Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/03/19 : Charente-Maritime : le festival Jazz au Phare, qui se déroulera du 4 au 8 août au Phare des Baleines, vient de dévoiler ses têtes d'affiches : Melody Gardot pour l’ouverture sur la grande scène le 4 août et Christophe le 5 août.

20/03/19 : Le Pont de l'île de Ré ne sera pas fermé à la circulation dans la nuit du lundi 25 au mardi 26 mars 2019 comme annoncé le 22 février dernier.

20/03/19 : Un séisme de magnitude 4,9 s'est produit ce matin peu avant 11h dans le secteur de Montendre. Il aurait été ressenti dans un rayon de 200 km, à Bordeaux et à Angoulême notamment.

20/03/19 : A Périgueux, la journée de l'audition se concrétise ce mercredi 20 mars, par le spectacle "yes ouie can", au Sans réserve à partir de 18 h 30. Cette soirée est organisée par le service de santé au travail. Gratuit dans la mesure des places disponibles.

19/03/19 : Dordogne : Ce 19 mars, l'appel à la grève des organisations syndicales CGT, FO et FSU, a été suivi par un petit millier de personnes à Périgueux qui revendiquent une hausse du SMIC, la réindexation des pensions et de retraites sur le coût de la vie.

19/03/19 : Jean-Frédéric Laurent, économiste de formation et spécialiste du transport maritime international est depuis le 13 mars dernier, le nouveau Président du Directoire du Grand Port Maritime de Bordeaux.

18/03/19 : Le préfet de Nouvelle-Aquitaine Didier Lallement est nommé préfet de police de Paris en remplacement de Michel Delpuech, après les violences sur les Champs-Élysées.

17/03/19 : Grande America : les "boues" observées par l'association Sea Shepherd hier à Hourtin en Gironde, ne sont en fait qu'un phénomène naturel de décomposions de déchets organiques bien connus des habitants, et non du mazout, relate ce matin la préfecture.

16/03/19 : Naufrage du Grande America : l'association Sea Shepherd rapporte que des plages de Gironde auraient été touchées. La préfecture maritime ne confirme pas et demande de "ne pas se fier aux photos alarmiste", et promet des prélèvements sur zone.

15/03/19 : Naufrage du Grande America : une nappe d’hydrocarbures d’une longueur de 4.5 km et d’une largeur de 500 mètres, d’aspect compact, a été observée à proximité de la zone de naufrage, à environ 175 nautiques (environ 325 km) des côtes françaises.

12/03/19 : Prévoyant une trentaine de recrutements en 2019, la Sobeval, spécialisée dans le veau de boucherie, organise un forum pour l’emploi, le 20 mars de 13 h à 17 h dans ses locaux de Boulazac (Dordogne). Un test par simulation sera proposé par Pôle emploi.

12/03/19 : En Lot-et-Garonne, la semaine prochaine, inauguration des sites multi-opérateurs d'accès à l'internet mobile à Hautefage La Tour, Massels, Thézac. Les communes de Frespech et Auradou sont également concernées par la couverture de ces nouveaux sites.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/03/19 | Bordeaux : du mouvement à la Maison Rose

    Lire

    Le vide dressing de la Maison Rose approche. La dernière née de l'association RoseUp, qui édite également Rose Magazine, organise un vide dressing solidaire ce samedi 23 mars. La Maison Rose accueille et soutient des femmes atteintes de cancer, mais aussi leurs proches, permettant ainsi de se ressourcer pendant ou après les traitements. L'intégralité des bénéfices du vide dressing solidaire seront reversés à la Maison Rose.

  • 21/03/19 | Nouvelle-Aquitaine : un jeu pour les malvoyants

    Lire

    Ce n'est pas la première fois que l'Institut Régional des Sourds et des Aveugles (IRSA) et Cap Sciences élaborent un jeu de société à destination des malvoyants. Time Loop est un jeu de stratégie, où les protagonistes sont perdus dans le temps et dont l'objectif est d'arriver à retourner à son époque. Une campagne de financement participatif a été lancée afin de doter toutes les antennes régionales de l'IRSA d'exemplaires du jeu. 400 euros sont nécessaires pour mener à bien le projet.

  • 21/03/19 | Bordeaux : une nouvelle école d'ingénieur !

    Lire

    L'École Nationale Supérieure pour la Performance Industrielle et la Maintenance Aéronautique ouvrira ses portes à la rentrée scolaire 2019. L'ENSPIMA sera la sixième école publique d'ingénieurs bordelaise avec pour domaines de prédilection les industries aéronautique, spatiale et de la défense. L'école sera basée dans les locaux de l'Institut de Maintenance Aéronautique à Mérignac. Les recrutements sont ouverts à partir du 20 mars pour ce cursus de 3 ans.

  • 21/03/19 | 1e édition de Gaspi'Halles pour une alimentation responsable

    Lire

    La première édition de Gaspi'Halles aura lieu les 22 et 23 mars aux halles de Bacalan à Bordeaux. Cet événement, organisé par l'EFAP et l'entreprise Biltoki, vise à sensibiliser les Bordelais au gaspillage alimentaire. Le vendredi matin sera consacré à des tables rondes destinées aux professionnels, tandis que le samedi après-midi sera ouvert au public pour des ateliers pratiques, de 14 heures à 18 heures.

  • 21/03/19 | Soirée ciné-débat sur la santé mentale à Pessac

    Lire

    Dans le cadre de la semaine d'information sur la santé mentale, le cinéma Jean Eustache de Pessac projettera le film documentaire "Locura al aire" le 22 mars à 20h30, en partenariat avec l'Unafam. Le film sera suivi d'un débat en présence du docteur Doumy, psychiatre au Centre Référence des Pathologies Anxieuses et de la Dépression (CERPAD) à l’hôpital Charles Perrens. Séance aux tarifs habituels.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Futuroscope  : une année 2019 sous le signe de l’environnement

14/02/2019 | Le Futuroscope donne de l'importance à l'écologie et à l'environnement en mettant en avant l'aventure Solar Impulse dans un nouveau film 3D.

Le Futuroscope a accueilli 1,85 million de visiteurs en 2018

Le samedi 9 février, le Futuroscope ouvrait ses portes pour lancer sa saison 2019 avec quelques nouveautés à la clé. Une année à placer sous le signe de l’environnement pour le parc de loisirs poitevin. Le photo-journaliste Francis Demange y expose 56 clichés de deux aventures « écologiques ». Celle de l’Hydroptère et de Solar Impulse. Solar Impulse, l'avion solaire est également le fil conducteur d’un nouveau film 3D autour de la fée électricité. L’écologie est aussi présente à Futuropolis (qui remplace le monde des enfants) : 21 installations pour les enfants y seront proposées à partir d’avril prochain. En faisant passer des messages sur l’environnement, le Futuroscope veut attirer de nouveaux profils pour approcher les 2 millions de visiteurs annuels.

Lancement de la saison 2019 du Futuroscope, ce samedi 9 février. « Il s’agit du premier parc de loisirs inauguré en France en 1987 », rappelle Rodolphe Bouin, directeur général du Futuroscope depuis mai dernier. Et malgré un ralentissement de la fréquentation et de l’activité, le parc peut se targuer d’être toujours l’endroit le plus attractif de la région. « Nous sommes le premier site touristique de la Nouvelle-Aquitaine ». Avec 1 850 000 visiteurs accueillis en terre poitevine pour l’année 2018 et un chiffre d’affaires de 103 millions d’euros. 

Le parc propose une vingtaine d’attractions pour toute la famille et s’adresse à tous les âges. Il compte 805 salariés équivalent temps plein dont 371 CDI. Mais cette année, la direction met l’accent sur l’écologie et l’environnement. « Nous lançons notre saison sous ces signes », résume le directeur du Futuroscope. « Notre objectif est d’éclaircir et de sensibiliser les nouvelles générations ». Il y a une volonté prononcée pour l’entreprise d’aborder les sujets de l’écoresponsabilité. 

Une expo photo entre terre et mer

Au milieu du parc, en allant vers les attractions Arthur l’aventure 4D ou encore Danse avec les robots, on rencontre des panneaux géants avec des clichés du photo-journaliste, Francis Demange. Au total 56 photographies pour l’exposition « L’oiseau solaire et l’oiseau des mers » représentant selon lui : « une grande aventure humaine ». Il a eu l’opportunité de pouvoir suivre les aventures de l’Hydroptère (Ce trimaran, qui vole au-dessus de la mer et qui a battu le record absolu de vitesse À plus de 100km/h) et de Solar Impulse (l’avion solaire qui a réalisé le premier tour du Monde en 2016). « Je ne m’attendais pas à un endroit comme celui-ci pour réaliser une exposition », confie Francis Demange pendant l’inauguration. Il a livré quelques secrets de photographe expliquant aux personnes présentes les conditions et les raisons de ces clichés. « Je voulais montrer les coulisses. Pour moi, l’histoire ne faisait que commencer et je souhaitais que tout le monde puisse voir ces images. Franchement, que ce soit l’Hydroptère ou Solar Impulse, ils nous ont donné des ailes. J’ai eu beaucoup d’émotion  et j’ai au fur et à mesure lié des relations d’amitiés avec ces aventuriers. La beauté des images, c’est grâce à eux avant tout ». Il a dû faire un tri sur plus de deux années de travail et plusieurs milliers de clichés. 


Un travail qui a également été porté par Alain Thébault, le père de l’Hydroptère, présent entre deux voyages d’affaires pour son projet Sea Bubbles, ces bulles fonctionnant avec des moteurs qui planent au-dessus de l’eau.« Francis a toujours été là au bon moment et au bon endroit. Il m’a propulsé notamment dans mon projet de Sea Bubbles. » L’architecte naval de formation a vécu ses rêves. « J’ai voulu faire voler un bateau. Je l’ai dit, je l’ai fait ».  Yves Parlier, navigateur, qui était notamment aux côtés d’Alain Thébault à bord de l’Hydroptère résume bien le côté environnement de ce genre de projet. « Alain est parvenu à dompter le vent, je pense qu’il a mis à profit un savoir-faire pour profiter un peu plus de la planète. »Le photo-journaliste, Francis Demange, explique micro en main les coulisses de ses clichés au côté des aventuriers Bertand Piccard, André Borschberg et Alain Thébault

Concernant Solar Impulse, un cliché de Francis Demange résume cette aventure. L’avion solaire est stationné sur le tarama avec en arrière-plan la lune. « Solar Impulse est un peu allé décrocher la lune », explique le photo-journaliste. Il me fallait cette photographie. Pour André Borschberg, pilote de cet avion pas comme les autres, « quand il prend une photo il est dans un autre monde ; il sait capter ce qui est en train de se passer. » Bertrand Piccard, le deuxième pilote et autre instigateur de ce projet concède « que sans lui, on aurait pas eu ce témoignage ». 

Planet power vecteur d’écologie 

Un témoignage qui se poursuit pour Solar Impulse. Puisque l’oiseau solaire est également à l’affiche d’une nouvelle attraction du Futuroscope : Planet Power. Il s’agit d’un film en 3D de 22 minutes qui résume l’aventure de la fée électricité d’aujourd’hui à demain, avec comme fil conducteur le vol autour du monde de Solar Impulse. « Il nous a fallu trois ans pour faire ce film et transmettre ce magnifique message », explique Pascal Vuong, le coréalisateur lors de la première en France, ce film ayant déjà été projeté aux Etats-Unis. Il a d’ailleurs reçu un prix à Hollywood. Pour Bertrand Piccard, « le Futuroscope permet de voir le futur de l’aviation. Ce film permet de partager ce que nous avons vécu et pointe également des solutions fantastiques face une société d’hyperconsommation, d’hypergaspillage contre le changement climatique. » Son homologue, et partenaire dans l’aventure Solar Impulse le rejoint. « L’électricité fait partie de notre quotidien et fera partie de la mobilité. »  

Un parc résolument écologie

Hormis Planet Power, une autre nouveauté est programmée pour avril prochain. Le monde des enfants s’agrandit et change de nom. Il s’appellera désormais Futuropolis. Une mini-ville avec 21 installations où les enfants seront à la fois sportifs, pilotes, jardiniers, archéologues. Ils vont vivre des histoires tout en se projetant dans le futur. Parmi les installations,  un Stadium aqualympique avec des trampolines pour marcher et sauter sur l’eau ; Sauvetage academy, un manège qui permet de piloter un zodiac dans les vagues. Ce sera une ville différente qui se voudra à la fois bienveillante et écologique  « L’objectif est que le site soit plus écoresponsable, reconnaît Christine de Samie, responsable communication et environnement de Futuroscope maintenance et développement. Nous voulons réduire de 20% la consommation du parc d’ici quatre ans. » 900m2 de panneaux photovoltaïques ont été installés sur la verrière du pavillon Arena Fun Xperience (celui où est perchée la fameuse boule blanche symbole du Futuroscope). Une surface qui permet de produire l’équivalent de l’électricité pour cinq maisons. « Nous progressons aussi dans la valorisation des déchets », poursuit-elle. Le parc n’utilise plus de pailles plastiques ni de touillettes et va proposer désormais des gobelets réutilisables plutôt que jetables. L’environnement devient une priorité, une évidence pour un parc qui se projette dans le futur.  

Pour ce premier week-end d’ouverture, la direction du parc attendait près de 4 500 visiteurs. Mais cette année elle espère encore approcher la barre des 2 millions. Une attractivité qui se joue également par la nouveauté. Au fond du site, un chantier est visible. Une  future attraction se prépare et sera inaugurée pour la saison 2020, son nom de projet « Mission KEPLER, il s’agirait d’une montagne russe basée sur le thème de l’espace… Il va falloir encore être patient avant de tester cette nouveauté qui sera l’investissement le plus important du parc, au-dessus en tout cas des 12,5 millions de l’Extraordinaire voyage. (Élue meilleure attraction européenne en 2017). La direction du parc aimerait faire aussi bien avec ce nouveau projet.

Julien Privat
Par Julien Privat

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
3589
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 9 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !