Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

  • 20/02/18 | Logement : la flambée bordelaise confirmée

    Lire

    Le nouveau baromètre des prix moyens de l'immobilier dans les villes de plus de 100 000 habitants est riche en enseignements. On y apprend, sans grande surprise, que Bordeaux figure dans le top 3 des dix villes les plus chères de France : 266 124 euros en moyenne (juste derrière Lyon et ses 279 524 euros), soit une hausse de 13,2%. En comparaison, la ville de Toulouse se situe loin derrière en douzième position (175 609 euros). Enfin, le baromètre d'LPI-Se Loger affirme que le prix moyen d'un logement dépasse les 200 000 euros dans sept villes (sur 34) de plus de 100 000 habitants.

  • 19/02/18 | Benoît Simian, député LREM du Médoc défend les petites lignes

    Lire

    Le député du Médoc qui a participé aux travaux du Conseil d’orientation des infrastructures soutient "l'ambition forte du gouvernement pour le service public ferroviaire". "Au sujet des « petites lignes », cela "relève d’une autre démarche et de discussions avec les régions qui sont les premières concernées. Le Gouvernement respectera ses engagements pris dans les CPER pour la rénovation des petites lignes et mènera ces discussions dans le cadre de la préparation des schémas régionaux d’aménagement qui doivent être élaborés d’ici 2019. Supprimer nos petites lignes serait asphyxier nos territoires."

  • 19/02/18 | Angoulême : le trésor réouvert au public

    Lire

    Le trésor de la cathédrale Saint-Pierre d’Angoulême, protégée au titre des Monuments historiques, fermé depuis novembre suite à des actes de vandalisme, rouvre au public ce mardi 20 février. De gros travaux y ont été réalisés afin de restaurer les lieux et sécuriser le site. Le ministère de la Culture a confié la scénographie du trésor de la cathédrale à l’artiste plasticien Jean-Michel Othoniel. Pour découvrir les plus de 200 objets et sculptures liturgiques datant pour la plupart du XIXe siècle, les visites sont assurées sur réservation du mardi au dimanche par les guides de l’association Via Patrimoine.

  • 16/02/18 | Crédit Agricole d'Aquitaine: des assemblées new look

    Lire

    Le Crédit Agricole d'Aquitaine innove à l'occasion de ces assemblées de caisses locales qui se tiennent cette année du 20 février au 23 mars. A Dax le 24 février, Marmande le 3 mars, Aire sur l'Adour le 10 mars les sociétaires pourront rencontrer des associations locales, des intervenants sur le thème de l'emploi et du digital. En outre, avec le souci de "connecter les jeunes aux valeurs du sociétariat" le Crédit Agricole d'Aquitaine lance une "web-série" "Chaque voix compte" interprétée part 8 jeunes recrutés via un casting Facebook : à découvrir sur @caavalefaire

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Ford Aquitaine Industries : un comité de suivi s'est tenu à Bordeaux

07/09/2015 | Une délégation de syndicalistes CGT-Ford s'est rendu ce lundi matin à un Comité de Suivi qui s'est tenu à la préfecture de Gironde, à Bordeaux

Autour de la table : le Préfet, les pouvoirs publics, les élus locaux, la direction de Ford Europe, les syndicats de l’usine.

Toujours déterminés. Après la condamnation de Ford prononcée par le Tribunal de Grande Instance de Bordeaux le 25 août dernier pour un "manque de consultation du comité d'entreprise", l'engagement pris par l'entreprise américaine de conserver 1000 emplois sur le site girondin de Blanquefort reste toujours incertain. Réunis ce lundi matin pour une réunion du "Comité de suivi", le Préfet, les pouvoirs publics, les élus locaux, la direction de Ford Europe et les syndicats de l’usine ont remis le sujet sur la table des négociations.

Ce lundi 7 septembre, le préfet de la Gironde et de la région Aquitaine, Pierre Dartout, a convié les pouvoirs publics, les élus locaux, la direction de Ford Europe et les syndicats de l’usine à un nouveau comité de suivi qui s’est tenu dans les locaux de la préfecture de la Gironde, à Bordeaux, pour tenter d’y voir plus clair sur la situation. Promis depuis un an et plusieurs fois repoussé, il a permis aux syndicats de réitérer une série de revendications, parmi lesquelles « une plus grande transparence » sur la stratégie de l’entreprise. « Nous avons été surpris de l’absence totale de réactions du côté des pouvoirs publics, du côté des élus. Comme si personne ne mesurait la gravité de la situation : Ford recevant environ 45 millions d’euros d’aides publiques, après avoir supprimé autour de 2000 emplois depuis les années 2000 », s’est alarmée l’intersyndicale FO, CFTC, CFE/CGC et CGT (majoritaire) lors de cette nouvelle réunion du Comité de suivi. 

Des attentes socialesCe matin, devant la préfecture de Bordeaux, une banderole était déployée, et les membres de la CGT-Ford attendaient la réunion de pied ferme. « Luttons tous ensemble pour les emplois, les salaires, les retraites » était inscrit noir sur blanc avec un logo Ford géant et des t-shirts à l’effigie du de la CGT, principal syndicat de l’entreprise de Blanquefort, portés par l’ensemble des syndicalistes. Philippe Poutou était l’un d’eux. « On aimerait bien que cette réunion soit utile pour la suite des évènements. Notre mission, c’est de mettre la pression pour que ces choses soient discutées publiquement. On veut que Ford Europe rende des comptes précis sur ses intentions. L’avenir du site reste très précaire. Mais nous ne sommes pas naïfs », a-t-il confirmé. « C’est un moyen de remettre le sujet sur la table. Il nous semble que le compte n’y est pas aujourd’hui. Il faut une annonce rapide sur un investissement futur », espérait quant à lui Gilles Lambersend. 

Un contentieux qui dureLe 25 août dernier, la CGT et le Comité d’Entreprise de Ford Aquitaine Industries (usine de boîtes de vitesse à Blanquefort) avaient été déboutés par le Tribunal de Grande Instance de Bordeaux. Si le juge des référés avait condamné FAI sur son manque de consultation du comité d’entreprise en juin, elle avait en revanche jugé licite les deux autres chefs d’accusation à son encontre (engagement des mille emplois et prêt de main-d’œuvre à Getrag Ford Transmission, l’usine située juste à côté du site de FAI). Juste avant l’été, l’avocate du CE et de la CGT, Monique Guédon, avait parlé de « viol unilatéral et contractuel des engagements du maintien des 1000 emplois à temps complet et en CDI ».

L’affaire dure puisqu’un « effectif garanti » par Ford était déjà à l’ordre du jour d’un compte-rendu du comité d’entreprise rédigé en 2011. Un accord avait été signé le 24 mai 2013 par les pouvoirs publics et Ford Europe. Il confirmait l’engagement des 1000 emplois et celui des pouvoirs publics sur un apport d’aides financières en échange de la tenue de cette promesse sociale. Mais le 4 juillet 2014, Ford annonce que l’objectif du nombre d’actifs minimum est abandonné. L’accord-cadre signé par le comité de pilotage du 24 mai 2013 prévoyait en effet la tenue d’un comité des suivis « à intervalles réguliers ». 

Un avenir incertain ? Résultat, la réunion a duré un peu plus d’une heure... et aucun engagement nouveau n’a été pris selon Gilles Lambersend : « Il y a eu beaucoup de baratin. La prochaine transmission fera l’objet d’une compétition en interne. Les subventions ont été données à Ford qui parle maintenant de compter les préretraités dans les 1000 emplois promis sur le site...". La date de la tenue du prochain comité de suivi n’est pas encore fixée, mais le 1er septembre dernier, la CGT avait fait part de son intention d’attaquer à nouveau FAI au sujet du maintien des mille emplois dans l’usine. En avril dernier, Ford annonçait des investissements massifs à l’étranger :  2,5 millions d'euros au Mexique et plus d'un million en Chine. 

M.A.J : Du côté des instances officielles, on assure exercer une "grande vigilance quant aux respects des engagements pris dans le dernier accord" avec FAI. "Si les dirigeants de Ford ont assuré la stabilité de l'emploi pour l'année 2016, les élus restent prudents sur le moyen terme car les dirigeants de Ford Europe n'ont pas pris d'engagement concernant les nouvelles productions qui pourraient être attribuées à Ford Aquitaine Industries", écrivaient ce lundi soir le Conseil régional, le département, la Métropole et la ville de Blanquefort dans une lettre commune. D'Après la Préfecture, les dirigeants de Ford Europe sont conscients du "besoin du savoir-faire local" mais aussi de la "nécessité de FAI de se mesurer à d'autres sites dans une compétition globale" qui pourrait relancer à plein régime la chaîne de production de l'usine de Blanquefort. En tout cas jusqu'à la prochaine réunion du Comité de suivi. 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
1990
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !