Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

26/10/20 : Dominique Bussereau président du département de Charente-Maritime et de l'ADF vient d'annoncer que le Congrès des Départements de France qui devait avoir lieu lieu les 5 et 6 novembre à La Rochelle est ajourné compte tenu de la situation sanitaire

24/10/20 : En raison du couvre-feu, la maire de Biarritz, Maïder Arosteguy a décidé d'instituer un stationnement de la ville gratuit en surface dès 18 heures, afin d'inciter les clients des restaurants de venir plus tôt dans ces établissements de la ville.

22/10/20 : Ce 22 octobre Jean Castex a annoncé 38 nouveaux départements et une collectivité d’Outre-mer la Polynésie soumis au couvre-feu de 21h à 6h dès demain soir. En Nouvelle-Aquitaine, Haute-Vienne et Pyrénées-Atlantiques sont concernés.

22/10/20 : Le Pôle Expérimental Métiers d’Art du Périgord-Limousin organise un marché des métiers d’art en plein air, sur la Place Alfred Agard à Nontron, le samedi 24 octobre de 10h à 18h, en remplacement du Salon de la Rue des métiers d'art, qui est annulé.

22/10/20 : La Rochelle : Michel Carmona, adjoint au maire depuis 2014, est décédé dimanche. Ses obsèques auront lieu vendredi à 15h30 au crématorium de Mireuil.

22/10/20 : Charente-Maritime : en plus d'une obligation de porter le masque dans 52 commune du département, le préfet de Charente-Maritime a pris un arrêté interdisant les buvettes et certaines restaurations dans les établissements sportifs.

21/10/20 : Le Conseil scientifique Covid 19 a dans un communiqué rendu public l'avis favorable donné au gouvernement le 19 octobre pour la prorogation du régime transitoire de l'urgence sanitaire jusqu'au 16 février et son prolongement jusqu'au 1° avril 2021.

21/10/20 : La Cour de Cassation a rejeté ce mercredi le pourvoi de Monsanto dans le dossier l'opposant à un agriculteur charentais. La justice avait tranché en faveur de l'agriculteur en 2012, puis en appel en 2015.

21/10/20 : L’agglo Pau Béarn Pyrénées met en garde contre des individus se faisant passer pour des agents de collecte des déchets auprès des particuliers pour vendre des calendriers 2021. En effet tout démarchage de ce type est interdit de la part de ses agents.

20/10/20 : Le Maire de Lormont, Jean Touzeau, et l'équipe municipale, invitent la population, ce mercredi 21 octobre à 12h, à s'associer à leurs côtés à l'hommage national rendu à Samuel Paty, professeur d'histoire-géographie victime du terrorisme.

20/10/20 : Municipales :A Saint Astier, en Dordogne, l'élection municipale, remportée par la maire sortante Elisabeth Marty (DVD) avec 17 voix d’avance, a été annulée ce mardi 20 octobre par le tribunal administratif de Bordeaux.

18/10/20 : Périgueux : Près d'un millier de personnes se sont rassemblées devant l'arbre de la liberté cet après-midi en hommage à Samuel Paty enseignant assassiné à Conflans-Sainte-Honorine, pour défendre la liberté d'expression et dire non à la terreur.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 26/10/20 | Bayonne : Un plan de formation pour les salariés de Staero

    Lire

    L’entreprise de mécanique de précision spécialisée dans l’usinage de pièces mécaniques et le montage de petits sous-ensembles, Staero, va mettre en œuvre des formation à la fois technique pour les opérateurs, mais dans le domaine de l’organisation industrielle et du management dans le cadre du plan de compétences 2020-2021. Ces formations vont avoir lieu avec le soutien de la Région Nouvelle-Aquitaine qui vient de leur attribuer une aide de 15 602,24 euros.

  • 26/10/20 | Benoît Biteau insatisfait par la nouvelle politique agricole commune

    Lire

    Pour l'Eurodéputé Benoît Biteau, "cette nouvelle PAC est une erreur historique". Votée en fin de semaine dernière, cette "PAC n'intègre même pas les objectifs du Green Deal", s'insurge Benoit Biteau, qui parle de greenwashing. "La Pac n'est pas contraignante pour atteindre nos objectifs climatiques et de biodiversité". Pour les Verts/ALE, "le combat continue, notamment pour la définition des stratégies "Biodiversité" et "de la ferme à la fourchette" ".

  • 26/10/20 | Talence : 4 entreprises associées autour de l'industrie du futur

    Lire

    Le projet Sabor 2 est une initiative du Cluster Digital Aquitaine pour fédérer les entreprises de la simulation numérique (ou Smart4D). Le projet implique la mise en place d'une plateforme de production collaborative orientée sur l'industrie du futur. Ainsi, Vitirover, ESI Group, LGM et Amvalor se sont associés dans Sabor 2, dont la vocation est de révolutionner l'industrie avec des solutions innovantes comme par exemple la maintenance par l'intelligence artificielle. Ce projet collaboratif est soutenu par la Nouvelle-Aquitaine à hauteur de 370 500 euros.

  • 26/10/20 | Covid-19 : Les CCI néo-aquitaines lauréates d'un prix européen

    Lire

    Les CCI de Nouvelle-Aquitaine et la Chambre d’économie Croate viennent d’obtenir le prix européen « Résilience » pour leur soutien pendant la crise sanitaire. Pour faire face au besoin du CHU de Poitiers en matière de sacs hydrosolubles permettant la manipulation du linge contaminée, le réseau Entreprise Europe via la CCI Limoges Haute-Vienne s’est mobilisée et a pu rapidement identifier grâce à la Chambre d'Economie Croate un fournisseur, Vuplast d.o.o., fabricant croate de produits plastiques qui a développé un sac innovant en plastique hydrosoluble.

  • 26/10/20 | De nouvelles mesures anti-covid en Charente-Maritime

    Lire

    Après avoir pris des arrêtés pour imposer le port du masque obligatoire dans 55 communes de Chatrente-Maritime, puis l'interdiction des buvettes et points de restauration temporaire (consommation debout incluse) dans les établissements sportifs, le préfet Nicolas Basselier a pris un arrêté vendredi pour imposer un cahier de rappel dans les restaurants de la Charente-Maritime à partir du samedi 24 octobre 2020. Ces cahiers sont détruits sous 15 jours si aucun cas de Covid n'est signalé.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Foie gras: les présages d'une saison 2019 compliquée

18/11/2019 | Après une belle année 2018, qui marque le retour en santé de la filière foie gras, l'année 2019, pourrait s'avérer plus compliquée qu'espérée.

Campagne Foie gras CIFOG

Début novembre, la veille de l'heureuse annonce par la Chine de l'ouverture de ses frontières au foie gras français, Maire-Pierre Pé, directrice du CIFOG, l'interprofession du Foie gras, a participé aux assemblées générales des organisations de producteurs de volailles à chair et de palmipèdes à foie gras du groupe coopératif landais Maïsadour. L'occasion de revenir sur les bons chiffres 2018 du foie gras, de confirmer quelques annonces mais aussi de mettre en lumière quelques tendances et points de vigilance pour l'année 2019, dont les fêtes de fin d'année portent facilement la moitié du chiffre d'affaires de la filière.

« Sur le tableau de la production mondiale de foie gras, la France a retrouvé sa part ! Elle porte à nouveau les trois quart de la production mondiale, avec 16 398 tonnes de foie gras produites », démarre joyeusement Maire-Pierre Pé. « Et l'excédent de la balance commerciale nationale, progresse de 19% », passant à + 39M€, après avoir chuté à 18 M en 2017 (contre 56 M€ en 2014 -2015).

"Tous les indicateurs repassent au vert"
En clair, sur le marché national comme à l'export, les affaires peu à peu reprennent pour le foie gras français, même si un travail est encore à faire pour la reconquête de marché à l'export. « Parmi nos principaux clients nous avons le Japon, la Suisse, Israël et Hong Kong. Mais sur le Japon, avant la crise aviaire, nous partagions le marché avec la Hongrie, à notre avantage. Désormais, les foies gras français ne représentent plus que 20 % des ventes, les hongrois rejoints par les Espagnols et la Bulgarie, ont su prendre notre place... »
Sur le marché national, là aussi « tous les indicateurs repassent au vert », indique la directrice. Les chiffres ne valent pas ceux de 2015 (année record avant les crises d'influenza), mais le foie gras renoue avec la croissance +2,8% en volume et + 3,4% en valeur. « Sur les fréquences d'achat, on était à 1,8 achat par an avant crise, et à 1,6 en 2018. Du côté du pourcentage des ménages acheteurs, on est passé de 47 à 40%, mais plus globalement 9 français sur 10 consomment du foie gras. Dans le détails, on note une légère baisse de 93% en 2017 à 90 % en 2018. Elle est sans doute justifié par la hausse des prix et non pas par un potentiel mouvement de fond des anti-gavage, on peut vous l'assurez parce qu'on surveille cela de très près ! », glisse-t-elle à l'assemblée de producteurs qui l'écoutent. Autre point positif pour l'interprofession qu'elle représente, le foie gras reste « un incontournable » des fêtes dans l'esprit des français, « un produit à partager et pour lequel ils restent très attachés à son origine française », appuie la directrice du CIFOG.

De janvier à octobre 2019: -13% des ventes en volume et -17% en valeur
Côté tendances, avec 16 200 tonnes prévues, la production nationale de foie gras devrait rester stable avec des importations qui poursuivent fortement leur baisse sur les 7 premiers mois de l'année (-36%), mais les exportations, dans une moindre mesures, également. « Elles sont un peu à la peine avec un recul de 10% sur cette première partie de l'année qui représente 50% de nos exportations à l'année... C'est une baisse qui s'adapte à la demande. », tempère Marie-Pierre Pé. Et la tendance pourrait se poursuivre puisque sur 2020, Euro Foie Gras qui regroupe les principaux pays producteurs européens que sont la Hongrie, la Bulgarie et la France, « annonce une progression à -5% », poursuit-elle.
Un début d'année 2019 qui semble décidément démarrer avec une petite pointe d'inquiétude pour la directrice du CIFOG, même si l'essentiel des ventes n'est pas encore fait. « On enregistre une baisse de 7% des ventes en volumes dans les grandes surfaces... Quant à l'achat de foie gras par les ménages (toutes sources d'achats confondues : magasin, producteur, restaurant ,... ndlr) on est à -13% en volume et -17% en valeur sur les 9 premiers mois de l'année. » Si la directrice du CIFOG tente bien une explication « moins de ménages acheteur, moins de quantité d'achat et prix en hausse », il n'en reste pas moins qu'elle admet volontiers y voir quelques « présages d'une saison compliquée ».
Autre facteur d'inquiétude, dès cette fin d'année, la mise en application de la Loi Egalim qui non seulement impose un taux de promotion plafonné à -34% du prix mais aussi un volume vendu sur promotion de 25% maximum des volumes annuels « alors que pour le foie gras en décembre, on est plutôt sur 70% des produits vendus en promotion... A Pâques, on a fait 24% de volume et 19% de valeur de vente en moins... On peut donc avoir des inquiétudes sur ce sujet sur la saison à venir. » Autant d'élément qui l'amène déjà à conclure que « pour 2020, la réduction des volumes est indispensable », conseille-t-elle fortement à la coopérative de producteurs.

Une nouvelle marque collective "Origine France"

Le logo de la marque collective ''Origine France'' du CIFOG

Dans ce contexte, l'annonce de l'ouverture des frontières chinoises le 6 novembre dernier, et de son marché à très fort potentiel (10 M€ à court terme pour le seul foie gras et la possibilité de valoriser les autres produits de la filière à hauteur de 38 M€, selon le CIFOG) est donc véritablement une bonne nouvelle pour l'interprofession. D'autant que celle-ci vient de lancer une nouvelle marque collective « Origine France » destinée à identifier l’origine Française des foie gras, du magret et du confit issus d’animaux nés, élevés, transformés et conditionnés en France. L'objectif est d'une part d'appuyer le souci de transparence toujours primordial auprès de consommateurs, tout en permettant de renforcer sa visibilité à l'export. « C'est aussi un travail en direction de la restauration, ajoute la directrice du CIFOG. Huit associations de Chefs ont signé mi octobre une Charte dans laquelle ils s'engagent pour l'identification de l'origine française du foie gras proposé à leurs cartes. »
Enfin, pour donner du cœur à l'ouvrage aux producteur présents, Marie-Pierre Pé a également saiqsi l'occasion de cette tribune pour rappeler le projet lancé en partenariat avec la restauration « afin de développer un autre temps fort de vente du foie gras, qui ne soit pas les fête de fin d'année »... La semaine du foie gras qui revient donc pour sa deuxième édition du 2 au 8 décembre prochains, quand les fêtes ne sont pas encore là mais, pas si loin tout de même. Pour l'occasion plus d'une centaine de restaurants mettront le Foie Gras à l'honneur partout en France avec des menus spéciaux et des menus du jour. Un fois gras qui ces temps ci ne veut décidément pas se faire oublier avec le lancement depuis le 10 novembre et jusqu'au 8 décembre, de son spot télévision, qui, comme l'an dernier prend le parti d'ancrer le foie gras dans le quotidien des plus jeunes générations.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : CIFOG

Partager sur Facebook
Vu par vous
5394
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 28 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !