Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

16/02/20 : Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, a démissionné et conduira finalement la liste LREM aux municipales de Paris sur décision évidente d'Emmanuel Macron; le député Olivier Véran lui succède au ministère.

12/02/20 : Louis Bodin, Monsieur Météo sur TF1, a décidé de se lancer dans les Municipales à Biarritz aux côtés de Maïder Arosteguy, tête de liste des Républi-cains. Il souhaite s'investir dans la ville de sa compagne Sylvie, notamment en matière d'environnement

11/02/20 : Charente-Maritime: Marie GROSGEORGE, 35 ans, a pris ce lundi la fonction de sous-préfète, directrice de cabinet du préfet de la Charente-Maritime. Cette diplômée de l'ENA et de l'ENS était précédemment chargée de mission au ministère de l’Intérieur.

10/02/20 : Chantal Castelnot a été nommée nouvelle préfète de la Vienne, le 3 février. Depuis 2017, elle était préfète de L'Orne. La préfète a fait sa première apparition publique ce 10 février pour un dépôt de gerbe au monument aux morts bd Verdun à Poitiers.

10/02/20 : Charente-Maritime : le festival electro Stereoparc a dévoilé les premiers noms de la programmation de la soirée Coco Coast du samedi 18 juillet 2020 : Martin Solveig, Bakermat et Bellecour.

04/02/20 : Le 44ème Challenge International du Vin se tiendra les 24 & 25 avril à Bordeaux et mettra à l'honneur les vins moldaves! Près de 4 000 vins d'une quarantaine de pays seront en compétition, et 700 dégustateurs viendront récompenser près de 1 400 vins

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 16/02/20 | Un cas de rage en Charente-Maritime

    Lire

    L’Institut Pasteur a signalé un cas de rage chez un chien, à Saint-Martin-de-Ré. Il a été euthanasié. Une enquête de la direction départementale de la protection des populations (DDPP) et l’Agence régionale de santé (ARS) vise à rechercher d’autres personnes ou d’autres carnivores (chiens, chats, furets, etc) qui ont pu être en contact avec l’animal. Un arrêté préfectoral a été pris ce vendredi pour restreindre les mouvement des chats et chiens, qui doivent être tenus en laisse ou en caisse.

  • 16/02/20 | L'Europe et la Région en soutien au projet de Maison médicale d'Arudy (64)

    Lire

    Dans le cadre des réflexions engagées depuis 2015 sur l'accès aux soins et l'attractivité médicale de la Vallée d'Ossau, classée comme territoire vulnérable, plusieurs projets sont en cours. Parmi eux les projets de Maisons de Santé Pluri professionnelles (MSP) sur Arudy et Laruns. Le projet de MSP d'Arudy qui pévoit la construction d'un nouveau bâtiment et l'accueil de 10 médecins généralistes et professionnels de santé vient d'obtenir le soutien de la Région (200 000 €) et du FEDER (527 285 €). La livraison est prévue pour janvier 2022.

  • 14/02/20 | Isabelle Boudineau réélue présidente du COTER

    Lire

    Isabelle Boudineau vice-présidente du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine vient d'être réélue à la présidence du COTER, la commission de la cohésion territoriale et du budget au sein du Comité des Régions, lieu qui regroupe les élus des pays membres de l'Union. Son expérience acquise et son engagement personnel, ces dernières années, seront d'autant plus précieux que les perspectives budgétaires, en particulier consécutives au Brexit, s'annoncent délicates. Et ceci alors que les régions, avec la gestion décentralisée des fonds européens, jouent un rôle clé dans l'accompagnement des territoires, au plus près du terrain et de leurs priorités.

  • 14/02/20 | Salon de l’apprentissage et de l’emploi, les 14 et 15 février à Poitiers

    Lire

    Au Parc des expositions de Poitiers, de 9h à 18h, le salon de l’apprentissage et de l’emploi accueille les jeunes et les adultes en reconversion pour discuter orientation. A partir d’aujourd’hui et jusqu’à demain, l’entrée dans le forum est libre. Des professionnels proposent un accompagnement personnalisé sur place et une découverte des métiers ouverts à l’apprentissage dans 8 secteurs différents. 18 organismes de formation seront également sur place pour répondre aux diverses interrogations.

  • 14/02/20 | Les écoles de la 2ème chance renforcées dans le 64

    Lire

    Déjà aidée en 2019, l'École départementale de la 2ème chance des Pyrénées-Atlantiques (Mourenx) est à nouveau soutenue par la Région en 2020 à hauteur de 180 000€. En effet, l'ouverture des sites de Pau et de Bayonne permet d'optimiser le maillage territorial en complétant le site "historique" de Mourenx. Conséquence: les effectifs passeraient de 50 en 2019 à 180 en 2020, soit + 260%. Pour mémoire ces écoles, labellisées, associent dans un parcours de formation individualisé, l'acquisition de compétences, l'expérience en entreprise et la définition d'un projet professionnel.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Foie gras : une saison 2019 victime des failles de la loi Egalim

04/02/2020 | La loi Egalim qui avait vocation à améliorer le revenu des producteurs, pourrait à terme porter un coup dur à la filière canard gras... et à ses emplois.

Foie gras

Les professionnels le craignaient, les chiffres, tombés en fin de semaine dernière, sont venus confirmer les craintes. Le marché du foie gras enregistre un recul important. En cause, selon le CIFOG, l'interprofession du canard à foie gras, qui les communiquent : la loi Egalim et son dispositif d'encadrement des promotions qui, posant une situation nouvelle est venue nuire aux comportements d'achat des consommateurs, dans un période d'avant-fête qui représente habituellement jusqu'à 75% des ventes de l'année. Au total, les résultats 2019 sont à -10,4% en volume et -8,6 % en valeur. La profession est désormais plus mobilisée que jamais pour obtenir des aménagements à la loi, et tenter d'écarter ce que le CIFOG qualifie comme « un vrai risque pour les 100000 emplois directs et indirects concernés par le foie gras ».

Après une belle année 2018 venue redonner le sourire aux professionnels du foie gras au lendemain d'une deuxième crise aviaire, l'année 2019 qui avait pourtant bien commencé, a vu les espoirs d'une reprise de long terme remis en cause. Si sur les 9 premiers mois de l'année, l'étude IRI Hypers et supermarchés dévoile que les ventes en grande distribution ont marqué une hausse de + 1,3% en volume et de +6% en valeur, la saison festive est globalement marquée par un fléchissement des ventes : -10,2% en volume et -10 % en valeur, entre le 11 novembre et le 5 janvier. Une baisse conforme à ce que préssentait déjà la profession en novembre.

Dans le détail, les chiffres révèlent que la situation a en effet basculé à partir de la présaison festive, moment où le foie gras est traditionnellement fortement mis en avant en magasin par des prospectus, et promotions afin de déclencher l'achat. « Pour le foie gras, ces promotions de fin d’année peuvent représenter jusqu’à 75 % des volumes vendus annuellement, ce qui n’a pas été le cas avec l’application de la nouvelle réglementation sur les promotions en 2019 », analyse le CIFOG.

Conséquence : les ventes ont marqué le pas avec un repli de -43,8% en volume et -30,7 % en valeur de mi-septembre à mi-octobre (16 sept. -13 oct.), puis de -31,9 % en volume et -24,7 % en valeur de mi-octobre à mi-novembre (14 oct.-10 nov.). Et même si les semaines de Noël et du Nouvel An ont connu un sursaut sur les ventes, (+ 9% en volume et + 5 % en valeur sur la semaine de Noël et de +31 % en volume et +21,7% en valeur sur celle du Nouvel An), le recul n'aura pu être compensé, laissant pour seule certitude au CIFOG, que le foie gras reste bel et bien un incontournable sur les tables de fête.

La demande d'un aménagement des règles "en urgence"
Maigre satisfaction pour les professionnels qui demandent depuis plusieurs mois l'adaptation de la loi EGALIM et souhaitent que leurs produits, foie gras, magrets et confits ne soient plus soumis au plafond du volume vendu sous promotion aujourd'hui fixé à 25 %. « Ce plafonnement en volume lèse les produits qui ont besoin d’exposition promotionnelle, comme le foie gras », de part notamment leur forte saisonnalité. En revanche, pour ce qui est du plafonnement pour ce qui est de la deuxième limitation posée par la loi Egalim, un plafonnement de la promotion à 34 % de la valeur, « ils estiment que les dispositions peuvent aider les consommateurs à prendre conscience de la réelle valeur de leurs produits ».

Un aménagement des règles dont le CIFOG souligne "l'urgence", et pour cause, les négociations commerciales avec la grande distribution qui seront applicables du 1er mars 2020 au 28 février 2021 sont actuellement en cours, avec en ligne de mire pour les professionnels du CIFOG, le rendez-vous de Pâques.

Entendu par certains parlementaires, une proposition de loi visant à limiter les effets négatifs de l'encadrement des promotions a été votée en première lecture par le Sénat le 14 janvier dernier, et doit désormais être débattue au sein de l'Assemblée nationale. Un espoir sans doute ténu pour les professionnels : Didier Guillaume, le Ministre de l'agriculture ayant en effet donné un avis défavorable à son adoption.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Jacqueline Macou (Pixabay)

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
9016
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !