Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/02/19 : Dans le cadre du grand débat national, la quasi-totalité des mairies de Charente-Maritime ont ouvert des cahiers citoyens. Ces cahiers se clôturent ce soir, 20 février. Ils seront transmis à la préfecture, au plus tard pour la fin de la semaine.

20/02/19 : La Rochelle : Le prochain forum Objectif Emploi (rencontres entreprises et demandeurs d'emploi) aura lieu à La Jarrie mardi 5 mars de 14h à 17h, Gymnase du collège Jacky Héraud, 43 rue du chemin vert. Rencontres ouvertes à tous sans inscription.

19/02/19 : « Ça suffit » : La Fédération du PS de Gironde appelle à rejoindre le rassemblement contre l’antisémitisme du mardi 19 février à 19 heures, Place de la République à Bordeaux. Ce rassemblement est devenu au fil des heures un "Front républicain"

19/02/19 : Concert du pianiste Fazil Say à l'Auditorium de l'Opéra de Bordeaux les 21 et 22 février. Au programme : le Concerto n° 21 de Mozart mais aussi sous la direction musicale de Paul Daniel, l'ONBA jouera la nouvelle symphonie du pianiste baptisée "Hope"

18/02/19 : Dans la nuit de samedi et dimanche 500 hectares sont partis en fumées au dessus des vallées de Saint-Jean-Pied-de-Port et de Saint-Etienne de Baigorry, premiers résultats récurrents des écobuages traditionnels. Ils ont été interdits jusqu'à ce jour.

18/02/19 : La ville de Poitiers appelle à un rassemblement contre l'antisémitisme et le racisme le mardi 19 février à 19h place Leclerc.

18/02/19 : Charente-Maritime : Saint-Jean-d'Angély organise son grand débat national le vendredi 1er mars à 18h, salle Aliénor-d’Aquitaine. Cette réunion d’initiative locale aura pour thème « Vers une nouvelle ruralité », en présence du député J-P Ardouin.

18/02/19 : Charente : Frédérique Bredin, Présidente du CNC, se rendra au Pôle Image Magelis à Angoulême demain, pour aborder notamment les questions du crédit d’impôt international qui favorise les tournages de films étrangers en France.

16/02/19 : Quelques 2 à 3.000 personnes à Saint Vincent de Cosse en bord de Dordogne ce samedi en présence de nombreux maires et du président du département pour soutenir le contournement de Beynac dont les travaux sont suspendus après l'arrêt du Conseil d'Etat

16/02/19 : Charente : le rectorat a annoncé hier douze fermetures d'écoles et vingt trois fermetures de classes, particulièrement en milieu rural, pour la rentrée 2019. A Voulgezac/Plassac-Rouffiac, c'est carrément le groupe scolaire qui disparaît.

15/02/19 : La Rochelle : Réunion publique dans le cadre du grand débat national « Transition écologique, un devoir laïc, démocratique et citoyen » Salle de l’Oratoire, ce dimanche à 14h.

15/02/19 : Charente-Maritime : la mairie de Clavette, près de La Rochelle, organise un Grand Débat national sur le thème de la fiscalité, mardi 26 février à 19h à la salle des fêtes.

15/02/19 : La Rochelle : suite à un nouvel appel à manifestation sur les réseaux sociaux, non déclaré en préfecture, cette dernière a renforcé son dispositif de sécurité et réitéré son arrêté interdisant la vente et la détention de produits chimiques.

15/02/19 : Suite à une AG extraordinaire qui s’est tenue ce jour, le Frac Aquitaine change de nom. En référence à la dimension territoriale de ses missions et au nouveau bâtiment qu'il intégrera d'ici juin, il se nomme désormais Frac Nouvelle-Aquitaine MÉCA.

Juppé : une démission lourde de sens

Il a tourné la page entre émotion et lassitude...Emotion lorsque la voix s'est brisée à l'évocation du couple qu'il formait avec la ville, lassitude lorsqu'il a esquissé les raisons de fond qui l'ont décidé à ne pas briguer un mandat supplémentaire, le « mandat de trop » que l'on n'allait pas tarder à lui jeter à la figure. Oui, ce qui nous a semblé le plus révélateur du choix d'Alain Juppé de renoncer à se représenter et à accepter, en 24 heures, la proposition qu'on lui a faite, c'est ce sentiment que le combat n'en valait plus forcément la peine, en tout cas pas sur la place publique, dans un contexte où, il l'a souligné, l'esprit public « est devenu délétère ». Et de pointer la haine, la violence, les mensonges qui envahissent les réseaux sociaux et ces affirmations péremptoires sur le mode « élus tous pourris et élites stigmatisées »... D'aucuns railleront ces propos et, déjà, sans sourciller égrènent les moments les plus rudes d'un parcours politique, longtemps dévoué à Jacques Chirac. C'est tout juste s'il ne faudrait pas s'excuser, aujourd'hui, d'accorder un peu d'attention aux propos d'un homme de droite qui n'a jamais placé ses désaccords au-dessus des valeurs de la République. Un républicain qui a claqué la porte d'un parti qui n'a plus rien à voir, sous Wauquiez, avec ce qui fut naguère l'UMP, l'Union pour un mouvement populaire. Désormais tenu à un vrai devoir de réserve, dans quelques semaines, au sein du Conseil constitutionnel, il exprimera des points de vue dont on peut penser qu'ils ne seront pas inutiles à un président qui va devoir, justement, ouvrir le chantier des réformes institutionnelles.


- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 20/02/19 | P-A : attention maximale au ski

    Lire

    Alors que la saison de ski bat son plein, les services de l'État se mobilisent. Ainsi, ces derniers lancent la campagne "Pour que la montagne reste un plaisir", dédiée à la sécurité sur les pistes et les règles de bonne conduite à respecter sur les domaines skiables. La Préfecture des Pyrénées Atlantiques organise dans ce cadre deux journées de prévention les 20 et 21 février sur le domaine skiable de Gourette. Les journées sont ouvertes aux skieurs de tous âges.

  • 20/02/19 | Convention entre les Deux-Sèvres et Ciments Calcia SAS

    Lire

    Le Département des Deux-Sèvres et la société Ciments Calcia SAS viennent de signer une convention pour l'aménagement d'accès à une future carrière d'argile, la carrière d'Amailloux sur la RN 149. La société Ciments Calcia SAS est ainsi chargée des travaux qui consistent en l'aménagement d'un giratoire et d'une route d'accès à la carrière, au niveau de la RD 327 et de la RN 149.

  • 20/02/19 | EDF simplifie la vie

    Lire

    EDF lance IZY by EDF, une plateforme permettant d’accéder aux services du quotidien. Que ce soit pour des petits travaux ou des projets de rénovation plus importants, IZY by EDF s’adresse à tous, particuliers comme professionnels. Présent dans 8 agglomérations en France, ce service arrive à Bordeaux et dans ses alentours. Un accompagnement gratuit à chaque étape du projet est proposé par IZY au travers de ses conseillers spécialisés. Plus d'infos

  • 20/02/19 | BMQ : deux porte-paroles nommés

    Lire

    L'association Bordeaux Métropole des Quartiers s'est réunie le vendredi 15 février dernier. Le séminaire était organisé dans le but de définir la marche à suivre pour les semaines à venir. BMQ a ainsi décidé d'amplifier son travail de fond, annonçant l'arrivée cet été d'un ouvrage sur les grands enjeux de la métropole. L'association a également nommé deux nouveaux porte paroles. Il s'agit de l'avocate Anne Cadiot-Feidt, et de Marc Langlois, fondateur du cabinet de conseil DOO.

  • 20/02/19 | 2ème édition du mois de la reliure à Pau

    Lire

    La Bibliothèque Patrimoniale de Pau propose 4 rendez-vous en mars à l'Usine des Tramways pour faire découvrir à tous l'art de la reliure. Après le succès de la 1ère édition, cette année le but est de découvrir les étapes de fabrication d'un livre et les techniques de réparation des œuvres abîmées. Les samedis 2, 9, 16 et 23 mars dès 15 h, des activités et visites seront ainsi organisées. Inscriptions au 05 59 98 78 23 ou par mail à patrimoines@agglo-pau.fr. Places limitées à 15 par séance, 10 pour le 23 mars.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Ford veut lancer une procédure de fermeture de l'usine de Blanquefort

07/06/2018 | L'annonce de la volonté d'un futur plan de sauvegarde des emplois a été faite ce jeudi 7 juin par les dirigeants de Ford lors d'une réunion du comité d'entreprise.

Ford Blanquefort

Un comité d'entreprise extraordinaire se tenait ce jeudi 7 juin à Blanquefort en présence des dirigeants de Ford Europe sur le site de l'usine. Après avoir annoncé en mars "ne voir aucune opportunité de production au delà de 2019", le groupe a annoncé lors de cette réunion son intention d'ouvrir des négociations en prévision d'un futur plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) en vue d'une fermeture prochaine de l'usine, ce que craignaient les quelque 880 salariés de l'usine, mobilisés depuis de longs mois.

Des discussions en cours

Ce futur plan de sauvegarde des emplois (PSE) n'a pas été annoncé en détails mais Ford a fait comprendre que les indemnités pour le personnel seront importantes. Les dirigeants de Ford Europe ont également annoncé l'ouverture prochaine d'un processus d'information et de consultation concernant une éventuelle fermeture de l'usine à compter du 26 juin prochain, et s'est engagé à ne pas effectuer de départ contraint avant septembre 2019 et à maintenir les salaires jusqu'à fin 2019. On sait en revanche que le PSE devrait contenir un plan et des congés de reclassement ainsi que des actions de soutien à la création d'entreprise par les salariés. Suite à cette annonce, les réactions se sont multipliées. Au niveau national d'abord, le Ministre de de l'Économie Bruno Le Maire a indiqué dans un communiqué "regrette(r) vivement cette décision. Le groupe Ford s’est en effet engagé à payer l'intégralité des salaires et à ne procéder à aucun licenciement à Blanquefort jusqu’à l'automne 2019. En outre des discussions pour céder le site à un industriel sont actuellement en cours. A ce stade, une reprise de la totalité des salariés apparait possible, et l’ouverture d’un PSE ne semble donc pas justifiée. L'Etat continuera enfin à s’assurer du sérieux des discussions de Ford avec d'éventuels repreneurs afin de vérifier la qualité des offres qui seront formulées". 

Une annonce inacceptable

Du côté des élus locaux, un communiqué commun a été rédigé comprenant une réaction groupée de la Région Nouvelle-Aquitaine, du département de la Gironde, de Bordeaux Métropole et de la ville de Blanquefort. "C'est une décision incompréhensible (...), les collectivités ont accompagné les efforts de compétitivité de l'entreprise en soutenant ses plans d'investissement et de formation successifs, et en proposant des axes de diversification au constructeur. Grâce à ce soutien, l'usine dispose d'un outil de production et de compétences répondant aux dernières exigences de l'industrie automobile. Ces atouts, reconnus par Ford, risquent de disparaître alors que Ford dispose d'un candidat qui permettrait d'assurer immédiatement la continuité du site. Cette option prise par Ford n'offre absolument aucune garantie sur la reprise future de FAI. Elle est motivée par des arguments purement financiers sans aucune prise en compte des partenaires de l'usine, parmi lesquels les collectivités et surtout les salariés. Au-delà des compétences, la situation professionnelle de plus de 800 salariés, à la moyenne d'âge de 51 ans et d'une ancienneté professionnelle moyenne à Ford de 27 ans, sera irrémédiablement impactée par cette décision", poursuivent les élus locaux en évoquant les indemnités d'ancienneté. Le maire de Bordeaux Alain Juppé, de son côté, "déplore vivement la brutalité d’une telle annonce, alors qu’il existe des pistes sérieuses permettant de préserver l’emploi. Ford doit assumer ses responsabilités et rechercher loyalement, comme la loi l’y oblige, une solution viable et pérenne. Le groupe devra ainsi garantir aux industriels intéressés par la reprise du site un volume de commandes suffisant et sur la durée, afin d’assurer dans les meilleures conditions la transition. Les représentants des salariés ont depuis plusieurs mois proposé des pistes de fabrications, notamment pour équiper l’Ecosport". 

Prochaines échéances

Pour Philippe Poutou, leader syndical et employé de l'usine ayant réagi sur Twitter, "Ford manœuvre par étape depuis longtemps. L’Etat, le gouvernement, complices ou indifférents ont une grande part de responsabilité. Pas simple pour nous mais il faut réagir". Véronique Ferreira, maire de Blanquefort et depuis longtemps associée à la lutte des salariés pour la sauvegarde de l'usine, le constat est aussi plutôt amer : "Ford annonce un PSE tout en disant se préoccuper d’un repreneur. Ou comment prendre le problème à l’envers en espérant que la supercherie ne sera pas visible tout de suite". Le député LREM Benoît Simian, plus pragmatique, regrette une "initiative trop prématurée : à partir du moment où Ford ne respecte pas ses engagements malgré la pression de l’Etat et des collectivités locales, ne vaut-il pas mieux un plan social bien bâti qu’une reprise douteuse ?". Du côté des syndicats, la CGT a poussé les salariés à débrayer ce matin à 10h. Plusieurs syndicats avaient déjà appelé à une manifestation à Cologne, devant le siège européen de Ford, le 20 juin prochain. Avant cette date, le prochain comité de suivi qui réunira l'ensemble des responsables concernés à la préfecture de Gironde le mercredi 13 juin prochain risque d'être mouvementé...

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
4028
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !