaumont de Pau la journée de ce mercredi a été consacrée à la cybersécurité des entreprises. Enjeux, acteurs ou encore moyens pour se prémunir étaient au programme

1

Dans le courant de ce mois de mars, une PME d'Orthez a été victime d'une cyber-attaque. Ses données commerciales, financières et comptables ont été cryptées, et une rançon pour leur décryptage a été demandée. Rançon, espionnage, sabotage, le phénomène, déjà bien connu et régulièrement médiatisé en 2017 pour les grandes entreprises voire ministères et services d'Etats, frappe désormais aussi de plus en plus les petites entreprises. C'est bien dans le but de sensibiliser ces acteurs et de créer chez eux une culture commune de ce risque d'un nouveau genre, que la CCI Pau Béarn organisait ce mercredi 21 mars, en partenariat avec CCI France, les Rencontres de la Cybersécurité de Pau. 250 à 300 personnes y ont participé.

Si, comme l'a rappelé Didier Laporte, le Président de la CCI Pau Béarn, la chambre consulaire travaille depuis 3 ans déjà sur les questions de cybersécurité, à travers un service de veille, de sensibilisation, d'accompagnement et de formation des entreprises à cette question, il n'empêche que « la numérisation de l'économie, nous expose, nous entreprises, un peu plus chaque jour au revers de la médaille, que sont les dangers du numérique ». Un revers qui selon les convictions des différents intervenants n'épargne personne, ni les grosses entreprises, ni les individus ni les PME, ni la défense ou la sécurité nationale.... Nicolas Patriarche, Vice-Président de la Communauté d'Agglomération Pau Béarn Pyrénées, et maire de Lons (13000 habitants), témoignant pour sa part que sa collectivité avait déjà été attaquée 3 fois, dont une fois, la première, avait donné lieu à un versement de rançon.

"Ne pas parier sur les compétences techniques des pirates"
Une rançon que les professionnels de la sécurité présents, dont notamment, le Colonel Christophe Vercellonne, commandant du groupement de gendarmerie départementale des Pyrénées-Atlantiques, déconseille fortement : « d'une part la rançon participe à l'ambiance mafieuse du système et d'autre part, la récupération effective des données est très faible, car déchiffrer un disque dur de façon discrète est bien plus difficile que de le crypter... » En d'autres termes, « il ne faut pas parier sur les compétences techniques du pirate », synthétise également, Guillaume Poupard, Directeur général de l'Agence Nationale de la Sécurité des Système de l'Information (ANSSI) via une intervention vidéo. Sur le caractère généralisée des attaques, ou tentatives d'attaques, une étude Microsoft, estimait que 81% des entreprises françaises ont été visées par une cyberattaque en 2015... et le phénomène ne fait que croître, n'ont cessé d'alarmer les intervenants.
Quant aux types d'attaques, outre le rançonnage « qui va continuer à se développer », selon le DG de l'ANSSI, il y a aussi l'espionnage « qui touche tout le monde », ou le sabotage, qui vise à porter atteinte au système de la gestion de la donnée, et qui, là encore, « par rebond peut toucher beaucoup de monde », indique-t-il, fournissant l'exemple, peu rassurant, d'un système de transport qui pourrait être retourné contre son utilisateur... A ceux-là le colonel de gendarmerie ajoute aussi le « défaçage » visant à nuire à l'image ou à la réputation d'une entreprise par la modification non sollicitée de la présentation d'un site web.

32% d'augmentation de dépôt de plainte
Selon le Colonel Christophe Vercellone, « ce sont 5300 plaintes liées à la cybercriminalité qui sont déposées chaque mois sur le territoire, en zone gendarmerie . C'est une augmentation de 32% par rapport à 2016, mais cela représente sans doute très peu par rapport à la réalité de faits », nuance-t-il. Car un autre des messages importants, et répétés, de la matinée a été d'encourager au signalement et au dépôt de plainte. « Dans ce domaine, ce n'est pas toujours le cas, car pas mal d'entreprises ne sont pas fières de s'être faites « pigeonner ». Pour autant, cela permet aux différents services de croiser les données et d'avoir une meilleure connaissance de cette cyber criminalité », encourage notamment Michel Gouriou, le Directeur de Cabinet du Préfet.
Car en effet, la cybercriminalité est n'est pas l'apanage de quelques « geeks » isolés, confirme le colonel de gendarmerie. « Il y a désormais une véritable structuration du « darknet », avec des groupes spécialisés dans le cryptage de données, d'autres dans l'effraction des systèmes d'information... A cela s'ajoute une démocratisation des pratiques, mais aussi une professionnalisation, avec de véritables « ''prestataires'' se proposant d'entrer dans un système d'information pour vous. Au regard des prix proposés, l'attaque peut ainsi venir d'une petite structure, comme un concurrent ou un ancien employé mécontent... » Pas de quoi rassurer le public présent dans la salle....

"Se protéger n'est pas si compliqué"
Si le discours anxiogène des intervenants a sans doute marqué les esprits, celui-ci s'est aussi voulu positif. « Les risques sont majeurs, mais se protéger n'est pas si compliqué », a en effet contre-balancé Guillaume Poupard. Et, pour cause, la plus grosse faille de sécurité, se trouve dans l'interface clavier-chaise : c'est l'utilisateur », s'est amusé Christophe Vercellone. « Il faut sensibiliser les personnels, identifier les données sensibles, fixer des règles d'utilisation du Système d'information, apprendre à repérer les anomalies de fonctionnement... et bien sûr aussi sécuriser son système d'information, avoir un plan de sauvegarde, éventuellement un plan de communication de crise, etc. »
Une sensibilisation aux risques qui est une des vocations du site cybermalveillance.gouv.fr présenté par son Directeur général, Jérôme Notin, comme « un dispositif d'assistance aux victimes de cyberattaque », à l'initiative de l'Etat. Car, au-delà de la prévention, l'outil lancé en avril dernier offre une aide aux victimes, à travers la réalisation d'un certain nombre de « fiches réflexes sur quoi faire en cas d'attaque », ou encore de mise en contact possible avec des prestataires de proximité pour tenter de remédier aux conséquences de cette attaque. Par ailleurs un kit de sensibilisation s'apprête à être édité à partir de logiciels libres afin d'être disponible auprès du plus grand nombre. Pour l'heure, « nous manquons encore de relais pour une diffusion de ce kit auprès des petites structures, regrette-t-il ». Mais nul doute qu'une journée comme celle-ci, permettra d'améliorer le score, au moins dans le département.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
12960
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !