Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/01/21 : Charente-Maritime : Cédric Tranquard, 44 ans, a été élu ce matin président de la Chambre d'agriculture départementale. Il succède à Luc Servant, élu en décembre à la présidence de la Chambre régionale.

22/01/21 : La Rochelle : le Centre de vaccination de l’Espace Encan sera ouvert à partir du 25 janvier. Les vaccinations seront assurées par les professionnels de santé du lundi au vendredi, sur RDV, pour les résidents du territoire âgés de 75 ans ou plus.

21/01/21 : Charente-Maritime : Rémi Justinien, adjoint au maire de Tonnay-Charente, succède à Cyril Chappet, adjoint à Saint-Jean d'Angély, comme premier secrétaire fédéral du PS en Charente-Maritime, à l'issue d'un conseil fédéral mardi.

18/01/21 : Au 16 janvier, 34 689 vaccinations ont été réalisées en Nouvelle-Aquitaine, la plaçant parmi les régions ayant le plus vacciné. L’objectif national de 1 million de vaccinations à fin janvier, se traduit par un objectif régional de 100 000 vaccinations.

08/01/21 : Influenza aviaire - la Préfecture des Pyrénées-Atlantiques annonce désormais 159 communes en zone réglementée en lien avec 2 foyers dans des élevages de palmipèdes à Baigts-de-Béarn et Préchacq-Navarrenx et 4 suspicions fortes à Arget, Lichos et Garlin

06/01/21 : 823kg de jouets et de livres ont été collectés par la Communauté d’Agglo de Pau et ses partenaires grâce à l’opération "Le père Noël fait de la récup’"! Elle se poursuit jusqu'au 17 janvier dans les déchetteries et points de dépôts.+ d'info

28/12/20 : Le 22 décembre, les communes de Tocane-Saint-Apre et Bergerac en Dordogne ont été reconnues en état de catastrophe naturelle pour inondations et coulées de boues en septembre 2020.

28/12/20 : Suite aux inondations et coulées de boues survenues dans les Landes en octobre dernier, les communes de Mimbaste, Bélus et Rivière-Saas-et-Gourby ont été reconnues le 22 décembre en état de catastrophe naturelle.

23/12/20 : Le préfet de la Charente-Maritime a validé la sortie de la communauté d'agglomération de La Rochelle du syndicat départemental Eau 17, à compter du 1er janvier 2021.

23/12/20 : 60 000 € ont été votés lors de la dernière commission permanente du Département des Deux-Sèvres en faveur de la recherche scientifique et l'innovation. Cette somme sera attribuée sous formes de bourses doctorales

23/12/20 : Le Conseil communal des jeunes de Poitiers a organisé mi-décembre, une collecte de produits de puériculture dans les collèges. Plus de 150 produits (couches, lait, produits d’hygiène…) ont ainsi été remis au restos du Coeur et au Secours Populaire

19/12/20 : Le Biarrot Jacques Lajuncomme-Hirigoyen, 64 ans, est le nouveau président de la Fédération française de surf. Il succède à Jean-Luc Arassus, élu en 2005 . Il sera le président qui inaugurera l'entrée du surf à Tokio, mais aussi aux JO 2024 à Teahupoo.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 24/01/21 | Un projet de centre de recherche et de développement sur les spiritueux à Cognac

    Lire

    La filière cognac va créer un centre de recherche et développement, de collaboration et de formation dédié à l'innovation pour la compétitivité. Le projet s'inscrit dans un site d'environ 8 000 m2 en bord de Charente. L'objectif est de rassembler plusieurs branches de la filière pour l'aider à rester compétitive dans la société de demain. Le développement durable sera également au cœur des projets. Le bâtiment sera d'ailleurs pensé en ce sens.

  • 24/01/21 | France Relance : près de 5,5 millions d'euros pour l'université de Poitiers

    Lire

    Six projets portés par l'université de Poitiers ont été retenus dans le cadre de l'appel à projet « Rénovation thermique des habitats » prévu dans le cadre de France Relance. Ainsi, neuf bâtiments du campus poitevin feront l'objet de travaux de rénovation thermique et énergétique ou de remplacement de chaudière à l'horizon 2023. Le montant alloué par l'État pour ces chantiers représente un total de 5 467 000 euros.

  • 22/01/21 | Aéroport de Bordeaux : Décès de Pascal Personne

    Lire

    En poste depuis 2004, c’est pour "impératifs de santé" que Pascal Personne a démissioné de ses fonctions de Président du Directoire et de directeur de l'Aéroport de Bordeaux au 14 janvier. On apprend ce vendredi sa disparition. "Un homme de convictions et de dialogue qui par sa vision et son engagement aura marqué de son empreinte la plate-forme aéroportuaire pour la hisser dans le haut du tableau des aéroports français", lui rend hommage Patrick Seguin, Président de la CCI Bordeaux Gironde. Sous sa direction, l'aéroport sera passé de 3M de passagers à près de 8M et aura vu se créé le terminal Billi dédié au low cost.

  • 22/01/21 | Bayonne: accès au complexe sportif de la Floride éclairé dès 6h30!

    Lire

    La période de couvre-feu ne rend plus accessible les installations sportives municipales bayonnaises à partir de 17h30. Afin de permettre à ce public de pratiquer une activité sportive, en dehors des heures de travail, la Ville de Bayonne a décidé d'ouvrir et d'éclairer le terrain de rugby en synthétique et la piste d'athlétisme du complexe de la Floride, dès 6h30 le matin. Il sera donc possible aux adeptes de la course à pied de s'adonner à leur activité sur un site adapté et éclairé 7 jours sur 7 pendant toute la période du couvre-feu dès samedi 23 janvier.

  • 22/01/21 | Signature d'une convention entre la Région et la CCI

    Lire

    Ce jeudi, Alain Rousset, président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, et Jean-François Clédel, président de la CCI Nouvelle-Aquitaine, ont signé une convention cadre de partenariat pour le développement économique des entreprises néo-aquitaines. Le but : anticiper et accompagner les transitions régionales numériques, écologiques et énergétiques. Mais aussi d’apporter un soutien aux entreprises qui souffrent de la crise, poursuivre le renforcement les filières régionales prioritaires ou encore améliorer la performance industrielle des entreprises régionales et déployer le dispositif "usine du futur".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Re-confinement: la Coopération agricole en appelle à la solidarité des consommateurs, de la grande distribution et de l'Etat

05/11/2020 | Face au re-confinement, la coopération agricole devra « travailler avec la grande distribution, sensibiliser les pouvoirs publics et inciter le consommateur à acheter français »

La coopération agricole assure qu'il n'y aura pas de pénurie et appelle à consommer français - image d'illustration

Comme l'ensemble des acteurs économiques français, les coopératives agricoles n'en sont pas à leur coup d'essai en matière de confinement. Et comme la plupart des acteurs économiques français, si elles ont pu tirer quelques enseignements et bonnes pratiques de l'acte 1 au printemps, ces acteurs, dont dépendent 63 000 agriculteurs et 29 000 salariés sur la seule région Nouvelle-Aquitaine, font face à un confinement acte 2, sans avoir eu le temps de retrouver leurs équilibres économiques d'avant mars 2020. Si au niveau national et régional de la fédération des coop agricoles, il s'agit de rassurer les consommateurs quant à la disponibilité des produits, la période s'annonce rude pour un certain nombre de productions festives, nombreuses dans notre région. A moins, peut-être, que le consommateur, l'Etat et les grandes surfaces jouent le jeu proposé par la coopération agricole...

« Pas plus que pendant le premier confinement de mars et d’avril, les produits alimentaires ne manqueront dans les rayons. Le monde agricole et les 2300 coopératives agricoles nationales sont en mesure de garantir l’approvisionnement du pays pendant cette période de reconfinement ». Voilà en deux phrases, le message adressé en début de semaine par Dominique Chargé, président de Coop de France et Denis Baro, son homologue sur la région Nouvelle-Aquitaine. Pas de « peur de manquer » à avoir, donc, et d'autant plus si les consommateurs, reprennent leurs habitudes prises lors du premier confinement de consommer français, voire local, insistent les deux hommes.

L'expérience du premier confinement
« L'expérience du premier confinement a montré que la production a tenu et que les coopératives ont su s’adapter à la crise sanitaire en termes de lignes de productions et de logistique », confirme Philippe Sommer, délégué Nouvelle-Aquitaine. Une réussite à mettre au crédit des coopératives qui ont néanmoins du faire face, comme les autres entreprises, aux contraintes sanitaires, à la pénurie de main-d’oeuvre ( qui pourraient être plus importantes encore en cette fin d'année, la Nouvelle-Aquitaine ayant été relativement épargnée lors la première vague) et la réorganisation de ses marchés due à l’arrêt de la restauration collective ou de l’export.

« Si entre mars et mai, la perte de chiffre d'affaires des coopératives agricoles de Nouvelle-Aquitaine s'est élevée en moyenne à 28%, il faut tout de même relever que pour plus d'un quart d'entre elles, cette perte est supérieure à 50% du chiffre d'affaires, ce qui est énorme... » appuie Philippe Sommer. Parmi les plus exposées : le secteur du vin, le foie gras, le chevreau, l'agneau, l'asperge... « Sur les produits festifs la diminution du chiffres d'affaires a été très conséquente », confirme le délégué régional. De quoi nourrir quelques inquiétudes alors que ce deuxième confinement vient poser un flou certain sur les fêtes de fin d'années, lors desquelles ces filières réalisent habituellement la majeur partie de leur chiffre d'affaires.
Inquiétudes aussi puisque, à la veille du re-confinement, on observait encore en région, une baisse de 12% du chiffre d'affaires depuis l'été. 30% des coopératives ne considéraient d'ailleurs pas revenir à lur niveaux d'activité d’avant la première crise, avant un an.

Une inquiétude particuière sur les produits festifs
A la différence du premier confinement la restauration des collectivités types cantines scolaires sont ouvertes, reconnaissent les responsables de la coopération agricoles tout en modérant « elles ne pourront suffire à compenser les fermetures ou baisses d'activité importantes des autres acteurs de la restauration hors domicile », qu'ils soient restaurateurs ou traiteurs... Par ailleurs, « dans l'hypothèse de transferts partiels de marché en direction de la grande distribution ou de la restauration scolaire, qu'il faudra réussir à faire, les valorisations ne seront pas les mêmes » ajoutent-ils. Un constat d'autant plus fort pour ce qui est du vin ou des produits festifs rarement servis dans les restaurants scolaires... Des produits qui focalisent encore un peu plus l'attention que les autres, puisque pour certains d'entre eux, comme le vin ou le foie gras, la situation était déjà compliquée avant même la crise sanitaire.

« Lors du premier confinement, la grande distribution a joué le jeu et notamment par rapport à ces produits festifs, en les mettant en avant », reconnaît Dominique Chargé. De bonnes relations et habitudes mises en place lors du premier confinement que les acteurs de la coopération espèrent bien renouveler pour cet acte 2, même si tous sont bien conscients aussi qu'une vraie question se pose sur le consommateur lui-même : le confinement ne risquent-ils pas de peser sur son moral, et donc son envie de consommer des produits festifs ?
Si la coopération agricole comptent donc sur la grande distribution et les consommateurs pour écouler les productions françaises, ces représentants en appellent aussi à l'Etat pour « des mesures de relance urgentes et nécessaires », d'une part d'un point de vue social pour répondre au mieux aux besoins des entreprises en difficultés et d'autres part dans un souci d'anticipation des récoltes et productions pour 2021. Quatre grandes mesures phare sont ainsi réclamées.

Développer les aides au stockage
D'abord, le renforcement des mesures de soutien à destination des entreprises impactées par la fermeture totale ou partielle des marchés liés à la RHD. « C'est la question de la prise en charge au titre du chômage partiel dont il est ici question. Nous demandons à ce que l'entreprise puisse bénéficier du chômage partiel en proportion de la perte de chiffre d'affaires directement liée à la fermeture de la restauration hors domicile, sans devoir attendre qu'elle se trouve dans une situation intenable pour pouvoir en bénéficier, ce qui est le cas actuellement. Notre proposition permettrait à plus d'entreprises de bénéficier de ce dispositif », commente Philippe Sommer.

Deuxième mesure réclamée par les coop : le développement des aides au stockage privé afin de sécuriser les productions qui ne trouvent plus de débouchés et éviter toute perte et tout gaspillage alimentaire. « C'est une question d'importance car nous avons déjà beaucoup stocké, et ça a un coût. Il va nous falloir payer les stocks et dans un deuxième temps trouver des débouchés pour ces produits qui seront sans doute moins valorisés », explique le délégué régional. Une question du coût du stockage auquel se heurtent une fois encore principalement, mais pas uniquement, le vin, les fromages AOP, ou les produits festifs.

Troisième mesure déjà évoquée plus haut : encourager la consommation de produits français afin d’assurer un débouché à la production agricole, en particulier pour les produits festifs de fin d’année (boissons et volailles festives, foie gras, etc.). Et enfin, en dernière requête, les coopératives agricoles demandent « un moratoire sur l’application des pénalités logistiques prévues dans les contrats entre la grande distribution et leurs fournisseurs jusqu’à nouvel ordre, compte tenu des perturbations des modes de consommation que la période va générer. » Une manière d'accorder un peu de souplesse aux coopératives et acteurs agricoles quant à la livraison des commandes dans une période à la visibilité plus que troublée, de la fourche à la fourchette.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : DR

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
9874
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !