Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

17/11/18 : Lors de l'ouverture des Rencontres littéraires "les Idées mènent le monde" à Pau, François Bayrou a annoncé le désistement du penseur Edgar Morin, pour des raisons de santé. Il devait initialement intervenir ce 17 novembre dans la matinée.

15/11/18 : Une nouvelle invitée vient rejoindre les 21 personnalités des Idées mènent le Monde (Pau): Christine Ockrent interviendra sur "Europe : évitons la marginalisation", samedi 17 novembre à 16h30.

15/11/18 : L'auteur palois David Diop, lauréat ce 15 novembre du prix Goncourt des lycéens pour son ouvrage Frère d'âme (Editions du Seuil), participera au Grand débat de Lettres du monde – Welcome ! vendredi 23 novembre, 18h30 à la cour d'appel de Bordeaux

15/11/18 : Journée nationale d’action samedi 17 novembre. En Lot-et-Garonne, les accès aux supermarchés, stations-service, centres-villes et à l’A62 risquent d’être perturbés. Plus d'infos sur http://www.lot-et-garonne.gouv.fr/

14/11/18 : Rencontre/débat avec les parlementaires du 47 autour de la réforme des retraites et des nouvelles revendications de l'ADRA 47 le vendredi 16 novembre à 14 H 30 à la Salle de l'Orangerie du Conseil Départemental d'Agen.

14/11/18 : Dans la continuité de la réflexion d’Agen 2030, des tables rondes autour du handicap et de l’accessibilité de la Ville d’Agen sont proposées le lundi 19 novembre de 14 h à 16 h 30, Salle des Illustres à l’Hôtel de ville d’Agen.

14/11/18 : Dans le cadre de la Journée international des droits de l’enfant, le centre social Maison pour Tous de la Masse (Agen) présentera le 20 nov dans son local à 17 h 30 les travaux des enfants inscrits au CLAS autour de la charte nationale.

14/11/18 : Invitée en Martinique afin de partager son expertise en vue de la création de La Cité du Rhum, La Cité du Vin accueillera à Bordeaux les 21 et 22 novembre une délégation martiniquaise porteuse de ce projet.

14/11/18 : Une lecture du livre posthume de « Charb » « Lettre aux escrocs de l’islamophobie qui font le jeu des racistes » se tiendra le 19 novembre à 20 h au théâtre du Pont Tournant, à Bordeaux.

14/11/18 : 10 établissements touristiques de Gironde viennent de recevoir l’Ecolabel européen hébergement touristique label officiel de la Commission européenne pour les établissements qui souhaitent allier qualité et écologie. En NA, 82 sont dénombrés.

14/11/18 : 10ème Forum Environnemental du Vin de Bordeaux le 6 déc au Palais des Congrès de Bordeaux. « Après avoir dressé le bilan des actions menées, cette journée permettra de partager l'ambition d'amener la filière vers une politique RSE collective. »

14/11/18 : Conférence autour de « La forteresse de Blanquefort » proposée par l’association Tout Art Faire, le 15 novembre de 19 h à 20 h 30, à l’Athénée Municipal et animée par Marietta Dromain, docteure en Archéologie.

14/11/18 : Mobilisation des avocats le 15 novembre à 11 h devant les marches du TGI de Bordeaux contre les dispositions du projet de loi de réforme de la justice 2018-2022, les « cinq chantiers de la Justice ».

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 16/11/18 | Libourne et le dessin...180 ans d’amour

    Lire

    Du 19 au 23 novembre, pour fêter les 180 ans de l’Ecole de Dessin de Libourne, l’école municipale se délocalise au sein de l’Hôtel de Ville pour proposer de nombreuses séances de dessins gratuites et ouvertes à tous : dessin d’observation dans l’Hôtel de Ville, dessin d’après des sculptures au musée, workshop arts graphiques, exposition...Mais attention le nombre de places est limitée. Inscription : 05 57 25 02 58

  • 16/11/18 | Tout ne va pas à l’égout

    Lire

    A l’occasion de la Journée mondiale dédiée aux toilettes et portant sur les enjeux de l’assainissement des eaux usées le 19 novembre, l’Eau de Bordeaux va mener une campagne de sensibilisation « Le geste essentiel : les lingettes dans la poubelle » durant 3 semaines. Celle-civise à rappeler qu’il est primordial de jeter les lingettes dans la poubelle. Cette campagne cible les structures de la petite enfance de Bordeaux Métropole mais aussi le grand public avec un affichage dans les bars et restaurants de Bordeaux.

  • 16/11/18 | « Pas vu, pas protégé, soyez un cycliste éclairé »

    Lire

    Du 19 au 23 novembre, Grand Poitiers, en partenariat avec la Police Nationale, la préfecture de la Vienne, les villes de Poitiers, Buxerolles, Jaunay-Marigny, l’Atelier du Petit Plateau et Vélocité 86, organise sa 9ème semaine de sensibilisation pour la sécurité des cyclistes. Pour informer et aider les cyclistes à renforcer leur visibilité, des actions sont proposés et des accessoires de sécurité seront offerts.

  • 15/11/18 | La Fête de l'agriculture basque ce week-end à Biarritz

    Lire

    La 13e édition de Lurrama se tiendra vendredi, samedi et dimanche à la Halle Iraty (près de l'aéroport de Biarritz). Elle célèbre sur 6000M2 avec veaux, vaches, moutons, à travers conférence, expositions, chants et danses et bien sûr le repas des chefs, la culture basque à travers l'élevage et l'agriculture. Le thème de cette année "Pour une politique agricole alimentaire" évoquera la Politique Agricole Commune. Entrée: 4 euros pour les adultes, gratuit moins de 15 ans. Le programme sur: www.lurrama.org

  • 15/11/18 | De nombreux matchs de football reportés le 17 novembre en Dordogne

    Lire

    En raison du mouvement de protestation "Gilets jaunes" du samedi 17 novembre, le District de Football a sondé les clubs de Dordogne : 60% d’entre eux étaient favorables au report intégral des matches jeunes et féminines jeunes prévus à cette date. Les rencontres qui devaient avoir lieu dans le cadre du championnat brassage U15 poule B et D sont reportées au samedi 8 décembre. Idem pour les matches des coupes U18 et U15 Dordogne et District.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Fermeture de l'usine Yara à Pardies : la crainte de « l’effet domino »

08/03/2017 | Annoncée pour octobre 2018, la fermeture de l'usine Yara de Pardies fait revenir les cauchemars sur le bassin de Lacq

Le groupe norvegien Yara enisage de fermer l'usine de Pardies en octobre 2018

« On nous annonce que notre usine va fermer dans 18 mois. Vous imaginez l’état d’esprit dans lequel on se trouve ». L’ambiance est lourde mercredi matin devant les grilles de Yara, à Pardies, où le personnel vient de se réunir. Lors d’une réunion du comité central d’entreprise organisée la veille à Paris, ses représentants ont en effet appris que l’usine dans laquelle 86 personnes travaillent actuellement en Béarn fermerait ses portes en octobre 2018. Selon le groupe norvégien propriétaire du site, les perspectives économiques de l’unité située dans le cœur industriel des Pyrénées Atlantiques seraient en effet désastreuses. L’analyse est contestée par le personnel qui vient de se mettre en grève. « Une expertise va être lancée » indique-t-il.

Ce mauvais coup porté au bassin industriel de Lacq n’est pas le premier du genre. En 2009, l’usine Acetex Chimie qui appartient au groupe américain Celanese et emploie 350 personnes à Pardies, où elle produit de l’acide acétique et de l’acétate de vinyle, met la clé sous la porte.   

Cette fermeture est lourde de conséquences pour ses voisins de Yara qui perdent là leur plus gros client.

Comme neige au soleil

Spécialisée dans les produits chimiques azotés qu’elle livre sur les marchés industriels français et espagnol (1) :  Yara voit ses effectifs fondre comme neige au soleil. Ces derniers passent de 150 salariés à moins de 100 personnes tandis que sa production d’ammoniac agricole doit être arrêtée.

Au cours des années qui suivent, l’entreprise poursuit toutefois son activité en dépit de quelques déconvenues. Telle la difficulté qu’elle éprouve à faire transiter son nitrate d’ammonium par le port de Bayonne. Car la présence de ce produit entrant dans la composition d’engrais et d’explosifs effraie les élus basques. Un autre acheminement devra être trouvé via… Port-la-Nouvelle.

Un investissement conséquent, de l’ordre de 1,8 million d’euros est même engagé en 2016 à Pardies sur un nouvel atelier de production de nitrate de calcium (on s’en sert notamment pour combattre les odeurs dans les égouts).

Mais, alors que les effectifs ont encore été réduits de 12 postes au cours de la même année, le couperet va finir par tomber. La fermeture de l’usine de Pardies est annoncée en ce début de semaine par la société norvégienne « pour des raisons économiques ».

Des millions d’euros de pertes annoncés

Le groupe possède quatre usines en France. Elles sont implantées en Gironde à Ambès, en Loire-Atlantique, en Seine Maritime et au pied des Pyrénées. Mais, en ce qui concerne Pardies, « un tableau très noir est dressé pour les cinq années à venir ». Les pertes envisagées se montent à 6 millions d’euros. 

Pour la seule année 2016, un résultat négatif de 1,7 million d’euros est annoncé, explique Jean-François Derolez, secrétaire du comité central d’entreprise et délégué central CGT. Des chiffres que contestent les représentants des salariés. « A partir du 11 avril, une expertise va être lancée par le CCE ».

La méthode est également dénoncée. « Aucune solution alternative n’a été recherchée avec nous. L’argent qui va être mis dans la fermeture devrait plutôt être investi pour éviter cette même fermeture ». Et le syndicaliste de souligner « l’écoeurement » d’un personnel qui a déjà consenti de « gros efforts après la réduction d’effectifs de l’année dernière, sans que la production soit réduite ».

Réuni hier matin, le personnel a entamé une grève de 24 heures

« On a pris une sacrée claque »

L’incompréhension est d’autant plus grande que le nouvel atelier de nitrate de calcium ne tourne pas à plein. « On a une capacité de 30 000 tonnes dans un outil neuf et on ne nous en donne que 12 000 tonnes à produire » constatent les salariés. Avant de rappeler que l’usine de Pardies se retrouve en concurrence avec une autre unité de Yara, située en Norvège et alimentant le nord de la France. « On pourrait très bien approvisionner nous-mêmes cette région. Mais on nous répond que cela n’est pas possible ».

Bref, le choc est sévère dans les Pyrénées-Atlantiques. « On a pris une sacrée claque » confie un membre du personnel. Ce dernier insiste également sur le nouvel « effet domino » que la fermeture de l’usine risque d’entrainer sur le bassin de Lacq.

Des liens étroits existent entre Yara et sa voisine d’Air Liquide , dit Jean-François Derolez. Sans parler des emplois induits qui existent chez les sous-traitants et dans les services de gardiennage. « Près de 150 emplois sont impactés au final ». De même, l'unité de Pardies fournit un péroxyde d'azote très pur à l'usine Arkema qui est implantée à Mont. "Que va-t-il se passer si on arrête ?".

Réuni mercredi matin, le personnel a décidé d’entamer un mouvement de grève. Thierry Loyer, le président de Yara France, a pour sa part annoncé qu’un plan social débuterait à la mi-avril.

(1) Il s'agit aujourd'hui d'ammoniac, d'acide nitrique, de nitrates techniques, de peroxyde d’azote et de nitrate de calcium.

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Aqui

Partager sur Facebook
Vu par vous
9213
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !