Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/06/21 : L'ancien vice-président du Conseil départemental de la Dordogne en charge de l'agriculture, Jean-Pierre Saint-Amand est décédé lundi à l'âge de 71 ans. Il a été conseiller départemental du canton de Vergt de 1992 à 2015.

21/06/21 : Usinage, soudage, maintenance, aéronautique... Le CFAI Adour ouvre ses portes au public les 25 juin et 7 juillet sur ses 3 sites d'Assat (64), Lanne (65) et Tarnos (40). Il propose 148 offres en apprentissage dans les entreprises industrielles locales+ d'info

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Véronique Chabreyrou et Jacques Ranoux, candidats de gauche, soutenus par la majorité sortante, sont en tête avec 37,80 %, devant le binôme RN Pascale Léger et Serge Muller à 23,80 %.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Sur le canton de la vallée de la Dordogne, Germinal Peiro (PS) le président du conseil départemental sortant est réélu avec 64,96 % dès le premier tour. Il est associé à Patricia Lafon-Gauthier.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : le binôme socialiste composé de Marie-Lise Marsat et Serge Mérillou est réélu sur le canton de la Lalinde.

20/06/21 : Régionales en Dordogne : Sur le canton de Saint-Astier, Alain Rousset (PS) est en tête avec 30,39 % des voix devant la candidate RN Edwige à 23 %. L'écologiste Nicolas Thierry est en 3e position à 10,51 %.

20/06/21 : En Dordogne, l'abstention estimée pour les élections départementales et régionales en Dordogne est de 66,2%. C'est la participation la plus faible de toutes élections confondues dans le département.

20/06/21 : En Haute-Vienne, le taux de participation à 17h était de 28,54% en forte baisse par rapport à 2015 où on avait enregistré 52,36 % de votants à la même heure.

20/06/21 : Dans les Pyrénées-Atlantiques, après un taux de participation à midi s'élevant à 14,5%, ce même taux s'affichait à 31,37 % pour le double scrutin des élections régionales et départementales du 20 juin 2021.

20/06/21 : A 17h, le taux de participation aux élections régionales et départementales s'élève à 25,68%. En 2015, il était de 45,09% pour les régionales et 44,78% pour les départementales, soit une baisse de près de vingt points.

20/06/21 : Dans la Vienne, la baisse de la participation aux élections régionales et départementales se confirme. À 17h, le taux était de 26,07% contre 43,77% pour les départementales en 2015 et 44,87% pour les régionales en 2015.

20/06/21 : En Dordogne, le taux de participation au premier tour des élections départementales et régionales estimé à 17 h est de 33,78 %, en baisse par rapport aux scrutins de 2015.

Arte Flamenco
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 25/06/21 | "La Maison d'à côté" : coworking, formation et convivialité

    Lire

    La Maison d'à côté est un lieu convivial à La Souterraine, où sont proposées de multiples activités, ouvertes à toute la population dans sa diversité. C'est un espace de travail, mais aussi de détente et de loisirs. Elle accueille professionnels bénévoles et clients dans 3 domaines d'activité : location d'espace, restauration et animation. Son projet désormais est d'offrir des espaces propices au coworking pour des télétravailleurs ou travailleurs nomades, et l'animation d'un espace numérique ouvert à tous et d'ateliers de formation aux bases du numérique.

  • 25/06/21 | Limoges : PCM Trucks se diversifie dans le transport des médicaments

    Lire

    Afin d'assurer sa pérennité et son développement l'entreprise de transport routier de marchandises, PCM Trucks, s'oriente vers le marché de transports de médicaments. Une nouvelle activité qui nécessite des investissements matériels spécifiques dont la réfection complète du sol de l'entrepôt, l'acquisition d'une station de lavage pour nettoyer et désinfecter les véhicules, l'installation de chambres froides pour le stockage des médicaments ainsi que de conteneurs isothermes pour assurer la livraison à une température maîtrisée. Pour relever le défi, la société va bénéficier du soutien de l'Europe.

  • 24/06/21 | Arte Flamenco : El Granaíno remplacé pour la soirée du 2 juillet

    Lire

    Positif à la Covid-19, le chanteur Pedro El Granaíno ne pourra pas se produire sur la scène du festival Arte Flamenco, le vendredi 2 juillet à Mont-de-Marsan. Il sera remplacé par Jesús Méndez, héritier de la dynastie gitane de la famille de la “Paquera de Jerez", et l’un des plus grands noms du cante actuel. Jesús Méndez se produira donc aux côtés d’El Pele avec, en artiste invité, le danseur Farruquito.

  • 24/06/21 | Lot-et-Garonne : un incubateur pour l'ESS

    Lire

    Par le développement d'un incubateur dédié à l'ESS et l'innovation sociale, ATIS propose un accompagnement à la construction de réponses nouvelles à des besoins sociaux peu ou mal couverts. Nomade, il s'appuie sur les lieux ressources dans les territoires ruraux, et multi-partenariaux, en intégrant les acteurs existants de la chaîne. Parmi ses objectifs: susciter la création d'entreprises et activités d'utilité sociale, développer l'envie d'entreprendre, contribuer à résoudre des problématiques sociales et environnementales et proposer un maillage efficient d'accompagnement de porteurs de projet sur le département.

  • 24/06/21 | Lestiac-sur-Garonne, petit Dublin pour un soir

    Lire

    La commune de Lestiac-sur-Garonne (33) accueille, le 3 juillet prochain le Julien Loko Irish Band. Un concert gratuit en plein air à partir de 21 h et une ambiance 100% folk celtique assurée dans le cadre bucolique du village des bords de Garonne. Julien Loko et son quintet proposent standards irish et compositions originales pour une musique dansante et nerveuse, qui transporte dans l'atmosphère enfiévrée des pubs de Dublin! Possibilité de pique-niquer dès 19 heures ou de se restaurer auprès de food-trucks.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Economie | Gironde : Quand les "makers" impriment l'urgence

21/04/2020 | Nous sommes allés rendre visite aux deux fondateurs de la société Gryp, à Mérignac. De fabricants de pièces de voitures de collection, ils se sont recyclés en artisans de visières de sécurité.

Gryp Mérignac

Groupes sur les réseaux sociaux, fonds institutionnels, dons de particuliers, financement participatif... En ces temps de difficultés économiques et sanitaires provoquées par l'épidémie de coronavirus, la solidarité a de multiples visages. Dans les locaux de la jeune société Gryp, à Mérignac, on fait avant tout appel à la communauté des "makers", ceux que certains appellent les "Géo Trouvetou", essentiellement parce qu'ils ont trouvé le moyen de fédérer une petite communauté autour d'eux pour fabriquer des objets eux-mêmes. Chez Gryp, depuis un mois maintenant, quatre imprimantes 3D (sur les dix présentes dans les locaux) fabriquent des visières de protection en plastique à destination des hôpitaux. On vous raconte ce qui les y a mené.

Lorsque l'on profite d'un moment pour aller voir Gauthier Laviron et Bastien Vanlathem dans leurs locaux inaugurés il y a un an, on ne sait pas encore que l'on va y trouver des militaires, venus payer une facture pour la commande de plusieurs bobines de fils servant à fabriquer les fameuses visières. Pendant que Bastien s'affaire au téléphone, on observe un instant le grand tableau posé au mur, qui résume l'essentiel des commandes de la start-up, composée aujourd'hui de trois employés, dont le business principal est, au départ, de fabriquer des pièces détachées pour des voitures de collection, un secteur de niche, qui correspond de toute façon assez bien à la philosophie générale. C'est Gauthier qui nous répond. Il propose aux militaires, en blaguant, d'ouvrir le champagne. Trois semaines qu'il attend que cette facture soit classée. 

Annonces et initiatives

L'entrepreneur de 27 ans a commencé son affaire dans son appartement, aux Chartrons, avant de s'installer dans le garage de ses parents, puis dans ces nouveaux locaux de 150 mètres carrés. Dans les bureaux, en plus des ordinateurs, sur une table attenante, trônent des visières encore non-assemblées. Celles de Gryp sont noires, celle des autres "makers", des particuliers qui veulent filer un coup de main avec leur imprimante 3D, mettent un peu de couleur à l'ensemble : le rose et le vert sont plus flashy que les autres. "On a toujours été attiré par cet aspect entraide, parce que nous avons nous même été aidés pour en arriver là". Le monde des makers est petit, "on se connaît tous", confirme Gauthier. "Il n'y a aucune concurrence, on ne s'accorde jamais sur les prix. Chacun a sa manière de fonctionner mais on se rend des services. Il n'y a pas d'histoires de pognon tout le temps, c'est vraiment un monde à part". Comment les créateurs de Gryp en sont-ils venus à fabriquer des visières de protection à destination des hôpitaux et des services publics ? Comme beaucoup d'entreprises régionales : en s'adaptant au contexte de crise pour apporter un coup de main, chacune à son échelle. La région Nouvelle-Aquitaine, qui a lancé en mars un Appel à Manifestation d'Intérêt pour inciter plusieurs secteurs d'activité à réorienter leurs production pour fabriquer des équipements prioritaires : lunettes de protection, gel hydro-alcoolique, respirateurs, thermomètres, etc. C'est ainsi qu'on a vu Indiscrète, fabricant de lingerie dans la Vienne, se mettre à fabriquer des masques; ou encore LVMH se mettre à produire du gel hydro-alcoolique et, plus récemment, des masques et des blouses. Les exemples sont nombreux. Celui de Gryp, en revanche, est un peu différent. 

Gauthier et Bastien n'ont répondu à aucune annonce particulière. "Au moment où l'épidémie est arrivée en Italie, on a rapidement vu, avant même le confinement en France, qu'il existait des difficultés pour s'approvisionner en visières ou en valves pour respirateurs artificiels. Les makers là-bas commençaient déjà à se pencher dessus, on s'est dit que ça allait forcément nous arriver dessus. On s'est rapproché de nos contacts avec Haut-Lévèque, on était déjà en relation avec un ingénieur depuis un an pour les aider à faire de la pièce détachée en impression 3D. On leur a proposé de fabriquer une quinzaine de valves de secours pour des respirateurs portables. On s'est ensuite mis en relation avec le service FabLab de l'Hôpital Pellegrin qui travaillait sur cette idée de visière pour les services de santé des CHU. On a fait un groupe WhatsApp avec différentes entreprises de la 3D de Bordeaux, des makers particuliers qui ont des machines chez eux, le CHU de Bordeaux et différents ingénieurs et spécialistes qui pouvaient nous aider à concevoir une visière".

Gryp Mérignac

Les visières classiques (au premier plan) sont plus rapides à produire que les visières adaptées, conçues avec l'aide du cluster.

Un "cluster" de crise, c'est ainsi que l'on pourrait définir l'alliance qui s'est créée dans ce contexte. Les quatre cavaliers (ideOkubD33DFablab Ben et Gryp) ont donc commencé par fabriquer des visières à l'aide d'un patron en open-source (autrement dit, à partir un modèle que l'on peut trouver partout sur internet). Ces visières standard sont dédiées, affirme Gauthier, "aux services publics qui ne sont pas vraiment en contact direct avec le coronavirus dans les hôpitaux : des infirmiers, policiers, militaires ou pompiers, par exemple". Le tout est distribué gratuitement. Heureusement, l'entreprise peut compter sur quelques mécènes généreux, comme une base militaire proche qui venait de leur fournir, le 10 avril dernier, de quoi financer la production d'environ 1000 visières, ou encore la société girondine d'ingénierie Ingeliance, qui a financé la matière première des 2000 premières visières.
La deuxième génération, elle, demande un peu plus de temps, et protège un peu plus, notamment derrière les oreilles. Elle a été conçue par des ingénieurs du CHU de Pellegrin et l'entreprise D33D et est en particulier réservée au personnel hospitalier, en particulier les services de réanimation. Ces deux modèles de visières, produits aujourd'hui en simultané, ont été distribués localement (à Bagatelle, Haut-Lévèque, Pellegrin, dans un Ehpad et à l'hôpital d'Arcachon, ou à des policiers) mais aussi nationalement, jusqu'à Nice, Paris ou Saint-Étienne. À ce jour, ce sont un peu plus de 3000 visières qui ont été distribuées.

Réalité économique

Chaque matin, Gauthier fait sa relève des visières fabriquées par les "makers", sans contact direct. Certains déposent leur "livraison" du jour dans la boîte aux lettres de l'entrée. "Les particuliers sont ceux qui, à mon sens, déploient le plus d'énergie sans retour. On ne pourra jamais les payer pour ça, sauf s'ils créent une association ils n'auront pas d'aide de l'État. Ils font ça sur leur temps libre, plutôt que de ne rien faire". Loin de se la jouer "sauveur de l'humanité", Gauthier se dit surtout conscient qu'imprimer des visières de protection est aujourd'hui une initiative à la portée de tous. "Il suffit d'avoir une imprimante à 200 balles de chez Darty pour les faire, pas besoin d'avoir une imprimante à 30 000 euros comme ce qui a été financé à Paris. En tant que makers, ça nous fait un peu rigoler parce que c'est surdimensionné, ils auraient pu acheter dix fois plus de machines pour le même prix. Je ne sais pas ce qu'ils vont faire d'autre, mais en attendant c'est absurde. Aujourd'hui, on a quatre machines qui fonctionnent en dépôt de filament (FDM), elles fabriquent entre 20 et 30 visières par jour, en fonction des ratés. On mobilise au maximum nos machines mais il faut aussi que l'on continue à livrer nos clients sur leurs commandes. Tant qu'on peut faire des visières, on en fera. Ça durera le temps qu'il faudra".

Car la réalité économique, chez les makers aussi, ça compte. Le tableau de Gryp se vidait déjà pas mal en mai, mais juin et juillet font carrément grise mine. "L'activité s'est éteinte fin mars. On a continué d'avoir des commandes de pièces pendant quelques jours, puis il y a eu deux semaines de black-out. Ça commence à reprendre doucement mais ça ne suffit pas. 40% de notre chiffre d'affaire est lié à des projets industriels (avec Thalès, Dassault, Ariane Group) et même si ces entreprises continuent à travailler, elles ont mis en pause ces projets". Habituellement sous-traitant pour des bureaux d'études en lien avec de grands industriels, Gryp, en pleine croissance, est aujourd'hui inquiet. "Les quelques commandes qu'on a nous permettent de payer nos charges et nos salaires. En mars, l'antériorité de février a été une constitué une aide de trésorerie, mais on n'en a aucune en mars". 

Gryp Mérignac

Recyclage éphémère

Lucide, Gauthier précise que ce "recyclage" de leurs imprimantes 3D n'est pas voué à perdurer. "Si demain nos clients commencent à reprendre l'activité, on va arrêter de faire des visières. On le fait parce qu'on veut être solidaires. J'espère qu'à un moment donné, le gouvernement aura trouvé une solution pour éviter que ce soit des TPE/PME ou des particuliers qui fournissent le matériel médical...". Si la concurrence entre États pour l'achat de matériel n'aide pas à résoudre la complexe équation et que l'envolée des prix des masques chinois illustre cette compétition à grande échelle, le co-fondateur de Gryp, à son niveau, n'est pas loin de penser que cet emballement est aussi éphémère que le confinement lui-même.

"Dès que l'urgence sera passée, le business sera mort. Demain, même si nos visières coûtent quatre fois moins cher que ce qui est produit par des entreprises avec le logo CE dessus, en aucun cas ça ne sera acceptable ni dans des hôpitaux ni dans d'autres secteurs d'activité. Ce sont des feuilles intercalaires de dossiers adossées à un support en plastique biodégradable mais plein de porosité, les bactéries peuvent venir s'y coincer. On est sur une "solution de guerre", on se dit qu'il faut rentrer dedans et opérer au cutter, on s'en branle d'avoir un truc stérilisé si on n'a que ça. Je suis convaincu que toutes les entreprises qui font des masques, des visières ou des blouses ne gagnent pas leur vie avec cette activité. Elles transforment leur production pour répondre à l'urgence. La transition va amortir un peu les coûts mais ça ne sera jamais un réel business. Pour LVMH, fabriquer du gel hydro-alcoolique, ça rapporte bien moins d'argent que faire du parfum... Quand tout sera fini, les entreprises seront remerciées mais personne n'aura le droit de continuer. Ça n'est pas normalisé, ça ne respecte aucune norme hygiénique. Les entreprises qui, elles, respectent ces normes laissent faire pour l'instant mais vont monter au créneau. Chacun va revenir à sa place. Si changement réel il y a, il se fera dans la localisation des lieux de production".

Les prémices de cette "relocalisation" sont d'ailleurs déjà visibles : la région Grand Est a lancé, début avril, un "pacte de relocalisation". Les régions s'organisent pour suivre le mouvement : en Nouvelle-Aquitaine, le président de la région Alain Rousset a déjà exprimé à plusieurs reprises "la nécessité de relocaliser la production industrielle de certains biens stratégiques et savoirs clés". En attendant, les imprimantes continuent de tourner. 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
5880
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Economie
Economie
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !