18/10/17 : La CGT appelle à nouveau à manifester en Dordogne contre les ordonnances Macron sur le droit du travail. Les rassemblements auront lieu ce jeudi 19, à 17 h à Périgueux (palais de justice), Bergerac (palais de justice) et Sarlat (place de la Grande-Rigaudi

18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Economie | Etapes de l’innovation à Pau : les audaces du numérique

04/06/2015 | La première des cinq Etapes de l’innovation s’est tenue en Béarn. Une occasion de réfléchir à la manière dont raisonnent les entreprises

Eric Culnaërt, chef de projet technologies numériques à Aquitaine Développement Innovation

« Notre force, c’est de pouvoir offrir à nos clients une vitrine ouverte sur le monde ». Aussi enthousiastes que motivés, les dirigeants de 0.France ne craignent pas les formules chocs. Leur start-up s’est spécialisée dans la création sur Internet de boutiques proposant des produits fabriqués en France. Quels qu’ils soient. Un exemple de la transformation numérique que connaissent aujourd’hui les entreprises. On en a parlé à Pau, dans le cadre de la première des cinq « Etapes de l’innovation » organisées en Aquitaine jusqu’en novembre prochain. Cette rencontre était l'un des multiples rendez-vous proposés au sein du premier salon e-py, carrefour des Pyrénées numériques, qui a réuni près de 600 professionnels à l'initiative de nos confrères de La République des Pyrénées.

Comme beaucoup de bonnes idées, www.ofrance.fr, est une idée toute simple. « Bon nombre de commerçants, artisans et producteurs n’ont pas accès à Internet. Parce que la création d’un site de vente en ligne s’avère trop chère  pour eux. Mais aussi parce qu’ils n’ont pas le temps de s’en occuper » explique Julien Pungier, le président de la start-up créée à cheval entre la Bigorre et le Béarn. Moyennant un droit d’entrée minime, et une commission sur les ventes, O.France se propose de faire ce travail à leur place.

« Notre force, c’est le monde »Foie gras, vins, jouets en bois, lampes, chemises et l’on en passe… Toutes sortes de produits conçus, élaborés et envoyés de France peuvent être présentés dans les boutiques virtuelles que ses responsables créent sur le web. « Nous proposons du clé en main : la mise en place de la boutique, les photos des produits, la gestion des paiements. Nos partenaires, eux, reçoivent les commandes et ils les envoient.

Julien Pungier, président de O.France (a g.) aux côtés de Pierre Desai, directeur général international , et Thierry Lahorgue, directeur développement

 En un an, 1000 ventes ont déjà été réalisées, pour l'essentiel sur le marché français. "Mais la marge de progression est énorme" affirme Julien Pungier. Car l'entreprise a aussi mis le pied en Allemagne, en Grande-Bretagne, en Espagne, au Portugal, au Moyen-Orient, et en Russie. En attendant la Chine et le Japon aux portes desquels elle est allée frapper. Tout cela assorti d’informations fournies aux vendeurs sur les législations s’appliquant à ce type de vente : droits de douane, règles locales etc.

« Ce qui est vendu, c'est le service qui va avec le produit »

Les créateurs de O.France ne sont pas les seuls à faire ainsi évoluer leur métier. Loin s'en faut. La transformation numérique n'épargne aucune entreprise a-t-il été rappelé à Pau lors du salon e-py.

D'autres manières de travailler émergent en effet. « Aujourd’hui, l’innovation ne concerne plus seulement les technologies, mais aussi des comportements consistant à se rapprocher du marché" explique Eric Culnaërt, chef de projet à l’ADI, l'agence en charge des "Etapes".

En d’autres termes, les règles du jeu ont changé. Après des périodes où innover signifiait automatiser, puis dématérialiser, vient désormais l’époque de la « surtraitance ». Traduisez la capacité à devenir « un intermédiaire incontournable entre les gens qui maîtrisent la production, et ceux qui consomment. » D’avoir un accès direct au client tout en sachant que, « de plus en plus, ce qui est vendu, ce n’est pas le produit mais le service qui va avec ».

Le souci de l’hyper réactivitéPlusieurs exemples, pris sur le terrain, sont venus confirmer ces propos à Pau. Tel l’audacieux virage négocié par l’entreprise Traimeca Pyro, qui est basée à Béhobie, dans les Pyrénées-Atlantiques. Cette société de mécanique de précision est devenue le leader européen, et l’un des cinq premiers mondiaux, de la fabrication de gaines destinées à protéger des sondes de température. Comme celles qu’utilisent les pétroliers.

« Nous avons mis en place un configurateur qui permet à nos clients, en fonction de leurs besoins spécifiques, de disposer en direct des prix des produits » explique son PDG, Marc Chauveau. Couplé à un système de conception et de fabrication assistées par ordinateur, ce service aux clients de gagner un temps précieux, et à l’entreprise de tirer profit de son hyper réactivité. « Aujourd’hui, on ne peut plus fonctionner sur une réponse traditionnelle de marché. Il faut apporter autre chose ».

« Nos clients deviennent des amateurs d’expériences »Dans un tout autre domaine, Dadoclem, une maison d’édition girondine s’adressant à la jeunesse a conçu des fichiers-son téléchargeables sur MP3 mais également des applications pour smartphone permettant à ses lecteurs de prolonger le simple usage du livre papier. Pour apprendre une langue étrangère en jouant, ou encore découvrir, pas à pas, l’histoire d’une ville comme Bordeaux. «On y propose d’écouter la langue parlée jadis, en l’occurrence le latin, mais aussi de visualiser des images de la cite antique et de la ville actuelle. Tout en invitant les visiteurs à découvrir certains sites et musées. Nous sortons du livre pour amener les lecteurs à devenir des amateurs d’expériences ».

Rien, sans l’humainMise en réseau d’offices de tourisme de la Montagne Basque qui aident les acteurs d’un territoire à mieux se faire connaitre sur le Net,  portail de métrologie créé par une entreprise de pesage… D’autres initiatives sont évoquées. Avant qu’une autre réalité, essentielle, soit soulignée par Jean Philippe, le directeur général du Crédit Agricole Pyrénées Gascogne. En matière d’innovation, rien ne se fait sans les hommes et les femmes qui animent les entreprises, soutient-il.

D’où l’intérêt de bousculer les habitudes et les organisations traditionnelles de travail, de mettre en place des groupes de réflexion « qui laissent la place à l’imagination », mais où les notions de hiérarchie ne pèsent pas.

Favorable aux entreprises « poreuses », qui  associent des intervenants extérieurs à leur réflexion, Jean Philippe plaide également pour le « devoir d’inspiration ». « Il se passe beaucoup de choses sur le marché. Il faut se demander en quoi cela change nos métiers. Nous avons par exemple intégré le crowfunding (financement participatif) dans nos offres aux clients ».

Un dernier principe : « Le ridicule ne tue pas. Aucune idée n’est idiote. La plupart des gros succès ont été créés avec des idées et des mots idiots. Prenez Google. Il n’y a rien de plus bête ». 

Pour en savoir plus :

http://www.aquitaine-developpement-innovation.com/etapes-de-linnovation.html#.VW8Hk1Iw_mQ

http://www.larepubliquedespyrenees.fr/2015/06/02/numerique-decouvrez-les-laureats-des-trophees-e-py-2015,1254869.php

 

 

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
6317
Aimé par vous
5 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !