18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 21/10/17 | Edouard Philippe à Bordeaux

    Lire

    Edouard Philippe était en déplacement aujourd'hui à Marseille et Bordeaux où le Premier ministre a rendu visite à Alain Juppé. Entre autres politesses et admirations mutuelles ("la relève est assurée" a déclamé le maire de Bordeaux, "j'ai appris en vous regardant" lui a répondu le Premier ministre), Edouard Philippe s'est rendu à une réunion de travail à la métropole et devait faire un discours à la Convention Nationale des avocats en fin d'après-midi.

  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Economie | Ford Aquitaine Industries : un comité de suivi s'est tenu à Bordeaux

07/09/2015 | Une délégation de syndicalistes CGT-Ford s'est rendu ce lundi matin à un Comité de Suivi qui s'est tenu à la préfecture de Gironde, à Bordeaux

Autour de la table : le Préfet, les pouvoirs publics, les élus locaux, la direction de Ford Europe, les syndicats de l’usine.

Toujours déterminés. Après la condamnation de Ford prononcée par le Tribunal de Grande Instance de Bordeaux le 25 août dernier pour un "manque de consultation du comité d'entreprise", l'engagement pris par l'entreprise américaine de conserver 1000 emplois sur le site girondin de Blanquefort reste toujours incertain. Réunis ce lundi matin pour une réunion du "Comité de suivi", le Préfet, les pouvoirs publics, les élus locaux, la direction de Ford Europe et les syndicats de l’usine ont remis le sujet sur la table des négociations.

Ce lundi 7 septembre, le préfet de la Gironde et de la région Aquitaine, Pierre Dartout, a convié les pouvoirs publics, les élus locaux, la direction de Ford Europe et les syndicats de l’usine à un nouveau comité de suivi qui s’est tenu dans les locaux de la préfecture de la Gironde, à Bordeaux, pour tenter d’y voir plus clair sur la situation. Promis depuis un an et plusieurs fois repoussé, il a permis aux syndicats de réitérer une série de revendications, parmi lesquelles « une plus grande transparence » sur la stratégie de l’entreprise. « Nous avons été surpris de l’absence totale de réactions du côté des pouvoirs publics, du côté des élus. Comme si personne ne mesurait la gravité de la situation : Ford recevant environ 45 millions d’euros d’aides publiques, après avoir supprimé autour de 2000 emplois depuis les années 2000 », s’est alarmée l’intersyndicale FO, CFTC, CFE/CGC et CGT (majoritaire) lors de cette nouvelle réunion du Comité de suivi. 

Des attentes socialesCe matin, devant la préfecture de Bordeaux, une banderole était déployée, et les membres de la CGT-Ford attendaient la réunion de pied ferme. « Luttons tous ensemble pour les emplois, les salaires, les retraites » était inscrit noir sur blanc avec un logo Ford géant et des t-shirts à l’effigie du de la CGT, principal syndicat de l’entreprise de Blanquefort, portés par l’ensemble des syndicalistes. Philippe Poutou était l’un d’eux. « On aimerait bien que cette réunion soit utile pour la suite des évènements. Notre mission, c’est de mettre la pression pour que ces choses soient discutées publiquement. On veut que Ford Europe rende des comptes précis sur ses intentions. L’avenir du site reste très précaire. Mais nous ne sommes pas naïfs », a-t-il confirmé. « C’est un moyen de remettre le sujet sur la table. Il nous semble que le compte n’y est pas aujourd’hui. Il faut une annonce rapide sur un investissement futur », espérait quant à lui Gilles Lambersend. 

Un contentieux qui dureLe 25 août dernier, la CGT et le Comité d’Entreprise de Ford Aquitaine Industries (usine de boîtes de vitesse à Blanquefort) avaient été déboutés par le Tribunal de Grande Instance de Bordeaux. Si le juge des référés avait condamné FAI sur son manque de consultation du comité d’entreprise en juin, elle avait en revanche jugé licite les deux autres chefs d’accusation à son encontre (engagement des mille emplois et prêt de main-d’œuvre à Getrag Ford Transmission, l’usine située juste à côté du site de FAI). Juste avant l’été, l’avocate du CE et de la CGT, Monique Guédon, avait parlé de « viol unilatéral et contractuel des engagements du maintien des 1000 emplois à temps complet et en CDI ».

L’affaire dure puisqu’un « effectif garanti » par Ford était déjà à l’ordre du jour d’un compte-rendu du comité d’entreprise rédigé en 2011. Un accord avait été signé le 24 mai 2013 par les pouvoirs publics et Ford Europe. Il confirmait l’engagement des 1000 emplois et celui des pouvoirs publics sur un apport d’aides financières en échange de la tenue de cette promesse sociale. Mais le 4 juillet 2014, Ford annonce que l’objectif du nombre d’actifs minimum est abandonné. L’accord-cadre signé par le comité de pilotage du 24 mai 2013 prévoyait en effet la tenue d’un comité des suivis « à intervalles réguliers ». 

Un avenir incertain ? Résultat, la réunion a duré un peu plus d’une heure... et aucun engagement nouveau n’a été pris selon Gilles Lambersend : « Il y a eu beaucoup de baratin. La prochaine transmission fera l’objet d’une compétition en interne. Les subventions ont été données à Ford qui parle maintenant de compter les préretraités dans les 1000 emplois promis sur le site...". La date de la tenue du prochain comité de suivi n’est pas encore fixée, mais le 1er septembre dernier, la CGT avait fait part de son intention d’attaquer à nouveau FAI au sujet du maintien des mille emplois dans l’usine. En avril dernier, Ford annonçait des investissements massifs à l’étranger :  2,5 millions d'euros au Mexique et plus d'un million en Chine. 

M.A.J : Du côté des instances officielles, on assure exercer une "grande vigilance quant aux respects des engagements pris dans le dernier accord" avec FAI. "Si les dirigeants de Ford ont assuré la stabilité de l'emploi pour l'année 2016, les élus restent prudents sur le moyen terme car les dirigeants de Ford Europe n'ont pas pris d'engagement concernant les nouvelles productions qui pourraient être attribuées à Ford Aquitaine Industries", écrivaient ce lundi soir le Conseil régional, le département, la Métropole et la ville de Blanquefort dans une lettre commune. D'Après la Préfecture, les dirigeants de Ford Europe sont conscients du "besoin du savoir-faire local" mais aussi de la "nécessité de FAI de se mesurer à d'autres sites dans une compétition globale" qui pourrait relancer à plein régime la chaîne de production de l'usine de Blanquefort. En tout cas jusqu'à la prochaine réunion du Comité de suivi. 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
1878
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !